Traductions de Spark

Dans le monde...

Traductions de Spark

Message par com_71 » 02 Août 2020, 08:13

J'ouvre ce fil, qui aura vocation à accueillir des traductions - le plus souvent, hélas, automatiques - d'articles de Spark.

Éditorial de Spark, 15 juin 2020 a écrit :Violence policière et chômage catastrophique - mêmes racines

Lorsque un million et demi de nouveaux prestataires se sont inscrits au chômage la semaine dernière, presque tous les médias ont poussé ce titre : le chômage est en train de «toucher le fond».

«Toucher le fond»? Quel radotage insignifiant ! Le chômage est catastrophique. C'est encore plus catastrophique pour la population noire, qui a toujours été «la dernière embauchée, la première licenciée».

Aujourd'hui, la classe capitaliste qui dirige tout prétend qu'il n'y a tout simplement pas assez d'emplois pour que tout le monde ait un travail décent à un salaire décent. Et si les travailleurs se font concurrence pour des emplois, ce qui conduit à des développements racistes, eh bien, disent les capitalistes, ce n'est pas de leur responsabilité, ce sont des «problèmes sociaux».

Oui, ce sont des «problèmes sociaux», et ils sont issus de cette même classe sociale qui nécessite la violence de la police pour imposer ses intérêts, la classe capitaliste.

Pendant longtemps, de nombreux militants noirs ont dit: "Si la vie des Noirs n'a pas d'importance, la vie de personne n'a pas d'importance." Regardez les faits, vous le voyez clairement. Les mêmes policiers qui brutalisent les Noirs brutalisent également un bon nombre de Blancs. Ils brutalisent davantage les Noirs proportionnellement, mais les Blancs, en particulier les Blancs pauvres et ouvriers, n'y échappent pas. En fait, il y a plus de Blancs tués par la police que de Noirs. Et les Latinos et les autres souffrent avec tout le monde.

Avec l'explosion sociale des dernières semaines, il semble enfin que beaucoup plus de blancs aient commencé à reconnaître cette réalité.

La même réalité existe pour les emplois. Si les travailleurs noirs sont privés d'emplois et du revenu décent qui les accompagne, aucun niveau de vie des travailleurs n'est sûr. Oh oui, les travailleurs blancs peuvent garder leur emploi plus longtemps avant d'être licenciés, un peu plus longtemps; leurs salaires peuvent être plus élevés, un peu plus élevés. Mais ce ne sont que des miettes. Aujourd'hui, avec cette énorme augmentation du chômage, alors que le système évolue d'une crise à l'autre, que valent les miettes?

Ce chômage catastrophique existe parce que les capitalistes n'embaucheront personne à moins qu'ils puissent faire un niveau de profit suffisamment élevé. C'est un autre «problème social» auquel nous sommes confrontés aujourd'hui - la poussée des capitalistes au profit au détriment de tout le reste.

C'est un pays qui a désespérément besoin de travail. Et il y a beaucoup de chômeurs qui pourraient le faire. Les ponts et les barrages s'effondrent, les routes s'effondrent. Les écoles sont privées de ressources et du personnel dont elles ont besoin. Mais rien n'est fait car l'argent public va subventionner les capitalistes.

Les systèmes d'eau doivent être réparés afin que nous n'ayons plus de silex. Les systèmes électriques qui produisent des pannes d'électricité au milieu des tempêtes d'été ont besoin de plus de travailleurs d'entretien pour maintenir les lignes en réparation et plus de coupe-arbres pour éliminer la menace pour les lignes. Mais les travailleurs ne sont pas embauchés car cela entraînerait une baisse des bénéfices.

Dans toutes les usines qui fonctionnent aujourd'hui, les gens travaillent trop dur, les lignes fonctionnent trop vite. Les espaces de travail ne sont pas organisés pour nous protéger des maladies transmissibles. Rendre le travail raisonnable entraînerait une baisse des bénéfices.

C'est le «problème social» auquel nous sommes confrontés. Et cela nécessite une «réponse sociale», une lutte généralisée de la classe ouvrière contre la classe capitaliste qui a besoin de chômage, tout comme elle a besoin de la police.

Les jeunes ont commencé à se battre aujourd'hui. Il y a trois semaines, de nombreux travailleurs ne pouvaient pas imaginer que cela se produise. "Personne ne fera jamais rien." C'est ce que beaucoup ont dit. Et pourtant, les jeunes font quelque chose, massivement, faisant honte à leurs aînés. Beaucoup de ces jeunes sont issus de la classe ouvrière, mais sans grand espoir de trouver un emploi ou un revenu décent.

Il est souvent vrai que les luttes commencent avec les jeunes. Mais de telles luttes ont le potentiel d'allumer un feu sur les lieux de travail, le centre où la classe ouvrière détient le potentiel du pouvoir. Ceux qui travaillent aujourd'hui pourraient être au chômage demain; les chômeurs d'aujourd'hui peuvent être sur le lieu de travail demain. Mais nous aurons tous le même combat à mener, tout comme la population, noire ou blanche, doit lutter contre cette même violence policière.

Cela doit être pris en compte aujourd'hui sur les lieux de travail.


Edito de Spark, 5 juillet 2020 a écrit :Démolissons cette histoire sanglante et barbare

« Oui, les statues confédérées doivent être abattues et réduites en miettes. Ce ne sont pas seulement d’innocents morceaux de ciment ou de roche. Ils symbolisent le système barbare dont le but était l’esclavage, la propriété d’êtres humains à des fins commerciales.

Les statues que les jeunes abattent aujourd’hui glorifient des hommes violents qui ont mené une guerre brutale pour préserver l’esclavage. Au sein de la Convention constitutionnelle qui a établi la Confédération des États sécessionnistes, son nouveau vice-président, Alexander Stephens, expliqua ainsi en 1861 le but des rebelles : « Notre gouvernement est fondé sur l’idée que le nègre n’est pas égal à l’homme blanc ; que l’esclavage, la subordination à la race supérieure, est sa condition naturelle et normale. Notre nouveau gouvernement est le premier, dans l’histoire du monde, basé sur cette grande vérité physique, philosophique et morale. »

La Confédération et tous les généraux, à commencer par Robert E. Lee, combattaient pour maintenir par la force l’esclavage dans le Sud, et pour l’étendre vers les nouveaux territoires à l’ouest et jusqu’aux États agricoles du Midwest au nord.

Quelle que fût la lenteur du cheminement d’Abraham Lincoln (le président de 1861 à 1865), quelles que fussent ses hésitations, il comprenait qu’un même pays ne pouvait être à moitié fondé sur le travail des esclaves, et à moitié sur le travail libre. Ce n’était pas un choix moral, c’était un choix pratique, avec des implications morales. La qualité de Lincoln fut de reconnaître ce que les généraux nordistes Grant et Sherman reconnurent avant lui : que le Nord ne pouvait l’emporter s’il n’émancipait pas les esclaves. Les troupes des armées de l’Union étaient composées des fils de fermiers du Nord qui comprenaient cette même vérité. Le Sud fut vaincu quand les esclaves s’émancipèrent, quittèrent les plantations, paralysant l’économie du Sud, renforçant les armées du Nord. Les esclaves entraînèrent derrière eux de nombreux Blancs sans terre, qui n’avaient pas intérêt à la guerre menée par la Confédération. Ensemble, ils entraînèrent des Blancs pauvres qui désertèrent de l’armée sudiste.

Pendant quelque temps après la guerre de Sécession, une vraie démocratie se développa dans le Sud, fondée sur les pauvres des campagnes, les anciens esclaves et les Blancs pauvres, qui avaient tous absolument besoin de terres. Ce fut la Reconstruction, une brève période, pendant laquelle la population pauvre constitua ses propres gouvernements, établit des écoles pour les enfants et des cliniques pour une population ravagée par la maladie.

Les statues abattues aujourd’hui n’existaient pas au cours de cette période. En fait, elles furent érigées près de quarante ans après la fin de la guerre. Elles célébraient le règne de la terreur dans le Sud, mettant fin à la Reconstruction et renvoyant les anciens esclaves à des conditions proches de la servitude.

D’anciens généraux confédérés créèrent le Ku Klux Klan, en l’utilisant comme un instrument violent pour revenir sur l’émancipation. La statue de l’un d’entre eux, Edmund Pettus, qui fut l’un de ses dirigeants, fait partie de celles qui sont aujourd’hui abattues.

Toutes ces statues ont été érigées pour dire aux Noirs qu’ils devaient savoir quelle était leur place et y rester. Et pour dire aux Blancs pauvres qu’ils devaient s’estimer chanceux, même s’ils étaient pauvres, de n’être pas noirs. Chacune de ces statues est liée à un bain de sang dans le Sud. Être lynché était le sort de nombreux hommes noirs pendant des générations ; être violée était le sort de nombreuses femmes noires. Avec le Klan, des Blancs pauvres étaient transformés en lâches gardiens de l’ordre ancien ressuscité.

C’est cette histoire violente, que le Klan a imposée à tous ceux qui vivaient dans le Sud, que des hommes comme Trump veulent célébrer et préserver.

Mais il y a une autre histoire à célébrer. La population noire est parvenue non seulement à survivre, mais à s’organiser, à transmettre son histoire d’une génération à l’autre, à passer les connaissances acquises grâce à cette vie solidaire : le fait de dépendre les uns des autres et d’en retirer une force collective. Il y a une force morale immense issue de cette expérience, qui parvient jusqu’à nous aujourd’hui.

C’est cette histoire que nous devons tous célébrer, noirs, blancs et immigrés. »


The Spark, 13 juillet 2020 a écrit :4 juillet, par Frederick Douglass

Le 5 juillet 1852, Frederick Douglass prononça un discours devant la Rochester Ladies 'Anti-Slavery Society à Rochester, New York. Nous en présentons des extraits ici. L'oppression systémique dont parle Douglass existe toujours aujourd'hui ; et la prochaine révolution pour la renverser est toujours future, notre futur.

Citoyens, je ne manque pas de respect pour les pères de cette république. Les signataires de la déclaration d'indépendance étaient des hommes courageux. C'étaient aussi de grands hommes - assez grands pour donner la gloire à un grand âge. Il n'arrive pas souvent à une nation d'élever, à un moment donné, un tel nombre d'hommes vraiment grands. Le point à partir duquel je suis obligé de les considérer n'est certainement pas le plus favorable; et pourtant je ne peux pas contempler leurs grandes actions avec moins d'admiration. C'étaient des hommes d'État, des patriotes et des héros, et pour le bien qu'ils ont fait et pour les principes qu'ils ont défendus, je m'unirai à vous pour honorer leur mémoire.

C'étaient des hommes de paix; mais ils préféraient la révolution à la soumission pacifique à la servitude. C'étaient des hommes tranquilles; mais ils n'ont pas hésité à s'agiter contre l'oppression. Ils ont fait preuve de patience; mais ils en connaissaient les limites. Ils croyaient à l'ordre ; mais pas dans l'ordre de la tyrannie. Avec eux, rien de ce qui n'allait pas n'était «oublié». Avec eux, la justice, la liberté et l'humanité étaient «définitives» ; pas l'esclavage et l'oppression. Vous pouvez bien chérir la mémoire de ces hommes. Ils étaient formidables à leur époque et à leur génération.

Avec des hommes courageux, il y a toujours un remède contre l'oppression. Juste ici, l'idée d'une séparation totale des colonies de la couronne est née! C'était une idée surprenante, bien plus que nous, à cette distance de temps, ne la considérons.

Les timides et les prudents de ce jour-là en étaient bien sûr choqués et alarmés. De telles personnes vivaient alors, avaient vécu auparavant et auront probablement jamais une place sur cette planète; et leur cours, par rapport à tout grand changement, (peu importe combien le bien à atteindre, ou le mal à réparer par lui,) peut être calculé avec autant de précision que peut l'être le cours des étoiles. Ils détestent tous les changements, mais l'argent, l'or et le cuivre changent! De ce genre de changement, ils sont toujours fortement favorables. ...
Mon affaire, si j'en ai ici aujourd'hui, c'est avec le présent.

Citoyens, pardonnez-moi, permettez-moi de vous demander pourquoi suis-je appelé à parler ici aujourd'hui? Qu'ai-je à voir, ou ceux que je représente, de votre indépendance nationale? Les grands principes de liberté politique et de justice naturelle, incarnés dans cette déclaration d'indépendance, nous sont-ils étendus? Et suis-je donc appelé à apporter notre humble offrande à l'autel national, à nous confesser les bienfaits et à exprimer une profonde gratitude pour les bénédictions résultant de votre indépendance?

Souhaitez à Dieu, tant pour vous que pour le nôtre, qu'une réponse affirmative puisse être renvoyée en toute vérité à ces questions! Mais tel n’est pas le cas. Je le dis avec un triste sentiment de la disparité entre nous. Je ne suis pas inclus dans la pâle de ce glorieux anniversaire! Votre grande indépendance ne révèle que la distance incommensurable qui nous sépare. Les bénédictions dont vous vous réjouissez aujourd'hui ne sont pas communes. Le riche héritage de justice, de liberté, de prospérité et d'indépendance, légué par vos pères, est partagé par vous et non par moi. La lumière du soleil qui vous a apporté la vie et la guérison, m'a apporté des rayures et la mort. Ce quatrième juillet est à vous, pas à moi. Vous pouvez vous réjouir, je dois pleurer. Pour entraîner un homme enchaîné dans le grand temple illuminé de la liberté et l'inviter à vous rejoindre dans de joyeux hymnes,étaient des moqueries inhumaines et une ironie sacrilège. Voulez-vous dire, citoyens, vous moquer de moi en me demandant de parler aujourd'hui?

Concitoyens; au-dessus de votre joie nationale et tumultueuse, j'entends le lamentable gémissement de millions! Dont les chaînes, lourdes et douloureuses hier, sont, aujourd'hui, rendues plus intolérables par les cris de jubilé qui les atteignent. ...

Mon sujet donc, concitoyens, c'est l'ESCLAVAGE AMÉRICAIN. Je vais voir, ce jour, et ses caractéristiques populaires, du point de vue de l'esclave. Debout, là, identifié au bondman américain, faisant miennes ses torts, je n'hésite pas à déclarer, de toute mon âme, que le caractère et la conduite de cette nation ne m'ont jamais paru plus noirs qu'en ce 4 juillet! Que l'on se tourne vers les déclarations du passé ou vers les professions du présent, la conduite de la nation semble également hideuse et révoltante. ... Debout avec Dieu et l'esclave écrasé et saignant en cette occasion, j'oserai, au nom de l'humanité outragée, au nom de la liberté enchaînée ... oser remettre en cause et dénoncer, avec tous l'accent que je peux commander, tout ce qui sert à perpétuer l'esclavage - le grand péché et la honte de l'Amérique!

Dans un moment comme celui-ci, il faut une ironie torride, et non un argument convaincant. Oh! Si j'en avais la capacité, et pourrais-je atteindre l'oreille de la nation, je déverserais aujourd'hui un flot enflammé de ridicule mordant, de reproches explosifs, de sarcasmes flétris et de reproches sévères. Car ce n'est pas la lumière qui est nécessaire, mais le feu; ce n'est pas la douce averse, mais le tonnerre. Nous avons besoin de la tempête, du tourbillon et du tremblement de terre. Le sentiment de la nation doit être vivifié; la conscience de la nation doit être éveillée; la propriété de la nation doit être effrayée; l'hypocrisie de la nation doit être exposée; et ses crimes contre Dieu et l'homme doivent être proclamés et dénoncés.

Qu'est-ce, pour l'esclave américain, votre 4 juillet ? Je réponds ; un jour qui lui révèle, plus que tous les autres jours de l'année, l'injustice et la cruauté flagrantes ... Pour lui, votre célébration est une imposture; votre liberté vantée, une licence impie - un voile mince pour couvrir des crimes qui déshonoreraient une nation de sauvages. Il n'y a pas une nation sur terre coupable de pratiques, plus choquantes et sanglantes, que ... ces États-Unis, à cette heure même.


The Spark, 27 juillet 2020 a écrit :Sam Johnson : Pourquoi le pays a-t-il besoin de flics comme ça ?

Publié par working class party le 9 juillet 2020

Certaines personnes qui regardaient les flics tuer George Floyd ont crié: «Lève-toi.» Et lui a dit: "Je ne peux pas respirer."

Ces quatre flics faisaient quelque chose pour lui faire du mal et se moquaient bien de ce qui s'était passé. Ce n'est pas un seul gars qui l'a mis à terre, ils y ont tous participé, tous l'ont tué.

Tu ne ferais pas ça. Pourquoi les flics agissent de cette façon? Ils essaient d'envoyer un message à d'autres Noirs, nous faisant savoir : «Si vous ne le regardez pas, ça va vous arriver.»

Ils s'attaquent aux Noirs pour renforcer les divisions au sein de la classe ouvrière. C'est comme ça depuis l'esclavage, et c'est toujours comme ça.

Dernier embauché, premier licencié, payez-nous moins pour ce que nous faisons. Payez-nous moins, conserve cette division.

Cette classe supérieure, ce 1% a besoin de division pour diviser les travailleurs, afin qu'ils puissent continuer à faire des profits. Ils regardent leurs profits, c'est ce qui se cache derrière, et ils essaient de reprendre tout ce que les Noirs ont gagné, tout ce que tous les travailleurs ont gagné.

Comment avons-nous obtenu tout ce que nous avons aujourd'hui, tout ce qu'ils essaient de reprendre? C'est le combat que les Noirs ont fait. Heures supplémentaires. Les jeunes doivent savoir que pour avoir ce dont ils ont besoin dans leur vie, il leur faudra se battre. Ils ont besoin de cette histoire pour pouvoir continuer le combat et ne pas rester coincés.

Nous ne pouvons pas la laisser là où elle était dans les années 60. Je dois comprendre, avoir besoin d'une vision d'ensemble plus grande que ce que les gens avaient dans les années 1960. Il va falloir avoir une compréhension de l'histoire pour voir ce qu'il faut faire.

Comment avons-nous obtenu ce que nous avons? Nous nous sommes battus. Nous nous sommes battus dans les rues, dans les quartiers, avec tous ceux que nous connaissions, avec nos familles. Les travailleurs noirs se sont battus dans les usines, entraînant après nous des gens que nous ne connaissions pas, des travailleurs blancs, des travailleurs immigrés.

Une fois que les gens se sont levés et se sont battus, nous avons obtenu les choses dont nous avions besoin. On a plus d'argent. Des villes comme Detroit ont des maires noirs, des politiciens noirs et des flics noirs. Mais peu de gens ont compris que le combat ne pouvait pas s'arrêter là. Et donc tout a commencé à ressurgir dans les années 70.

Nous devons nous battre, mais où allons-nous? Nous devons dépasser là où nous en sommes aujourd'hui, mener les combats dont nous avons besoin. Nous devons aller au-delà de là où nous sommes, pour ne pas aggraver les choses. Nous devons nous battre pour résoudre les problèmes qui nous touchent et pour ce dont nous avons besoin. Progressons afin que nous puissions tous avoir les choses dont nous avons besoin, et tout d'abord des emplois, des emplois décents et bien rémunérés pour tout le monde. Pour comprendre où diriger cela, pour amener d'autres personnes autour de nous à comprendre cela. Nous ne continuerons pas à perdre des choses comme nous le sommes maintenant. C'est ce dont on a besoin. Pourquoi allons-nous les laisser se débarrasser des choses dont nous avons besoin, alors nous devons nous battre pour les récupérer?

Les travailleurs ont le pouvoir d'arrêter ce qui se passe aujourd'hui. Notre force fait courir tout ce pays. Les travailleurs ont fait tourner ce pays en noir et blanc. Nous pouvons l'empêcher de tourner jusqu'à ce que nous obtenions ce dont nous avons besoin.

La principale chose dont nous avons tous besoin est un travail rémunéré décent. Chacun de nous. Avec des emplois stables et convenablement rémunérés, nous pouvons avoir un logement décent, des quartiers décents, des écoles décentes pour nos enfants.

Pourquoi les flics agissent-ils comme ils le font aujourd'hui? Pourquoi sont-ils violents? Pour nous empêcher de nous battre pour ce dont nous avons besoin. Mais c'est ce que nous devons faire. Voilà comment nous pouvons amener les flics décents avec nous.

Pour cela, nous avons besoin d'une direction pour notre combat. Nous devrions tous nous battre pour répartir le travail qui existe, lutter pour des salaires décents pour tous, quel que soit leur emploi.

Battez-vous pour ce dont nous avons besoin maintenant - sachant que pour vraiment l'obtenir et le garder, nous devrons nous battre pour nous débarrasser de tout ce système et de la police.

