L'héritage de la question nationale irlandaise

Dans le monde...

L'héritage de la question nationale irlandaise

Message par com_71 » 18 Oct 2017, 16:08

yahoo actualités a écrit :Nouvel ultimatum de Londres à l'Irlande du Nord pour former un gouvernement
AFP•18 octobre 2017

Image
Un homme passe devant une fresque sur un mur de Belfast, en Irlande du Nord, le 4 mars 2017

Londres (AFP) - Le gouvernement britannique a fixé au 30 octobre la nouvelle date butoir pour la formation d'un gouvernement en Irlande du Nord, faute de quoi Londres reprendrait la gestion de la province.

Depuis les élections régionales de mars, les unionistes du DUP et les nationalistes du Sinn Féin négocient sans succès pour établir un nouveau gouvernement de coalition. Si l'impasse demeure d'ici le 30 octobre, le Parlement de Westminster reprendra en main la gestion de la province britannique et fixer son budget, a déclaré mercredi le ministre chargé de l'Irlande du Nord James Brokenshire.

"Nous prenons le chemin d'un renforcement de l'intervention de Westminter" dans les affaires nord-irlandaise, a-t-il prévenu devant une commission parlementaire.

"Les perspectives (d'accord) ne semblent pas très positives", a-t-il ajouté, appelant les deux partis à développer "un esprit de compromis".

En cas d'accord, DUP et Sinn Féin auront jusqu'au 6 novembre pour former un gouvernement et présenter un budget.

Les discussions se cristallisent notamment sur la question, symbolique mais sensible, de la reconnaissance de la langue gaélique, exigée par le Sinn Féin et rejetée par le Democratic Unionist Party (DUP).

Le Premier ministre de la République d'Irlande, Leo Varadkar, a critiqué mardi l?échec prolongé de ces négociations. "Le Brexit pourrait avoir un impact énorme sur l'Irlande du Nord, leurs services publics sont sur le point de manquer d'argent, ils viennent de subir des dégâts très graves (provoqués par la tempête Ophelia, ndlr), et pendant ce temps le DUP et le Sinn Féin se disputent sur les subtilités d'une loi sur la langue irlandaise", a-t-il regretté.

C'est la démission en janvier du vice-Premier ministre Martin McGuinness qui a fait voler en éclat la coalition en place. Décédé depuis, le responsable du Sinn Féin voulait ainsi protester contre la gestion, qu'il jugeait frauduleuse, de subventions aux énergies renouvelables par la Première ministre et cheffe du DUP, Arlene Foster.

Cela a conduit, début mars, à des élections anticipées à l'assemblée régionale qui n'ont pas fait avancer les choses. Avec 28 des 90 sièges, le DUP a terminé en tête mais cédé du terrain face au Sinn Féin (27 sièges), et aucun nouveau gouvernement n'a vu le jour depuis.

Par le passé, le mode de gouvernance en Irlande du Nord avait dû être suspendu à plusieurs reprises par Londres, la dernière fois en 2007.


https://fr.news.yahoo.com/nouvel-ultima ... 55279.html
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2197
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: L'héritage de la question nationale irlandaise

Message par Gayraud de Mazars » 20 Oct 2017, 17:25

Salut camarades,

Revenons aux sources, Karl Marx, dès 1870, au moment où la demande d’autonomie législative irlandaise se faisait jour, précisait :

« L’Irlande est la citadelle de l’aristocratie terrienne anglaise. L’exploitation de ce pays n’est pas seulement la source principale de ses richesses matérielles. Elle représente sa plus grande force morale. L’aristocratie anglaise incarne en fait la domination de l’Angleterre sur l’Irlande. C’est pourquoi l’Irlande est le moyen essentiel par lequel l’aristocratie anglaise maintient sa domination sur l’Angleterre même.

D’autre part, si l’armée et la police anglaises abandonnaient demain l’Irlande, une révolution agraire s’y développerait aussitôt. Mais la chute de l’aristocratie anglaise en Irlande déterminerait et entrainerait inévitablement sa chute en Angleterre. Du même coup se trouveraient créées les conditions préalables d’une révolution prolétarienne en Angleterre.

Comme en Irlande la question agraire est jusqu’ici la forme exclusive qu’assume la question sociale, comme elle représente une question d’existence, une question de vie ou de mort pour la grande majorité du peuple irlandais, qu’elle est en même temps inséparable de la question nationale, la suppression de l’aristocratie terrienne anglaise en Irlande est une opération infiniment plus facile qu’en Angleterre même, sans parler du caractère plus passionné et plus révolutionnaire des Irlandais par rapport aux Anglais.
»

On est peut être loin des considérations d'alliance politique en Grande Bretagne, mais l'Irlande reste divisée, mais Marx avait en partie juste, même si la Révolution prolétarienne n'a pas vu le jour au Royaume - Uni...

Après la grande Révolution en Angleterre, avec Olivier Cromwell et ses Têtes rondes, et un roi Charles Ier sous le billot, on attend la suite...

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 280
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18


Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité