Grève et répression Gandour Abidjan

Dans le monde...

Grève et répression Gandour Abidjan

Message par Plestin » 21 Avr 2018, 11:20

Grève et répression à l'usine de parfums et cosmétiques Gandour d'Abidjan (Côte-d'Ivoire) : l'article des camarades de l'UATCI, dans Le Pouvoir aux Travailleurs du 8 avril 2018.


GANDOUR : LES TRAVAILLEURS SE RÉVOLTENT CONTRE LES CONDITIONS DE TRAVAIL
CÔTE D’IVOIRE

Les travailleurs journaliers de Gandour, une entreprise de cosmétique située dans la zone industrielle de Yopougon, sont entrés en grève le 23 mars suite au renvoi de 8 de leurs collègues. Ils réclament leur réintégration, une augmentation conséquente des salaires, de meilleures conditions de travail, le respect et la dignité.

À Gandour, les conditions de travail sont très mauvaises. Les ouvriers sont exposés à des produits chimiques à forte concentration comme le mercure, l’hydroquinone, le clobetazole, etc. En guise de tenue de travail, ces travailleurs journaliers n’ont que des gilets. Il n’y a ni gant, ni chaussure de sécurité, ni de masque de protection adéquate. En cas de maladie, comme c’est le cas souvent, l’ouvrier est livré à lui-même.

Les cadences sont infernales et augmentent sans cesse. Gare aux erreurs dans la production. Quand ça arrive, les sanctions tombent immédiatement et très souvent, c’est le renvoi. Ainsi, cette menace plane à tout moment. De plus, les travailleurs doivent supporter les caprices de certains petits chefs qui se croient tout permis.

Lorsque la grève s’est déclenchée à la section du parfum, le patron a affiché son mépris habituel. Sauf que ce jour-là il ne se doutait pas encore que la colère des travailleurs allait lui exploser au visage. Dès la pause, la nouvelle du licenciement s’est rependue comme une trainée de poudre. C’était la goutte d’eau de trop ! Les travailleurs des autres sections, excédés qu’ils étaient par leurs conditions de travail déplorables et toutes les humiliations qu’ils subissent tout le temps, se sont lancés à leur tour dans la grève.

Le patron, plutôt que de chercher à résoudre le problème, a fait appel à la police qui est arrivée aussitôt. Celle-ci a intimé l’ordre aux travailleurs de reprendre le travail sous prétexte que leur grève est illégale car déclenchée sans préavis. Malgré les menaces, la grève a continué. Le patron, faisant mine de reculer, a demandé aux travailleurs de revenir le lundi suivant et qu’il réintègrerait les travailleurs licenciés.

Mais le lundi, ils se sont rendu compte de la duplicité de ce dernier qui, loin d’avoir réglé les problèmes, a mis tout le monde à la porte et fait un nouveau recrutement. En réponse, les travailleurs ont bloqué la voie qui passe devant l’entreprise. Ils ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire par exemple « trop c’est trop » ou encore « journaliers de N P Gandour déterminés plus que jamais à persister dans cette lutte ! ». Finalement le patron a repris quelques travailleurs et a laissé les autres sur le carreau. Là encore, il s’est heurté à la solidarité entre travailleurs. La reprise du travail n’a pas eu lieu. Les manifestations ont repris de plus belle, allant en s’amplifiant.

Voyant le risque que cette grève prenne de l’ampleur et s’étende à d’autres secteurs, la police a chargé les grévistes et il s’en est suivi une scène de course poursuite. Une vingtaine de travailleurs ont été arrêtés et jetés en prison dont le porte-parole des grévistes.

Aujourd’hui, le travail reprend timidement. Le patron pense avoir gagné la partie. Mais tôt ou tard, les mêmes problèmes provoqueront les mêmes effets. D’ici là, les travailleurs de Gandour ont du temps pour renforcer leur organisation en prenant notamment attache avec les travailleurs des entreprises environnantes où les conditions de travail sont les mêmes.
Plestin
 
Message(s) : 570
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)