Catalogne - Référendum du 1er octobre

Dans le monde...

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par Duffy » 22 Déc 2017, 11:40

"Bon score" du PSC, c'est relatif, ils espéraient mieux que cette très légère progression. Miquel Iceta se voyait déjà en pivot du camp "constitutionnaliste", voir à la direction d'un gouvernement minoritaire... (en 2010 ils avaient encore 28 sièges).

Déception pour ERC/Junqueras/Rovira également, qui pensaient passer facilement devant JuntsXCat/Puigdemont, et jouer enfin le rôle central du camp indépendantiste... Raté.

La CUP aussi, recule brutalement... de 10 sièges (8,2%) à 4 (4,5%) : mais pas d'inquiétude, la CUP, "l'extrême-gauche révolutionnaire" (selon Le Monde), reste en position d'offrir encore une fois la direction du gouvernement à la vieille droite nationaliste (à JuntsXCat/Puigdemont)... "à condition qu'elle construise la République"...

CatComu-Podem/Ada Collau marque un petit recul, déception aussi pour eux, qui s'imaginaient jouer un rôle important en se plaçant sur une sorte de "ni 155-ni indépendance".

Le PP laminé, comme prévu. Mais malgré ça, dans les deux camps, on voit plutôt un renforcement des partis de droite, une stagnation des partis de gauche et un recul des partis dits de "gauche radicale" (surtout pour la CUP).

Puigdemont annonce déjà qu'il y a une majorité "de voix et de sièges" pour le référendum... La crise politique n'est pas fermée.
Duffy
 
Message(s) : 116
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par artza » 22 Déc 2017, 12:19

Tant que la classe ouvrière se laissera amuser, user et abuser par ces guignolades lamentables, il n' y a rien à attendre. Mais il reste à dire... ;)
artza
 
Message(s) : 1143
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par bradley » 22 Déc 2017, 13:25

Résultats significatifs malgré l'attitude lamentable et capitularde des responsables indépendantistes devant la monarchie franquiste, mais pouvait-on attendre autre chose de la petite-bourgeoisie sans direction du processus par la classe ouvrière elle-même, classe ouvrière trahie par ailleurs par TOUTES ses directions et par tous les mouvements s'en réclamant, rejetant tous le droit inconditionnel des Catalans à l'autodétermination et à la séparation (pourtant défendu tant par Lénine que par Trotsky)...le droit, pas l'obligation !
bradley
 
Message(s) : 214
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par com_71 » 26 Déc 2017, 14:55

Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2195
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par Plestin » 27 Déc 2017, 16:51

Voilà... Où est passée la victoire écrasante et incontestable des indépendantistes à 90 %, que certains voulaient voir après le référendum du 1er octobre ?

La réalité, la profonde division de la population catalane sur la question de l'indépendance, et la profonde division au sein même de la classe ouvrière, c'est bien l'UCI, en l'occurrence LO et Voz Obrera, qui l'ont vue, qui l'ont sentie et ce, sans même avoir une implantation sérieuse dans la région. Cela en dit long...

Les nationalistes, qu'ils soient catalans ou espagnolistes, sont des ennemis des travailleurs et un jour, entre eux et les communistes révolutionnaires, cela se terminera au flingue.

A ceux qui le veulent bien, de construire avec nous, dans le mouvement ouvrier du maximum de pays possible, la tradition vraiment communiste et internationaliste qui fait cruellement défaut aujourd'hui : la Catalogne en est l'illustration flagrante. Une tradition qui ne pourra pas naître en filant le train des organisations nationalistes...
Plestin
 
Message(s) : 559
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par bradley » 27 Déc 2017, 18:01

Malgré les matraquages de la police franquiste et les multiples emprisonnements, malgré la capitulation des organisations petites-bourgeoises catalanes (qui cherchaient et cherchent à composer avec Rajoy et la monarchie), malgré la trahison de toutes les directions des organisations ouvrières politiques et syndicales déniant au peuple catalan son droit à l'autodétermination, y compris son droit à la séparation (droit défendu tant par Lénine que par Trotsky!)...qu'une majorité continue de voter pour les formations indépendantistes en dit long sur la situation politique en Catalogne... C'est une défaite pour Rajoy, son parti, pour la monarchie, et pour tous leurs soutiens capitalistes et pro-capitalistes , appareils et Union européenne en tête ! La presse espagnole ne s'y trompe pas, contrairement à LO et Vox Obrera, presse espagnole obligée de parler des "soviets catalans" à propos des CDR, Comités de défense de la République!
bradley
 
Message(s) : 214
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par com_71 » 27 Déc 2017, 18:14

bradley a écrit :contrairement à LO et Vox Obrera...
:P
c'est vrai, pas de quoi perdre son latin...
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2195
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par com_71 » 27 Déc 2017, 18:42

Un article des camarades de Voz Obrera

Espagne : les droites nationalistes, gagnantes des élections
27 Décembre 2017

L’article suivant a été écrit par nos camarades de Voz obrera (Voix ouvrière – Espagne – UCI) après les résultats des élections catalanes du 21 décembre.

« Les résultats des élections régionales en Catalogne ont maintenu la polarisation des votes en fonction des deux camps nationalistes. Le bloc nationaliste catalan partisan de l’indépendance d’un côté et, de l’autre, le bloc nationaliste représenté par le Parti populaire de Rajoy et le parti Ciudadanos, maintiennent l’Espagne divisée en deux.

L’image de l’opinion publique donnée par ces élections montre de plus un recul des forces de gauche en faveur de la droite de chacun des deux camps. Ainsi, la classe travailleuse s’est vue divisée par le nationalisme. Dans l’affrontement politique en cours, elle n’a pas fait entendre ses intérêts et ses besoins. En restant sur le terrain du nationalisme, elle est tombée dans un piège dont bénéficient la droite et la bourgeoisie.

Ces élections ont connu une importante participation, 82 %, la plus importante depuis la mort de Franco. Pour le Parti populaire (PP), qui avait fondé ses espoirs dans la participation de la majorité silencieuse pour un retournement en faveur de l’espagnolisme unioniste, le revers a été énorme. Il s’effondre et ne garde que trois députés. Les élections ont donc sanctionné le parti de Rajoy pour son recours à l’article 155 de la Constitution et la suspension du gouvernement de l’autonomie catalane, ainsi que pour les mesures judiciaires répressives utilisées depuis le référendum du 1er octobre, où les indépendantistes avaient obtenu une majorité.

Ciudadanos, parti anti-indépendantiste, mené en Catalogne par Inès Animadas, a récolté de nombreuses voix du PP et de la partie de l’électorat populaire des villes non indépendantistes. Il est ainsi la force politique qui a recueilli le plus de voix, mais il ne pourra pas former de gouvernement, puisqu’en fin de compte le bloc indépendantiste disposera d’une majorité grâce aux accords entre ses diverses composantes. En réalité, grâce à la participation élevée, le bloc indépendantiste comme le bloc constitutionnaliste ont gagné des voix, mais entre les deux la différence n’est que de 165 000 voix.

Avec ces résultats serrés, 34 sièges pour Junts x Cat (le regroupement électoral autour de Puigdemont), 32 pour Esquerra republicana, et les 4 du mouvement radical catalaniste CUP, Puigdemont, Junqueras et Riera sont amenés à s’entendre pour former un gouvernement. Et de la même façon Rajoy, pour le gouvernement central, doit prendre note du résultat électoral et agir en conséquence. Il est à supposer que tous ces gens tenteront de s’entendre pour trouver une issue à court terme à cette situation. En effet une partie de ces dirigeants catalans sont en prison ou sous le coup de poursuites judiciaires, tandis que Puigdemont reste à Bruxelles. À plus long terme, une réforme constitutionnelle est à l’ordre du jour pour tenter d’éviter que le conflit ne s’enlise dans une boucle sans issue.

Pour les communistes révolutionnaires que nous sommes, on ne peut pas ne pas voir que c’est la droite le grand vainqueur en Catalogne et que ce sont les formations de gauche qui ont reculé.

En effet il ne faut pas oublier que le parti de Puigdemont a été le parti de l’austérité en Catalogne, bien que, de façon démagogique, il ait voulu faire passer les coupes budgétaires comme des impôts provenant des diktats de Madrid. Par ailleurs, à droite toujours, Ciudadanos, que beaucoup considèrent comme une sorte de doublure du PP, se prétend une alternative à la droite corrompue de Rajoy.

La Catalogne est pour le moment divisée selon des critères nationalistes, et non des critères sociaux, une division dans laquelle n’apparaissent pas les problèmes des travailleurs. Dans le reste de l’Espagne aussi, la droite s’est réveillée et a secoué ses vieux complexes, apparaissant à visage découvert face à la société.

Dans notre époque de crise capitaliste, qu’il s’agisse de gouvernements de droite ou de gouvernements qui se prétendent plus sociaux ou libéraux, ceux-ci s’en prennent directement à la classe travailleuse et aux classes populaires, avec l’objectif de préserver les bénéfices des banques et des grands capitalistes : c’est leur raison d’être. Le nationalisme, de part et d’autre, n’est rien de plus qu’un piège qui empoisonne la population ouvrière dans des illusions qui favorisent la bourgeoisie et ses forces de droite, et servent à masquer l’exploitation, les coupes sociales, la précarité et le chômage.

Nous sommes convaincus qu’en Catalogne comme dans le reste du pays la population en général et les travailleurs vont reprendre le chemin de l’union et de la solidarité ouvrières, unique chemin possible pour lutter contre le chômage, contre les expulsions de logements, pour vaincre la pauvreté, comme tant d’autres problèmes auxquels les classes populaires sont confrontées.

Dans ces élections, apparaît clairement la nécessité de construire un parti ouvrier communiste qui représente et soit la voix des travailleurs, en défendant la perspective d’un avenir socialiste. C’est pourquoi la seule chose à faire est de s’unir contre les Puigdemont et les Rajoy, Arrimadas et autres, et lutter contre la bourgeoisie, et au final contre l’État capitaliste, qu’il soit catalan ou espagnol. »

Voz OBRERA
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2195
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par Plestin » 27 Déc 2017, 19:01

Au-delà des déclarations dithyrambiques d'une certaine extrême gauche, difficile de trouver du concret sur ces fameux CDR. Il y a par exemple cet article écrit par un militant grec anti-dette :

http://www.lautrequotidien.fr/gratuit/2 ... ique-3cxml

Des "soviets catalans", vraiment ?

Que la presse espagnole cherchant à faire peur dans les chaumières emploie ce terme, soit... Que l'extrême gauche prenne ce terme pour argent comptant, c'est une drôle de conception du soviet !

Les CDR initiaux étaient des comités de défense du référendum et ce sont bien évidemment des nationalistes catalans qui en sont à l'initiative - même si les nationalistes "de gauche" ne sont pas ceux à la Puigdemont et sont même ses rivaux. Défendre les bureaux de vote du référendum, cela a voulu dire attirer toutes sortes de gens aux sentiments nationalistes autour de ces CDR, et de ce point de vue c'est un succès.

Les CDR se sont multipliés tout en changeant de nom, le "R" de référendum devenant république : comités de défense de la république. Laquelle ? République bourgeoise catalane ou ouvrière catalane ? Mystère... L'expression "ceux d'en bas" est tellement vague et bien pratique quand on veut rendre flou le contenu réel...

Les CDR ont joué un rôle dans l'organisation de la grève générale (mais comment ? en y appelant ? ou en intervenant dans les entreprises, ce qui n'est pas du tout pareil ?) ainsi que dans les différentes mobilisations. Mais des mobilisations pour quoi, à part l'indépendance de la Catalogne ? Mystère... Que ces CDR prennent leurs distances avec Puigdemont et son parti qui n'en sont pas à l'initiative et n'y ont jamais été favorables, cela n'aurait rien de surprenant.

Les CDR ont-ils donné une consigne de vote lors de la dernière élection, et si oui, laquelle ? Ce serait intéressant de le savoir...

D'après l'article, les CDR sont composés de "citoyens", ce qui n'est pas la même chose que "travailleurs". Ils tiennent donc plus de la France insoumise - sorte de Catalogne insoumise - que d'un embryon de pouvoir ouvrier. C'est une manifestation des indépendantistes de gauche.

Les CDR, des soviets ? Cherchent-ils à organiser et prendre en main le contrôle des usines, des transports, des services publics ? Non ! Y a-t-il des CDR dans les innombrables usines de Catalogne ? Non !

Alors parler de troisième pouvoir, c'est du flan. Si les CDR ressemblent à quelque chose, ce ne sont pas à des soviets, c'est à "Nuit debout" !

Et quand bien même ce seraient des soviets, il n'y a que des menchéviks dedans comme forces organisées et ça ne risque pas d'aboutir à une république soviétique !
Plestin
 
Message(s) : 559
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Catalogne - Référendum du 1er octobre

Message par bradley » 27 Déc 2017, 20:00

BRAVO pour une telle analyse !! Les soviets en février 1917 ne comprenaient pratiquement pas de bolcheviks, étaient-ils pour autant des soviets ? Quelle incompréhension du mouvement pratique de la classe ouvrière dans la recherche de son unité de classe ! Et les CDR nouvelle mouture (animés essentiellement par les travailleurs après la débandade de la petite-bourgeoisie catalane), après le coup de force de la monarchie franquiste contre le référendum du 1er octobre (près d'un catalan sur 2 ayant voté malgré les coups de matraque, les urnes brûlées et la peur répandue... FALLAIT LE FAIRE, il fallait avoir une volonté inébranlable et ce,malgré le boycott de TOUTES les direction du mouvement ouvrier!).
Qui peut donc construire un parti révolutionnaire avec un tel aveuglement face à la réalité et un tel déni des analyses de Lénine et de Trotsky! Exigeaient-ils une république ouvrière comme condition à poser au peuple catalan dans son combat pour une république catalane indépendante ? Les Catalans ont-ils inconditionnellement un tel DROIT ( et non une obligation) Et les bolcheviks ne considéraient-ils comme soviets que ceux dirigés par eux-mêmes ?
bradley
 
Message(s) : 214
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité