Corée du Sud - la poigne de fer des chaebols

Dans le monde...

Corée du Sud - la poigne de fer des chaebols

Message par com_71 » 03 Avr 2015, 19:21

Un article de "Class Struggle", janvier 2015

http://www.union-communiste.org/?FR-arc ... 013-x.html

traduction automatique a écrit :Corée du Sud - la poigne de fer de la «démocratie» des chaebols
Avec ses 52 millions d'habitants entassés dans un territoire d'environ 40% la taille de la Grande-Bretagne, sur la côte orientale de la Chine face au Japon, la Corée du Sud est dépeint comme un "succès" capitaliste à tous égards, à la fois économiquement et politiquement.
Economiquement, le point de médias occidentaux sur le fait que bien que la Corée du Sud était un retardataire à la scène industrielle - car il ne rejoint le club des pays industrialisés de l'OCDE en 1996 - sa production industrielle par tête est maintenant parmi les plus élevés du monde. Ses deux principaux constructeurs automobiles, Hyundai et Kia, sont des noms familiers à travers le monde. Son plus grand conglomérat de l'électronique, Samsung, est le principal rival d'Apple sur le marché mondial des téléphones mobiles et le plus grand producteur mondial de semi-conducteurs. Navires les plus gigantesques du monde sont construits dans ses chantiers navals - appartenant à des sociétés comme Hyundai, Samsung ou Daewoo. Bien sûr, ceux qui sont originaires du sud-coréen "modèle" ne parviennent pas à mentionner comment ce développement économique a été atteint, en particulier le prix exorbitant de la classe ouvrière sud-coréen a dû payer - et continuent de payer - pour elle!
Politiquement, la Corée du Sud est célébrée par les mêmes médias comme une «démocratie», qui est censé se tenir à l'opposé de la dictature opaque de la Corée du Nord. Mais ce ne est absolument pas mentionnée, ce est que si elle ne avait pas été pour le soulèvement de la classe ouvrière de la fin des années 1980, la Corée du Sud serait toujours vivant sous le joug de la longue lignée de dictateurs militaires porté au pouvoir par les armées impérialistes occidentaux, de retour dans 1946. De même, peu est jamais dit sur les limites très étroites de ce qu'on appelle la «démocratie» de la Corée du Sud, ni sur la façon dont son appareil répressif de l'Etat impose la règle de fer d'une poignée de très grands conglomérats sur la classe ouvrière.
Donc ce que cela capitaliste "success story" signifie vraiment pour la classe ouvrière sud-coréen en général et pour ses militants? Telles sont les questions que cet article va tenter de répondre.
L'ombre de la guerre froide ...
Bien que la guerre froide a pris fin il ya 24 ans avec l'effondrement de l'Union soviétique, il est encore de lancer un tel ombre sur les institutions sud-coréens et scène politique qu'il est nécessaire de rappeler comment ce pays a vu le jour, à travers le partition de Corée, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
En fait, cette partition était le premier d'une série de développements qui ont ouvert la voie à la guerre froide, avant de devenir une cause permanente de conflit une fois qu'il avait éclaté.
Une colonie japonaise depuis 1905, la Corée était une partie des dépouilles de l'empire japonais qui devait être partagé entre les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Initialement, il devait rester sous la "tutelle conjointe» des États-Unis, la Grande-Bretagne, l'URSS et la Chine pour les 20 à 30 ans, avant de bénéficier d'indépendance. Mais les événements ont pris un cours différent. En Août 1945, l'Armée rouge a été progresse rapidement depuis le nord de la Corée vers le sud, tandis que l'armée américaine ne avait pas encore un soldat là, les dirigeants américains unilatéralement déclaré que la Corée serait divisé artificiellement le long du 38e parallèle, comme un mesure «temporaire», créant ainsi une zone d'influence soviétique dans la partie nord déjà occupée par l'Armée rouge et une zone d'influence américaine dans le sud où les troupes américaines débarquent bientôt d'organiser la cession ordonnée des forces d'occupation japonaises.
Environ un tiers de la population coréenne donc restée dans la partie nord, sous une alliance dominée par les communistes de l'ancien souterraine anti-japonais. Quant à la partie sud, il a rapidement été mis fermement sous un régime répressif violemment anti-communiste mis en place par les Etats-Unis, en utilisant le personnel coréen de la défunte machines d'état colonial japonais. En Février 1946, un gouvernement intérimaire a pris ses fonctions le sud de Séoul, sous la présidence de Syngman Rhee, un politicien anti-communiste aguerri, qui avait des liens entre les cercles politiques américains de longue date.
Peu de temps après, en Septembre 1946, le mécontentement social est venu à une tête quand 250 000 travailleurs ont organisé une grève générale à travers le sud. Il a fallu plus de trois mois pour les troupes américaines et coréennes pour vaincre les grévistes. Ce était un bain de sang. Plus d'un millier de travailleurs ont été tués et 30 000 arrêtés. Certains des activistes qui se est échappé passèrent au nord, mais beaucoup reprend la guérilla de l'époque coloniale, qu'ils portaient pour les 4 prochaines années.
Puis la guerre froide a éclaté. En Chine, le régime pro-américain de Chiang Kai-shek était sur le point de se effondrer en face de l'armée paysanne de Mao Zedong. Et, en Août 1948, les États-Unis a décidé de faire de la partition «temporaire» de la Corée permanente. Le gouvernement de Syngman Rhee est devenu le seul régime officiellement reconnue par les puissances occidentales - un régime qui était autant une dictature comme la domination coloniale précédente par les Japonais était, sauf que ce était maintenant US-parrainé. Et son objectif était clairement de reprendre le contrôle sur le Nord par la force.
Finalement, cependant, les dirigeants nord-coréens préempté cette menace par l'invasion du Sud en Juin 1950. Apparemment, ils espéraient que, avec l'armée américaine ayant pour protéger la retraite de Chiang Kai-shek à Taiwan, après la victoire de Mao, il ne serait pas le risque une autre intervention militaire, d'autant plus que les troupes du Nord étaient susceptibles de répondre massif soutien populaire dans le Sud - ce qu'ils ont fait.