Nous devons être plus nombreux à comprendre cela. Nous n'aurons pas la situation actuelle de ne pas savoir pour quoi lutter ou de lutter d'une manière qui va causer un problème plus grave. Nous avons besoin de plus de gens qui savent où diriger le combat qui se déroule aujourd'hui, les plus grands combats qui éclateront demain. Lorsque des luttes éclatent, nous avons besoin de personnes qui savent où diriger le combat.


Spark, 27 07 2020 a écrit :La classe ouvrière peut apporter une réponse aux multiples crises actuelles

Gary Walkowicz expose les grandes lignes de la campagne électorale 2020 du Working Class Party dans ce discours à la convention WCP. Paru pour la première fois sur le site Web, https://www.workingclassfight.com.

Alors que le Working Class Party se prépare à présenter des candidats cet automne, nous aurons beaucoup à dire. Parce que la classe ouvrière d'aujourd'hui fait face à des crises majeures dans tous les aspects de notre vie.

Il y a une crise économique, avec des millions de personnes sans travail. Oui, c'est la pandémie COVID qui a mis un terme à certaines parties de l'économie. Mais à mesure que les choses se rétablissent, il n'y a aucune raison pour que tous ceux qui avaient un emploi ne puissent pas retrouver leur emploi. Mais cela ne se produit pas parce que les vautours du capitalisme, ne se souciant que de leurs profits, sont déjà au travail, utilisant la pandémie comme une raison pour éliminer des emplois, ajoutant à toutes les personnes qui n'avaient pas d'emploi à plein temps, ou tout autre emploi, avant la pandémie.

Les hedge funds de Wall St., qui contrôlent une grande partie du secteur du commerce de détail, mettent des entreprises en faillite ou ferment des milliers de magasins, comme JCPenney's. Les grandes banques mettent la pression sur des milliers de petites entreprises, comme les restaurants, les forçant à fermer leurs portes. Cela se produisait déjà avant la pandémie, et maintenant ça s'accélère.

Les gens ont encore besoin de manger, les gens doivent encore acheter des produits de détail, les gens qui travaillent dans ces magasins et restaurants ont besoin de leur emploi. Mais les banques et les capitalistes vautours ont décidé qu'ils pouvaient faire un plus gros profit en retirant de l'argent de ces entreprises et en mettant plus d'argent dans la spéculation. Et donc ces milliardaires avides vont voler les moyens de subsistance de millions de travailleurs et de leurs familles afin qu'ils puissent devenir encore plus riches.

Les entreprises qui sont restées ouvertes suppriment également des emplois, même dans les hôpitaux, en pleine pandémie! Ce n'est pas rationnel. C'est de la folie! Mais c'est le fonctionnement normal du capitalisme aujourd'hui.

La classe ouvrière d'aujourd'hui est également confrontée à la crise des soins de santé du COVID-19. Ce coronavirus est issu de la nature. Mais ce n'était pas inévitable que tant de gens mourraient. Des centaines de milliers de personnes meurent inutilement du COVID, uniquement en raison du fonctionnement normal du capitalisme.

Ce pays dépense plus d'argent pour les soins de santé que n'importe quel autre pays du monde, mais une grande partie de cet argent ne sert pas à maintenir les gens en bonne santé, mais va plutôt dans les poches des compagnies d'assurance, des corporations hospitalières et des compagnies pharmaceutiques pour augmenter leurs profits. Aujourd'hui, cinq mois après le début de la pandémie, il n'y a toujours pas assez de tests, pas assez d'équipement médical de protection, pas assez de recherche des contacts - tout ce qu'il faut pour sauver des vies. Alors que les infirmières et les employés des hôpitaux meurent, essayant de soigner les patients, les sociétés de soins de santé capitalistes, à la recherche de profits, aggravent la situation.

Les travailleurs essentiels partout, dans le conditionnement de la viande, les épiceries, le camionnage, la poste, les travailleurs agricoles sont tous à risque sans mesures de protection appropriées, et ils meurent du COVID à un rythme plus élevé.

De nombreuses personnes meurent également du COVID à cause de conditions qui les mettent en danger, faute de soins de santé de base; ils n'ont pas d'assurance maladie ou ils ont perdu l'assurance maladie lorsqu'ils ont perdu leur emploi. Et la population noire, la partie la plus exploitée de la classe ouvrière, est la plus durement touchée. Sous le capitalisme, ce qui devrait être un droit de l'homme n'est disponible que si vous avez assez d'argent.

Et puis, tout aussi écœurante, est la réponse des politiciens dont le seul but dans leur vie gluante est de se servir eux-mêmes et leurs maîtres capitalistes.

Vous avez Donald Trump qui ment qui nie la science et attaque maintenant les experts médicaux, comme le Dr Fauci. Trump, ce monstre souriant sans masque, dit aux gens qu'il n'y a pas de problème; il ment dans le seul but d'essayer de se faire réélire.

Ensuite, il y a les gouverneurs et autres politiciens qui ont nié l'importance des masques et qui ont ouvert leurs économies sans garanties adéquates et, ce faisant, ont exposé imprudemment leurs populations à des infections COVID qui font rage. Les politiciens d'États comme la Floride et le Texas ont eu plusieurs mois pour apprendre de ce qui fonctionnait à New York et au Michigan. Mais ils ont choisi de l'ignorer, et maintenant la population de ces États souffre de COVID hors de contrôle. Et même dans les États qui ont fait mieux, les politiciens ont poussé à laisser les affaires rouvrir, et ces États voient maintenant une nouvelle poussée.

Le pays le plus riche du monde - le pays avec le système de soins de santé capitaliste et le plus libre du monde - les États-Unis ont aujourd'hui le plus de décès par COVID au monde, de loin le plus. Ce qui pourrait être plus une mise en accusation que ce système ne fonctionne pas pour les travailleurs.

La classe ouvrière fait face à une crise dans nos écoles. Les parents et leurs enfants seront bientôt confrontés à un choix terrible: aller dans des écoles qui exposent les enfants au risque de contracter le COVID et de le transmettre aux membres de la famille. Ou perdre l'éducation et l'enrichissement social que la scolarité en personne offre. Mais il ne devrait pas y avoir de choix. L'argent est là pour rendre les écoles sûres. Mais cet argent est dans les poches du 1%, des banques, des entreprises et des riches de cette société et ils veulent le garder uniquement pour eux-mêmes et pour LEURS enfants.

Et puis il y a la crise du racisme, une crise qui existe depuis que le premier esclave a été volé à son domicile en Afrique et amené dans ce pays. Les Noirs ont subi des meurtres aux mains de la police des milliers de fois. Mais cette fois, l'effroyable exécution de George Floyd a forcé un jugement, alors que des gens à travers le pays, noirs et blancs, sont descendus dans les rues pour protester.

Mais pourtant, même au milieu de ces manifestations, alors que certaines forces de police ont prudemment pris du recul pour le moment, d'autres flics ont poursuivi leurs attaques racistes et davantage de Noirs ont été tués par les flics, comme Rayshard Brooks à Atlanta. Pourquoi ces meurtres continuent-ils?

L'idiot qui réside à la Maison Blanche, quand on lui a posé des questions sur la police tuant des Noirs, Trump a dit que ce n'était pas un problème parce que plus de Blancs sont tués par la police. Ce qui n'est vrai que pour le nombre total de personnes tuées, ce n'est pas vrai pour le pourcentage de la population. Mais quand même, le raciste Trump, tout en essayant de défendre les flics tuant des Noirs, a involontairement mis à nu un autre fait horrible de racisme. Lorsque la population blanche tolère que la police assassine des Noirs, une partie de cette violence policière finit par revenir sur eux.

Nous devrions nous demander pourquoi avons-nous besoin d'une police militarisée, armée jusqu'aux dents, prête à tirer pour tuer? On nous dit qu'ils sont là pour arrêter le crime. Mais ce mensonge va à l'encontre de tout ce que nous voyons. Plus il y a de flics ajoutés, et plus les flics reçoivent d'armes, plus le crime continue. La police n'arrête pas le crime. Ils ne sont pas là pour arrêter le crime.

La police est là pour une seule raison. Ils sont une force armée qui existe pour contrôler la population; pour contrôler la classe ouvrière qui est exploitée par les capitalistes. La police est là pour soutenir l'exploitation du capitalisme. Combien de fois dans le passé avons-nous vu la police attaquer des grévistes? Combien de fois la police a-t-elle été utilisée pour attaquer des manifestants des droits civiques? La police fait tout ce que ses patrons capitalistes veulent qu'elle fasse. Ils brutalisent la classe ouvrière exploitée, et ils brutalisent surtout la partie la plus exploitée de la classe ouvrière, la population noire.

Crise économique, crise sanitaire, crise scolaire, racisme, tout cela fait partie du capitalisme. Dans ce système, il n'y a pas d'issue pour la classe ouvrière, peu importe le nombre de protestations que nous avons.

Mais il y a une voie à suivre pour la classe ouvrière. Quand la classe ouvrière rassemble toutes ses forces; quand la classe ouvrière décide de se battre, elle peut se heurter à toutes les forces du capitalisme. La classe ouvrière a des réponses à toutes les crises causées par le capitalisme.

Cela commence par la lutte pour l'emploi et un salaire décent pour tous. Tout au long de l'histoire, le travail de tous les travailleurs, y compris les esclaves, a créé une richesse qui pouvait et devait être utilisée pour tous; richesse qui pourrait offrir une vie décente à tous. Cette richesse offre la possibilité à tous ceux qui veulent un emploi de trouver un emploi. S'il n'y a pas autant de travail nécessaire, répartissez le travail, tout le monde travaille moins d'heures et tout le monde peut toujours recevoir un salaire décent. L'argent est là. La richesse est là. La seule chose qui fait obstacle, ce sont les patrons capitalistes.

Tous les autres besoins de la classe ouvrière - écoles meilleures et sûres, bonnes routes, eau potable, soins de santé pour tous - peuvent découler de la lutte pour l'emploi et des salaires décents.

La classe ouvrière a le pouvoir de se battre pour cela. C'est le seul pouvoir que nous ayons. Mais c'est toute la puissance dont nous avons besoin.

C'est ce que le parti de la classe ouvrière a à dire. C'est ce que nous dirons lors de la campagne électorale cette année.

Nous savons que les élections ne changent pas les choses. Nous savons que seul un combat de la classe ouvrière changera les choses. Mais la campagne électorale nous donne l'occasion de dire ces choses à plus de gens ; pour mettre ces idées entre les mains d'un plus grand nombre de travailleurs. Cela donnera à plus de travailleurs la possibilité d'exposer ce qu'ils croient. La classe ouvrière a une réponse aux crises auxquelles nous sommes confrontés.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 02 Août 2020, 08:23

The Spark, 27 juil.2020 a écrit :Le décès des aînés : CT Vivian, John Lewis, Charles Evers

La même semaine, CT Vivian, John Lewis et Charles Evers sont décédés. Il marque le passage de deux générations dans la lutte pour les droits civils menée par la population noire de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au milieu des années 1960. Cette lutte montre tout ce qu'une population peut accomplir lorsqu'elle s'est lancée sans réserve dans une lutte pour réformer le système capitaliste existant. Mais il montre aussi les limites qui limitent ses réalisations lorsque ce système est laissé en place.

De retour des guerres d'outre-mer à la guerre contre Jim Crow

CT Vivian et Charles Evers appartenaient à l'ancienne génération, cette génération qui a servi dans l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, puis pendant la guerre de Corée. En revenant des guerres, de nombreux soldats noirs qui avaient risqué et vu leurs camarades abandonner leur vie, soi-disant pour défendre la «démocratie» à l'étranger, ne se contenteraient plus des vies dégradantes et circonscrites que le système appelait «Jim Crow» avait imposé à la population noire pendant près d'un siècle. C'était l'esclavage sous un autre nom.

En même temps, leur formation militaire leur avait donné la discipline organisationnelle dont ils avaient besoin pour affronter la violence qui a imposé Jim Crow, au nord et au sud. Ils n'allaient plus s'asseoir pendant que des «cavaliers de nuit» lynchaient des hommes noirs, ce que Charles Evers et son frère Medgar avaient physiquement vu quand Charles n'avait que 10 ans et Medgar sept.

Ils savaient que fuir vers le Nord n'était pas une réponse. Si le Nord était un peu plus «libéral», il y avait encore de grandes parties du Nord, du Michigan et de l'Indiana, par exemple, où le Ku Klux Klan a commis la terreur pour empêcher la population noire d'exercer simplement les droits que tout le monde dans ce pays voulait faire leurs.

13 ans, désireux de rejoindre le combat qui se propage

John Lewis était de la génération qui est entrée dans l'adolescence au moment même où les premières grandes luttes éclataient dans le Sud. Ils avaient vu leurs aînés - des gens comme CT Vivian - participer à des «sit-in», des services exigeants dans des établissements «réservés aux blancs», des sit-in qui éclataient d'abord dans le Nord dans des endroits comme le sud de l'Illinois. Ils ont été témoins de ce qui était déjà devenu une mobilisation croissante de la population noire pour boycotter les installations ségréguées: en particulier des bus dans des villes du Sud comme Baton Rouge, en Louisiane en 1953 et, ensuite, Montgomery, en Alabama en 1955.

La population noire elle-même commençait à abattre toutes les règles obscènes qui circonscrivaient la vie quotidienne des Noirs: asseyez-vous à l'arrière du bus, ne buvez pas à cette fontaine d'eau, n'allez pas à l'entrée principale, ramassez vos plats à emporter à la porte arrière où le restaurant jette ses ordures, sortez de la ville avant la nuit.

Désireux de participer tels qu'ils étaient, John Lewis et sa génération savaient également à quoi ils étaient confrontés. Ils avaient gravé dans leurs souvenirs le lynchage d'Emmett Till en 1955. Quand Emmett Till a été tué pour avoir enfreint l'une des règles non écrites du Sud isolé, John Lewis avait le même âge, 14 ans.

Passage de témoin

John Lewis était de la génération qui a pris le relais et a mené le combat dans les régions les plus dangereuses du sud rural. Son premier combat important était survenu à Nashville, Tennessee, quand lui et d'autres ont pris place dans des restaurants «blancs uniquement» - des restaurants appartenant à de grandes entreprises comme Kresge's et Woolworth's. Formés à la discipline de la «non-violence» par CT Vivian et sa génération, ils ont enduré non seulement des racistes qui leur criaient dessus, leur crachaient dessus, leur jetaient du café chaud sur leurs genoux, mais ils ont aussi enduré des mégots de cigarettes à bras nus. Ils ont démontré leur engagement dans les circonstances les plus difficiles.

John Lewis est devenu l'un des premiers «Freedom Riders», 13 personnes, noires et blanches, qui ont pris des bus inter-États depuis les villes du nord vers la partie la plus profonde du sud. Leur première action courageuse a inspiré des centaines d'autres militants, noirs et blancs, à faire le même voyage. À chaque trajet, les Freedom Riders ont non seulement été battus, mais également incendiés des bus lorsqu'ils étaient à l'intérieur.

Par leur propre engagement envers la «désobéissance passive», ils avaient l'intention de forcer le gouvernement fédéral à appliquer les décisions de justice qui auraient aboli les règles distinctes sur les voyages interétatiques.

Faire respecter le droit de vote

Le combat visait bien plus que de démolir l'indignité des lois de ségrégation. Ils se sont mobilisés pour obtenir le droit de vote, le plus fondamental des droits dans ce qui était censé être une «démocratie». En fait, la population noire (masculine) libérée avait prétendument obtenu le droit de vote en 1870, avec le 15 e amendement à la Constitution. Mais ce droit avait été supprimé dans la pratique par toutes les lois et pratiques de Jim Crow dont le simple but était d'empêcher les Noirs de mettre les pieds dans un isoloir.

L'un des membres fondateurs du Comité de coordination des étudiants non violents, John Lewis faisait partie de ces équipes de jeunes de tout le Sud profond qui ont travaillé pour amener les gens à s'inscrire pour voter. Refusés, battus, parfois tués pour leur témérité à oser s'enregistrer, tous ces gens ordinaires, dont beaucoup sont des métayers, ont finalement changé le Sud rural pour toujours.

John Lewis s'est mis en première ligne d'une marche appelant à une loi fédérale sur le vote en 1965. La marche a été accueillie par des soldats de l'État de l'Alabama, qui ont battu de nombreux participants, y compris Lewis, presque insensés. Les passages à tabac qui ont fait le tour du monde à la télévision ont attisé l'indignation qui a donné l'impulsion finale à la «loi sur le droit de vote», qui a franchi rapidement le Congrès et n'a été signée que cinq mois plus tard.

Les limites - et les gains - de la désobéissance civile non violente

Lewis, et les centaines, voire des milliers d'autres comme lui, faisaient partie de ce mouvement qui croyait que par l'exemple moral, ils pouvaient changer le comportement des racistes qui les méprisaient.

Ils n'ont peut-être pas changé le racisme méprisable qui avait infecté des générations entières de Blancs, mais leur détermination, leur courage et leur refus d'abandonner ont finalement amené un grand nombre de Noirs dans la lutte, partout dans le Sud. Et c'est ce qui a fait reculer les racistes.

Leur lutte n'a pas vaincu le racisme manifeste qui est toujours juste sous la surface dans cette société, et se trouve parfois juste au-dessus. Surtout, il ne s'est pas débarrassé du racisme institutionnel qui condamne toujours la masse de la population noire à plus de chômage, à des emplois à faible revenu, à moins d'accès à une véritable éducation, moins d'accès à des soins médicaux décents, à plus d'emprisonnement - et ce qui ne pouvait en résulter qu'à un plus grand nombre de personnes tuées par des flics - un racisme intégré au fonctionnement même du capitalisme lui-même.

Le problème était que ce mouvement laissait le système en place. Le vote a pu mettre des gens comme John Lewis au Congrès, écartant ceux qui se vantaient ouvertement de leur appartenance au Ku Klux Klan. C'était déjà capital.

Charles Evers, qui est revenu dans le sud lorsque son frère Medgar a été assassiné en 1963 par des racistes, a été élu maire d'une petite ville du Mississippi par «des mains qui cueillaient autrefois le coton» - la première personne noire à être élue dans le Mississippi depuis la fin de la reconstruction . Son élection dans le plus profond du Sud profond, a ouvert la voie à des centaines, puis à des milliers de petites villes dirigées par des fonctionnaires noirs mis en place par le vote de ceux qui l'ont refusée.

Charles Evers était aussi un riche homme d'affaires, quelqu'un qui était un exemple à imiter pour la population noire.

Ces symboles étaient importants pour de nombreuses personnes. Mais les politiciens fonctionnaient toujours au sein d'une société capitaliste qui attendait de sa classe politique qu'elle respecte les besoins du capital, y compris sa capacité à exploiter la population ouvrière, et cela signifie la grande majorité de la population noire. Les hommes d'affaires eux-mêmes ne pouvaient survivre que s'ils exploitaient leurs ouvriers, quels qu'ils soient, noirs ou blancs.

Les routes tracées par la nouvelle classe d'hommes politiques noirs et la classe élargie d'hommes d'affaires noirs n'ont pas conduit la population noire hors du piège de la société capitaliste.

Le courage, la détermination et l'engagement de nombreux John Lewis

En regardant la situation aujourd'hui, il peut être facile pour certaines personnes qui ne se sont jamais vraiment engagées dans une large lutte de la population de croire que ce que des activistes comme John Lewis ont accompli ne valait pas grand-chose. Ils ne pourraient pas avoir plus tort.

La génération pour laquelle John Lewis est venu parler et symboliser se battait pour une réforme du système capitaliste qui organise ce pays. C'est cet engagement à «réformer» qui fixe la limite de ce qui peut être accompli.

Mais la lutte massive que Lewis symbolise a changé le visage non seulement du Sud, mais de ce pays, pour toujours. Il a éliminé l'indignité des lois Jim Crow. Il a mis le vote entre «des mains qui avaient choisi le coton». Il a mis le travail noir dans la position qu'il occupe aujourd'hui, au centre même de la classe ouvrière.

Nous aurions pu souhaiter que la lutte massive telle qu'elle se déroulait ait vu le système qu'ils essayaient de réformer pour ce qu'il était - l'obstacle majeur qui condamne la population noire à continuer de subir une inégalité. Nous aurions peut-être souhaité que cette lutte massive prenne sur elle le but de renverser le capitalisme.

Cela n'a pas été. Mais ceux qui à l'avenir se battront pour faire exactement cela sauront qu'ils ont une dette énorme envers ce que la génération de Lewis a fait - engager toute une population dans la lutte qui a extirpé Jim Crow, l'esclavage sous un autre nom.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 02 Août 2020, 08:33

Un texte d'orientation proposé juste avant le début de la crise sanitaire :

Class Struggle, 1er mars 2020 a écrit :Situation aux États-Unis avant la propagation du coronavirus

Ce rapport a été rédigé début février et a été diffusé parmi les militants de l'organisation Spark pour discussion à partir du 1er mars 2020. Nous n'avons pas tenté de mettre à jour le rapport, le laissant tel qu'il apparaissait le 1er mars, car il montre la situation comme c'était juste avant la dispersion généralisée du COVID-19 aux États-Unis. La situation discutée dans ce rapport a peut-être été dépassée par des événements à évolution rapide, mais ce texte est un rappel important que les bases de la catastrophe actuelle frappant la classe ouvrière avaient déjà existantes avant que la première personne ne soit infectée dans ce pays.

Une attaque incessante contre la population ordinaire

Nous avons vécu ce qu'on appelle la plus longue expansion économique de l'histoire des États-Unis. Le plus long peut-être, mais il a aussi le taux de croissance le plus lent de toute expansion de l'histoire. Cette période de onze ans de quasi-stagnation est simplement une autre marque de la crise économique sous-jacente, qui peut changer ses caractéristiques extérieures, mais ne disparaît pas.

Au cours de cette dernière période, la classe capitaliste a augmenté sa part de la richesse nationale en menant une attaque soutenue, ouverte et féroce contre le niveau de vie de la population ordinaire. Il y a une masse croissante de chômeurs, jusqu'à sept millions de plus qu'avant la dernière récession - malgré un taux de chômage officiel presque record, qui ignore en fait bon nombre de ceux qui sont sans travail. Des millions de personnes qui ont perdu leur emploi au cours de la dernière récession ne l'ont jamais retrouvé. Dans les régions semi-rurales économiquement défavorisées, les travailleurs sont confrontés à un chômage chroniquement élevé, une situation que la population noire des quartiers les plus pauvres de nombreuses villes connaît depuis très longtemps. Des usines et des lieux de travail ont été déplacés d'un endroit à un autre, ou simplement éliminés, décimant des communautés et des régions entières.Les gains de productivité ont gonflé les rangs des chômeurs tout en surchargeant ceux qui étaient encore employés. Des dizaines de millions d'emplois à temps plein rémunérés relativement décents avec avantages sociaux ont été remplacés par des emplois instables, souvent sans heures fixes, souvent avec de courtes heures, des salaires beaucoup plus bas et moins ou pas d'avantages sociaux.

De nombreux jeunes travailleurs sont exclus de tout emploi formel, ce qui les pousse dans l’économie souterraine - ils sont contraints à des petits boulots payés sous la table, ou bien sont regroupés. Et la situation ne s'améliore pas à mesure que les travailleurs vieillissent. Près de la moitié des travailleurs dans leurs meilleures années de travail (25 à 54 ans) et titulaires d'un diplôme d'études secondaires ne font plus partie de la population active (comme le rapporte l'économiste de Princeton Anne Case). À l'autre extrémité de l'échelle d'âge, une part croissante des personnes âgées n'ont pas les moyens de prendre leur retraite - elles ont peu de pensions, d'autres prestations de retraite et d'épargne - tandis que d'autres ont été contraintes de quitter la retraite pour retourner sur le marché du travail. En fait, les personnes âgées sont désormais la partie de la main-d'œuvre américaine qui croît le plus rapidement. Selon le Bureau of Labor Statistics des États-Unis,le nombre de travailleurs âgés de 65 à 74 ans devrait augmenter de 55% entre 2014 et 2024. D'ici 2024, 13 millions de personnes âgées de 65 ans et plus travailleront toujours.

Les travailleurs gagnent moins, en moyenne, que leurs homologues des années 1970. Le salaire minimum fédéral vaut aujourd'hui près d'un tiers de moins qu'il ne l'était à son apogée en 1968, même selon les statistiques gouvernementales, qui sous-estiment largement l'impact de l'inflation aujourd'hui. La plus grande partie de la classe ouvrière vit de chèque de paie à chèque de paie, avec des économies totales de moins de 400 $, pas assez pour couvrir «des dépenses relativement petites et imprévues, telles que la réparation d'une voiture ou le remplacement d'un appareil cassé», selon la Réserve fédérale dans son enquête annuelle.

Face à la baisse constante de leur niveau de vie, davantage de travailleurs sont allés plus loin dans une dette dangereuse avec des cartes de crédit à intérêt élevé, des prêts automobiles à plus long terme, des prêts hypothécaires refinancés et des prêts étudiants. La dette des consommateurs est maintenant à des niveaux plus élevés qu'il y a 12 ans, au-dessus du précédent sommet de 2008, à la veille du dernier krach financier. Les remboursements de la dette des familles de travailleurs absorbent une part croissante de la diminution du revenu de leur ménage.

L'appareil d'État a procédé à des coupes sévères dans le secteur public afin de diriger davantage de ressources d'État vers le capital. Il en a résulté une nouvelle réduction du niveau de vie des travailleurs et une détérioration de leurs conditions de vie. Le financement public a été réduit pour la construction et la réparation d'infrastructures vitales, notamment les réseaux d'aqueduc et d'égouts, les routes, les ponts, les tunnels et les transports en commun. Non seulement cela a réduit les possibilités d'emploi, mais cela a également pesé sur la vie quotidienne - que ce soit sous forme d'eau sale, de routes dangereuses ou de temps de trajet plus longs pour aller au travail. La réduction de divers types de soutien du revenu pour les handicapés et les «travailleurs pauvres» a réduit douloureusement le niveau de vie des couches les plus pauvres de la classe ouvrière. Les coupes dans Medicare et Medicaid signifient qu'une plus grande part des frais médicaux est supportée par ceux qui dépendent de ces programmes,de la même manière que les réductions des avantages sociaux contenues dans les contrats syndicaux ont poussé davantage de partage des coûts sur les travailleurs couverts. Le prix de la couverture médicale en vertu de la Loi sur les soins abordables continue d'augmenter. La réduction des fonds destinés à l'éducation signifiait non seulement une diminution de la possibilité d'éducation et des services de soutien, tels que les infirmières scolaires qui faisaient autrefois partie des écoles publiques, cela signifiait également que les parents devaient trouver l'argent pour payer les activités sportives, d'autres des activités parascolaires et même des fournitures pour les classes - qui ont toutes servi à réduire le revenu disponible dans les ménages ordinaires avec enfants.La réduction des fonds destinés à l'éducation signifiait non seulement une diminution de la possibilité d'éducation et des services de soutien, tels que les infirmières scolaires qui faisaient autrefois partie des écoles publiques, cela signifiait également que les parents devaient trouver l'argent pour payer les activités sportives, d'autres des activités parascolaires et même des fournitures pour les classes - qui ont toutes servi à réduire le revenu disponible dans les ménages ordinaires avec enfants.La réduction des fonds destinés à l'éducation signifiait non seulement une diminution des possibilités d'éducation et des services de soutien, tels que les infirmières scolaires qui faisaient autrefois partie des écoles publiques, cela signifiait également que les parents devaient trouver l'argent pour payer les activités sportives, d'autres des activités parascolaires et même des fournitures pour les classes - qui ont toutes servi à réduire le revenu disponible dans les ménages ordinaires avec enfants.

La gangrène économique et sociale, associée au manque de soins médicaux et de services sociaux, a engendré une épidémie de «décès par désespoir» dus à des surdoses de drogue, des maladies du foie et des suicides. Ces décès ont augmenté si rapidement que l'espérance de vie a diminué trois années de suite dans ce pays, avant une légère hausse en 2019. Un tel renversement de l'espérance de vie ne s'est pas produit dans ce pays depuis 1918, juste après la Première Guerre mondiale, lorsque la grande épidémie de grippe s'est largement répandue dans la population. Aucun autre pays développé n'a connu une baisse de l'espérance de vie sur plusieurs années en dehors de la guerre.

Ce sont les coûts humains de ce que la classe capitaliste a fait pour améliorer sa propre situation au milieu d'une économie en crise et en stagnation. Les entreprises ont pris une part de plus en plus grande de ce qui a été produit et créé, le réorientant vers des bénéfices, qui ont atteint des niveaux records en 2018, non seulement en dollars réels, mais dans leur part de l'économie globale mesurée par le PIB. Les bénéfices n'ont pas été réinvestis dans la production de biens et de services, mais ont été canalisés très directement vers la classe bourgeoise qui se trouve au sommet de l'échelle des revenus.

La base compacte, organisée et minoritaire de Trump

Depuis 2017, la vie politique aux États-Unis est dominée par la Maison Blanche, d'une manière inédite depuis la présidence du FDR. Donald Trump définit les termes de la discussion politique avec une intensité quotidienne que la plupart d'entre nous n'ont jamais vue auparavant, à travers des publications sur les réseaux sociaux, des commentaires aux médias réguliers et des discours lors de ses rassemblements. Dominant la scène politique, il redynamise le racisme, le nativisme et la misogynie qui traverse cette société. Rien de tout cela n'a commencé avec Trump. Et ce n'est pas seulement aux États-Unis que de telles idées vénéneuses sont crachées par des fonctionnaires. Mais venant de la bouche du président américain, ils ont un poids particulier. Dans le monde, Trump renforce le mouvement plus généralisé vers l'extrême droite. Dans ce pays, il donne une autorisation officielle aux racistes qui se sont toujours cachés dans le tissu social.

À un moment donné, des médias comme le New York Times ou le Washington Postcroyait (ou espérait) que la destitution affaiblirait au moins Trump, sinon le supprimerait. Ce n'est pas ce qui s'est passé. Certaines parties de l'appareil d'État peuvent être bouleversées par son comportement imprévisible et égoïste, qui semble parfois saper ou bouleverser leurs propres objectifs politiques. Mais les politiques de Trump servent toujours largement les intérêts de la bourgeoisie et elles sont toujours conformes aux politiques de ses prédécesseurs - qu'il s'agisse de réductions d'impôt sur les sociétés ou d'une guerre commerciale visant à contenir et à tirer davantage profit de ses concurrents chinois ou à étrangler des régimes comme ceux de Iran et Venezuela. De plus, le comportement de Trump sert à détourner l'attention des attaques que la bourgeoisie et l'appareil d'État mènent contre la population ouvrière. Il permet même à des parties de l'appareil d'État répressif, comme le FBI et la CIA,être présenté par les libéraux et les progressistes comme des champions de la liberté et de la liberté car certains d'entre eux s'opposent à Trump.

En l'absence d'opposition claire et organisée d'une partie importante de la bourgeoisie, le Parti républicain n'avait aucune raison de s'opposer à Trump dans la procédure de destitution. Et les titulaires républicains ont risqué le suicide politique en agissant ainsi. Avant d'arriver aux élections de novembre, les politiciens républicains doivent d'abord se présenter à la primaire républicaine, qui est aujourd'hui dominée par des fondamentalistes chrétiens, d'autres organisations anti-avortement, la NRA et une série d'organisations réactionnaires. Un sénateur républicain qui a voté pour condamner Trump dans le procès de destitution pourrait faire face à une défaite probable à la primaire républicaine.

Trump a semblé être renforcé par le «procès» de destitution. Il a gardé sa base de soutien solide et distincte, même si elle est minoritaire. Et, si nous pouvons jauger par les sondages immédiatement post-destitution, il semble avoir gagné un peu plus de soutien dans la population générale - si pour aucune autre raison que la destitution a échoué. Dans la même mesure, il apparaît que les démocrates ont perdu à la suite de la destitution, au moins temporairement.

La partie la plus solide de la base de Trump vient de cette partie de l'électorat républicain qui était particulièrement cultivée par George HW Bush. Dans les années 1980, les républicains ont cherché à se bâtir une base plus populaire, au-delà de la partie riche de la population qui les soutenait depuis longtemps. Ils ont trouvé une base toute faite parmi les fondamentalistes chrétiens organisés, qui ont afflué dans le Parti républicain après avoir agi pour réduire l'accès à l'avortement, et se sont également opposés à l'acceptation de plus en plus générale de l'homosexualité. À bien des égards, les fondamentalistes chrétiens ressemblent à la base des mouvements religieux réactionnaires qui ont émergé dans le monde: résolument de droite, souvent xénophobes, parfois racistes, et généralement opposés aux droits des femmes. Et si les églises fondamentalistes sont principalement concentrées parmi les Blancs vivant dans les zones rurales ou semi-rurales, les petites villes et les banlieues éloignées, il ne faut pas oublier que parmi ces fondamentalistes religieux, il y a aussi d'importantes congrégations noires, ainsi que des pentecôtistes latinos , sans parler des diocèses importants de l'église catholique romaine. Trump n'a pas créé cette base, il l'a héritée du Parti républicain. Mais il l'a fait sienne en exprimant rapidement son opposition à l'avortement et en nommant des juges de la Cour suprême dont l'opposition à Roe v Wade [arrêt historique de la Cour suprême des USA en 1973 actant la constitutionnalité du droit d'une femme à recourir à l'avortement] était claire. Et à l'approche des élections de 2020, il a fait ce qu'aucun autre président républicain n'avait jamais osé faire : il a pris la parole lors du rassemblement annuel des militants anti-avortement organisé à l'occasion de l'anniversaire de Roe v Wade.

L'autre partie de la base de Trump - ou du moins de ceux qui l'ont soutenu lors des élections de 2016 - est centrée sur les travailleurs, en particulier, mais pas seulement, sur les travailleurs blancs. (De toute évidence, beaucoup de travailleurs qui soutiennent Trump sont des fondamentalistes chrétiens - mais pas tous.) Comme Reagan avant lui, Trump a fait une tentative spéciale pour apparaître comme leur porte-parole. Mais Trump est allé plus loin que Reagan, proposant des politiques prétendument «radicales» en réponse à leur colère face aux conditions économiques chroniquement déprimées, qui sont devenues plus difficiles depuis que Reagan était au pouvoir. Plus précisément, il s'est concentré sur l'immigration et le «commerce déloyal» comme cause de la perte d'emplois et de la pauvreté croissante. Encore une fois, cette réponse réactionnaire n'a pas commencé avec Trump, mais Trump a fait de ces deux questions la pierre angulaire apparente de sa politique intérieure.

Il est important de reconnaître que de nombreux travailleurs blancs en 2016 étaient en colère et amers contre les deux partis, républicain et démocrate. Beaucoup de ceux qui ont soutenu Trump en 2016 l'ont fait en supposant qu'il était un étranger, avec l'espoir qu'un étranger bouleverserait le système. Le fait qu'il ait été attaqué depuis le premier jour de sa prise de fonction n'a fait que confirmer leurs pires soupçons sur le système politique et renforce Trump - lui donnant une excuse pour ne pas être en mesure de résoudre les problèmes auxquels les gens sont confrontés.

La base totale de Trump est une minorité de la population électorale - organisée et compacte, mais seulement une minorité néanmoins. Ce qui donne à Trump ses perspectives, c'est l'incapacité congénitale du Parti démocrate à proposer et à agir sur une politique en faveur des travailleurs.

La base changeante du Parti démocrate

Pendant des décennies, la population noire a été la base électorale la plus fiable du Parti démocrate. Plus de 90% des Noirs qui votent soutiennent les candidats démocrates. La population latino-américaine est comparable, bien que son soutien aux démocrates soit un peu moindre, se situant entre 55% et 75%. La très grande majorité de ces deux parties de la population sont des travailleurs, et avec les travailleurs blancs, qui fournissent encore l'essentiel des voix pour les démocrates, ils donnent au Parti démocrate le soutien de la majorité de la population. Enfin, le mouvement ouvrier, avec les églises noires, a fourni les troupes les plus fiables pour le travail de campagne avant et le jour même des élections, mobilisant des forces pour sortir le vote.

Le Parti démocrate dépend de cette base sociale large et solide; mais il a longtemps agi comme si ces votes étaient bloqués, qu'il n'est pas nécessaire que les démocrates fassent plus que faire des déclarations du bout des lèvres aux préoccupations de la population de la classe ouvrière, noire, blanche et latino. Et, pour regarder la réalité, quel autre choix existe pour les travailleurs noirs et latinos, étant donné le racisme implicite et souvent manifeste du Parti républicain? Quel choix pour les travailleurs, étant donné que le Parti républicain a longtemps été considéré comme le parti des riches? Mais il y a une autre réalité, il y a un troisième choix, pour lequel une grande partie, parfois la majorité, des travailleurs ont opté, et c'est de ne pas participer aux élections, particulièrement vrai pour la population noire, et surtout ses couches les plus pauvres.

Cette fois, le Parti démocrate a fait un effort pour montrer qu'il ne tenait plus les votes noirs et latinos pour acquis. La saison des primaires démocrates a débuté à la mi-2019 avec l'annonce de 24 candidats différents à la présidence: dont quatre noirs, un latino, un asiatique, six femmes, un homosexuel et plusieurs candidats plus jeunes. La formation primaire démocrate de 2020 était censée faire une déclaration sur l'engagement du parti en faveur de l'inclusion et de la «diversité» - contrairement à Trump. Dans les débats, les candidats ont cherché à souligner leurs «humbles débuts», leur capacité à comprendre ce que vivent les travailleurs aujourd'hui.

Huit mois plus tard, après dix débats et quatre primaires / caucus, cette pitoyable prétention à la «diversité» est démasquée pour ce qu'elle était. Bien avant la première primaire, les candidats noirs avaient tous été contraints d'abandonner, incapables de réunir les fonds nécessaires; il en était de même pour les candidats latino-américains et asiatiques et pour toutes les femmes sauf deux. [Et après le «Super Tuesday», le peloton avait effectivement été réduit à deux vieillards, blancs, Biden et Sanders.] Certes, la blancheur de la composition finale n'est pas la question politique fondamentale. Mais c'est un fait concret, dont le symbolisme peut avoir un impact sur ceux qui voteront en novembre - ou décideront de ne pas voter.

Lors des élections de mi-mandat de 2018, le Parti démocrate a dirigé une grande partie de sa campagne vers les femmes de banlieue, les étudiants et même certains secteurs aisés de la population, des gens choqués par le langage et le comportement de Trump. De toute évidence, la plus grande part de l'électorat démocrate était de loin dans et autour des quartiers ouvriers des grandes régions métropolitaines, noirs, latinos et blancs. Mais les démocrates ont renversé 41 districts du Congrès, auparavant détenus par des républicains, qui, lorsqu'ils ont été ajoutés à leurs 194 districts démocratiques sûrs, leur ont donné le contrôle de la Chambre des représentants. Assez de gens de la classe moyenne vivant dans les banlieues les plus éloignées, dont la plupart votent ordinairement républicain, ont traversé en 2018, permettant aux candidats démocrates de gagner - non seulement pour le Congrès, mais pour les postes de gouverneur et d'autres postes d'État.La grande majorité des candidats qui ont «renversé» les districts républicains ont fait campagne en tant que soi-disant «modérés», c'est-à-dire socialement conservateurs. Beaucoup de ceux qui se sont présentés au Congrès étaient d'anciens militaires, de la CIA ou d'autres professionnels des agences de renseignement, et ils se sont fortement appuyés sur leurs antécédents dans leurs campagnes. Aucun d’entre eux n’a été approuvé par le PACS dit «progressiste».

C'est avec ces domaines à l'esprit que l'appareil du Parti démocrate s'est concentré sur quel candidat pourrait être le «plus éligible».

Cela a défini l'attitude de l'appareil du parti envers Bernie Sanders. Malgré ses résultats aux premières primaires, l'argent qu'il a récolté auprès de millions de contributeurs, et même sa place dans les sondages, Sanders était, selon eux, «trop radical» pour gagner en novembre - un «socialiste» en plus de tout le reste. . Une grande partie de l'appareil du parti a paniqué que Sanders en tête du scrutin coûterait à ses candidats «modérés» l'élection dans de nombreux États.

Sanders a fait valoir, tout comme Trump l'a fait avant lui, que parce qu'il n'est pas lié par les contraintes habituelles du système politique, il dynamisera les nouveaux électeurs. (En fait, Trump n'a pas dynamisé les nouveaux électeurs; il a déplacé un nombre relatif d'électeurs blancs dans l'Ohio, la Floride, la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin de la colonne démocrate à la colonne républicaine - tandis que davantage d'électeurs noirs, n'aimant aucun des deux choix, sont restés Certains des électeurs de Trump en novembre étaient des électeurs de Sanders lors des primaires de 2016. Cela était perceptible, par exemple, dans le Michigan.)

Le fait est que Sanders n'a pas amené plus de personnes aux urnes pour le soutenir lors des quatre premières primaires / caucus. Dans la mesure où il y avait une augmentation du taux de participation, il semblait avoir été en faveur des candidats «modérés», même dans les États remportés par Sanders. La propre campagne de Sanders a été forcée d'admettre que le «nouvel électorat» dont il parlait ne s'est pas présenté - et cela a scellé le problème en ce qui concerne l'appareil du Parti démocrate.

Dans tous les cas, le vrai problème, qu'il s'agisse de Sanders, de Biden ou d'un autre candidat, c'est que le Parti démocrate n'offre pas à la population une réponse à la situation désastreuse actuelle.

Sanders peut sembler proposer une approche plus «radicale». Et il a certainement abordé certains des problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs. Entre autres choses, il a parlé de l'itinérance, de la dette étudiante et des bas salaires; il dénonce les riches pour ne pas payer leur «juste part» d'impôts (ce que «juste» peut signifier au milieu d'une société complètement injuste). Il reconnaît peut-être bon nombre des problèmes, mais sa réponse, enfin, n'est pas différente de celle donnée par tous les autres candidats, y compris Trump : c'est-à-dire voter, le mettre en fonction et espérer qu'il s'occupera de la problèmes.

Traitez-les, mais comment ? Sanders a parrainé un projet de loi visant à augmenter le salaire minimum à 15 dollars de l'heure - sur cinq ans! Une proposition pas très radicale, étant donné que 15 $ l'heure n'empêchera probablement pas une famille de quatre de sombrer sous le seuil de pauvreté dans cinq ans. À la fin du débat en Caroline du Sud, Sanders a déclaré que le plus important à son sujet est qu'il n'est PAS radical, ses propositions ne sont PAS radicales. C'est vrai.

Sanders est surtout connu pour avoir proposé «Medicare for All», dont il dit qu'il s'efforcerait de faire passer une fois en poste. L'assurance-maladie elle-même n'est pas suffisante pour payer les coûts auxquels la plupart des gens sont confrontés. Mais laissez cela de côté. Avoir un système unique garantissant une couverture médicale complète à tous signifie que l'emprise de la finance, du gros capital, sur l'assurance médicale doit être déracinée. Cela ne se fera pas en expliquant au système financier qu'un tel système sera plus efficace, moins coûteux - si ce n'est moins rentable! Cela ne pouvait se faire que par une mobilisation massive de la classe ouvrière pour exproprier les capitalistes qui étranglent aujourd'hui le système médical; cela ne pourrait se faire que si la classe ouvrière était organisée pour se battre dans son propre intérêt, c'est-à-dire pour se battre pour exproprier les capitalistes qui étranglent aujourd'hui toute l'économie,et pas simplement pour soutenir le programme d'un homme politique occupant la Maison Blanche. Un tel combat signifie un affrontement amer entre les classes. Mais c'est exactement ce que Sanders n'a jamais proposé.

Sanders est, en fait, l'un de ces candidats que le Parti démocrate inclut souvent - quelqu'un avec une teinte «radicale» dans leurs déclarations, quelqu'un comme Shirley Chisholm, Eugene McCarthy, Jesse Jackson ou Howard Dean, quelqu'un qui ne remporte jamais l'investiture, mais le fait. assez bien pour renforcer l’idée qu’un jour, le Parti démocrate pourrait être transformé. Un jour !

Que signifierait-il si Trump gagnait ? Cela pourrait certainement signifier une aggravation des eaux racistes, nativistes, anti-ouvrières et misogynes qui se répandent aujourd'hui à la Maison Blanche. Et nous pouvons nous attendre à ce que les forces d'extrême droite qui ont déjà été enhardies ces dernières années soient davantage encouragées, que la violence raciste se développe.

Que signifiera-t-il si Sanders ou Biden étaient élus? En premier lieu, cela signifie probablement qu'il y aura une augmentation de l'électorat populaire - soit parce qu'il y a une résurrection des illusions qu'Obama a suscitées au début, une résurrection des illusions dans le système électoral, au moment même où il devient vital que la classe ouvrière rompt avec les illusions pour organiser ses forces pour lutter pour ce qui est nécessaire. Ou, comme plus probable, ce serait le produit de la peur et de l'horreur de Trump. Voter pour un démocrate sur cette base est, à sa manière, basé sur des illusions dans le système électoral.

Élire Biden ou Sanders ou tout autre démocrate ne signifie pas que les forces d'extrême droite disparaîtraient. Aigris par la perte de Trump, ils seront un terrain fertile pour d'autres démagogues réactionnaires. Ils peuvent facilement être poussés à la violence, à la recherche de quelqu'un sur qui éliminer leurs frustrations. Et ils pourraient être les troupes d'une hystérie anti-communiste, anti-ouvrière, anti-syndicale.

Peu importe qui gagne, la classe ouvrière sera confrontée à la nécessité vitale de s'organiser, y compris de défendre ses propres troupes et ses propres luttes contre une menace physique croissante. C'est une nécessité. Et c'est celui qu'aucun démocrate ne préconise.

Mobilisations populaires

Il y a eu un courant d'opposition parmi les jeunes, ainsi que la gauche au sens large, sur la question du changement climatique, et aussi un certain courant produit par la violence dans les écoles, liée dans l'esprit populaire avec des armes à feu. Il est clair que cette opposition a déjà été amenée à soutenir les démocrates lors des prochaines élections, même si dans un premier temps par le biais de la campagne Sanders.

La réalité de la destruction que le capitalisme est en train de provoquer sur la planète va bien au-delà de tout ce qui peut être impacté en sautant d'un cheval électoral de la bourgeoisie à l'autre. Cela pose clairement le problème de savoir quelle classe contrôle la société. Et ce n'est pas quelque chose qui trouvera une réponse dans l'isoloir, mais plutôt dans les luttes conscientes de la classe ouvrière, basées sur ses propres intérêts de classe, pour offrir ses solutions aux problèmes que la bourgeoisie a créés pour l'humanité.

Mobilisation de la classe ouvrière

Une fois de plus, l'année dernière, la classe ouvrière était pour la plupart calme. Il y a eu plusieurs grèves d'enseignants, notamment à Los Angeles et à Chicago. Il y a eu une sorte de mobilisation des enseignants et de soutien des parents et de la communauté. Mais ces grèves ont été contrôlées du début à la fin par la bureaucratie syndicale, qui est liée au Parti démocrate, qui contrôle les gouvernements locaux et étatiques, les mêmes appareils qui ont imposé des coupes systématiques à l'éducation publique.

La lutte la plus importante de l'année a été la grève de six semaines des travailleurs de l'automobile contre GM. Comme les grèves des enseignants à Los Angeles et à Chicago, elle a été décidée et organisée par le haut. Mais il y avait plusieurs choses qui en faisaient plus que la grève habituelle à la fin d'un contrat.

En un sens, nous pourrions dire que la grève était historique, car il n'y avait pas eu de grève à l'échelle de l'entreprise dans le secteur de l'automobile qui ait duré plus d'un jour ou deux depuis 1976.

Il est sûr de dire que la plupart des travailleurs de GM qui étaient en grève n'avaient jamais fait de grève auparavant. Lorsque la grève a commencé, les travailleurs ne semblaient pas sûrs de ce qui se passait. Mais à mesure que la grève se poursuivait, ils semblaient devenir plus déterminés à résister. Et lorsque le vote final sur le règlement a eu lieu après 40 jours, plus de 40% ont voté «non». Les travailleurs qui ont voté NON n'ont pas seulement voté contre un contrat qu'ils n'aimaient pas, ils savaient qu'ils votaient pour continuer la grève.

Nous avons entendu un refrain commun venant des travailleurs des autres sociétés automobiles de Detroit: «Leur combat est notre combat.» Dans le sud-est du Michigan, les travailleurs de Ford, Chrysler et des sociétés de pièces automobiles se sont rendus aux lignes de piquetage, apportant souvent de la nourriture ou de l'argent aux grévistes. Les enseignants, les employés des hôpitaux et les employés de l'État et des municipalités ont également rejoint les lignes de piquetage. Certes, il n'y a jamais eu un grand nombre d'autres travailleurs qui se sont déplacés vers les lignes, mais certains l'ont fait — puis sont retournés sur les lieux de travail pour en parler et faire sortir d'autres personnes. Ils n'ont pas rejoint la grève en tant que tels, car ils sont venus pendant leur «temps libre». Mais sortir comme ils l'ont fait était un témoignage du sentiment de solidarité qu'une grève parmi un groupe important de travailleurs peut susciter.

La chose la plus notable à propos de la grève, à part le fait qu'elle a eu lieu, était l'objectif que de nombreux travailleurs avaient: ils voulaient inverser les changements qui ont transformé l'industrie automobile en un employeur majeur de travailleurs temporaires et de soi-disant second. et les travailleurs de troisième niveau, c'est-à-dire embauchés pour travailler sur les mêmes lignes, faire le même travail mais obtenir un salaire nettement inférieur. Ce qui était intéressant, c'était de parler aux travailleurs plus âgés sur les lignes de piquetage qui disaient qu'ils allaient bientôt prendre leur retraite, la grève ne changerait rien pour eux, mais il était faux que les jeunes puissent être embauchés à la moitié du salaire pour faire de même. travailler, ou pourrait être forcé de travailler sans jamais avoir aucun espoir d'un emploi régulier.

En fait, ce problème imprègne toute l'économie et il ne sera pas surmonté par les travailleurs d'une entreprise ou même d'un secteur, aussi important que l'est encore l'automobile. De la même manière, surmonter les décisions de fermer des usines, de licencier des travailleurs, qui imprègne également toute l'économie, nécessitera un combat qui s'étendra bien au-delà des travailleurs qui ont commencé à se battre pour cela. La grève de GM, autant qu'elle a résonné dans les domaines de l'automobile, ne s'est pas étendue au-delà de son origine chez GM. Mais en soulevant le problème, en essayant de le résoudre, en obligeant GM à amener les travailleurs temporaires et à deux vitesses actuels à un salaire standard, même si sur plusieurs années, les grévistes de GM ont levé une banderole à d'autres.

Depuis la fin de la grève de GM, il y a eu une véritable campagne de propagande dans les médias d'information affirmant que les travailleurs ont perdu plus qu'ils n'ont gagné dans la grève. Peut-être que les grévistes de GM pourraient trouver le calcul par eux-mêmes, puisque même la prime à la signature de 11 000 $ que les travailleurs permanents permanents ont reçu leur a donné plus que ce qu'ils ont perdu au cours des 40 jours de grève. Mais moins important que le calcul des gains / pertes monétaires étaient les sentiments invoqués par la grève - qu'il soit possible de se battre et de ne pas être écrasé. Ce sentiment est ce que la campagne anti-grève visait à saper.

La campagne anti-grève était dirigée contre d'autres travailleurs, essayant de calmer l'excitation que certains d'entre eux ressentaient à mesure que la grève se développait. C'est une campagne qui s'est poursuivie, avec de nombreuses variantes jusqu'à ce jour, notamment en remettant en question les motivations des dirigeants syndicaux qui ont appelé à la grève - en les accusant effectivement d'avoir appelé et prolongé la grève afin de se cacher de la corruption des syndiqués. qui est censé sévir dans le syndicat.

Une attaque contre le travail organisé - une partie de la poussée réactionnaire globale

Fin 2019, le gouvernement fédéral s'est engagé publiquement dans la poursuite de deux syndicats, une poursuite qui, si elle est menée, menace encore d'affaiblir un mouvement syndical déjà gravement affaibli.

Sur la côte ouest, un jury fédéral a ordonné à l'ILWU de payer 94 millions de dollars à un employeur, un montant qui aurait fait faillite l'ILWU à plusieurs reprises. Le procès concernait des actions professionnelles menées par une section locale de l'ILWU à Portland Oregon sept ans plus tôt contre les suppressions d'emplois; le prétexte de la décision est venu d'un avocat du Département du travail qui a témoigné au nom de l'employeur que les actions professionnelles constituaient un «boycott secondaire», chose jugée illégale dans le droit du travail fédéral. Le syndicat a immédiatement fait appel du verdict et du montant de l'amende. Quelle que soit la décision finale du juge impliqué dans l'affaire, la charge financière promet de restreindre la capacité d'un syndicat significatif à mener à bien ses activités quotidiennes ordinaires - du moins dans le cadre où les syndicats organisent aujourd'hui leur activité.

Dans le Michigan, un procureur fédéral a annoncé publiquement, après une enquête de trois ans sur la corruption par peut-être une douzaine de responsables de l'UAW, que l'objectif de l'enquête était de placer l'ensemble des 425000 membres de l'UAW sous la surveillance du gouvernement.

Ces deux cas sont-ils une coïncidence? Peut-être. Mais comme ils le font ensemble en ce moment, ils plaident fermement en faveur du fait que les syndicats, aussi faibles soient-ils, aussi collaborateurs de classe soient-ils, créent encore trop d'inconfort pour une classe capitaliste de plus en plus déterminée à imposer une norme beaucoup plus basse. de vivre sur les travailleurs, avec l'intention de l'imposer à un clip beaucoup plus rapide.

Ce qui se passe reste à voir, mais nous n'avons rien de commun avec ces opposants syndicaux autoproclamés de l'UAW qui sont prêts à parier qu'en acceptant l'intervention du gouvernement dans le syndicat, ils obtiendront un syndicat plus «démocratique», via une élection directe «un homme-une voix» pour les hauts dirigeants de l'UAW, pour remplacer les élections lors d'une convention des délégués élus. C'est un pari perdu d'avance. Dans les Teamsters, l'élection directe des dirigeants a été la solution lancée aux opposants du syndicat pour obtenir leur soutien tacite à l'intervention du gouvernement. Cela n'aurait dû surprendre personne que le gouvernement ait réussi à utiliser sa «surveillance» des Teamsters, une fois établis, pour destituer un président du syndicat qui avait mené une grève importante. Le but de l'intervention du gouvernement dans les syndicats est de bloquer l'activité organisée des travailleurs eux-mêmes.Quant à un homme, une voix, qui existe aujourd'hui dans les Teamsters, il a produit une procédure tout aussi bureaucratique et hors des mains des membres que ce qui était arrivé auparavant. Les moyens par lesquels James Hoffa Jr. a pris la présidence - sur la base de très grosses sommes d'argent collectées par des personnes qui avaient longtemps occupé des postes dans les Teamsters - en sont la preuve. Mais plus précisément, l'envoi isolé du bulletin de vote de chaque individu a peu à voir avec une démocratie ouvrière qui fonctionne, qui dépend de la possibilité pour les travailleurs ou leurs représentants de se réunir, de discuter, de décider et de mettre en œuvre ce qui est décidé.a pris la présidence - sur la base de très grosses sommes d'argent collectées par des personnes qui occupaient depuis longtemps des postes dans les Teamsters - en est la preuve. Mais plus précisément, l'envoi isolé du bulletin de vote de chaque individu a peu à voir avec une démocratie ouvrière qui fonctionne, qui dépend de la possibilité pour les travailleurs ou leurs représentants de se réunir, de discuter, de décider et de mettre en œuvre ce qui est décidé.a pris la présidence - sur la base de très grosses sommes d'argent collectées par des personnes qui occupaient depuis longtemps des postes dans les Teamsters - en est la preuve. Mais plus précisément, l'envoi isolé du bulletin de vote de chaque individu a peu à voir avec une démocratie ouvrière qui fonctionne, qui dépend de la possibilité pour les travailleurs ou leurs représentants de se réunir, de discuter, de décider et de mettre en œuvre ce qui est décidé.

Les syndicats, tels qu'ils sont organisés aujourd'hui, ne peuvent pas fonctionner s'ils sont privés d'argent et de soutien de l'Etat. Leurs militants, sans parler de leurs dirigeants, dépendent des deux. L'argent paie pour les responsables syndicaux à plein temps, pour le personnel, pour les griefs et l'arbitrage, pour le lobbying du Congrès dans la poursuite d'une législation pro-syndicale - avec quel bon effet nous savons. Il paie pour le personnel juridique, les poursuites judiciaires et un membre du Congrès amical occasionnel ou deux. Quant à l'État, c'est l'État qui détermine si un syndicat existe ou non, si une grève est légale ou non, si un responsable syndical est corrompu ou non. Les syndicats, tels qu'ils sont aujourd'hui, agissent de manière à gagner la tolérance de l'État, prétendant ou peut-être même croyant qu'il peut être convaincu d'être neutre dans la lutte continue entre les classes.Mais l'État n'est rien d'autre que l'instrument de défense des intérêts de la classe capitaliste.

Le mouvement syndical organisé a depuis longtemps dépassé le moment où plusieurs générations de travailleurs, par leur propre activité personnelle, ont créé les syndicats eux-mêmes. Ce qui manque cruellement aujourd'hui, ce n'est pas la connaissance du combat, ce qui manque, c'est ce qui existait jusqu'à la formation des syndicats industriels de masse: des générations de militants dévoués à leur classe, et qui avaient une vision d'un autre. société, une société communiste. Ils n'ont peut-être pas été en mesure de donner une perspective complète aux travailleurs avec lesquels ils ont essayé de créer des organisations. Mais ils placent l'intérêt de leur classe avant leurs propres intérêts personnels.

Un climat rétrograde et réactionnaire

Tout dans la situation actuelle tire la classe ouvrière vers l'arrière. Le fait que les ouvriers en général aient été incapables de se défendre pendant cette longue période de retraite pèse sur la confiance qu'ils peuvent avoir en eux-mêmes en tant que classe. Le fait qu'une partie de la classe ouvrière soit amenée à voir d'autres parties de la même classe comme des ennemis sape l'idée même qu'il y a une seule classe avec les mêmes intérêts de classe. La domination quotidienne des idées réactionnaires - et tout d'abord de l'individualisme, de la conception du chacun pour soi, du chien-mangeur-chien de la survie - a rongé l'idée de base de la solidarité, qui est le fondement du collectif. la vie de la classe ouvrière.

L'aggravation de la crise économique a forcé et continuera de forcer la bourgeoisie à mener une guerre de classe toujours plus brutale contre la population ouvrière, avec l'aide de son appareil d'État. À quel moment la classe ouvrière sort de sa démoralisation pour reprendre la bataille, nous n'avons aucun moyen de le savoir. Nous savons qu'il y a une énorme quantité de conneries que la classe ouvrière devra percer. Mais nous savons aussi que la classe ouvrière, lorsqu'elle commence à bouger, peut bouger beaucoup plus vite que quiconque ne le comprend.

[Quoi qu'il arrive, la réaction des marchés boursiers à la propagation du virus Corona montre à quel point une situation peut changer brutalement. Depuis le début de la «reprise» de 2008, l'économie est au bord du précipice. Que faudrait-il pour qu'il tombe de la falaise? Quel incident apparemment sans rapport pourrait le pousser? On ne sait pas. Mais la propagation du coronavirus dans quelques pays importants, dans ce monde où l'activité économique est imbriquée dans le monde, pourrait être ce qui entraîne le monde entier dans un nouvel effondrement plus dévastateur. La crise économique alors déclenchée se transformerait presque certainement en crise politique.]

Dans tous les cas, notre devoir est de défendre au sein de la classe ouvrière des idées communistes révolutionnaires - des idées qui ont pratiquement disparu de la classe ouvrière. Nous ne pouvons pas agir comme si ces idées pouvaient être «insérées», progressivement «introduites» petit à petit. Nous devons les présenter simplement et directement comme la réponse nécessaire à une société résolue à détruire l'humanité. Notre objectif doit être de trouver ceux qui peuvent être des militants et de lutter pour diffuser ces idées de l'intérieur de la classe ouvrière.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 05 Août 2020, 12:55

éditorial de Spark, 2 août 2020 a écrit :Virus et chômage ; 2 crises, une seule réponse

Nous sommes frappés par deux crises : la première, une crise de santé publique ; l'autre, une économie qui s'effondre. Toutes deux découlent de la même cause fondamentale : le fonctionnement complètement anarchique et égoïste du système capitaliste.

Le COVID-19 se propage rapidement aujourd'hui encore plus qu'en mars et avril. À l'époque, Seattle, New York, Detroit et la Nouvelle-Orléans semblaient être les seuls véritables points chauds. Aujourd'hui, les points chauds sont dans la plupart des États.

Il n'était pas nécessaire qu'il en soit ainsi, ni en mars ni en avril et certainement pas aujourd'hui. Sachant que ce virus existait, qu'il se propagerait largement lorsqu'il frapperait, le gouvernement aurait pu se préparer à ce qui allait arriver. Les hôpitaux auraient pu être approvisionnés, les services de soins infirmiers et autres entièrement dotés en personnel, les fournitures de test et l'équipement de protection produits. Des tests auraient pu commencer pour trouver les personnes infectées avant que le virus ne devienne incontrôlable.

Au lieu de cela, la plupart des États ont fait tout ce qui garantissait que le virus se propagerait et se propagerait rapidement. Ils ont ouvert des entreprises, sans exiger une protection adéquate des travailleurs. Les gouvernements des États ont donné la priorité aux entreprises, ignorant le risque pour la santé des populations.

Ce virus, c'est vrai, est contagieux. Mais avec des tests adéquats, il est possible de savoir qui est infecté. Et cela aurait pu permettre aux malades d'être mis en quarantaine dans des conditions adéquates pour assurer leur rétablissement ET les empêcher de propager la maladie. Ce n'est pas compliqué. C'est une procédure de base de santé publique.

Mais le problème est que cela nécessite de l'argent que le gouvernement fédéral aurait dû consacrer à la fourniture de stocks d'équipement; l'argent que les États auraient dû consacrer à des services de santé publique bien gérés et dotés d'un personnel complet.

Mais peu d'argent public a été dépensé pour la santé publique, tout comme pas assez d'argent public a été dépensé pour les routes, les ponts, les tunnels, les systèmes d'eau, les systèmes d'égouts, les barrages, même les écoles. L'argent public a plutôt servi à des allégements fiscaux, des subventions, des dons directs pour toutes les grandes entreprises du pays, et la plupart des moyennes.

L'argent public est allé au profit privé.


Et donc, dans ce système capitaliste basé sur la recherche du profit, nous avons le pire dans deux domaines : une crise de santé publique, qui à son tour a écrasé l'économie, provoquant la fermeture d'une grande partie de la vie quotidienne, jetant des millions de personnes au chômage , réduisant le revenu de la plupart des gens.

Aujourd'hui, l'économie est en état d'effondrement. En trois mois et demi, l'économie a chuté autant qu'elle l'a fait pendant les trois premières années et demie de la Grande Dépression.

Le confinement pour le virus a peut-être bloqué les freins. Mais même avant mars et avril, toute l'économie dérapait sur des pneus élimés, prêts à claquer : il y avait un taux de chômage réel très élevé. La plupart des jeunes ont été exclus de l'emploi régulier.

Au milieu de la crise de santé publique d'aujourd'hui, ce qui devrait se passer est évident. Si des travailleurs essentiels sont nécessaires, leur travail doit être organisé en accordant la priorité absolue à leur sécurité. Le travail doit être espacé, le temps passé au travail réduit sans réduction de salaire et l'état de santé des personnes régulièrement contrôlé. L’assainissement doit être prioritaire. Les salaires doivent être augmentés et les congés de maladie sont automatiquement fournis, de sorte que personne ne ressent la pression de venir travailler en cas de maladie.

Tout cela signifierait que beaucoup plus de personnes seraient embauchées. En d'autres termes, ce serait à la fois une partie de la réponse à la crise virale et une réponse partielle à la crise du chômage.

La même chose est vraie en regardant la situation dans son ensemble. La garde des enfants, qui répond aux besoins de développement des enfants et tient compte de leur sécurité et de leur santé, ne peut signifier que beaucoup plus de personnes mises au travail. Protéger les aînés de manière à respecter qui ils sont et la vie qu'ils ont vécue signifie également que davantage de personnes travaillent.

Ce sont des réponses évidentes. Mais il n'y a que la classe des travailleurs pour penser à de telles choses.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 12 Août 2020, 06:07

éditorial de Spark 10 août 2020 a écrit :La voie de la reprise c'est la lutte pour l'emploi

Il y a des représentants du gouvernement qui prétendent que les choses s'améliorent, que nous sommes au bord d'une solide reprise économique. Ils se vantent des 1,8 million de personnes rappelées au travail le mois dernier. Pensent-ils que nous ne savons pas qu'il y a des dizaines de millions de personnes toujours au chômage - nous qui vivons chaque jour au milieu de cette catastrophe du chômage ?

Ce même gouvernement, qui n'a pas pu organiser les mesures de santé publique les plus simples pour éviter une propagation rapide du coronavirus, est aujourd'hui incapable d'organiser les mesures les plus simples pour relancer l'économie.

Et pourtant, il y a beaucoup de choses, des choses de base, qui auraient pu être faites. Un gouvernement contrôlé par la population aurait embauché des ouvriers pour doter tous les services publics nécessaires à la population. Au lieu de cela, ce gouvernement, contrôlé par la classe capitaliste, a décimé les services avec des décennies de coupes.

Les services de santé publique - fédéral, étatiques et de comtés - ont été coupés et coupés à nouveau, dans tous les états du pays. Au moment où l'épidémie a frappé, la santé publique n'avait tout simplement pas assez de personnes ou de ressources pour faire front au virus.

La poste ne peut pas distribuer le courrier aujourd'hui. Les lettres mettent une semaine ou plus à être livrées dans la même ville. Tout cela parce que des emplois ont été supprimés pendant de nombreuses années.

Les bureaux de chômage dans la plupart des États ont été incapables d'obtenir des chèques de chômage pour de nombreuses personnes qui se sont inscrites pour les prestations. Encore une fois, le même problème : trop d'emplois ont été supprimés. Les gouverneurs démocrates, tout comme les républicains, ont réduit la gestion quotidienne de services comme celui-ci.

Tout le monde peut penser à des exemples. Les routes ne fonctionnent pas. Les barrages s'effondrent. Les systèmes d'eau sont empoisonnés. Les eaux usées s'écoulent non traitées dans les cours d'eau. Les transports en commun stagnent. Derrière tous ces exemples, il y a une cause simple. Il y a du travail à faire, un travail important, un travail nécessaire. Mais les gens n'étaient pas embauchés, les gens n'étaient pas formés, les gens n'étaient pas mis au travail. Le gouvernement n'a pas fourni de services dont on avait désespérément besoin, ce qui a aggravé le problème du chômage. C'est ce que fait le gouvernement depuis des décennies, peu importe qui le dirige.

Le gouvernement fédéral - ce gouvernement fédéral soi-disant puissant - n'a même pas été en mesure d'étendre le maigre soutien temporaire de 600 $ au revenu des chômeurs avant qu'il ne s'épuise la quatrième semaine de juillet - même si tout le monde savait que la date limite approchait.

Les démocrates ont rapidement adopté un projet de loi mais ont ensuite attendu les républicains, tout en les attaquant pour ne rien faire. Les républicains étaient occupés à se disputer alors que leur parti se scindait en factions. Aucun des deux partis n'a demandé à la population d'intervenir - sauf pour se préparer aux élections de novembre, comme si les élections pouvaient faire face à ce gâchis.

Bien sûr, Trump a sauté au milieu de tout cela, annonçant, comme il le fait toujours, qu'il ferait quelque chose.

Faire quelque chose ? La seule chose qu'il a faite a été de convoquer une conférence de presse au milieu d'un cocktail dans l'un de ses clubs de golf privés, où il a émis quelques «conseils» - ce que les gros titres appelaient «décrets» et qu'il appelait «lois». Ses conseillers disent des «mémos». Il a appelé les États à mettre en place un nouveau système de chômage - sans leur donner les moyens de le faire. Tout comme il a rejeté la responsabilité de lutter contre le virus sur les États, il a rejeté aux États la responsabilité de fournir de l'argent. Il a «conseillé» différents ministères du gouvernement fédéral de voir s'ils pouvaient trouver quelque chose à faire face à la crise croissante des expulsions. Et il a «conseillé» aux employeurs de cesser de retirer la taxe d'assurance-maladie et de sécurité sociale des feuilles de paie des travailleurs pour les six prochains mois - leur ordonnant de tout retirer à la place en une seule somme en janvier prochain.

En fait, il n'était rien d'autre que le compère typique du camelot dans la rue.

Au milieu de la plus grande crise sociale depuis les années 1930, c'est ce à quoi nous sommes confrontés. Une bande de bons-à-rien attendant les prochaines élections et un camelot escroc dirigeant le pays.

Ce gouvernement n'a depuis longtemps que survécu à toute utilité qu'il aurait pu avoir autrefois - il y a un siècle et demi. C'est un gouvernement qui empêche la population de s'attaquer aux vrais problèmes que nous traversons actuellement. C'est un gouvernement qui doit être mis de côté, éliminé, remplacé par l'auto-organisation des travailleurs, les seuls qui savent vraiment comment gérer une économie.

Ce gouvernement ne sera pas remplacé par une élection. Il ne peut être remplacé que par la mobilisation des travailleurs. Y a-t-il suffisamment de personnes qui comprennent cette nécessité aujourd'hui ? Il peut sembler que non, mais dans cette situation de crise actuelle - trois crises en fait - la population active peut bouger bien plus vite que quiconque peut l'imaginer.

Dans tous les cas, c'est ce qui doit arriver.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 24 Août 2020, 08:07

éditorial de Spark 16 août 2020 a écrit :Le gouvernement de et pour la classe capitaliste fait partie du problème

Les gros titres l'ont proclamé : moins d'un million de personnes se sont inscrites aux allocations de chômage la semaine dernière. Vous auriez pensé que l'économie était en pleine forme.

Rien de la sorte. Oui, moins d'un million de personnes se sont inscrites pour la première fois, car déjà une trentaine de millions de personnes s'étaient déjà inscrites. Il y a des dizaines de millions de personnes sans travail aujourd'hui. Le chômage se poursuit à un niveau jamais vu depuis la Grande Dépression.

Le même gouvernement, qui n'a pas pu organiser les mesures de santé publique les plus simples pour éviter une propagation rapide du coronavirus, est aujourd'hui incapable d'organiser les mesures les plus simples pour relancer l'économie.

Le gouvernement n'est peut-être pas la principale cause du chômage. Mais il y a beaucoup de choses, des choses fondamentales, que le gouvernement pourrait faire pour y remédier. Premièrement, le gouvernement - s'il était contrôlé par la population - embaucherait des travailleurs pour doter les services publics dont nous avons désespérément besoin aujourd'hui.

Mais ce gouvernement - qui est contrôlé par la classe capitaliste - continue de couper les services. Chaque gouvernement, depuis des décennies, a privé les services publics des fonds nécessaires.

Chacun de nous est touché par ces coupes. Le bureau de poste ne peut pas livrer le courrier à temps - nous ne recevons donc pas nos médicaments lorsque nous en avons besoin et les documents juridiques importants n'arrivent pas à temps, voire pas du tout. Les barrages s'effondrent, détruisant les maisons des gens. Les systèmes d'eau sont laissés pourrir et nos enfants sont donc empoisonnés au plomb. Les eaux usées s'écoulent non traitées dans les cours d'eau. Une ville entière est détruite par le feu. Le transport en commun stagne. Les autoroutes non réparées enlèvent des années aux systèmes de suspension de nos voitures.

Aujourd'hui, nous sommes en proie à une épidémie de coronavirus qui se propage parce que les services de santé publique ne disposaient pas des ressources nécessaires pour effectuer des recherches de base et des tests simples, ainsi que pour fournir une protection aux travailleurs de la santé.

Derrière tous ces exemples, il y a la même cause simple. L'argent qui aurait dû être consacré aux services publics a plutôt été versé aux grandes entreprises sous forme de subventions, d'allégements fiscaux et de dons directs. L'argent qui aurait dû être alloué à l'enseignement public pour tous les enfants est allé à encore plus d'allégements fiscaux pour les personnes les plus riches du pays. L'argent qui aurait dû être destiné aux besoins médicaux de la population est plutôt allé aux grandes banques et aux spéculateurs immobiliers.

En d'autres termes, l'argent public qui aurait dû servir l'ensemble de la population est plutôt allé à une petite classe capitaliste.

La suppression du financement des services publics a entraîné le recrutement de moins de travailleurs pour assurer ces services. Le gouvernement a ajouté au chômage.

Ce n'est pas une question de Trump ou d'Obama, de Bush ou de Clinton, républicain ou démocrate. Peu importe qui dirigeait le gouvernement, les services publics n'étaient pas financés. Les emplois utiles ont été supprimés.

Le gouvernement de ce pays a depuis longtemps survécu à toute utilité qu'il aurait pu avoir autrefois - il y a un siècle et demi. Ce gouvernement - de et pour la classe capitaliste - est aujourd'hui un obstacle pour empêcher la population de s'organiser pour faire face à nos problèmes.

Un gouvernement comme celui-ci doit être jeté de côté, éliminé, remplacé par l'auto-organisation des travailleurs, les seuls qui savent vraiment comment tout ce qui est essentiel fonctionne.

Les travailleurs - rassemblant ensemble toutes nos connaissances, notre expérience et nos capacités - pourraient organiser et gérer une économie au service de l'ensemble de la population.

Ce gouvernement - tel qu'il existe aujourd'hui, de et pour la classe capitaliste - ne sera pas remplacé lors d'une élection.

Mais il peut être remplacé par la mobilisation et l'organisation consciente de toute la classe ouvrière.


éditorial de Spark 24 août 2020 a écrit :Le masque de la démocratie par les élections

Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle, s'est exprimé sur les quatre crises qui nous submergent: «La pire pandémie en plus de 100 ans. La pire crise économique depuis la Grande Dépression. L'appel le plus convaincant pour la justice raciale depuis les années 60. Et les réalités indéniables et les menaces croissantes du changement climatique. »

La Convention démocratique télévisée de quatre jours, qui comprenait des discours de dirigeants démocrates ainsi que des histoires de gens ordinaires dont la vie est déchirée, a suscité une réaction émotionnelle de la part d'une population dévastée par de multiples crises.

La stratégie du Parti démocrate est de mettre la responsabilité de toutes ces douleurs et souffrances sur les genoux de l'actuel président, Trump. Et bien sûr, c'est un appel à voter démocrate, à voter pour Joe Biden et Kamala Harris.

Il ne fait aucun doute que Donald Trump a été horrible et a pris et continue de prendre des décisions politiques qui coûtent des vies et des emplois. Mais il n’est tout simplement pas vrai que le remplacement d’un président par un autre, quelle que soit son expérience, quelle que soit son empathie, quelle que soit sa gentillesse, nous permettra de sortir des crises que nous traversons aujourd’hui.

Ces crises ne sont pas le fait d'un seul homme, ni d'un seul parti politique. Ils sont l'élaboration d'un système conçu dans le but de faire des profits; un système conçu par des générations d'une classe supérieure riche et dirigé par deux partis, à la fois démocrate et républicain. Ils sont la formation du capitalisme à ses plus hauts stades de destruction et de décomposition.

Sur une base horaire, quotidienne, la classe capitaliste prend les décisions qui obligent la majorité de la population à payer le coût de la crise économique, de la crise des soins de santé et de la crise environnementale. Ils imposent des divisions à la classe ouvrière qui gardent certains travailleurs à des revenus inférieurs et à des conditions pires que d'autres. En cela, ils sont soutenus par la violence de la police.

Quelqu'un pense-t-il que l'horrible pandémie à laquelle nous sommes confrontés est le produit d'une mauvaise gestion d'un seul homme? L'énorme infrastructure de soins de santé, l'énorme empire d'assurance à but lucratif, les énormes monopoles de la drogue étaient là bien avant cette aberration qu'ils appellent Trump. Pratiquement seule parmi les pays développés, la classe dirigeante américaine a refusé de promulguer des soins de santé publics, des soins de santé universels, des soins de santé pour tous. Et pourquoi? Parce que les compagnies pharmaceutiques, les assureurs et les corporations hospitalières sont parmi les plus rentables.

Lorsque la pandémie de virus a frappé, il n'y avait pas seulement une mauvaise gestion des masques, des tests, du suivi et de l'isolement. Il y avait des fournitures inadéquates et une pénurie de chambres d'hôpital, de respirateurs et de personnel médical.

Qui est mort et aux taux les plus élevés? Travailleurs essentiels, travailleurs de la santé, travailleurs noirs, travailleurs latino-américains, classe ouvrière et populations pauvres. Ceux qui ont reçu des soins de santé inadéquats pendant des décennies. Ceux qui n'avaient pas d'hôpitaux fabuleux et de haute technologie où aller.

Le racisme institutionnel et la détérioration des infrastructures ont fait une combinaison mortelle, et des millions de personnes en paient le prix. Plus de 150 ans à autoriser la discrimination en matière d'embauche, de licenciement, d'éducation, de santé, de logement! Personne ne peut certainement attribuer la responsabilité de toute cette activité sociale haineuse, soutenue par une violence brutale, à un seul homme en 2020.

La crise économique que nous traversons n'est pas le résultat de la pandémie. C'est avant tout le résultat de décennies d'une politique visant à réduire le nombre total d'emplois tout en réduisant les salaires et les avantages sociaux. Cela a entraîné une spirale descendante de dévastation des villes et des zones rurales par la pauvreté et la négligence.

Enfin, la crise environnementale, déclenchée par des décennies d'exploitation capitaliste des ressources naturelles de manière irresponsable, a mis la population mondiale en danger. Nous devrions être simples pour penser que nous sommes dans une situation de chaleur déchaînée, d'incendies et d'ouragans catastrophiques et d'inondations à cause des actions d'un seul homme.

Si l'examen de ces crises par Biden ne va pas au-delà d'une condamnation de Trump, il y a une raison. Et la raison en est que les deux partis politiques ont présidé ce système pourri pendant des décennies, profitant de la misère de la population.

Élection ? Nous avons besoin d'une révolution. Nous devons remplacer ce système pourri et meurtrier par un système géré par et pour la population active.

Les dirigeants du Parti démocrate ne feront pas cela. C'est donc à nous de décider. Les travailleurs sont parfaitement capables de construire un parti qui s'organisera et combattra pour remplacer le système capitaliste par un système géré par et pour les travailleurs.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 24 Août 2020, 08:50

The Spark, 24 août 2020 a écrit :Les républicains et les démocrates attaquent les chômeurs

Les républicains et démocrates, au Congrès, ont laissé le financement de l'aide fédérale aux chômeurs s'épuiser à la fin du mois de juillet. En conséquence, pour le mois d’août, plus de 30 millions de chômeurs ont dû dépendre des allocations de chômage de l’État dont la moyenne nationale est inférieure à 300 dollars par semaine - ce qui n’est pas suffisant pour couvrir le loyer dans de nombreuses villes, sans parler du paiement de la nourriture utilitaires ou quoi que ce soit d'autre. Des dizaines de millions de travailleurs et leurs familles sont désormais confrontés aux expulsions et à la faim.

Ne croyez pas au jeu des démocrates et des républicains qui se blâment les uns les autres de ne pas étendre le petit peu de secours et de protection fédéraux pour les chômeurs. Les politiciens des deux partis affirment qu'ils ne peuvent pas travailler ensemble. Mais ils ont travaillé en étroite collaboration... pour assurer les bénéfices des grandes entreprises.

Début mars, les démocrates et les républicains ont imposé de nouveaux allégements fiscaux pour les grandes entreprises et les très riches qui valent 650 milliards de dollars rien que cette année. Les démocrates et les républicains ont également donné à la Réserve fédérale toute autorité pour racheter des milliers de milliards de dollars de dette privée à la fois de grandes banques très endettées et de grandes sociétés non financières, mettant ainsi des milliards de dollars supplémentaires entre les mains des capitalistes.

En réalité, les républicains et les démocrates ont également accepté cette fois de laisser les allocations de secours fédérales pour les chômeurs s'épuiser. Ainsi, les politiciens aident les patrons à essayer de forcer les travailleurs à accepter des salaires bien inférieurs et des conditions de travail pires.

Il en va de même pour le moratoire sur les expulsions, que les républicains et démocrates ont également laissé expirer fin juillet. De cette manière, les politiciens aident également à livrer des familles ouvrières sur un plateau d'argent aux capitalistes et aux banquiers, qui font la queue pour profiter de la vague croissante d'expulsions et de saisies en achetant des propriétés à des prix de vente incendiaires et en facilitant l'embourgeoisement des quartiers ouvriers.

Non, tous les combats entre démocrates et républicains sont vraiment un déguisement du soutien bipartisan des politiciens pour aider les capitalistes à attaquer la classe ouvrière afin d'augmenter les profits et la richesse des entreprises.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 03 Sep 2020, 08:33

Editorial de Spark "30-08-2020 a écrit :Deux conventions, pas de solutions

Mise en scène : Les princesses et les princes aux cheveux d'or et la reine s'exprimant dans la roseraie de la Maison Blanche. Une fête sur la pelouse avec de «belles personnes» s'inclinant devant l'Unique, sans masque !

Game of Thrones ? Non. L'émission Trump, version hollywoodienne de la Convention républicaine.

Plus tôt dans la nuit, ils ont laissé certains roturiers parler, mais uniquement pour faire l'éloge de Trump, couvrant tous les échecs. Faire que la tempête de merde que nous autres vivons ressemble à de beaux moments dans «notre Amérique». Le bouffon vice-présidentiel a en fait eu l'audace de dire que Trump avait bien géré le coronavirus, au passé, comme si c'était fini. Et Trump n'a même pas pris la peine de proposer une plate-forme pour le parti dans le futur.

Quel genre de "Taureau" est-ce ? Des millions infectés par le coronavirus. Des millions de chômeurs, des millions en pleine catastrophe environnementale, inondations et incendies.

Il n'y a pas d'explication religieuse ou de solution pour le virus. Ce n'est pas la volonté de Dieu, comme dirait l'équipe de Trump. Le virus est peut-être un événement naturel, mais les crises sont d'origine humaine. Et il faudra une intervention humaine pour renverser la situation.

La Convention démocrate, elle, a passé la plupart de son temps à blâmer carrément Trump pour les crises.

Mais ce n'est qu'une partie de la vérité. En fin de compte, ce qui cause les crises, c'est ce que les capitalistes font pour faire du profit, et ce que les démocrates et les républicains font tous les deux pour y parvenir. Les capitalistes ont obtenu ce qu'ils voulaient, pendant toutes les décennies où les deux partis se sont échangé la majorité.

Catastrophes environnementales, guerres, chômage et incapacité à mettre en œuvre des soins de santé nationaux. Trump n'est pas la principale raison pour laquelle les États-Unis enregistrent un nombre plus élevé de décès liés au virus que tous les autres pays développés. La cupidité capitaliste débridée est la principale raison.

Mais les deux partis sont responsables parce que les deux ont gouverné vers une implosion, et maintenant, une catastrophe explosive de négligence historique.

De nombreux travailleurs qui ont voté pour Obama en 2008 et 2012 ont voté pour Trump en 2016. Ils ont changé parce qu'ils en avaient assez du «statu quo» avec un chômage élevé et des salaires bas.

Ce qu'ils ont obtenu depuis que Trump a pris ses fonctions, c'est plus d'affaires comme d'habitude, un chômage plus élevé et des salaires toujours bas. Et le racisme latent de Trump est devenu manifeste.

Les démocrates, qui prétendent s'opposer à son racisme, ont longtemps ignoré les conséquences de l'organisation raciste de la société, y compris les lois qu'ils ont rédigées qui ont envoyé beaucoup plus de personnes en prison.

La division des travailleurs en catégories, en échelons de rémunération et en taux de chômage de plus en plus bas a été acceptée aussi bien par les partis politiques que par les syndicats. Ce qu'ils ont fait au fil des ans encourage un politicien comme Trump à essayer de dresser une section de la classe ouvrière contre une autre.

Comment pouvons-nous dépasser ces divisions qui sont continuellement recréées ?

Nous pouvons lutter pour des emplois pour tous, de bons emplois, de bons salaires et de bons avantages sociaux. Les restrictions imposées par la pandémie appellent à la moitié d'occupation, à la moitié des ouvertures. Les entreprises pourraient se rapprocher du fonctionnement normal en doublant leur capacité, en doublant l'espace de construction, en doublant l'emploi.

Les écoles, les usines, les champs, les emplois de bureau, les magasins, les hôpitaux, tous ont besoin de mains supplémentaires, et beaucoup, pour mettre en œuvre les mesures de protection nécessaires. Des millions d'emplois ne nécessitant pas de formation intensive pourraient être disponibles aujourd'hui. Les travailleurs pourraient suivre une formation pour apprendre à faire le reste.

Quel est le problème ? Nous perdons notre temps à attendre que les politiciens nous sortent de tout cela. La lutte pour l'emploi peut commencer maintenant, ici. C'est une chose naturelle à faire pour les travailleurs. C'est une tactique de survie. Le pouvoir du nombre existe dans chaque lieu de travail et quartier. Se battre main dans la main pour des emplois égaux pour tous élimine les divisions et le racisme auquel nous sommes confrontés.

Qu'est-ce qu'on attend ?


Un long article de la dernière Class Struggle (traduction automatique):
Class Struggle, 26 août 2020 a écrit :L'oppression spéciale de la population noire :
une partie indissociable du capitalisme depuis quatre siècles


Les manifestations déclenchées par le meurtre de George Floyd le 25 mai ont été une véritable explosion sociale, contrairement à tout ce qui a été vu dans ce pays depuis des décennies. Renforcée par les images médiatiques d'un commissariat de Minneapolis en flammes et en pillant dans différentes villes, la nature explosive des premières semaines a conduit certains à voir dans ces événements une nouvelle édition de la révolte urbaine des années 1960.

Quel que soit l'avenir du mouvement déclenché par les événements de juin, cela est désormais évident : les manifestations ont été massives. Selon un sondage réalisé par le New York Times , un demi-million de personnes sont sorties rien que le 6 juin pour protester contre le meurtre de George Floyd. Mais en fait, les manifestations ne se sont pas limitées à une seule journée, et certainement pas aux 550 lieux relevés par le Times. Ils ont touché des villes comme Louisville Kentucky, où il y avait déjà des manifestations contre le meurtre de Breonna Taylor, une technicienne médicale d'urgence de la ville abattue dans son propre appartement lors d'un raid à domicile par effraction. Elles se sont répandus dans tous les États des USA, dans toutes les grandes villes où se déroulent généralement des manifestations, mais aussi dans toutes ces autres villes, y compris de très petites villes éloignées des zones de protestation habituelles, même des zones essentiellement rurales. L'un des aspects les plus importants des manifestations était le nombre de jeunes participants, y compris en tête. Il est clair qu'il y avait des dizaines de millions de personnes impliquées au cours du mois de juin, qui a été la période la plus intense. À la fin du mois de juin, il y avait eu des manifestations dans au moins la moitié de tous les comtés du pays. Des manifestations de quelque sorte se sont poursuivies depuis, même si leur orientation a beaucoup changé dans certaines villes comme Portland Oregon, et même s'il y a eu une baisse dans de nombreux zones.

Il ne sert à rien de spéculer sur la direction que prendront les choses, mais plusieurs choses sont claires. Une toute nouvelle génération a vécu ces événements et a déjà été marquée par l'expérience. Et une fusillade par un autre flic dingue de la gâchette - ce qui va sûrement se produire, encore et encore - pourrait bien déclencher de nouvelles explosions. Nous venons de le voir avec le tir sur Jacob Blake à Kenosha, Wisconsin.

Les toutes premières manifestations ont souvent commencé avec des militants qui, depuis une dizaine d'années ou plus, organisaient des manifestations pour répondre aux meurtres dans leurs propres régions. En 2014, après les meurtres de Michael Brown à Ferguson, Missouri, et d'Eric Garner à Staten Island, New York, les manifestations sont devenues un peu plus importantes. Mais elles sont restés relativement épisodiques et limitées aux villes habituelles où les gens ont l'habitude de manifester.

Cela a changé avec la vidéo du meurtre de George Floyd. En juin, au plus fort du mouvement 2020, il y avait 30 000 personnes dans les rues de New York et de Chicago et 100 000 à Los Angeles, au lieu des quatre ou cinq mille vues lors des manifestations précédentes. Dans une ville comme Detroit, où les militants auraient pu auparavant avoir du mal à rassembler une seule manifestation de deux mille, il y avait des dizaines de milliers avec des centaines de manifestations, organisées au départ par des dizaines de personnes différentes. De nombreuses manifestations à travers le pays étaient comme ça, organisées presque à l'improviste par quelques individus qui se sentaient obligés d'exprimer leur indignation. Cette auto-activité de nombreuses personnes différentes dans tout le pays, activité qui se poursuit jour après jour, a créé le sentiment qu'un barrage retenant la colère de la population avait finalement cédé.

«Black Lives Matter» est devenu le slogan partout, repris d'un hash tag utilisé pour la première fois par un activiste en Californie après l'acquittement du meurtrier de Trayvon Martin en 2013, puis utilisé beaucoup plus largement après les meurtres de 2014. Beaucoup de ceux qui ont longtemps été impliqués ont ajouté un autre slogan - «Dites leurs noms» - une insistance pour que la vie des personnes qui avaient été assassinées soit rappelée, que leur mort ne soit pas officiellement balayée, comme de la poussière sous le tapis, comme cela s'était produit si souvent auparavant.

Les médias ont particulièrement pris note du nombre de Blancs qui ont manifesté, dans de nombreuses villes en fait la majorité. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agissait d’une reconnaissance tardive de la violence quotidienne perpétrée par la police contre les communautés noires.

Alors que de nombreux Noirs auraient pu être surpris et heureux de voir tous ces blancs dans les rues, il est compréhensible que certains puissent se demander si ce virage soudain est authentique ou simplement une mode du moment. En tout cas, c'était une reconnaissance de la réalité vécue par la population noire.

Cette réalité a été brutale. Au cours des cinq années qui ont suivi de 2015 à 2019, plus de 1300 Noirs ont été abattus par des flics. Dans l'ensemble, en moyenne, une personne noire avait deux fois et demie plus de risques d'être tuée qu'une personne blanche. Mais les moyennes masquent beaucoup. Les hommes noirs de moins de 35 ans étaient les plus visés, bien que les femmes noires aient également été victimes, tout comme un certain nombre d'enfants, certains aussi jeunes que Tamir Rice, 12 ans, abattus par un flic de Cleveland.

Ces chiffres proviennent d'un compte que le Washington Post a commencé à tenir en 2015, après le meurtre de Michael Brown. Le Post le compile à partir de diverses sources - y compris des organisations officielles, des médias et des organisations communautaires - car aucune partie du gouvernement central n'oblige les services de police à rendre compte du nombre de civils que leurs agents ont tués. Moins de la moitié font rapport au FBI, et encore moins désignent la couleur des personnes tuées. Le gouvernement est clairement plus intéressé à dissimuler la réalité qu'à y faire face.

Comme l'attestent les chiffres du Post , d'autres personnes ont également été tuées par des flics, en particulier d'autres jeunes hommes, des hommes latinos, des hommes amérindiens, des hommes blancs. En fait, le plus grand nombre de personnes tuées au cours de ces années par les flics étaient des Blancs, mais proportionnellement à leur nombre dans la population, les Noirs étaient tués à un rythme deux fois et demi plus rapide. Il est important de noter que, quelle que soit la différence des taux, il y a quelque chose qui unifie tous ceux qui sont tués par des flics : de loin le plus grand nombre étaient pauvres.

En 2014, l'étouffement à mort d'Eric Garner à Staten Island, New York, a été suivi trois semaines plus tard par la mort par balle de Michael Brown, 18 ans, à Ferguson, Missouri. Aucune des deux victimes n'avait d'arme. Les deux ont été à l'origine arrêtés par des flics pour des problèmes insignifiants : Eric Garner a reçu l'ordre de quitter un coin où il vendait des cigarettes à l'unité ; Michael Brown a été accusé d'avoir volé plusieurs cigarillos chez un épicier. Chacun a fini par mourir. Les flics qui les ont tués n'ont jamais été inculpés.

En 2020, 1300 morts et six ans plus tard, George Floyd a été étouffé à mort après qu'un propriétaire de magasin se soit plaint que quelqu'un avait payé avec un faux billet de 20 $. George Floyd, assis de l'autre côté de la rue sur le toit de sa voiture, a été abordé par la police, qui a reçu l'ordre de monter dans une voiture de police. Avant la fin de l'incident, lui aussi était mort.

Les trois cas étaient parfaitement «normaux». Ordinaire ? Des infractions qui ne devraient même pas atteindre le niveau d'une accusation de délit, et peut-être même pas des infractions, se sont soldées par la mort de trois hommes, car les flics en viennent rapidement à la violence meurtrière.

Un rythme constant d'exemples comme ceux-ci a amené de nombreux manifestants à concentrer leur colère sur la police, exigeant non seulement que les flics incriminés soient inculpés mais aussi que les chefs de police soient licenciés, et des départements entiers ont été réformés de diverses manières, notamment en réduisant leur financement, et en leur retirant leur équipement de type militaire.

Mais la violence particulière dirigée contre la population noire n'est pas le résultat de choix conscients faits par des flics particulièrement racistes - «mauvais flics», comme les appelait Joe Biden à la convention du Parti démocrate - bien qu'il y en ait encore un bon nombre. Ce n'est pas non plus le résultat de la façon dont les services de police sont organisés, qui les compose, qui les dirige et les dirige, de l'équipement dont ils disposent - bien que tout cela puisse servir à rendre la police plus ou moins nocive.

La violence exercée par l'appareil d'État contre la population noire est une institution durable avec de profondes racines économiques, sociales et politiques dans le système capitaliste. Ces racines remontent au début, avant même que cette nation américaine ne soit consolidée. C'est le problème fondamental qui sous-tend la victimisation particulière de la population noire - victimisation qui comprend non seulement la violence policière, mais tous les autres aspects discriminatoires de cette société, y compris un niveau très élevé de chômage et de pauvreté - jusqu'à, à l'heure actuelle, le fait que les Noirs meurent plus rapidement de Covid-19 que quiconque.

L'organisation légale de la violence pour protéger l'esclavage

La répression violente qui est dirigée spécifiquement contre la population noire a été ancrée dans le fonctionnement même de l'économie capitaliste depuis ses débuts. Cette économie reposait sur le travail non rémunéré des peuples volés au continent africain, condamnés à l'esclavage. L'accumulation de valeur d'abord de la traite des esclaves, puis du travail des esclaves dans l'agriculture du Sud, est ce qui a nourri le développement du capitalisme au Nord comme au Sud.

L'esclavage n'était pas seulement un épisode passager, un petit problème bizarre dans le dossier historique - comme le voudraient beaucoup de gens qui ne veulent pas entendre parler de racisme. L'esclavage a marqué les 244 premières années de l'existence de cette nation nord-américaine, 60% de son histoire. Depuis ses débuts coloniaux dans les années 1600, l'ordre capitaliste en développement a condamné la population noire à une place spécifique et très restreinte dans l'économie, légalement définie et institutionnalisée.

L'esclavage lui-même a reçu l'imprimatur de la Constitution lorsque les 13 colonies ont formé la nouvelle nation. Non seulement la Constitution a-t-elle décidé que chaque esclave ne comptait que pour 3/5 d'une personne, mais elle autorisait spécifiquement l'esclavage jusqu'à au moins 1808, sinon plus tard, et elle interdisait à tout État qui ne reconnaissait pas l'esclavage d'adopter ses propres lois pour protéger des esclaves. Des restrictions de libertés, spécifiques à la population noire, ont été inscrites dans des lois rédigées par les législatures du Sud, et reconnues par celles du Nord. Ces lois définissaient, entre autres choses, ce qu'une personne asservie pouvait faire, où elle pouvait aller, jusqu'où elle pouvait aller, si on pouvait lui apprendre à lire ou à écrire, à quelle église elle devait fréquenter et à laquelle elle ne pouvait pas, comment elle doit s'adresser aux Blancs, si elles peuvent avoir un lopin de terre, s'ils peuvent se marier, quelle réclamation une mère avait sur son enfant, et pendant combien de temps, quelles ont été les conséquences de toute tentative de fuite ou d'aide à une autre personne à s'échapper.

Bref, toutes ces lois ont mis à part, isolé, des personnes amenées d'Afrique et de leurs descendants. Les lois ont été imposées par la violence, organisée par les propriétaires d'esclaves eux-mêmes, renforcée par les «patrouilles d'esclaves». Ces patrouilles ne chassaient pas seulement les fugueurs ; elles étaient aussi l'instrument de l'imposition de châtiments horribles aux esclaves récalcitrants. En effet, les «patrouilles d'esclaves» ont été en quelque sorte la toute première force de police organisée et embauchée, utilisée pour maintenir l'extrême exploitation du travail des esclaves.

Tous les États du Sud et presque tous les États du Nord ont adopté des lois contre le métissage, ce qu'on appelle le mélange racial. C'était la marque fondamentale de combien la population noire devait être mise de côté de tout le monde dans la population ouvrière ordinaire, pour être considérée moins que tout le monde, en fait, moins qu'humaine.

Ironiquement, le «mélange racial» qui a eu lieu était le plus souvent le résultat de femmes esclaves violées par des propriétaires d'esclaves blancs ou des surveillants blancs sur la plantation. Quelques-unes des femmes esclaves auraient pu bénéficier de meilleures conditions, considérées comme des maîtresses, mais leurs enfants ne pouvaient jamais être légalement reconnus comme les enfants des propriétaires d'esclaves. Ils étaient considérés comme le produit d'un «métissage», et aucun droit familial ne leur était accordé.

Les États et territoires du Nord ont reconnu le droit des patrouilles d'esclaves du Sud de venir dans leurs domaines à la recherche d'esclaves en fuite, et ils laissent parfois leurs propres milices d'État aider dans la poursuite. Les membres d'une patrouille d'esclaves qui ont tué un esclave dans le cadre de leurs «devoirs» n'ont pas été poursuivis. Pas dans le sud. Pas dans le Nord non plus, précisons-le à toutes fins utiles.

Les territoires du nord comme l'Illinois et l'Indiana restreignaient les Noirs libérés et les obligeaient à emporter des papiers avec eux, à s'enregistrer partout où ils allaient - quand ils ne les soumettaient pas à l'esclavage dans les parties sud de ces territoires où l'esclavage existait. Et un certain nombre d'États et de territoires du Nord, à commencer par l'Iowa, ont simplement «exclu» la possibilité que des Noirs libérés puissent s'installer sur leur territoire. Au mieux, ils ne pouvaient le faire qu'en déposant une caution exorbitante.

Les restrictions légales contre les Noirs dans les États du Nord n'étaient pas le simple produit d'une tolérance de l'esclavage imposée par la nécessité pour les États du Nord de cohabiter dans la nouvelle union avec le Sud. Ils étaient une garantie que les plantations pourraient rester approvisionnées en main-d'œuvre noire, et ils étaient la reconnaissance politique de combien le capital du Nord dépendait de la valeur arrachée à l'agriculture du Sud avec ce travail.

La Reconstruction, première tentative pour mettre fin à l'esclavage

Il a fallu la guerre civile, la guerre la plus sanglante jamais menée par les troupes américaines, pour mettre fin à l'esclavage en tant qu'institution juridique spécifique.

Des deux côtés, la guerre était une reconnaissance du fait que l'agriculture de plantation nécessitait une expansion dans de nouveaux territoires. Sans expansion l'agriculture du Sud, qui détruisait les terres, était destinée à mourir. Mais l'expansion du Sud tronquait le territoire du Nord, commençait à le fragmenter, alors que le Sud occupait la plaine du Mississippi, empêchant physiquement la partie centrale du Nord de s'engager dans le commerce avec l'Europe. La guerre civile était une guerre pour savoir qui contrôlerait le continent nord-américain.

Ce n'est qu'au cours de la guerre que le Nord en vint à reconnaître qu'il ne pouvait pas gagner sans en quelque sorte émanciper les esclaves. Les premiers à le reconnaître furent ceux de ses généraux qui voulaient poursuivre la guerre jusqu'à sa fin, Sherman et Grant. Quelles que soient les hésitations, les craintes exprimées par la classe politique du Nord, Lincoln a finalement publié la Proclamation d'émancipation.

Mais les mots sur papier ne pouvaient mettre fin à cette institution qui durait déjà depuis deux siècles et demi. Pour consolider la fin de l'esclavage, il fallait une révolution populaire et, avant tout, la prise généralisée des terres des plantations. Les seules forces du Sud dont les intérêts auraient été servis en faisant cela étaient les esclaves nouvellement libérés, alliés aux pauvres blancs, qui avaient également été en révolte contre les propriétaires des esclaves. Il aurait également fallu organiser certains moyens de défense contre les anciens propriétaires d'esclaves, qui ont clairement indiqué leur intention de réaffirmer leur revendication sur la terre et sur le travail noir.

La brève période de reconstruction qui a suivi la guerre civile a été une tentative des esclaves émancipés et des blancs pauvres de mettre en place leurs propres gouvernements, d'établir leurs propres institutions organisées collectivement, y compris celles visant à éduquer leurs enfants et à fournir des soins de santé. Dans certaines régions, les pauvres, noirs et blancs, ont commencé à occuper les terres des plantations, les mettant en production pour leur propre subsistance - une action à laquelle ont été opposés les surveillants militaires du Nord de la reconstruction, ainsi que par la plupart des organismes de reconstruction, composés des plus instruits parmi les pauvres, trop respectueux de la légitimité.

Le Nord, confronté à une hiérarchie méridionale qui n'était toujours pas prête à céder complètement, n'avait d'autre choix que de maintenir les troupes fédérales au Sud. Mais l'industrie du Nord fait face à la révolte de ses propres «esclaves salariés» - et les autorités fédérales doivent s'inquiéter des sentiments de solidarité qui se développent entre les troupes et les pauvres du Sud. Il a fallu moins de 12 ans à la bourgeoisie du Nord pour s'accorder avec la hiérarchie du Sud et retirer ses troupes.

La reconstruction s'est terminée par un bain de sang. Les pauvres, principalement noirs mais aussi blancs, ont été ses principales victimes. La majeure partie de la répression a été menée par les organisations de type milice du Ku Klux Klan, issues des patrouilles d'esclaves, renforcées par le corps des officiers de l'armée confédérée vaincue. Les gouvernements des pauvres ont été remplacés par des gouvernements dirigés par ceux qui avaient organisé la Confédération.

Ce fut une défaite monumentale qui signifiait que les conditions nées dans l'esclavage continueraient et que les pauvres du Sud, noirs et blancs, resteraient appauvris.

Jim Crow: l'esclavage sous un autre nom

L'ancien système de plantation agricole a été réinstitué dans le Sud. Les terres occupées par les Noirs nouvellement libérés leur ont été enlevées, souvent violemment, rendues à l'ancienne classe de propriétaires d'esclaves et à leurs descendants. Si les Noirs «libérés» ne pouvaient pas prouver un revenu, ce que la plupart des gens ne pouvaient pas, ils étaient sujets à être canalisés dans le nouveau système pénitentiaire du sud, qui a été établi comme un moyen de fournir du travail aux plantations. Parfois, les anciennes plantations elles-mêmes étaient transformées en pénitenciers. Au mieux, certains Noirs pourraient être reconnus comme des fermiers - une sorte de serf - fournissant du travail aux riches propriétaires terriens en échange d'une simple subsistance. Mais la part de leur récolte qui était due au propriétaire les a rendus passibles d'emprisonnement, s'ils ne pouvaient pas la fournir. C'était une autre façon pour les Noirs d'entrer dans le système pénitentiaire, c'est-à-dire en main-d'œuvre pour l'agriculture de type plantation du Sud.

Les assemblées législatives du Sud reconstituées ont promulgué des lois qui imitaient les lois de l'esclavage. Une fois de plus, la population noire a été séparée de ceux qui devraient être ses alliés naturels, les blancs pauvres, confrontés à plusieurs des mêmes conditions. Pendant la reconstruction, ces deux parties de la main-d'œuvre du Sud avaient commencé à forger des alliances. Au lieu de cela, avec le temps, de nombreux blancs pauvres sont devenus une partie des forces violentes qui ont réimposé l'ancien régime à la population noire.

La loi interdisait aux Noirs nouvellement libérés d'entrer dans les bâtiments gouvernementaux, de se représenter eux-mêmes dans les affaires juridiques, d'occuper la plupart des emplois, de fréquenter la plupart des établissements d'enseignement ou même de faire des études. Ils ont été empêchés de voter, ne pouvaient pas siéger à des jurys. Ils se sont vus refuser le droit humain élémentaire le plus fondamental : être jugé avant d'être exécuté sommairement par lynchage. Et puis il y avait toutes les lois abominables : être fouetté pour ne pas descendre dans le caniveau pour laisser passer une personne blanche «sans entrave».

Ce système, appelé «Jim Crow», était imposé par la violence, la violence organisée de l'État. Les anciennes patrouilles d'esclaves sont devenues les systèmes locaux de shérifs adjoints, qui, souvent dans les zones rurales, ont fusionné avec le Ku Klux Klan.

Ce système a permis de maintenir la majeure partie de la population noire «libérée» du Sud en tant que force de travail agricole du Sud. C'était un travail d'esclave en tout sauf de nom. Et la raison en était la même que pendant la période de l'esclavage. L'agriculture du Sud, qui dépendait de la main-d'œuvre noire - d'abord esclave, puis «libre» - procurait du profit à toute la classe capitaliste, Nord et Sud.

Tout comme pendant la période de l'esclavage, le système juridique du Nord a reconnu les restrictions de la population noire inscrites dans ces lois. La police du Nord pourrait être appelée à renvoyer un fermier qui n'a pas rempli les termes de son contrat. S'échapper des plantations, qui se faisaient maintenant passer pour des pénitenciers, rendait quelqu'un passible de la répression des forces de l'ordre du Nord.

Il y avait un renforcement encore plus efficace de l'agriculture du Sud - et c'était le fait que les fabricants et autres grands employeurs du Nord refusaient essentiellement d'embaucher des ouvriers noirs lorsqu'ils parvenaient à venir dans le Nord. Dans la mesure où il y avait de l'embauche, c'était seulement dans le travail le plus dangereux, le plus éreintant - ou comme briseurs de grève pendant une grève. Jusqu'à ce que le robinet de l'immigration soit fermé pendant la Première Guerre mondiale, l'industrie du Nord ne s'intéressait pas au travail noir. Le manque de perspectives de travail dans le Nord a contribué à maintenir la main-d'œuvre noire parquée dans les champs agricoles du Sud.

Pour les quelques Noirs qui ont réussi à échapper au Jim Crow du Sud avant la Première Guerre mondiale, le Nord lui-même avait son propre type de système Jim Crow, dont chaque aspect était sanctionné par le système juridique.

La plupart des propriétés dans le Nord étaient couvertes par des pactes raciaux, c'est-à-dire l'accord sous serment d'une personne qui achète une propriété de ne pas vendre à quelqu'un d'autre qu'une personne blanche. Ces engagements comportaient généralement une clause secondaire exigeant que les propriétaires de biens ne louent pas à une personne «non blanche». Ces pactes, maintenus par les tribunaux, quand ils n'étaient pas directement inscrits dans les lois locales, servaient à empêcher la population noire de vivre dans presque tous les quartiers - à l'exception des ghettos très restreints et bondés des villes du Nord.

Tout l'État de l'Oregon, en fait, était organisé sur la base de l'engagement racial de facto 1844 qui excluait la population noire de résidence n'importe où dans tout l'État, sous la menace de fouetter ceux qui ne partiraient pas ou tentaient plus tard d'entrer. Les dispositions d'exclusion inscrites dans la constitution de l'État n'ont été supprimées qu'en 1926. Et les termes restés dans la loi justifiant l'exclusion fondée sur la soi-disant «infériorité noire» n'ont été supprimés qu'en 2002. L'Oregon a peut-être été le plus extrême, mais il n'était pas le seul à avoir de telles exclusions: la Californie a failli adopter de telles lois et a agi de facto comme si elle l'avait fait.

Ces lois sur la propriété ont effectivement eu des conséquences sur tout le reste, et d'abord sur le système éducatif. Même aussi tard qu'avec l'arrêt de la Cour suprême Brown c. Board of Education en 1954, l'éducation dans la plupart des régions du Nord était tout aussi isolée que dans le Sud. Les engagements raciaux du Nord, qui avaient force de loi, combinés à la manière très localisée dont les écoles étaient organisées garantissaient ce résultat - et cela garantissait que les enfants noirs avaient des fournitures de qualité inférieure, de vieux livres, des bâtiments non réparés, etc., s'ils avait même un bâtiment.

D'une manière ou d'une autre, la plupart de ces lois, du Nord et du Sud, ont été appliquées dans le système juridique de ce pays jusqu'aux années 1960. La plupart des États ne se sont débarrassés de leurs lois sur le métissage que dans les années 50, 60 et 70. Les pactes raciaux sont restés inscrits dans les actes de propriété dans des États comme la Californie jusqu'en 2000. Les prêts hypothécaires de la FDA, garantis par le gouvernement fédéral après la Seconde Guerre mondiale, les ont effectivement maintenus longtemps après le moment où la Cour suprême les a déclarés inconstitutionnels. Et même après que toutes ces diverses restrictions ne faisaient plus partie du code juridique, les institutions et le fonctionnement qui avaient été mis en place par plus de deux siècles de restrictions juridiques et de violence organisée se sont perpétués dans le fonctionnement quotidien.

En effet, tout servait à mettre la population noire de côté, à l'écart de ceux qui auraient dû considérer les travailleurs noirs comme leurs alliés naturels, les travailleurs blancs. En fait, les travailleurs noirs ont été empêchés d'accéder aux emplois ou aux zones résidentielles qui auraient pu rendre de telles alliances possibles - et auraient pu prouver leur nécessité aux travailleurs blancs. Mais trop souvent, les travailleurs blancs, à leur honte, se sont organisés pour imposer des restrictions raciales.

Ces institutions et pratiques ont perduré à travers toutes ces générations parce que la classe capitaliste, dans sa quête de profit, a été servie par l'installation permanente de la population noire comme caste la plus basse de la population ouvrière.

Allez à l'arrière du bus

D'autres peuples de ce pays ont été exploités, opprimés.

D'autres personnes sont venues d'ailleurs dans cet hémisphère et d'autres ont été abattues par les conditions auxquelles elles ont été confrontées lorsqu'elles sont arrivées ici. D'abord sont venus ces personnes pauvres et désespérées de Grande-Bretagne, de France et d'Espagne. Souvenez-vous, il n'y avait pas que les soi-disant explorateurs, marins et prêtres venus d'Europe, il y avait aussi tous les pauvres, venus des prisons des débiteurs d'Europe.

Puis vinrent les Irlandais et les Chinois, transportés aux États-Unis pour construire les chemins de fer.

Puis vinrent les Scandinaves et les Allemands, poussés dans les champs aux échelons les plus bas de la main-d'œuvre agricole.

Puis vinrent les Italiens et d'autres Européens du Sud, affluant dans les villes où l'industrie grandissait. Puis les peuples slaves et les juifs d'Europe de l'Est et de Russie.

Plus récemment, sont venus les gens d'Asie et d'Amérique latine, en particulier du Mexique.

La plus grande part est venue pour échapper à la pauvreté et/ou au militarisme et aux guerres.

Tous les différents groupes d'immigrants ont réussi pendant une génération ou deux à s'installer au moins en marge de la vie économique - et à obtenir, à terme, les droits légaux contenus dans la citoyenneté.

Ceux qui étaient venus d'Afrique et leurs descendants ne l'ont pas fait.

Cette évolution et cette différence sont à l'origine du vieil argument raciste : d'autres l'ont fait ; d'autres ont travaillé dur et ont réussi, pourquoi pas les Noirs ?

Pourquoi ? Parce que la population noire, transportée ici avant presque toutes les autres, a été économiquement clôturée, empêchée légalement et par la force d'entrer dans le même développement que les autres - aussi appauvris que les immigrés.

Ceux qui sont venus - en fait ont été kidnappés - d'Afrique et leurs descendants ont occupé une part spéciale de la main-d'oeuvre pendant toutes ces générations, travaillant comme esclaves pendant deux siècles ; échappant à l'esclavage uniquement pour travailler comme esclaves sous un autre nom - métayers et travail de prison dans les plantations pendant près d'un siècle; puis poussés dans l'armée de réserve des chômeurs pour l'industrie, tant au Nord qu'au Sud, la partie la plus marginale de la classe ouvrière, la partie qui pouvait avoir un emploi lorsque l'économie est en plein essor - comme c'était le cas pendant la Seconde Guerre mondiale ou Période de guerre du Viet Nam - mais la partie qui absorbe le pire du chômage dans les moments difficiles, qui sont de plus en plus des temps normaux.

Au cours des années qui ont suivi la Grande Migration, lorsque les Noirs ont afflué du Sud, la population noire a absorbé une part importante et disproportionnée du chômage, et cela signifie tout ce qui va avec, à commencer par la pauvreté, y compris la criminalité, ce dont la population noire a toujours été la victime la plus directe. Dans un système où l'exploitation du travail est nécessairement imposée par la violence organisée de l'État, cela signifie également que la violence de l'État serait dirigée de manière disproportionnée contre la population noire.

Les Noirs n'ont pas été poussés dans cet endroit restreint et clôturé parce que les attitudes racistes sont inhérentes à la population blanche, bien qu'il y ait eu de nombreuses attitudes racistes. Les travailleurs noirs occupaient cette place particulière parce que la classe capitaliste trouvait extrêmement avantageux pour ses profits d'avoir une partie de la classe ouvrière qui absorbe toujours les pires des conditions de travail, les pires des conditions de vie.

S'il a semblé à la population noire qu'elle a toujours été dépassée, contournée par tous les autres groupes qui sont venus par la suite, s'il semblait que les travailleurs noirs étaient toujours «les derniers embauchés, les premiers licenciés», c'est parce que c'est ainsi que ce système fonctionnait jusque dans les années 1960 - et, après un bref intermède, comment cela fonctionne aujourd'hui.

Le contournement des travailleurs noirs n'est certainement pas parce que les travailleurs immigrés «ont pris les emplois» des travailleurs noirs, comme voudraient le dire des démagogues comme Trump. Les immigrés n'ont pas institutionnalisé cet ordre de sièges sociaux à l'arrière du bus imposé à la population noire. Le fonctionnement d'un capitalisme bâti sur l'esclavage l'a fait. Et finalement, personne - à part les capitalistes - n'a profité des divisions que cela a construites dans la classe ouvrière.

La révolte noire a ébranlé le capitalisme dans ses fondations

Périodiquement, il y avait eu des mouvements sociaux et des révoltes de la part de la population noire, comme lors des mouvements populistes dans le Sud pendant les années 1890 et du mouvement Garvey pendant les années 1920 dans les villes. Mais à partir des années 1950 - même avant les années de la Seconde Guerre mondiale - la population noire avait commencé à se mobiliser à l'échelle nationale. La main-d'œuvre des campagnes se déplaçait vers les villes. Les anciens combattants rentraient chez eux après les guerres.

Le mouvement s'est d'abord répandu lentement dans le Sud, essayant de renverser certaines des limites les plus humiliantes de Jim Crow par les actions de personnes qui ne les acceptaient plus, essayant de s'inscrire pour voter, s'organisant pour défendre leur propre communauté contre les noctambules du KKK. La détermination et le courage de centaines d'activistes face à la violence des shérifs du Sud et du KKK ont commencé à entraîner des milliers de personnes, puis des dizaines de milliers de personnes, des gens ordinaires, dans la lutte.

En 1964, le mouvement des droits civiques avait remporté des victoires dans les boycotts, il avait repoussé les Bull Connors, il avait produit des lois, remporté des victoires dans les tribunaux, ouvert les portes des écoles et des comptoirs de restauration - et pourtant, la condition des masses noires avait peu changé. C'est dans ce contexte, en effet, deux semaines seulement après la signature du Civil Rights Bill de 1964, que les premières explosions de colère éclatèrent à Harlem, Philadelphie, Jersey City, Patterson et Elizabeth, ainsi que dans la banlieue de Chicago. de Dixmoor. Puis vinrent Watts en 65, Cleveland en 66, puis Detroit et Newark en 1967, avec des dizaines d'autres villes en même temps. Enfin vint la vaste révolte nationale dans les jours de 1968 après l'assassinat du Dr Martin Luther King, Jr. Cet assassinat - de «l'homme de paix» - était la preuve explicite que ce pays bâti sur la violence ne serait pas contraint par l'exemple moral et les «appels à sa conscience».

Ce qui ressemblait à une explosion soudaine, en fait, mijotait depuis des années.

Le mouvement s'est répandu dans l'armée, infectant les soldats noirs du Viet Nam qui ignoraient les ordres et affichaient leur réticence à accepter la discipline, se propageant d'eux aux Blancs, rendant l'armée de l'impérialisme américain peu fiable. Les prisons sont devenues des foyers de révolte et des incubateurs de contestation sociale. Pris dans son ensemble, c'était un mouvement social comme jamais vu dans ce pays. Il a engendré d'autres mouvements : parmi les femmes, contre les guerres de l'impérialisme américain, parmi les étudiants. Et il s'est répandu dans les usines, où les grèves se sont précipitées.

Une partie de la population noire s'était déplacée vers les villes industrielles, au nord et au sud, les amenant aux sièges du pouvoir dans l'économie. Au fur et à mesure que la révolte grandissait dans les rues, ces jeunes gens en colère des rues portaient leur révolte sur les lieux de travail, eux-mêmes infectés par la révolte.

La lutte des masses noires dans les années 1960 a effectivement remis en cause le contrôle de la classe capitaliste sur l'ensemble de la société. Elle a secoué les États-Unis d'Amérique, la citadelle même de l'impérialisme, non seulement dans ses centres industriels, mais aussi dans son appareil d'État. Mais finalement, le bouleversement social qu'impliquaient ces événements n'a pas été atteint.

Il y avait des militants comme H. Rap ​​Brown qui ont dit que si l'oppression raciste n'était pas terminée, les Noirs devraient tout brûler. Mais ils n'ont pas dit que l'oppression raciste ne pouvait pas être terminée sans, effectivement, la brûler, c'est-à-dire sans renverser le système capitaliste. Il n'y avait aucune organisation enracinée dans la population noire pauvre capable de donner une perspective aux gens qui ont écrit «pouvoir noir» sur les bâtiments pendant les révoltes urbaines, aucune qui aurait pu leur donner l'objectif de mener un combat pour éliminer le pouvoir de la classe capitaliste. En d'autres termes, il n'y avait pas d'organisation communiste révolutionnaire implantée parmi les travailleurs noirs. Il n'y en avait aucune implantée dans la classe ouvrière dans son ensemble.

La réponse de la bourgeoisie: concessions et répression

Face à une vaste mobilisation qui avait porté la possibilité d'une révolution sociale, la bourgeoisie, et plus précisément, les parties les plus conscientes de l'appareil politique qui en parlaient, ont tenté de détourner et de bloquer ce mouvement. Malgré une vaste activité qui s'est poursuivie pendant la majeure partie de la décennie suivante, la population a été de plus en plus orientée sur la voie de la réforme.

Et il y a eu des réformes, des réformes radicales.

Rapidement, un tout nouveau cadre de politiciens noirs, généralement démocrates, s'est développé. De nombreux militants qui avaient traversé le mouvement ont commencé à prendre des positions au sein du gouvernement, croyant pouvoir désormais jouer un rôle de l'intérieur du système pour améliorer la situation de la population noire, des militants comme John Lewis, qui a été élu au Congrès, par exemple ; ou, Andrew Young, un lieutenant du révérend Martin Luther King, Jr. , qui a également été élu au Congrès et est devenu plus tard ambassadeur des États-Unis à l'ONU ; ou Coleman Young qui est devenu le premier maire noir de Detroit, sur la base d'une campagne dirigée contre les abus de la police.

C'est à travers ces nouveaux politiciens noirs que le gouvernement a offert ce qui semblait être de très grandes concessions à la population noire. L'une après l'autre des lois ont été adoptées, traitant des logements publics, de l'emploi et du logement.

En 1965, la loi sur les droits de vote donnait aux Noirs le droit de vote - il faut dire que c'était la quatrième fois en 102 ans, réaffirmant le même droit qui avait déjà été reconnu implicitement dans la proclamation d'émancipation de 1863, puis explicitement dans la 14e Amendement à la Constitution de 1868, et encore plus explicitement dans le 15e Amendement de 1870.

Les services de police ont été «réformés» à un certain niveau - le service de police de Detroit a été «réformé» trois fois en quatre décennies. Des flics noirs ont été embauchés dans de nombreuses villes. Les fonctionnaires noirs ont commencé à parler au nom de la police à la population.

L'appareil d'État, au sommet de la longue vague d'expansion économique, a institué un large éventail de programmes sociaux, plus vastes que tout ce qui n'a jamais été vu dans ce pays. Les soins médicaux ont été largement étendus avec la création de Medicare et Medicaid ; le financement des écoles publiques a été augmenté, l'accès à l'enseignement supérieur s'est ouvert, notamment grâce à des subventions et des bourses. Les programmes de soutien du revenu ont été largement étendus grâce à un système de protection sociale élargi. Au lieu de distribuer les surplus agricoles, des subventions permettant aux gens d'acheter la nourriture dont ils avaient réellement besoin ont été instituées. Des programmes destinés aux enfants les plus démunis ont été mis en place, répondant aux besoins éducatifs, médicaux et nutritionnels.

Ces améliorations qui ont touché la population noire ont également touché de larges couches de toute la classe ouvrière. Le niveau de vie de chacun a augmenté.

L'économie avait encore de la place, stimulée par la guerre, pour absorber de nouveaux travailleurs. Pendant un certain temps, les travailleurs noirs ont semblé prendre une solide position dans les emplois industriels auxquels ils avaient été interdits, rejoignant les Blancs, qui étaient également plus nombreux à être embauchés. Les travailleurs noirs ont trouvé une place importante dans la population active que la plupart des villes, des comtés et des États ont organisé pour effectuer des travaux sur les services publics; et ils ont emménagé dans des emplois de bureau et administratifs dans ces services.

Un nombre important de travailleurs noirs ont pu, avec des salaires plus élevés, s'installer dans un logement un peu meilleur. De plus, les restrictions sur le lieu de résidence des personnes ont été écrasées par un vaste mouvement qui s'est étendu de la Seconde Guerre mondiale à 1971.

Certains de leurs enfants ont pu, voire aidés, aller dans les meilleures écoles publiques qui avaient été interdites à leurs parents par la ségrégation résidentielle.

Et une classe professionnelle noire a grandi, qui a été absorbée à la fois par les entreprises et le secteur public. Dans de nombreuses usines, les superviseurs noirs sont devenus la règle.

Mais derrière toutes ces carottes se cachait le bâton. Les organisations noires qui avaient joué un rôle dans les combats des années 60 ont été attaquées, parfois par des opérations policières manifestes qui ont assassiné ou emprisonné des militants, parfois en insérant des agents pour fomenter des problèmes internes. La Nation de l'Islam s'est divisée et s'est de nouveau divisée. Malcolm X a été assassiné. Stokely Carmichael a été contraint de partir pour l'Afrique. Rap Brown a été emprisonné. SNCC a disparu. Huey Newton a été poursuivi. Fred Hampton et Mark Clark ont ​​été tués dans leur lit alors qu'ils dormaient. Les Panthers ont été décimés par la guerre interne déclenchée par des agents de police travaillant au sein de l'organisation, son activité organisée au sein de la communauté pratiquement éliminée. George Jackson a été assassiné en prison.

Derrière l'attaque contre ces militants se trouvait l'attaque encore plus grande en préparation contre la population noire. Et par-dessus tout pendait la crise économique qui a éclaté en 1971 et qui a duré jusqu'à ce jour, démontrant rapidement le caractère illusoire de ce qui semblait avoir été gagné.

«La guerre contre la drogue» - la guerre contre la population noire

La longue expansion économique qui a permis certaines réformes reposait sur la position privilégiée des États-Unis dans la reconstruction dans le monde après la Seconde Guerre mondiale et sur la production de biens militaires pour les guerres en Asie. Mais l'expansion a pris fin au début des années 1970. Dès lors, l'économie a traversé une crise après l'autre. Avec le déclenchement des récessions au milieu des années 70, le chômage est redevenu le compagnon constant de la population active noire. Le chômage frappe tout le monde, mais la population noire, la plus récemment embauchée, la première à être licenciée, porte à nouveau son poids le plus lourd.

En 1980, la classe ouvrière dans son ensemble avait commencé à battre en retraite, abasourdie par la soudaineté de l'assaut.

Les acquis sociaux du mouvement ont commencé à être détruits, car le financement a été à plusieurs reprises réduit aux écoles des zones urbaines, aux programmes sociaux et aux services publics qui avaient amélioré les conditions de vie des travailleurs. Sous la pression accrue de la crise et de la concurrence accrue, toutes les entreprises du pays ont été poussées à tirer le plus de bénéfices possible afin de se protéger, réduisant ainsi le niveau de vie de la population. Les villes, les comtés et les États ont tous réduit le nombre d'employés. Les emplois ont été sous-traités à des employeurs à bas salaires.

La population noire avait été à l'avant-garde de toutes les luttes des années 60 et du début des années 70. Et la bourgeoisie et sa classe politique connaissaient très bien le danger que cela représentait alors qu'elle menait une guerre contre les travailleurs. Le gouvernement a ouvert une attaque politique ouverte, la soi-disant «guerre contre la drogue». Commencée sous Nixon, poursuivie sous Reagan, Bush et Clinton, cette guerre a pris la forme de lois restrictives visant les toxicomanes et de lois visant à allonger la durée des peines de prison, voire à réaffirmer le recours à la peine de mort.

Sous prétexte d'arrêter la propagation de la drogue, toute une partie de la population noire a été criminalisée. Une partie importante de la population au chômage a effectivement disparu de l'économie - ils étaient en prison. Pour illustrer l'ampleur de l'impact que cela a eu : si les personnes incarcérées pour infractions liées aux drogues en 2015 avaient été comptées parmi les chômeurs, le taux de chômage global officiel aurait été de 7,2% au lieu de 5,6%.

La partie de la population qualifiée de «classe dangereuse» - c'est-à-dire les jeunes hommes noirs pour qui ce système n'était pas prêt à fournir un emploi - a été ramassée en grand nombre, retirée de la rue, envoyée en prison pendant des années pour rien de plus, du moins la première fois, que la possession de petites quantités de drogue.

Guerre contre la drogue ? Non, c'était une guerre contre les jeunes hommes noirs pour qui ce système capitaliste ne fournirait pas de travail. C'était, d'une part, la simple conséquence d'un système dans lequel les préjugés raciaux ont été institutionnalisés pendant plus de 350 ans. Mais c'était plus que ça. Ca a retiré cette «classe dangereuse» de la contestation dans les rues. Nixon, Reagan et le premier George Bush étaient ouverts à l'idée de cibler les jeunes hommes noirs. Clinton, qui a supervisé les changements les plus draconiens du droit pénal, a prétendu ignorer cette conséquence. Mais le résultat était le même.

Les conséquences pour la population noire dans son ensemble ont été dévastatrices. Un tiers de tous les hommes noirs âgés de 19 à 30 ans ont passé un certain temps en prison. La très grande majorité d'entre eux ont commencé là-bas pour une simple infraction liée à la drogue. Mais une fois sur place, la plupart y retournent. Le fait d'avoir passé du temps en prison est un énorme obstacle à l'obtention d'un emploi. La première peine d'emprisonnement pour possession mineure de drogue peut finir par pousser les gens à se livrer au trafic de drogue ou à d'autres activités pour survivre. Et cela a ses conséquences en ce qui concerne la criminalité dans les quartiers.

Le fait d'avoir passé du temps en prison signifie également dans de nombreux États qu'une personne perd le droit de vote. Aujourd'hui, quatre fois plus d'adultes noirs sont légalement privés du droit de vote en raison de la prison, que les lois Jim Crow en empêchaient de voter lorsque la loi sur le droit de vote a été adoptée en 1965.

Le fait qu’aujourd’hui autant d’hommes soient incarcérés à tout moment signifie qu’un fardeau beaucoup plus lourd de l’éducation des enfants incombe aux femmes. Pour voir ce que cela signifie : en 1980, 14% des enfants noirs étaient élevés par un seul parent, généralement des femmes. En 2015, 67% ont été élevés par un seul parent.

Cet énorme changement démographique en si peu de temps peut sembler presque inconcevable. Mais cela montre à quel point cette «guerre» a été dévastatrice, à quelle vitesse elle a criminalisé une partie entière de la population et victimisé tout le monde, y compris, surtout, les enfants.

Les flics ont été répétés à maintes reprises qu'ils étaient en guerre dans la rue. Alors, bien sûr, ils se précipitent pour sortir leurs armes. Cette guerre contre la drogue et toutes les modifications du droit pénal qui l'ont accompagnée ont donné à la police le droit de tuer, presque en toute impunité.

Mais la police n'est que le fer de lance. La lance, c'est tout le système capitaliste, virulemment raciste au cœur.

Réforme ou révolution ?

Si les meurtriers de George Floyd ont été rapidement mis en examen, ce n'est pas parce que Minneapolis est une ville «libérale» qui croit que les flics ne devraient pas avoir l'impunité. Si quelques autres flics font désormais face au même sort, y compris des flics que les autorités ont refusé d'inculper dans le passé, c'est parce que ce mouvement important et parfois en colère a rappelé aux autorités ce qui pourrait arriver.

C’est la raison pour laquelle les chefs de police de tout le pays se sont empressés de prétendre qu’ils étaient déjà en train de «réformer» la manière dont leurs agents sont formés et agissent. À la fin du mois de juillet, trente et une autres villes avaient interdit les étranglements, la manœuvre qui a tué Eric Garner et George Floyd, ce qui signifie que 62 des 100 plus grandes villes du pays l’avaient déclaré. Ces lois ne garantissent rien. Les étranglements avaient été interdits à New York en 1993. Mais cette interdiction ne protégeait pas Eric Garner. Et les étranglements ne sont pas le seul moyen de nuire. Les interdire n'est rien d'autre qu'un moyen de cacher le problème de la violence policière. C’est un symbole, une promesse de réformes à venir. De nombreux chefs de police et maires sont parfaitement prêts à s'engager dans des symboles, comme ils l'ont montré lorsqu'ils «se sont pris le genou» dans les premiers jours des manifestations. Mais cela n’a pas arrêté la violence policière - comme les familles de Jacob Blake et de Rayshard Brooks ne le savent que trop bien.

Les promesses de «réformer» la police soulèvent la question. Pourquoi la police existe-t-elle même ? Tout simplement, ils existent, ils emploient la violence pour s'assurer que la classe capitaliste puisse continuer à faire du profit, directement en extorquant de la valeur au travail, indirectement en drainant le trésor public. Cette violence est utilisée le plus souvent contre la population noire, en particulier parce que le travail noir a été mis à part comme une partie du travail spécialement opprimée, depuis la naissance du capitalisme américain en esclavage.

Tant que ce problème ne sera pas abordé de front, il ne peut y avoir de réponse. L'avenir dont la classe ouvrière a besoin, l'avenir dont la population noire a besoin, l'avenir dont la plupart de la population a besoin ne peut être construit en tentant de réformer le système une fois de plus - tout comme l'obtention du droit de vote quatre fois n'a pas fourni à la population noire aujourd'hui une garantie qu'ils peuvent voter - ou que leur vote passera même par la poste et pourra être validé !

Non, le capitalisme ne peut pas fournir de réformes durables. Il est absurde de l'imaginer à regarder la longue histoire de ce pays, encore plus absurde en cette période de crise chronique et de déclin, où la classe capitaliste ne peut augmenter ses profits qu'en augmentant sa guerre contre le niveau de vie de la population ouvrière.

S'attaquer aux problèmes auxquels nous sommes confrontés - y compris, tout d'abord, la violence policière - signifie s'attaquer au système qui a engendré les problèmes, à ce système né de l'esclavage, dont l'héritage nous accompagne jusqu'à ce jour. Aborder les problèmes signifie arracher les racines et les branches du capitalisme.

Il ne sert à rien de spéculer où les choses iront. Certes, les événements de juin, et ce qui s'est passé depuis, ne sont pas la révolte urbaine qui a commencé en 1964, qui a duré jusqu'en 1971. Les événements d'aujourd'hui n'ont pas derrière eux le mouvement populaire massif qui a conduit à 1964 : les classes populaires soulevant la question du pouvoir par leur activité. Mais l'histoire ne se déroule jamais de la même manière, et les événements de juin pourraient être juste le chapitre d'ouverture d'une lutte beaucoup plus grande et plus consciente.

Mais même si cela devait arriver, il faut autre chose. Y aura-t-il un parti capable de fournir une perspective révolutionnaire, une perspective communiste ? Dans la situation actuelle, cela revient à se demander s'il y a assez de militants engagés dans l'idée de révolution sociale, de militants communistes ? Auront-ils au moins commencé à construire une organisation révolutionnaire enracinée dans la population ouvrière noire, la partie de la classe ouvrière qui est la plus impliquée par toutes ces questions, mais qui a prouvé au cours de toutes ces générations qu'elle était prête à prendre la lutte le plus loin, même contre le pouvoir exercé par la bourgeoisie ? Auront-ils au moins commencé à construire une organisation révolutionnaire enracinée dans la classe ouvrière, capable de toucher les travailleurs blancs ?

Telles étaient les questions cruciales au milieu des années 60. Ce sont toujours des problèmes aujourd'hui.

26 août 2020
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 24 Sep 2020, 22:19

éditorial de "The Spark" 20 sept. 2020 a écrit :Personne d'autre ne nous donnera ce dont nous avons besoin

Nous sommes presque exactement à six semaines des élections, une élection qui se déroule au milieu de multiples crises.

Un virus contagieux se propage sans contrôle parce que pendant des décennies, le gouvernement a pillé les fonds de santé publique - tout comme il a pillé des fonds pour les routes, les ponts, les zones humides, les forêts, les barrages, les transports en commun et l'éducation - afin de distribuer des réductions fiscales, des subventions et des cadeaux à une classe capitaliste avide.

Lorsque le virus a frappé, il n'a fait qu'aggraver tous les problèmes d'une économie déjà en crise. La classe capitaliste, dans sa course folle pour accumuler des profits, a sacrifié les besoins de toute la société. Les entreprises ont réduit les emplois, réduit les salaires, utilisé le travail temporaire, à temps partiel ou contractuel. Les super profits ont débordé dans la spéculation, faisant grimper les prix non seulement à Wall Street, mais aussi des terrains, des bâtiments et des produits de base, déchirant la vie telle que nous la connaissions.

Même les tempêtes produites par la «nature» se transforment en crises. Les ouragans dans le sud, les incendies sur la côte ouest, les violentes tempêtes de vent dans le Midwest ont laissé les gens sans électricité, sans services et dans de nombreux cas sans abri. Les tempêtes ont peut-être surgi de la nature, mais leur impact a été plusieurs fois aggravé par la façon dont le capitalisme donne la priorité aux profits au détriment de l'environnement naturel et des êtres humains qui y vivent.

Les deux partis, républicain et démocrate, ont soutenu cette course folle de profit.

Reprenons la richesse volée sur notre travail

Les super profits qui vont aujourd'hui aux capitalistes pourraient être utilisés pour garantir un emploi à chacun, avec des salaires décents qui suivent les prix. Il y a des millions de personnes qui veulent un emploi et des centaines de façons de satisfaire ce besoin. Si les patrons ne peuvent pas embaucher tout le monde à plein temps, ralentissez le rythme de travail, réduisez les heures de travail de chacun, sans perte de salaire hebdomadaire pour personne. Pourquoi pas ? C'est le travail des ouvriers qui a créé tous ces profits.

L'argent que le gouvernement donne aux entreprises, aux banques et aux très riches est plus que suffisant pour financer tous les services publics, y compris la santé publique, la protection de l'environnement et l'éducation. Le financement complet de ces services améliorerait nos vies en même temps qu'il créerait des emplois.

Ni le Parti républicain ni le Parti démocrate n'ont jamais proposé une telle chose. Aucun des deux partis ne le fera, car ils soutiennent tous deux le principe selon lequel les capitalistes devraient contrôler la société.

Les travailleurs pourraient bâtir une nouvelle société

Les travailleurs sont essentiels - les gouverneurs ne nous ont-ils pas dit exactement cela lorsqu'ils avaient besoin de nous pour faire fonctionner les choses après que le virus ait frappé ? Eh bien, utilisons notre position essentielle pour faire face aux crises que la société capitaliste nous a lancées.

Tel quel, notre travail fait tout fonctionner aujourd'hui. Nous savons comment le travail est organisé. En mettant nos connaissances et notre expérience ensemble, nous savons comment tout s'emboîte, comment une partie nourrit la suivante, comment fonctionne l'ensemble de l'économie productive. C'est ce qui est important - l'économie productive, la partie qui produit tous les biens et services dont les êtres humains ont besoin.

Notre position dans cette économie est ce qui nous permettra de mettre la main sur le tout, de prendre le contrôle de la société, d'organiser l'économie pour servir les intérêts de toute l'humanité.

Personne ne nous donnera des emplois, des salaires et un pays sain. Nous devons lutter pour ce dont nous avons besoin. Nous devons lutter pour le pouvoir. Mais les travailleurs peuvent le faire - si nous nous tenons debout ensemble comme une seule classe prête à lutter pour ses intérêts communs.

Nous devons être unis face à nos ennemis. Cela signifie que nous devons lutter pour éliminer le racisme qui a été un cancer pour notre classe. Non seulement le racisme contre la population noire a été une partie institutionnelle de la société capitaliste depuis ses débuts dans l'esclavage ; mais il atteint aussi la classe ouvrière. Les travailleurs noirs le savent. Les autres travailleurs doivent le reconnaître. Faire face à cette réalité les libèrera de ce chancre dans leur cœur et leur esprit, ouvrant la porte à une véritable unité de la classe ouvrière.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 28 Sep 2020, 05:15

Éditorial de Spark, 28 sept. 2020 a écrit :Le système qui a assassiné Breonna Taylor doit être renversé

Les flics qui ont mis six balles dans le corps de Breonna Taylor l'ont assassinée. Mais tout le système est en accusation pour la perte de sa vie. Un juge a signé le mandat défectueux et bricolé qui a permis le raid. Les responsables de la police ont autorisé une bande de flics à pénétrer par effraction chez quelqu'un au milieu de la nuit, sur la base de ce que même la police admet désormais être des «informations erronées». Les fonctionnaires et les législateurs continuent d'agir par la prétendue «guerre contre la drogue», qui était le prétexte du raid sur l'appartement de Breonna Taylor. Un procureur général du Kentucky a refusé de poursuivre quiconque pour sa mort.

C'est un système mortel. Comment appelleriez-vous cela autrement que mortel ? La police tue plus de 1 000 personnes chaque année. Comment pouvez-vous l'appeler autrement que mortelle et raciste ? Les Noirs sont tués trois fois plus souvent que les Blancs.

Presque aucun des tués ne venait des couches privilégiées de la société. Beaucoup étaient des travailleurs, comme Breonna Taylor ou George Floyd. Certains étaient des gens sans espoir d'emploi dans un système dont le chômage élevé condamne trop de gens à la petite délinquance. Mais qui qu'ils fussent, leur mort était le résultat inévitable d'un système qui produit la pauvreté comme conséquence nécessaire de sa précipitation à produire du profit, et qui nécessite également l'utilisation d'une force meurtrière contre la population qu'il appauvrit. Il lui faut une police autorisée à tuer.

Daniel Cameron, le premier procureur général noir du Kentucky, a refusé de poursuivre. Tamika Palmer, mère de Breonna Taylor, a ensuite publié une déclaration : «Il savait qu'il avait le pouvoir de faire ce qu'il fallait. Il avait le pouvoir de commencer la guérison de la ville. Il avait le pouvoir d'aider à réparer plus de 400 ans d'oppression. Ce qu'il m'a aidé à réaliser, c'est que ce sera toujours nous contre eux. Nous ne sommes jamais en sécurité. »

Non, la population noire n'est pas en sécurité dans cette société née dans l'esclavage il y a 400 ans, dans un système qui a condamné depuis lors une grande partie de la population noire aux échelons les plus bas de la population active : d'abord comme esclaves, puis comme métayers, puis comme la partie de la force de travail qui encaisse le pire du chômage. L'existence de fonctionnaires noirs ou de flics noirs ne change rien de fondamental au fonctionnement du système.

Ce système, le système capitaliste, produit de la richesse pour ceux qui sont au sommet en volant une partie de ce que la population ouvrière produit par son travail. Dans un tel système, personne n'est en sécurité.

La violence est inévitablement produite par ce système. La réponse ne viendra pas des fonctionnaires, mais de la population ouvrière elle-même, qui a la capacité de diriger toute la société. La population noire a déjà montré par le passé qu'elle avait la capacité de se défendre. L'ensemble des travailleurs a démontré cette capacité.

Même dans la situation actuelle, alors que nous sommes loin de voir s'organiser la base de la population ouvrière, les manifestations en cours dans les rues de Louisville ont forcé à un aveu. L'administration de la ville, de facto , a reconnu sa culpabilité lorsqu'elle s'est précipitée pour payer un règlement de 12 millions de dollars pour «mort injustifiée» à la famille de Breonna Taylor. À l'échelle d'une vie humaine, ce n'est qu'un signe. Il ne peut jamais compenser ce qui a été perdu. Mais soyons clairs. Le paiement n'est pas venu à cause de la «bonne volonté» d'un politicien, noir ou blanc. Il a été produit parce que les gens de Louisville ont gardé vivant le nom de Breonna Taylor. Depuis sa mort, il y avait des gens dans les rues de Louisville, un jour après l'autre, clamant son nom.

C'est ce qu'il fallait juste pour obtenir cette aveu. Cela nous montre à quel point tout le système est pourri, qu'il ne se réformera pas, qu'il ne peut pas être réformé.

Mais il peut être renversé. Il peut être retiré, extirpé et remplacé par un système que la population laborieuse elle-même peut créer. Elle est la seule à pouvoir créer un système humain répondant aux besoins de chacun. Et la population ouvrière noire, comme elle l'a fait plusieurs fois auparavant, peut jouer un rôle de premier plan dans cette transformation. Des ouvriers noirs militants, entrés dans les usines dans les années 1960, ont entraîné le reste de la classe ouvrière après eux dans une vague de grèves qui a monté crescendo en 1974.

La génération actuelle, qui viendra à comprendre que le système doit disparaître, peut ouvrir la porte à une nouvelle vie pour tous.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4456
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Suivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : conformistepote et 3 invité(s)