Toutefois, cela se est avéré être une erreur de calcul. Il ne était pas question des États-Unis, même en concédant une plus pouces à l'influence soviétique ou à des forces nationalistes. Les États-Unis mobilisé une coalition impérialiste - dans laquelle la Grande-Bretagne avait le 2ème plus gros contingent - et est intervenue sous le couvert de la pratique des Nations Unies. Les troupes nord-coréennes ont été repoussés de l'autre côté du 38e parallèle, mais non sans grande difficulté.
À ce moment, les dirigeants américains pensaient qu'ils pourraient finir la Corée du Nord. Il ne avait pas été pour une contre-offensive massive par l'armée chinoise pour arrêter les forces impérialistes, la Corée aurait certainement été ré-unie - mais sous la dictature de Syngman Rhee qui, au même moment, était occupé "nettoyage" de Séoul de tout l'opposition, dans un bain de sang qui a coûté 100 000 victimes selon les documents militaires américains.
En fin de compte, cependant, les dirigeants américains ne ont pas osé risquer une confrontation ouverte avec la Chine et ils ont retiré leurs troupes au sud du 38e parallèle. Au moment où l'armistice a été signé, en Juillet 1953, 900 000 soldats et de 1,5 m civils avaient été tués, la majorité des victimes du côté du Nord, en raison de contrôle total de la coalition impérialiste de l'air.
... Qui reste toujours aussi chaud
Dans un sens, la guerre de Corée n'a jamais vraiment pris fin. La Corée du Sud n'a pas signé l'armistice 1953 et revendique toujours la souveraineté sur le Nord. Selon ses autorités et institutions, le pays vit toujours sous la menace d'une attaque de la Corée du Nord - et ce est ce que les enfants apprennent dès le plus jeune âge à l'école.
Cependant, cette alarmisme obsessionnelle est d'abord et avant tout un instrument de contrôle social et politique sur la population en général et de la classe ouvrière en particulier, ainsi que de fournir une justification pour énorme appareil répressif de l'État.
Dans tous les cas, la classe capitaliste sud-coréenne se est évidemment pas trop inquiet au sujet de la «menace du Nord». Ceci est illustré, notamment, par la Région industrielle de Kaesong qui a été ouvert ses portes en 2004. Ce est une enclave sud-coréen en Corée du Nord, à seulement 6 miles au nord de la zone démilitarisée entre les deux pays, qui a été concédé au Sud en vertu d'un bail de 50 ans, afin de permettre aux entreprises sud-coréennes pour profiter de la main-d'œuvre à bas salaire du Nord. En 2014, plus de 50 000 travailleurs nord-coréens ont été employés dans 123 usines sud-coréenne sous le contrôle de quelques centaines de gestionnaires sud-coréens et les superviseurs qui traversent la frontière chaque jour. En d'autres termes, pour la classe capitaliste sud-coréen, affaires sont les affaires - y compris quand ils le font avec la «menace» du Nord.
Néanmoins, le père fouettard nord-coréenne est utilisée pour justifier l'existence continue d'un militaire sur-gonflés - quelque chose qui n'a pas changé depuis l'époque de la dictature. Aujourd'hui, bien que la Corée du Sud ne est que 26e plus grand pays du monde en termes de population, il a la plus grande force militaire actif 6e et la 2e plus grandes réserves militaires. Ensemble, ils engloutissent 15% des dépenses publiques du pays - bien plus que l'ensemble du PIB de la Corée du Nord présumé «ennemi».
Cependant, il ya de la méthode dans cette folie. Le service militaire de 2 ans obligatoire imposé sur les jeunes travailleurs est très appréciée par les entreprises sud-coréens. En effet, certains de ces travailleurs sont enrôlés pour travailler dans les usines désignées, leur offrant ainsi un flux régulier de recrues qui sont liés par la même discipline qu'ils feraient face dans une base de l'armée. L'armée est également félicité de "la formation d'une main-d'œuvre qualifiée avec un sens élevé de ses devoirs», pour reprendre les termes de l'article de une patrons - ce qui signifie, évidemment, une main-d'œuvre flexible. Mais bien que, comme toute armée dans ce monde capitaliste, l'armée sud-coréenne se targue dans sa capacité à "briser têtes chaudes", il ne semble pas être tout ce succès, à en juger par le militantisme acharné du travail sud-coréenne classe!
Il ya d'autres raisons de la taille disproportionnée de l'armée. Toute une couche de la bureaucratie d'Etat doit son statut social à ses connexions de l'armée. En cela aussi, peu de choses ont changé depuis l'époque de la dictature. Et, évidemment, ses contrats d'approvisionnement représentent une énorme prime pour les deux fabricants d'armes locaux et impérialistes - la plupart américains.
En plus de cette armée sur-gonflé, 29 000 soldats américains sont toujours stationnés dans huit établissements différents à travers le pays - 62 ans après la fin officielle de la guerre de Corée! Non seulement cela, mais la Corée du Sud a à supporter une partie du fardeau du maintien de ces troupes sur son territoire, un peu comme un pays occupé - à un coût annuel d'un montant de 3% supplémentaires de son propre budget militaire massive.
Comme autre vestige de la guerre de Corée, l'armée américaine opère une commande permanente basée en Corée centrale régionale, prêt à prendre automatiquement le contrôle direct de toute l'armée sud-coréenne dans le cas d'une guerre. Selon un accord de longue date, cette disposition est censée se terminer en Décembre 2015, époque à laquelle l'armée sud-coréenne est censé devenir pleinement «indépendant». Mais les gouvernements successifs ont tenté de convaincre les Etats-Unis de reporter ce délai, probablement sur un soupçon pas déraisonnable que la Corée du Sud ne est pas un pion assez importante sur l'échiquier impérialiste régionale pour les États-Unis à rester toujours aussi protecteur des intérêts sud-coréens comme il l'a été dans le passé - surtout quand il se agit de conflits en cours territoriales de la Corée avec le Japon voisin.
L'anti-communisme en tant qu'institution
Politiquement, cette alarmisme anti-Nord sert toutes sortes de fins utiles pour la classe dirigeante et de son état, en particulier pour éliminer, ou au moins docile, toute opposition «importuns» au régime. Ce était vrai sous les dictatures passées, bien sûr, mais il reste tout aussi vrai dans ce qu'on appelle la «démocratie» d'aujourd'hui.
L'utilisation du mot "communisme" est encore illégale en Corée du Sud - comme preuve de «trahison» - et aucune organisation politique ne peut légalement utiliser dans son nom ou de propagande. Il ne est que relativement récemment que la publication de traductions d'écrits communistes classiques coréens est devenu possible - mais seulement dans la mesure où ils ne se réfère pas à quoi que ce soit récente, ni à aucune sorte de tradition communiste en Corée ou dans la région. Toute écriture contemporaine doit encore être soigneusement modifié afin d'éviter les poursuites.
Dans la capitale, Séoul, affiches discrètes sont toujours affichés dans les voitures de métro et dans les autobus, invitant les citoyens "concernés" pour appeler un numéro de téléphone si vous remarquez un comportement «subversive» - anonymat est garanti, bien sûr. En fait, la loi dit encore explicitement qu'une condamnation pour «trahison» peut attirer non seulement de longues peines de prison, mais aussi la peine de mort. Et bien que la peine de mort n'a pas été utilisé depuis l'époque de la dictature, cette menace plane toujours sur la tête d'une organisation communiste.
L'instrument utilisé pour cette répression anti-communiste est la loi sur la sécurité nationale (NSL), qui a été adoptée par la dictature de Syngman Rhee, en Décembre 1948, et à peine modifiée depuis. Sous les dictatures passées, il a été utilisé pour arrêter, la prison, la torture et même exécuter des milliers de militants de l'opposition - pour écraser toute forme d'opposition politique ou syndicale. Toute personne qui a été soupçonné de sympathie pour le Nord - ou tout simplement ne pas montrer assez d'enthousiasme pour condamner son régime - pourrait être accusé d '"espionnage", qui est tombé automatiquement en vertu des dispositions de la NLS. Le «suspect» a ensuite été traitées par la CIA bien nommé coréenne (KCIA), un organisme secret qui était en charge de l'application de cette législation guerre froide.
Après la fin de la dictature, cette machine répressive brutale est resté en place presque sans changement. Bien que le KCIA a connu une série de changements de nom, pour devenir Service national de renseignement d'aujourd'hui (NIS), sa nature n'a pas changé et n'a pas non plus celle de la NSL. Depuis lors, l'anti-communisme folle de la guerre froide est restée autant partie de l'arsenal répressif de l'Etat que jamais - en particulier après que le président Lee Myung-bak, est arrivé au pouvoir, tout comme la crise bancaire éclatait en 2008.
Ainsi, dans un rapport publié en 2012, Amnesty International a noté que le nombre de nouvelles affaires portées en vertu de la NSL avait été augmente chaque année, passant de 46 en 2008, à 90 en 2011. Et tandis que les tribunaux ne étaient plus toujours prêt à aller de pair avec la preuve douteuse offerte par les procureurs, la procédure légale a souvent des années à démêler et les accusés pourraient faire face à des périodes répétées de détention avant d'aller en procès.
Ce rapport mentionne, par exemple, le cas de Kim Myeong libraire-soo, qui a été accusé en vertu de la NSL en 2007, pour avoir vendu au détail 300 livres "avec l'intention de mettre en danger l'existence et la sécurité de l'Etat". Parmi ces livres étaient une biographie de "Etoile rouge sur la Chine» de Marx et Edgar Snow. Lorsque son premier procès a eu lieu quatre ans plus tard, l'accusé se est avéré que tous les livres incriminés étaient disponibles gratuitement à la Bibliothèque de l'Assemblée nationale et il a été déclaré non coupable. Malgré cela, après l'appel d'un des procureurs, il a reçu une peine d'emprisonnement de six mois avec sursis pendant deux années, en Février 2012.
Un autre cas significatif mentionné par Amnesty International, ce est que de la Ligue (SWL) les travailleurs socialistes de, un petit groupe socialiste qui a été formé en 2008. Six mois plus tard, huit membres éminents de la SWL ont été accusés en vertu de la NLS pour "propagation ou provoque une rébellion contre l'Etat ". La seule preuve était jamais produit la participation de la SWL dans les grandes manifestations anti-gouvernementales au cours de l'été et de tracts qu'il avait par la suite produit pendant les grèves dans les secteurs de l'automobile et de la construction. Néanmoins, en 2012, les accusés ont été condamnés à des peines de 1 à 2 ans de prison avec sursis pendant deux à trois ans. La menace permanente de plusieurs militants poursuivi, effectivement empêché le groupe de fonctionner publiquement et il a dû dissoudre - juste pour exprimer son opposition au gouvernement et, probablement plus important encore, en préconisant la nécessité pour la classe ouvrière de se battre contre le boss ' attaques.
Aujourd'hui, cet arsenal répressif pourrait bien être resserré. Ainsi, sous le titre «Un autre pas en arrière à la dictature", le libéral-coréen Hankyoreh rapporté le quotidien le 21 Janvier: "Au cours d'une séance d'information conjointe de huit agences à la Maison Bleue [l'équivalent sud-coréen de la Maison Blanche des États-Unis], le [intérieure ] ministère fait état ​​de plans visant à établir une base juridique pour bloquer les activités et la création de groupes reconnus par les tribunaux comme ennemi aide ou anti-étatique. Les mesures signifieraient une réponse préventive à ces activités en plus courante après-coup punitions. Dans une prochaine étape, le ministère prévoit d'ordonner la dissolution de groupes ennemis-aide ou modifier la loi de sécurité nationale pour évaluer les frais de conformité lorsque des groupes défient un ordre démantèlement ".
Le cas de la United Progressive Party
L'expression clé ici est "la réponse préventive». En fait, avant même toute modification de la NSL a été fait, une telle "réponse préventive» avait déjà eu lieu. Ce fut le cas, par exemple, avec l'interdiction du Parti progressiste uni (UPP).
Formé en 2011, le UPP était la fusion d'un certain nombre de petits partis réformistes de gauche. Le plus grand d'entre eux, en termes de soutien électoral et le seul qui avait une présence réelle activiste sur le terrain, en particulier parmi la classe ouvrière, était la partie coréenne démocratique du travail, l'aile politique de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU) - la confédération formée par les syndicats «démocratiques» qui ont émergé pendant le soulèvement de la classe ouvrière de la fin des années 1980.
Lors de l'élection générale de 2012, l'UPP a remporté 2.200.000 votes (10,3% du vote populaire). En raison de la manière dont le système électoral favorise les grands partis, l'UPP a remporté seulement 13 sièges sur 300, tandis que le Parti Saenuri de droite (Shinshintō) et le Parti démocratique plus libérale ont gagné 279 sièges entre eux. Néanmoins, l'UPP est devenu le troisième plus grand parti parlementaire.
L'UPP était, cependant, guère une menace pour le régime autoritaire du Parti Saenuri - ni dans parlementaire ni en termes extra-parlementaires, étant donné le faible flux dans la lutte de classe à ce moment. Néanmoins, le président Park Geun-hye a décidé de lancer une offensive tous azimuts contre elle.
En Août 2013, le NIS perquisitionné les maisons et les bureaux de dix dirigeants UPP. Huit d'entre eux, y compris un de ses députés, Lee Seok-ki, ont été emprisonnés et accusés de sympathiser avec l'ennemi et louant en violation de la NSL, ainsi que de complot en vue d'inciter à une insurrection. Les accusations étaient fondées sur une allégation par l'INS que Lee Seok-ki a présidé une réunion secrète d'une organisation subversive souterraine traçant le renversement du gouvernement. Un essai conduit médiatique hystérique suivi, exposant les liens présumés de Lee avec la Corée du Nord - même si cette allégation a été abandonnée par la suite au tribunal par l'INS lui-même.
Au tribunal, le cas NIS se est avéré être uniquement fondée sur la transcription d'un discours de Lee Seok-ki. Néanmoins, à son premier procès Lee a été condamné à 12 ans de prison. Mais, en Août 2014, la Haute Cour de Séoul a conclu que les paroles de Lee avaient été grossièrement déformée dans la transcription originale et a rejeté l'accusation de complot pour renverser le gouvernement. Cependant, malgré l'absence de toute autre preuve, il a confirmé les accusations d'incitation à l'insurrection et de violer la NSL. Aujourd'hui, Lee et ses co-accusés restent toujours derrière les barreaux, en attendant un appel à la Cour suprême.
Pendant ce temps, toutefois, sur la base de cette NIS frame-up flagrante, à la demande du président Park Geun-hye, la Cour constitutionnelle a interdit l'UPP et radié de ses députés. Qui plus est, des manifestations publiques ou critiques contre cette interdiction sont également illégaux!
Pour le parti au pouvoir Saenuri, ce mouvement spectaculaire sert à deux fins. Le premier, bien sûr, est de renforcer l'idée que la Corée du Nord est une menace immédiate pour le Sud, justifiant ainsi sa démagogie agressive par opposition à l'appui du Parti démocratique pour une politique visant à normaliser les relations entre les deux pays.
Mais le deuxième objectif, et probablement le plus important, est d'isoler la KCTU, dont la seule politique véhicule était l'UPP, et, plus généralement, pour réprimer toute tentative du mouvement de la classe ouvrière d'intervenir sur la scène politique dans le contexte en cours de la crise économique actuelle.
L'état des chaebols
Pendant les trois décennies de dictature, cette combinaison de alarmisme guerre froide, l'anti-communisme et de l'état de siège mentalité était un instrument de la classe capitaliste d'imposer à la classe ouvrière les sacrifices qui ont été nécessaires pour bâtir une industrie nationale dans ce qui était contraire une pays pauvre. Et si, finalement, l'explosion de la classe ouvrière de la fin des années 1980 a apporté la dictature vers le bas, la machine de l'Etat du pays est resté en grande partie intact - même si sa nature répressive est devenu moins visible. Aussi intacte, ont été les principales caractéristiques de sa classe capitaliste.
Il convient de rappeler que cette classe capitaliste est l'un des monde les plus fortement concentrée, centrée comme ce est autour d'une poignée de très grands conglomérats familiaux contrôlée connus comme des «chaebols" (qui est une combinaison de deux mots coréens signifiant «richesse» et "clan"). Les dictatures passées conçus le développement de ces conglomérats géants en remettant le contrôle de pans entiers de l'industrie auparavant japonaise appartenant à une poignée de familles riches et bien connectés. Les actifs du chaebol ont été alloués afin que chacun avait un monopole sur son propre segment du marché intérieur, qui a été protégé par des barrières tarifaires élevées. Dans le même temps, ils ont été offerts financement de l'État à l'exportation, afin de doter le pays avec des devises étrangères, en particulier pour financer son énorme des dépenses militaires.
D'autres facteurs ont contribué au développement relativement rapide de l'industrie sud-coréenne: le fait que la Corée du Sud a été utilisé par l'armée américaine comme base logistique majeur au cours de la guerre du Vietnam; puis, à partir des années 1970, les entreprises japonaises délocalisées partie de leur production en Corée du Sud et, plus tard, les entreprises américaines ont suivi leur exemple.
Mais surtout, bien sûr, si les chaebols ont pu accumuler autant d'atouts - et les profits - ce était principalement parce que la répression systématique de toute forme de travail de l'Organisation de la classe par la dictature, au nom de la lutte contre le communisme, a possible pour les patrons pour augmenter l'exploitation capitaliste à un niveau qui aurait été impossible autrement.
Ce est ainsi que le système de chaebol hautement concentré développé, dans l'ombre de la dictature - grâce à ses subventions et la répression - et en tant que sous-traitant pour les plus puissantes économies les impérialistes.
Aujourd'hui, à la suite des crises économiques successives qui ont secoué l'économie du pays - d'abord en 1997 puis en 2008 - ce système est devenu encore plus concentré. Les originaux "chaebols" hautement spécialisés sont devenus largement diversifiée au point où ils ont formé empires gigantesques, couvrant de nombreux secteurs différents.
Le chiffre d'affaires total des dix plus grands chaebols du pays l'année dernière a été estimée à l'équivalent de 40% du PIB de la Corée du Sud, avec le plus grand 4 gagner la part du lion, avec 30% du PIB. Ces super-géants sont tous des groupes qui se sont formés dans les premières années de la dictature et sont toujours contrôlés par leurs familles fondatrices. Ils sont Samsung (450 000 travailleurs), Hyundai (150 000), LG (220 000) et SK (70 000).
Ces faits sont probablement assez pour donner une idée de la puissance économique et politique des chaebols. Ce ne est pas par hasard que l'actuel président, Park Geun-hye, est la fille de Park Chung-hee, le dictateur qui, entre 1961 et 1979, a développé le système de chaebol, ni que son prédécesseur, Lee Myung-bak, avait été le PDG de la société appartenant à l'empire Hyundai.
La classe ouvrière et la règle des chaebols
Avec le système de chaebol, la dictature de Park Chung-hee avait conçu un système de contrôle quasi-militaire sur le marché du travail, qui a été géré conjointement par le ministère du Travail et une Fédération construite à cet effet des coréens Syndicats (FKTU) dont les responsables locaux ont agi en tant qu'auxiliaires de la gestion des chaebols - avec la police toujours disponible pour ranger tout "fauteur de troubles". Avec un tel système, les chaebols ont pu imposer les conditions qu'ils voulaient sur leur main-d'œuvre.
Puis vint le soulèvement de 1987, une vague de grèves qui, à partir de Ulsan - sud ville de compagnie de Hyundai - se répandre comme une traînée de poudre avec une estimation de 3 400 grèves au cours des 4 premiers mois. Partout "syndicats démocratiques" émergé du mouvement et, à la fin de 1989, il y avait plus de 2700 d'entre eux.
Il a fallu beaucoup de temps pour les chaebols et leur état se rendre compte que, cette fois, des concessions était devenue nécessaire. Hyundai, par exemple, obstinément collé à ses canons pour pas moins de 20 mois, en dépit des protestations en cours à travers ses plantes. Ce ne est qu'après une longue grève de 104 jours par l'ensemble de ses effectifs 80,000-forte Ulsan et son incapacité à briser malgré l'utilisation de troupes transportés par avion, que le chaebol a finalement décidé de reconnaître les syndicats des grévistes.
Mais même alors, cela ne signifie pas que les militants de la classe ouvrière apprécié un tour gratuit au cours des prochaines années. Ce était une période marquée par un niveau élevé de militantisme, en particulier dans la classe ouvrière industrielle, mais aussi par la répression systématique contre tous ceux qui tentent de donner une expression organisée à ce militantisme - comme l'a montré par le fait que, en 1990, plus d'un millier militants de la classe ouvrière étaient toujours derrière les barreaux.
Quant à la KCTU lui-même, son prédécesseur a été formé en 1990 par des «syndicats démocratiques» basés principalement dans les usines des chaebols industriels et par le Syndicat national des enseignants. Mais il a été immédiatement interdit sous le prétexte officiel qu'il a été " mène une lutte pernicieuse basée sur une idéologie qui voit la lutte des classes comme une arme pour l'émancipation du travail ". Il a fallu une longue série de grèves générales pour la confédération être formellement légalisé en 1996 sous son nom actuel. Évidemment, après avoir essayé d'obtenir leur état ​​de réprimer la KCTU hors de l'existence, les chaebols ont pris conscience que le statut illégal de la KCTU causait plus d'ennuis que cela valait la peine.
Il faut dire que, dans l'intervalle, à quelques exceptions près - Samsung étant le principal - les chaebols avait mis en œuvre une tactique des classes capitalistes séculaire: "si vous ne pouvez pas les battre, les acheter". Les branches locales de la KCTU ont été reconnus et fonctionnaires de la branche ont été accordées divers avantages, comme des postes à temps plein. Tout cela, bien sûr, était destiné à enfoncer un coin entre la population active et les militants qui sont devenus de plus en plus intégrées dans le mécanisme de gestion de leurs lieux de travail.
La légalisation de la KCTU se était fondé sur une stratégie similaire. La KCTU a été invité à se joindre à toutes sortes de comités «tripartite» impliquant des fonctionnaires de l'Etat et les représentants des patrons. En seulement quelques années de sa légalisation, la KCTU avait été intégré dans la machine de l'Etat chaebol, à tous les niveaux - depuis le sommet jusqu'au niveau de la plante.
Mais les traditions de défense sont résilients. Aucun montant de répression ou avantages pourrait effacer les souvenirs de la fin des années 1980 pour la génération de militants et travailleurs de rang et de fichiers qui avaient connu un tel sentiment exaltant de la force collective - la puissance d'une classe qui avait amené la dictature vers le bas et forcé les chaebols tout-puissants à leurs genoux. Et donc, malgré l'intégration des syndicats de la KCTU dans la machine de l'Etat chaebol, ces traditions continuent ré-émergentes, encore et encore, ne importe quoi.
La précarisation de la classe ouvrière
Afin de saper ces traditions de défense, les chaebols ont été de plus en plus utilisent une autre façon de diviser les rangs de la classe ouvrière, en développant un système multi-niveaux de l'emploi.
Avant 1987, la norme parmi les chaebols était généralement semblable à celui de leurs homologues japonais - carrières dites "à vie" avec le même employeur promettant divers avantages en échange de la loyauté indéfectible. Cependant, à la fin des années 1980, ce était ces travailleurs "long de la vie" qui ont formé la base des "syndicats démocratiques". Ainsi, les chaebols ont changé de tactique et ont développé un second niveau des travailleurs qui faisaient le même travail, mais ont payé moins pour plus d'heures.
Dans la pratique, ces méthodes ne sont pas nouvelles. Dans le passé, les chaebols ont souvent modifié les contrats de travail de certains groupes de travailleurs en fonction de leurs besoins. Mais alors, en ces jours, les travailleurs ne avaient aucun droit et les chaebols ne craignent aucune résistance importante.
Mais après 1987, ce ne était plus une option. Donc, leur stratégie était d'obtenir leur état à la main-d'œuvre scindée juridiquement en deux groupes. Travailleurs "Regular" - ce est-à ceux qui occupent des postes «à vie» - serait couvert par la protection relative prévue par la législation du travail et les dispositions de protection très limitées, y compris le droit d'adhérer à un syndicat, à condition il a été reconnu dans leur milieu de travail . travailleurs «irréguliers» "seraient, au contraire, ne ont aucun droit à tous - et surtout pas celui de rejoindre ou former un syndicat - sous prétexte qu'ils étaient réputés être employés sur une base à court terme.
La proportion de travailleurs «irréguliers» a commencé à augmenter, mais il a vraiment explosé à la suite de la crise financière de 1997 en Asie du Sud-Est, lorsque le gouvernement a utilisé cette crise comme un prétexte pour supprimer toutes les restrictions sur le nombre de travailleurs «irréguliers» que les grandes entreprises pourraient employer. Dans le même temps, un nombre ahurissant de différentes formes de statut "irrégulière" de l'emploi est apparu, notamment à travers la sous-traitance sur place, comme la loi privé travailleurs dans les très petites entreprises de leur statut passé "régulière", et les patrons les a forcés à devenir «irrégulière» et / ou non salarié sous-traitants individuels.
Depuis lors, la proportion de «travailleurs en situation irrégulière" est resté plus ou moins le même dans les grandes usines. Aujourd'hui, il est estimé à quelque part entre 50 et 60% de tous les travailleurs salariés, à des niveaux élevés dans certaines industries comme l'acier, la construction, la construction navale et l'industrie automobile.
Ces travailleurs «irréguliers» ne sont pas couverts par la législation sur le salaire minimum et des statistiques récentes publiées plus tôt cette année montrent que le salaire horaire d'un travailleur "irrégulière" est environ la moitié de celle d'un travailleur "régulière" faire le même travail. Pendant ce temps, «irréguliers» travaillent en moyenne sept heures de moins par semaine que les «habitués» - car de nombreux travailleurs «irréguliers» sont employés sur une base "zéro heure".
En plus d'augmenter les bénéfices des chaebols, l'ascension fulgurante de l'emploi «irrégulier» était destiné à enfoncer un coin entre les travailleurs. Et il l'a fait d'autant plus de succès que dans une large mesure la KCTU tombé dans le piège que les chaebols avaient posé pour elle. Depuis la loi interdit les travailleurs «irréguliers» d'adhérer à un syndicat, pendant longtemps la machinerie KCTU résisté toute tentative par ses branches de recruter des travailleurs «irréguliers», par crainte de représailles juridiques. De même toute tentative par des activistes locaux pour obtenir les travailleurs "réguliers" et "irréguliers" à rejoindre les rangs dans la lutte contre les attaques des patrons - en particulier les réductions de salaires qui ont été imposées à la classe ouvrière après la crise financière de 1997 - ont été résisté par la machinerie KCTU. Pour toutes fins utiles, la direction de la KCTU a choisi de représenter les intérêts des travailleurs "réguliers", laissant le reste de la classe ouvrière.
Travailleurs "irréguliers" se battent pour leurs droits
On pouvait s'y attendre, en attendant, les chaebols faisaient de leur mieux pour souligner que la demande des travailleurs «irréguliers» de pour un emploi «régulier», à une époque où les emplois "ont dû être coupés", était une menace pour tous les travailleurs «réguliers». Et l'inaction de la KCTU devant cette alarmisme seulement aidé à creuser l'écart entre ces deux sections de travailleurs.
Finalement, au moment où la crise actuelle a éclaté, les dirigeants de la KCTU avaient pris conscience que, en autorisant les patrons à l'ingénieur cette scission entre les travailleurs sans opposer de résistance, ils avaient seulement réussi à scier la branche sur laquelle ils étaient assis. En jouant une partie des travailleurs contre l'autre, les chaebols avaient affaibli la fois - et la KCTU, par la même occasion.
Ceci, avec l'émergence d'un certain nombre de syndicats de travailleurs «irréguliers» de échappant au contrôle de la KCTU, a finalement incité ses dirigeants à changer sa stratégie - en particulier dans ceux de ses fédérations industrielles qui ont été les plus touchés par la montée de la «irrégulière «main-d'œuvre, comme la fédération de ses ouvriers de la métallurgie KMWU. Et même si elle n'a pas embarquer sur systématique une campagne de recrutement parmi les travailleurs en situation irrégulière, au moins, il a commencé à fournir une aide à ceux qui avaient déjà commencé à organiser.
La longue lutte des travailleurs «irréguliers» de Hyundai Motors de 12 ans fournit une bonne illustration de ce que ces travailleurs ont dû passer par dans leur tentative de gagner le statut de l'emploi décent et le droit d'organiser, en «démocratique» la Corée du Sud.
Cette lutte a commencé sérieusement quand le syndicat des premiers travailleurs «irréguliers» a été lancé publiquement de l'usine Hyundai Asan, dans l'ouest du pays, dans Mars 2003. Cet exemple fut bientôt suivi dans d'autres usines Hyundai Motors à Jeonju, dans le sud -west et à Ulsan, dans le sud-est. Au cours des 10 années suivantes, alors que les bénéfices de Hyundai ont augmenté cinq fois, ces syndicats persévéré derrière la demande pour tous les travailleurs «irréguliers» à effectuer régulièrement. Ils ont organisé la pétition sur pétition, ont contesté les abus illégaux de Hyundai du système «irrégulière» des travailleurs dans la cour, les arrêts organisés, souvent en recherchant le soutien des syndicats «réguliers» des travailleurs, mais rarement obtenir aucune aide de leur part.
En Novembre 2010, 600 travailleurs «irréguliers» ont organisé une grève sur le tas dans l'usine d'Ulsan, paralysant trois lignes de production pour plusieurs jours. La seule réponse de Hyundai, en dehors de l'envoi dans sa police privée, était de poursuivre 22 militants pour plus de 2 millions de livres de dommages et intérêts. Et même si cette somme a finalement été réduit de moitié par les tribunaux lorsque le procès a eu lieu en 2013, il était suffisamment pour annihiler les défendeurs.
Pourtant, à la fois en 2010 et en 2012, les plus hauts tribunaux du pays ont déclaré que Hyundai avait agi illégalement en ne donnant pas les contrats "normaux" à des milliers parmi ses travailleurs «irréguliers». Mais le chaebol simplement ignoré ces décisions.
Enfin, à la fin de 2012, dans un geste de désespoir - mais aussi de défi - deux membres fondateurs du syndicat de l'usine d'Ulsan, Cheon Ui-bong et Choe Byeong-seung, montèrent un pylône électrique à côté de l'entrée de l'usine et ont organisé un sit -dans là pour les 296 jours suivants à l'appui des demandes de leur syndicat, entouré par un cordon de police et de sécurité de l'entreprise. Quand ils ont finalement descendaient, ils ont été immédiatement arrêtés et poursuivis pour "obstruction" dans le cadre de leur sit-in et de leur participation à des grèves précédentes.
Les militants des syndicats des travailleurs de Hyundai "irréguliers" de ont payé cher leur lutte: cours de cette période, 320 d'entre eux ont perdu leur emploi en raison de leurs activités syndicales et 32 ​​fait de la prison, avec plus en attente de jugement. La branche Ulsan a été condamné à payer 5 millions de livres de dommages et intérêts et son secrétaire est en prison pour déclencher une grève visant à obtenir Hyundai à respecter les décisions des tribunaux. Pendant ce temps, pas de bureau du tribunal ou le procureur n'a jamais songé à poursuivre Hyundai pour des dommages sur son mépris des décisions de justice - et encore moins mettre ses dirigeants en prison.
Mais qu'importe, les travailleurs «irréguliers» Hyundai gardent leur lutte et ils méritent certainement beaucoup de respect pour ça!
La lutte des classes? Non, en cours guerre de classe!
Malgré le nombre relativement meilleures conditions dont jouissent les travailleurs «réguliers», ce qui est vrai pour les travailleurs «irréguliers» est tout aussi vrai pour eux. Ils peuvent avoir le droit de former et adhérer à un syndicat, mais ce droit est limité dans toutes sortes de façons, en particulier quand il se agit de prendre des mesures à l'appui de leurs demandes. Quand il se agit de grèves, les chaebols et leur état ne connaissent qu'une seule réponse au militantisme de la classe ouvrière - la répression brutale par des voyous de la société, la police et les tribunaux.
Pratiquement toutes les grèves en Corée du Sud suivent un schéma similaire. Avec quelques rares exceptions près - comme les grèves générales qui le gouvernement estime qu'il ne peut pas simplement supprimer avec une interdiction générale - toute grève dépassant un court arrêt ponctuel est illégal. La décision appartient au ministère du Travail et il peut être contestée devant les tribunaux. Mais les critères des tribunaux peuvent généralement être résumées comme suit: toute grève qui est préjudiciable à l'entreprise est illégale, surtout si la durée est indéterminée.
Ce modèle détermine les conséquences que les grèves ont généralement des travailleurs - en particulier pour ceux qui sont considérés par les patrons comme des «meneurs». La police a émis des mandats d'arrêt par le bureau du procureur contre les «meneurs» désignés par l'employeur. Dans la pratique, cela signifie que ces militants doivent se cacher pendant la durée de la grève et que les réunions des dirigeants de grève doivent être détenu au secret. À moins que le lieu de travail frappante est occupé par un grand nombre de grévistes, un harcèlement constant de la police anti-émeute limite la possibilité de tenir des réunions de masse sans exposer plus de grévistes et des militants d'arrêter. D'autre part, les professions de plantes ne sont pas tolérés par la police pour ne importe quelle longueur de temps et sont toujours brutalement attaqués en utilisant un équipement militaire contre laquelle les grévistes ne peuvent pas résister en général. Donc, l'organisation d'une grève efficace est très difficile, nécessitant d'importants préparatifs et la participation active des autres groupes de travailleurs dans la même ville ou région pour protéger les grévistes contre les attaques de la police - ce qui était précisément ce que fait la vague de grèves de 1987 à 1989 si puissant.
Puis, une fois la grève terminée, les grévistes et les militants presque toujours face à une certaine forme de victimisation, à moins que l'employeur a des raisons de craindre une réaction immédiate. Dans la plupart des cas, les "meneurs" sont licenciés, mis à l'essai pour "entrave à l'activité» et condamné à une peine de prison et / ou des dommages énormes destinées à les ruiner pour les années à venir. En conséquence, ces militants qui veulent poursuivre le combat après une grève sont souvent contraints à la clandestinité jusqu'à ce qu'un leadership branche alternative est prêt à prendre en charge, par laquelle ils se remettent à la police pour faire face à des poursuites. Ce est aussi pourquoi dans de nombreuses branches syndicales, certains des militants de base sont des travailleurs licenciés, survivant non-emplois occasionnels et de la solidarité financière de l'adhésion.
De Ssangyong Motors de Korail
Deux exemples relativement récents illustrent la guerre de classe brutale menée par les chaebols et leur état contre la classe ouvrière.
Le premier exemple est l'occupation de 77 jours de l'usine Ssangyong Motor, à Pyeongtaek - 40 miles au sud de la capitale, Séoul - qui a eu lieu en mai-Août 2009. Suite à l'annonce par le propriétaire de l'usine chinoise, SAIC, que la moitié des la main-d'œuvre forte de 5000 de l'usine devait être licenciés, environ un millier de travailleurs ont occupé l'usine le 22 mai. À peine trois semaines plus tard, le gouvernement a fait une démonstration de force. Des mandats d'arrêt ont été émis contre 190 grévistes et on estime que 20 000 policiers anti-émeute ont été envoyés pour assiéger la plante. En face d'une telle force de police, les grévistes ont organisé ce que leurs dirigeants décrits comme une «retraite tactique», en se retirant dans le bâtiment atelier de peinture où ils préparés pour un long siège. Le nombre de grévistes participant à l'occupation a commencé à diminuer, de descendre à 450 d'ici la mi-Juillet. Puis, à partir du 20 Juillet, la police est allée à l'offensive, couper l'eau, le gaz et l'approvisionnement en électricité, en utilisant interurbains pistolets Taser et la pulvérisation les grévistes avec des gaz lacrymogènes à partir d'hélicoptères. La bataille a duré sept jours et des nuits entières, tandis que les grévistes ont tenu contre leurs assaillants avec des cocktails Molotov. Mais à la fin de la semaine, près de la moitié des grévistes avait été blessé et ils ont dû se rendre. La plupart des grévistes ont été arrêtés. Dans les deux mois, 32 grévistes avaient été condamnés à des peines de prison, y compris le président de branche KMWU, qui a été condamné à 14 mois. 80 autres militants syndicaux et les grévistes ont été confrontés procès, parmi lesquels 63 étaient déjà derrière les barreaux, dont deux vice-présidents de la KMWU. En outre, les tribunaux ont exigé une totale 16m £ de dommages et intérêts d'un certain nombre de militants du KMWU.
En Novembre 2014, 153 anciens travailleurs de Ssangyong qui avaient été sur «congé sans solde» depuis la grève, se battaient encore dans les tribunaux pour leur réintégration dont la société, maintenant détenue par le groupe indien Mahindra, avait promis "dès que les conditions d'affaires autorisés ». Leur demande a été rejetée par la Haute Cour et, en Décembre, deux militants du KMWU, Lee Chang-Geun et Kim Jeong-wook, ont commencé un sit-in au-dessus de 70 mètres cheminée extérieur de l'usine, qui est toujours en cours au moment de la rédaction.
Un autre exemple de la guerre de classe de l'état des chaebols est celui de la grève du rail de 22 jours qui a eu lieu en Décembre 2013. Malgré tous les discours sur le droit des «travailleurs réguliers" adhérer à un syndicat, l'Etat a toujours résisté aux tentatives des travailleurs du secteur public d'organiser - au moins autant qu'il le pourrait. Dans les chemins de fer, il a été incapable de les arrêter. Mais toutes les grèves récentes - en 2003, 2006 et 2009 - ont été atteints instantanément avec des licenciements massifs. Et la grève Décembre 2013 n'a pas fait exception.
Cette grève a été déclenchée le 9 Décembre par le Syndicat (KRWU) des travailleurs des chemins de fer coréens, une filiale de la KCTU, plus de plans pour créer une autre filiale de la société de chemin de fer de l'Etat, Korail, pour exécuter un de ses KTX (à grande vitesse) lignes . Cela a été vu comme une autre étape vers la privatisation. Mais, surtout, si le plan a été autorisé à aller de l'avant, les conditions des travailleurs devaient être considérablement dégradée, comme ce était déjà le cas dans les filiales Korail existants, avec une réduction de 50% des salaires de départ et liste longueurs maximales presque doublé à 26 heures, avec seulement une pause de 3 heures dans le milieu.
Craignant que la grève pourrait être déclarée illégale contraire, le KRWU appelle seulement ses propres membres sur, tout en leur demandant de respecter scrupuleusement le service minimum obligatoire requis par la loi. Mais cette auto-limitation de la grève se est avéré inutile. Le gouvernement a immédiatement réagi en déclarant la grève illégale toute façon, et Korail procédé à licencier chaque gréviste. Le troisième jour de la grève, les grévistes 6748 - la plupart des membres KRWU qui étaient en grève, sur un total d'environ 20 000 membres - ont reçu leurs avis de ensachage.
Alors, plutôt que d'essayer de rallier des soutiens à la grève parmi le reste de la main-d'œuvre Korail ou parmi les navetteurs de la classe ouvrière, les dirigeants KRWU concentrent tous leurs efforts sur l'organisation de sit-in quotidiens devant les bureaux de Korail - apparemment dans l'espoir que le gouvernement serait pas osé recourir à des mesures plus répressives. Comme il se est avéré, ce était une erreur de calcul. Des mandats d'arrêt ont été délivrés contre les dirigeants KRWU eux, qui ont dû entrer dans la clandestinité. Ensuite, la police a perquisitionné le siège du KRWU et ceux de la KCTU, sans succès. Enfin, ce était une médiation organisée par les politiciens du Parti démocrate du principal parti d'opposition qui a obtenu l'engagement qu'aucun dirigeant KRWU serait poursuivi et qu'un comité parlementaire serait chargé d'examiner la question de la filiale Korail en échange de la grève étant appelé off - mais rien n'a été offert aux travailleurs licenciés.
Dès que la grève était terminée Korail procédé à licencier plus de membres du syndicat tout en annonçant le transfert obligatoire de beaucoup d'autres, à partir de Février 2014. Dans de nombreux cas, cela équivalait à forcer les travailleurs transférés de démissionner de leur emploi - qui a conduit à des arrêts spontanés , malgré les efforts acharnés de la direction KRWU pour décourager les membres de prendre des mesures.
Inutile de dire, le gouvernement a tenu aucun des engagements qu'il avait pris pour mettre fin à la grève. Rien ne est sorti de la commission parlementaire. Quant aux dirigeants KRWU, ils ne ont pas été récompensés pour essayer d'éviter d'enfreindre la loi. Korail (le gouvernement) a déposé une plainte £ 17m contre le KRWU qui, en cas de succès, serait la faillite du syndicat. En outre, un total de 176 membres KRWU et les fonctionnaires ont été accusés par les procureurs, y compris tous les 35 membres de la direction du syndicat. Et bien que les quatre premiers accusés à être jugés ont été acquittés Décembre dernier, les autres sont toujours sous la menace.
Donc, oui, la lutte de classe dans «démocratique» la Corée du Sud a toutes les caractéristiques d'une guerre de classe. En Grande-Bretagne, les machines syndicales coopèrent avec la classe capitaliste et de ses politiciens, peut être en mesure de maintenir l'illusion que les travailleurs peuvent défendre leurs intérêts de classe en combinant l'urne à la négociation collective. Mais en Corée du Sud, sous la poigne de fer de l'état des chaebols, les rapports de classe sont beaucoup plus brutale et les contradictions entre les intérêts de classe beaucoup plus clairement visible. Si illusions similaires existent chez une partie de la classe ouvrière, ils sont peu susceptibles d'exister pendant très longtemps. Dans tous les cas qui est le moins qu'on puisse espérer.
Si la classe ouvrière sud-coréen a réussi à balayer la dictature du passé, si elle est en mesure de continuer à se battre avec un tel acharnement contre l'exploitation et la violence nue de leur état de chaebols, il a certainement les ressources pour balayer les système de chaebol lui-même - ce est-capitalisme. Mais, comme partout ailleurs, il ne sera en mesure de le faire en faisant revivre la tradition communiste - pas celui de la Corée du Nord, qui n'a jamais été communiste, mais celle de Marx, Lénine et Trotsky - et par la construction d'un parti révolutionnaire, basé sur cette tradition, et déterminé à mener ses luttes futures sur la base de ses intérêts de classe.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2219
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron