élections 2020, Maryland & Michigan

Dans le monde...

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par Plestin » 13 Nov 2020, 09:17

Quant à savoir si un Working Class Party pourrait bénéficier d'un statut de parti électoral officiel à l'échelle d'un autre Etat (ou assimilé) que le Michigan et le Maryland, cela me semble très difficile à ce stade, sauf peut-être dans le District de Colombia (ville de Washington) mais l'extension de la présence physique du WCP à tout le Maryland aux prochaines élections risque d'absorber toute l'énergie des militants du coin...

Le statut de parti officiel à l'échelle de tout l'Etat est pour l'instant hors de portée dans l'Illinois et en Californie (mais l'Illinois autorise un statut de parti officiel par pétition à l'échelle d'une circonscription, à condition de présenter un candidat à tous les postes à pourvoir, contrainte qui vient d'être jugée inconstitutionnelle et laisse pour l'instant un flou juridique en l'absence de la détermination d'une nouvelle règle ; ensuite, pour conserver le statut de parti quelle qu'en soit l'échelle il faut obtenir au moins 5 %).

Les Etats mentionnés ici sont seulement ceux où les camarades de Spark disposent d'une adresse postale, j'ignore s'il existe des possibilités dans d'autres Etats, ceux où Spark a disposé provisoirement d'une adresse (New York, Ohio) ou d'autres encore.
Plestin
 
Message(s) : 1871
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par com_71 » 14 Nov 2020, 00:29

Ohio ?
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par Plestin » 14 Nov 2020, 11:16

Oui, à Toledo, cela n'a pas duré très longtemps.
Plestin
 
Message(s) : 1871
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par Plestin » 14 Nov 2020, 11:24

Toledo étant par ailleurs très proche de Detroit, quasi une grande banlieue ! Depuis Detroit, Grand Rapids est bien plus loin...

Dans mon souvenir il y a eu une tentative d'implantation d'un syndicat à l'hôpital de Toledo, qui a échoué à peu de choses à obtenir le nombre de voix nécessaires auprès du personnel concerné pour pouvoir bénéficier d'une reconnaissance légale. La campagne anti-syndicale de la direction de l'hôpital l'a emporté, de peu mais c'était suffisant. L'adresse de Spark à Toledo a ensuite disparu. Cela doit bien remonter à 10 ou 15 ans. J'ignore s'il en reste quelque chose dans cette ville.
Plestin
 
Message(s) : 1871
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par artza » 14 Nov 2020, 12:26

Et surtout une grève, "Blue cross" doit y avoir une trace dans la Lutte de classe ;)
artza
 
Message(s) : 1769
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par Kéox2 » 14 Nov 2020, 13:29

Oui dans la LdC n°15 de février 1988...
États-Unis - Blue Cross (Detroit) : une grève un peu inhabituelle
Kéox2
 
Message(s) : 248
Inscription : 03 Fév 2015, 12:09

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par Plestin » 15 Nov 2020, 07:32

Voici l'article de 1988 sur la grève de la compagnie d'assurance santé Blue Cross. (Mais cela se déroule à Detroit et dans ses banlieues du Michigan, pas à Toledo).

https://mensuel.lutte-ouvriere.org//doc ... etroit-une
Plestin
 
Message(s) : 1871
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par com_71 » 15 Jan 2021, 17:06

Dans Class Struggle janv. 2021, l'introduction d'un choix d'interventions de la campagne électorale :
La classe ouvrière a besoin de son propre parti : premiers pas
4 déc. 2020

La classe ouvrière américaine n'est pas organisée politiquement comme classe, en son nom propre, exprimant ses propres intérêts de classe. Il n'y a pas de parti de masse de, par et pour la classe ouvrière, et il n'y en a jamais eu - à quelques brèves exceptions notables.

La première étape dans l'éducation politique de la classe ouvrière, dans sa prise de conscience d'elle-même et de ses possibilités en tant que classe, est d'avoir sa propre organisation politique. Ce fut vrai tout au long de l'histoire du mouvement ouvrier en Europe au 19 e siècle, et dans d'autres pays depuis. Cette nécessité a été clairement exprimée au XIXe siècle par Friedrich Engels, au vu de l'expérience du chartisme en Angleterre et du développement de la social-démocratie en Allemagne. Trotsky a réitéré cette nécessité au 20ème siècle, lorsqu'il a examiné la situation aux États-Unis, où il n'y avait pas de parti mais où la classe ouvrière s'était engagée dans des combats explosifs pour créer le CIO. En 1938, il soutenait que ce premier pas était en retard, que le développement de la lutte de classe montrait que ces nouveaux syndicats étaient déjà dans une impasse et que la seule issue pour la classe ouvrière était de s'organiser politiquement. Nous sommes près d'un siècle plus tard, et ce premier pas n'a pas encore été franchi.

Les petites forces qui existent aujourd'hui à l'extrême gauche ne peuvent pas prétendre avoir les moyens de faire naître ce parti. Mais il est possible de trouver un moyen concret et pratique de poser le problème devant les travailleurs.

C'est ce que Spark a fait lorsque nous avons commencé à travailler, avec d'autres, pour faire voter pour le Parti de la classe ouvrière dans le Michigan en 2016, puis dans le Maryland en 2020. Notre objectif était de mener des campagnes électorales autour de la nécessité pour la classe ouvrière de construire sa propre organisation politique, basée sur un programme de revendications transitoires.

Après avoir réussi à surmonter les exigences complexes pour obtenir le droit de participer au scrutin, nous avons mené des campagnes électorales en 2016, 2018 et 2020 au Michigan et également en 2020 dans le Maryland. Le nom sur le bulletin de vote, Parti de la classe ouvrière, est lui-même devenu un slogan politique, un appel à la classe ouvrière pour qu'elle s'organise politiquement et mène un combat pour ce faire.

Ce qui est remarquable, c'est que plus de 40 % de tous nos votes au Michigan sont venus de régions où nous n'avons pas pu faire campagne en personne. Ce fut vrai dans les trois élections auxquelles nous avons participé. Certaines personnes, après avoir trouvé le nom de notre parti sur leurs bulletins de vote, nous ont peut-être lus sur Internet ou sur des forums de médias sociaux. Pour d'autres, les mots, parti de la classe ouvrière, suffisaient. Le nom leur parlait. Cette marque sur leur bulletin de vote a permis à au moins une petite partie de la classe ouvrière d'exprimer son désir d'avoir son propre parti.

Le fait que la classe ouvrière ne soit pas organisée politiquement aujourd'hui ne signifie pas que cela ne peut pas arriver. Il devrait être évident que les choses pourraient avancer beaucoup plus vite que quiconque ne le pense - que la classe ouvrière même ici aux États-Unis peut se précipiter, non seulement pour s'organiser, mais, ce qui est essentiel, pour mener à bien sa mission historique de se débarrasser de cette société de classe, la société capitaliste, et construire une nouvelle société collective, basée sur les capacités et les besoins de la population.

https://the-spark.net/csart1062.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: élections 2020, Maryland & Michigan

Message par com_71 » 16 Jan 2021, 01:17

Class Struggle, 11 déc.2020, traduction automatique non revue

Élection 2020 : Trump est sorti, les crises qui l'ont produit demeurent

C'est officiel: Joe Biden sera nommé président le 20 janvier. Le grand dernier-dernier-dernier-fossé des républicains pour que la Cour suprême invalide son élection avant les votes du Collège électoral de lundi s'est terminé dans un gémissement. La Cour, dans une décision unanime presque immédiate, sans aucun commentaire, a rejeté le procès intenté par le procureur général du Texas, soutenu par 18 autres juristes républicains en chef et 126 républicains de la Chambre des représentants. De nombreux tribunaux étatiques et fédéraux avaient déjà rejeté, souvent avec mépris pour la frivole des dépôts, 52 des 53 pétitions antérieures déposées au nom de Trump, qui tentaient d'annuler sa défaite. Sa seule victoire est venue sur une petite motion de procédure antérieure.

Biden a gagné avec une marge de sept millions de voix, la plus grande marge du vote populaire lors des six dernières élections présidentielles. La victoire de Biden se jouera au Collège électoral avec une marge similaire, bien qu'un peu plus élevée, en sa faveur. Ironiquement, le vote du collège électoral de 2020, 306 contre 232, sera exactement le même qu'en 2016, lorsque Trump a gagné sur la base de moins de la moitié du vote populaire. Cette comparaison discordante ne fait que témoigner à quel point le collège électoral est une entité distincte et indépendante de la population, dont la «volonté» est censée s'exprimer dans les élections.

Une partie de la raison de la taille de la victoire de Biden était certainement l'augmentation du taux de participation. Près de 21 millions de personnes supplémentaires ont voté cette fois-ci, soit près de 67% de la population éligible au vote, le taux de participation le plus élevé depuis près d'un siècle. Bien sûr, la participation est faussée par les personnes légalement privées du droit de vote, comme les femmes l'étaient encore il y a cent ans, et de nombreux Noirs l'étaient encore il y a cinquante ans. Même aujourd'hui, cinq millions de personnes qui ont une condamnation pour crime sur leur dossier ne peuvent pas voter, même après avoir rempli toutes les conditions de leur peine. On refuse également le vote à environ 23 millions d'immigrants, avec ou sans papiers, la plupart résidant et travaillant ici depuis de nombreuses années. Au-delà de cela, il y a tous ceux qui auraient pu voter, mais qui ne l'ont pas fait, près d'un tiers de la population éligible.

Même ainsi, par rapport à de nombreuses années récentes, le taux de participation a été élevé. Il faut dire qu'il était plus facile de voter cette fois, probablement beaucoup plus facile que dans n'importe quelle élection de l'histoire des États-Unis. La plupart des États avaient mis en place plusieurs modes de vote afin de faire face aux difficultés d'une élection tenue au milieu d'une épidémie rugissante. Pour le dire autrement, bon nombre des facteurs habituels qui empêchent la participation électorale ont été abandonnés en 2020.

Néanmoins, ce taux de participation plus élevé devait refléter la situation dans laquelle se trouvait la population cette année électorale. Un pays qui avait mis à nu son système de santé publique était incapable de faire face à la propagation rapide d'un nouveau virus jusque-là inconnu, autrement qu'en fermant efficacement toute la société. Bien sûr, tout ne s'est pas arrêté - les «services essentiels» ont continué - mais suffisamment fermé pour que l'économie soit effectivement étranglée. Et les gens mouraient, en particulier les personnes âgées. Le pays, qui avait été frappé par le quasi-effondrement de l'économie en 2007-08, un effondrement dont la population active ne s'était pas encore complètement remise, a été frappé par un nouvel effondrement beaucoup plus grave et beaucoup plus rapide en mars et avril. , agrandissant plusieurs fois ce qui s'était passé auparavant.

Au milieu de cette double crise, un mouvement social a explosé. Le meurtre filmé de George Floyd par un flic de Minneapolis a ouvert une blessure dentelée et purulente non seulement dans la population noire, mais aussi dans une plus grande partie du reste de la population américaine, finalement confrontée à la réalité de la violence policière dans le noir. communauté - une violence qui a le caractère aléatoire de ce qu'une armée d'invasion fait à une population civile. Selon le New York Times , il y a eu plus de 10600 manifestations enregistrées entre le 24 ede mai au 22 août, dans les villes, les villages, voire certains villages ruraux où la base de Trump dominait. Pas moins de 15 millions de personnes y ont participé, peut-être jusqu'à 26 millions, selon les sources. Quel que soit le nombre, c'était une vaste vague de colère, de chagrin et de simple insistance à reconnaître l'humanité de l'autre.

Face à cette effusion à quelques mois de l'élection, Trump a joué la carte qu'il ne connaît que si bien: le racisme pur et simple, et les appels aux couches les plus réactionnaires de la population. En intensifiant ces appels, il a trouvé un écho de réponse dans ces formations d'extrême droite qui ont toujours existé dans cette société, dont beaucoup, encouragées par le langage de Trump, ont trouvé un espace plus ouvert pour elles-mêmes.

Même si Biden a pris la plus grande part de l'électorat accru, il est important de reconnaître que Trump a pu augmenter le nombre de personnes qui ont voté pour lui. Plus de 74 millions de personnes ont voté pour Trump en 2020, soit une augmentation de 11 millions par rapport à son vote en 2016. Trump a solidifié sa base - qui peut compter pour beaucoup plus que simplement qui va voter, comme on peut le voir dans le défilé de des milices armées de droite menaçant des responsables électoraux, même des agents électoraux chez eux. Cette base a été construite sur des appels réactionnaires à la population, et Trump a réussi à attirer dans sa base certaines parties de la classe ouvrière, renforçant les divisions qui existent depuis longtemps.

La société américaine a continué à évoluer dans la direction ultra-réactionnaire dans laquelle elle se dirige depuis quelques années. La victoire de Biden aux élections ne constitue pas une preuve contre cette direction.

Le problème tourne toujours autour de la nécessité pour la classe ouvrière de construire son propre instrument politique pour faire face aux crises auxquelles la société est confrontée du point de vue des travailleurs et de leurs intérêts de classe. Et rien dans cette élection n'a poussé les travailleurs dans cette direction.

Une situation désastreuse pour la population

L'élection s'est déroulée au milieu d'une épidémie de plus en plus répandue. À ses débuts, le virus était concentré en particulier à New York, le centre de la finance mondiale. New York ressemblait à une ville en pleine guerre, avec des hôpitaux et des morgues incapables de suivre le rythme. Les patients étaient alignés dans les couloirs de l'hôpital et les corps transportés dans des camions frigorifiques dans les parkings. Les responsables n'ont tiré aucune leçon de ce qui s'était passé à New York, et il n'y a pas eu de réponse organisée alors que le virus se propageait au-delà de ses premiers centres mortels à New York, New Jersey, Seattle, La Nouvelle-Orléans et Detroit. L'administration Trump, considérant le virus comme quelque chose qui n'affligeait que les «États et les villes bleus», n'a effectivement pris aucune mesure autre que l'interdiction bien médiatisée des voyages en provenance de Chine - une interdiction comportant autant d'échappatoires que les voyageurs d'affaires en avaient besoin. Chaque état,il restait à chaque ville - même à chaque district scolaire - comment gérer seule la crise de santé publique, et chacune d'elles, dépouillée des fonds dont elle avait besoin, avait peu de moyens pour faire grand-chose, si elle avait été si encline. Le virus s'est propagé, en une vague, puis une autre, dans tout le pays.

Pendant des décennies, l'appareil d'État a subventionné les profits capitalistes en détournant de l'argent du budget public, réduisant le montant consacré à l'éducation et à toutes sortes de services publics - y compris ceux de la santé publique. La famine de la santé publique pour les ressources a ouvert la voie à Covid-19 pour créer une catastrophe sanitaire différente de tout ce qui a été vu depuis près d'un siècle. Le jour des élections, le virus avait infecté plus de 9 millions de personnes et tué plus de 232 000 personnes dans ce pays. Le taux de mortalité dû à la maladie a diminué à mesure que les hôpitaux trouvaient de meilleurs moyens de traiter les patients infectés, et il était question d'un vaccin, mais en fait, au moment des élections, le virus était à nouveau incontrôlable dans beaucoup plus d'États qu'auparavant. Début décembre, un an après la découverte du virus, il tuait plus de personnes chaque jour que lors de ses pics antérieurs.

Face à un virus pas encore bien compris et à un système de santé publique fédéral totalement non préparé à organiser une réponse, la principale réaction des gouvernements des États a été d'émettre des ordres de «rester à la maison» et de «mettre en quarantaine» - ce qui signifiait que des pans importants de l'économie fermer. Dans le même temps, ils exigeaient que les «travailleurs essentiels» restent au travail, sans protection adéquate, ce qui infligeait certains des taux de mortalité les plus élevés à ceux qui avaient les emplois les moins bien rémunérés et aux personnes travaillant dans le système médical, souvent sans protection adéquate. , aggravant ainsi le problème d'un système médical déjà à court de ressources et de personnel.

Les fermetures ont frappé une économie qui avait déjà été une catastrophe pour des millions de personnes. Douze ans après l'effondrement de 2008, tout ce que l'on pouvait dire était que le nombre d'emplois perdus avait été récupéré - mais il ne s'agissait pas des mêmes emplois, ni en termes de secteur d'activité, ni en termes de salaires, ni et l'augmentation de la population n'a pas été accompagnée d'une augmentation comparable des emplois. Même dans la construction et la fabrication, de nombreux emplois pourvus depuis 2008 se présentaient sous la forme d'emplois temporaires, contingents, à bas salaires et / ou contractuels. Dans les industries moins solides, ces formes sont devenues courantes. Même avant les arrêts pour le virus, cette reprise extrêmement faible montrait des signes de vacillement.

Dans le sillage immédiat de la pandémie, 30 millions d'emplois ont disparu presque du jour au lendemain, y compris des emplois non traditionnels comme celui de conduire pour Uber. Cet effondrement économique a été plus marqué que tout ce que le pays avait jamais vu auparavant - pas même pendant la Grande Dépression ou les crises économiques des années 1870 et 1890, une si grande part de travailleurs ont perdu leur emploi si rapidement. Même après le redémarrage des grandes industries de base, elles l'ont souvent fait de façon réduite. Les réductions de production dans ces industries se sont étendues à l'ensemble de l'économie. Certains travailleurs ont été rappelés, d'autres ont été licenciés. Le grand nombre d'industries qui ont obligé les employés de bureau à travailler à domicile tout au long de la crise a entraîné des mises à pied dans toutes ces petites entreprises - restaurants, établissements de nettoyage, etc. - qui desservaient les plus grandes entreprises. Avec tout le temps occupé par les réunions Zoom,et l'irrationnel de chacun travaillant seul, incapable de se coordonner facilement, ceux à la maison se sont retrouvés à travailler plus d'heures - bien que généralement pas pour un salaire plus élevé.

Des dizaines et des dizaines de milliers, probablement beaucoup plus de petites entreprises ont sombré. Ils avaient souvent été les premiers à être fermés. Mais même lorsque les fermetures se sont atténuées, la propagation du virus et la peur de celui-ci ont réduit leurs clients. Bars, restaurants, salons de coiffure et de manucure, services de nettoyage de maison, ateliers de réparation automobile - de mois en mois, bon nombre de ces petites entreprises ont perdu de l'argent. Contrairement aux grandes entreprises aux poches profondes, au moins cent mille petites entreprises ne pouvaient pas tenir bon. Étant donné que ces entreprises emploient une bonne partie de la main-d’œuvre américaine, cela a jeté plus de gens au chômage, y compris les propriétaires eux-mêmes.

Fermer le pays non seulement couper les gens du revenu, mais aussi les couper les uns des autres. Il coupe les gens des personnes âgées qui meurent dans les maisons de retraite ou les hôpitaux. Et dans le même temps, de nombreuses familles ont gardé leurs aînés malades avec eux pour se protéger du virus et pour qu'ils puissent avoir un contact humain, ce qui signifie encore plus de travail, s'occuper des personnes malades et âgées, tomber sur la famille, et cela signifiait généralement les femmes.

La scolarité en personne a été fermée dans de nombreux domaines, les élèves étant coincés pendant des heures devant les écrans - s'ils en avaient même. Les enfants ont été soudainement coupés des repas qu'ils avaient l'habitude d'obtenir à l'école et des soins médicaux minimaux qu'ils y recevaient. Les garderies ont également fermé leurs portes, obligeant les parents à jouer le rôle de gardiennes et d'enseignants. Dans cette société, où la majeure partie du travail pour s'occuper des enfants et des personnes âgées incombe aux femmes, en plus de celles qui ont perdu leur emploi, des millions de personnes ont été contraintes de quitter le marché du travail pour prendre soin des membres de leur famille.

Étant donné qu'environ la moitié des habitants de ce pays ont encore leur assurance maladie auprès de leur employeur, la destruction d'emplois a fait en sorte que le nombre de personnes sans assurance est monté en flèche au milieu de la pandémie. En plus des 26 millions de personnes sans assurance maladie avant la pandémie, pas moins de 10 millions de personnes supplémentaires ont perdu une assurance alors que l'économie s'effondrait, selon l'Urban Institute et la Robert Wood Johnson Foundation.

Des millions de personnes sont confrontées à la menace très réelle du sans-abrisme. Depuis le début de la pandémie, près de 18 millions d'adultes ont pris du retard sur leurs paiements de loyer ou d'hypothèque, selon une enquête du Census Bureau. Les Centers for Disease Control (CDC) ont émis une ordonnance mettant fin aux expulsions, mais cette restriction expire le 31 décembre. Donc, à la fin de l'année, tout ce loyer passé, tous ces paiements hypothécaires passés sont dus, plus tous les frais de retard et les frais d'intérêt que les gens ont courus.

Même si les agriculteurs avaient d'énormes quantités de nourriture qu'ils ne pouvaient pas vendre en raison de la fermeture des restaurants, le nombre de personnes n'ayant pas assez de nourriture a monté en flèche. Selon l'organisation à but non lucratif Feeding America, plus de personnes dans ce pays ont été confrontées à la faim qu'à tout moment depuis la Grande Dépression, soit près d'un sixième de la population. En novembre, les banques alimentaires associées à Feeding America ont signalé une augmentation de 50% de la demande par rapport à un an plus tôt. Beaucoup étaient confrontés à la nécessité de rationner ce qu'ils distribuaient.

Alors que la réaction immédiate du Congrès avait été d'étendre l'aide à la population - dans le cadre d'un plan de sauvetage préventif bien plus important destiné aux grandes entreprises - cette aide à la population était temporaire, avec une partie importante de celle-ci s'épuisant avant même les élections.

Faire de l'élection un référendum sur la gestion du virus par Trump

Au cours des premières années de l'administration Trump, les démocrates ont commencé à se concentrer sur le caractère de Trump: sa rupture des «normes démocratiques», son absence de «comportement présidentiel», sa «prévarication», etc. Et un certain nombre de sources médiatiques, en particulier le Washington Post , a commencé à tenir un compte du nombre de mensonges que Trump pourrait publier en un jour - et étaient-ils complètement faux, en partie seulement, ou susceptibles d'être mal interprétés! Trump étant Trump, il leur a certainement donné beaucoup de matériel avec lequel travailler.

Lorsque Biden a annoncé sa candidature en avril 2019, il a déclaré que la présidence Trump était une «menace pour cette nation ... contrairement à tout ce que j'avais vu de mon vivant». Alors que les primaires se poursuivaient, Biden a concentré sa campagne non pas sur ce qu'il défendait, mais sur Trump, et en particulier sur qui avait la meilleure chance de battre Trump. Lorsqu'il a parlé de lui-même, Biden a souligné à plusieurs reprises qu'il avait été le vice-président d'Obama, promettant un retour à ce qu'il appelait les jours «normaux» de 2009-2017, ignorant le fait que ces années de «jours normaux» avaient été un désastre pour travailleurs, une prolongation pour les travailleurs de l'effondrement économique de 2008–9 - alors même que les riches augmentaient de façon spectaculaire leur richesse.

Lorsque le virus a frappé et que Trump a minimisé le danger, cela a ouvert la porte aux démocrates pour aiguiser leurs attaques contre lui. En février, Trump a déclaré: «Nous sommes très, très prêts pour cela, pour tout, que ce soit une évasion de plus grandes proportions ou que ce soit ou non ... » Alors que le virus se propageait et commençait à atteindre des proportions de crise à New York , Trump a parlé de lui-même, se vantant des cotes de télévision de ses mises à jour de virus.

Biden a déplacé son attention du «caractère non présidentiel» de Trump à sa mauvaise gestion du virus. Dans le premier débat, Trump a crié, pilonné et agi autrement comme un enfant de deux ans qui piquait une colère, choquant l'establishment politique, mais satisfaisant sans aucun doute ses partisans plus dévoués. Biden a utilisé son temps pour faire valoir essentiellement un point: la gestion du virus par Trump était un désastre. La seule explication de Biden à cela était la suivante: «Il a paniqué, ou il a juste regardé la bourse - l'un des deux - parce que devinez quoi: beaucoup de gens sont morts, et beaucoup plus vont mourir à moins qu'il ne devienne beaucoup plus intelligent, beaucoup plus vite.

Trump a submergé tout sens de la discussion dans des mensonges flagrants, déclarant, par exemple: «Dr. Fauci a déclaré: "Le président Trump a sauvé des milliers de vies". Beaucoup de vos gouverneurs démocrates ont dit: "Le président Trump a fait un travail phénoménal" ... En fait, des gens qui ne seraient pas nécessairement de mon côté ont dit que "le président Trump a fait un travail phénoménal". Nous faisions. Nous avons les robes. Nous avons les masques. Nous avons fabriqué les ventilateurs. Vous n'auriez pas fabriqué les ventilateurs ... »

La convention démocrate désignant Biden a tourné autour de ces deux points: la nécessité de revenir à la «normale» et la responsabilité de Trump dans la propagation du virus. Dans son discours de remerciement, Biden a déclaré: «Cela ne devait pas être si grave ... Ce n'est pas si grave au Canada. Ou l'Europe. Ou au Japon. Ou presque partout ailleurs dans le monde. »

Presque toutes les critiques formulées par Biden sonnaient vraies: Trump a nié la gravité du virus, minimisé le besoin de masques, et ses propres rassemblements bondés pourraient eux-mêmes avoir été des événements très répandus. Mais peu importe à quel point le comportement de Trump était irresponsable, la réalité est que face à un virus inconnu, le problème revenait toujours au système de santé publique malheureusement mal préparé. Et ce système avait été dévasté par les mesures prises par le gouvernement. Biden n'aurait pas pu se concentrer sur cette vérité simple et évidente, car cela aurait signifié pointer vers les politiques détenues par Obama et lui-même. Cela aurait signifié pointer du doigt le gouvernement dont Biden faisait partie depuis près de 50 ans, au Congrès ou en tant que vice-président. Le système de santé publique est privé de ressources depuis des décennies, ses stocks d'EPI épuisés et jamais remplacés, son personnel réduit,sa capacité à organiser une réponse est complètement minée, même si depuis le SRAS, les scientifiques préviennent qu'une pandémie comme celle-ci est probable. Les billions de dollars nécessaires pour reconstruire et entretenir un tel système, ainsi que les écoles, les routes, les systèmes d'eau, etc., avaient été détournés pour soutenir les bénéfices de la classe capitaliste, de manière plus spectaculaire lors des renflouements qu'Obama et Biden avaient supervisés. à partir de 2009. Pour résoudre ce problème, Biden aurait dû proposer de ramener ces billions de dollars, dont pas un coup d'œil n'a été entendu de sa campagne.avait été détourné pour soutenir les profits de la classe capitaliste, de manière plus spectaculaire lors des renflouements qu'Obama et Biden avaient supervisés à partir de 2009. Pour résoudre ce problème, Biden aurait dû proposer de ramener ces trillions, dont pas un coup d'œil. entendu de sa campagne.avait été détourné pour soutenir les profits de la classe capitaliste, de manière plus spectaculaire lors des renflouements qu'Obama et Biden avaient supervisés à partir de 2009. Pour résoudre ce problème, Biden aurait dû proposer de ramener ces trillions, dont pas un coup d'œil. entendu de sa campagne.

Trump s'appuie sur l'économie

La plupart des sondages, même jusqu'à l'élection, ont montré que Trump était favorisé par des gens plus inquiets pour l'économie. De plus, la majorité des gens - y compris environ la moitié des «indépendants» et même une petite part des démocrates - ont généralement donné à Trump de meilleures notes que Biden sur une capacité supposée à gérer l'économie. Trump a utilisé le fait que la situation de l'emploi au cours de ses près de quatre ans était un peu meilleure que pendant les années Obama-Biden qui ont suivi l'effondrement de 2008. Ce n'était clairement pas parce que Trump avait mené des politiques en faveur des travailleurs. C'était simplement un fait du cycle économique. Et Trump a servi les intérêts des classes riches, tout autant que son prédécesseur l'avait fait. Il a contribué à faire passer au Congrès l'énorme réduction fiscale de 2017,qui a aidé 91 grandes entreprises très rentables à ne payer aucun impôt pour 2018, leur permettant même de prétendre que le gouvernement leur devait six milliards de dollars de remboursements.

Trump a parlé d'emplois - à plusieurs reprises - et Biden ne l'a pas fait. Trump a déclaré que l'économie prépandémique était «la plus grande économie de l'histoire de notre pays». La plupart des gens n'ont peut-être pas cru cela exactement, mais pendant une grande partie de sa présidence, Trump a été en mesure de se pencher sur des problèmes déjà mijotés parmi les travailleurs. Affirmant que la Chine avait «volé» des emplois américains, il a imposé ou menacé d'imposer certains tarifs pour arrêter «l'externalisation». Prétendant que le Mexique avait «volé» des emplois grâce à l'ALENA, il a renégocié l'accord commercial en grande pompe, un accord renégocié pour lequel la plupart des démocrates ont voté. Prétendant que les immigrants volaient des emplois aux travailleurs «américains», il a fait de «la construction du mur» une pièce maîtresse de sa présidence - même si en fait il n'a pas beaucoup construit ce qui était nouveau.

Ses annonces, aussi réactionnaires et chauvines soient-elles, reprenaient les affirmations que les syndicats avaient faites depuis des années. Pendant près de 40 ans, les syndicats ont insisté dans une propagande ouvertement chauvine sur le fait que des emplois «américains» étaient volés. Et ils ont été rejoints par un bon nombre de gauchistes, qui se sont fait l'écho des campagnes des syndicats, sinon de toute leur langue nationaliste. C'est ce qui avait préparé le terrain pour Trump et l'avait fertilisé, laissant ses revendications porter ses fruits parmi les travailleurs alors que la situation de l'emploi se détériorait.

Lorsque l'économie s'est effondrée au printemps et en été, Trump a fusionné Covid et emplois, appelant les gouverneurs à «ouvrir» l'économie, comme si le seul problème était leurs actions. Et il en a fait une question partisane en attaquant les gouverneurs démocrates, faisant d'eux les méchants responsables de la destruction de l'économie, tweetant «Libérer le Michigan», «Libérer le Minnesota», «Libérer la Virginie».

Avec un grand nombre de travailleurs confrontés à une catastrophe économique presque immédiate, la campagne nationaliste de Trump a résonné parmi les travailleurs - non seulement les travailleurs blancs, mais aussi les travailleurs latino-américains et même une part non négligeable de travailleurs noirs - pour la simple raison que les démocrates n'avaient pas réponse sur la question des emplois. Pour y répondre, il aurait fallu attaquer les intérêts de la classe capitaliste. Cela aurait signifié exiger des capitalistes non seulement de fournir du travail, mais de le faire en toute sécurité; il aurait fallu une mobilisation d'urgence pour desserrer l'emprise du capital sur la richesse accumulée au fil des ans. Biden a plutôt insisté sur le fait que nous devions «écouter la science», que nous devions être «en sécurité», sans réponse pour les personnes qui ne pouvaient pas être «en sécurité» tant qu'elles étaient désespérées pour un emploi et n'avaient pas d'autre choix que de prendre un travail dans des conditions dangereuses,et se sentir chanceux de l'obtenir.

Donc, finalement, les deux partis ont fait de l'élection un référendum sur Trump, Trump affirmant qu'il était celui qui pouvait fournir des emplois, et Biden attaquant la gestion du virus par Trump, ainsi que son personnage. Ce faisant, Biden a cédé le terrain sur le seul problème qui a touché la plus grande partie de la population active, prise comme elle l'est dans cette catastrophe économique.

Deux partis différents, au service de la même classe sociale

Cette élection était un cirque de propagande, acheté et payé par la classe capitaliste. C'était de loin le plus cher de l'histoire: les dépenses consacrées à la seule élection présidentielle de 2020 ont atteint un record de 6,6 milliards de dollars, soit le double de ce qu'elles étaient il y a quatre ans, et les dépenses pour toutes les courses devraient dépasser les 14 milliards. Compte tenu de toutes les façons dont les grands donateurs peuvent cacher les dons de campagne, il est impossible dans la plupart des cas de dire qui a donné combien à quel candidat. Néanmoins, même les informations disponibles montrent clairement que les deux parties ont obtenu beaucoup d'argent directement des personnes les plus riches et indirectement des entreprises du pays. Malgré tous les discours des petits donateurs, en fait les dons de moins de 200 $ ne représentaient qu'environ 22% de l'argent de la campagne alors que, selon le Center for Responsive Politics, les «intérêts commerciaux» en représentaient au moins 4.5 milliards - bien plus que tous les petits dons réunis. Les dix principaux donateurs à eux seuls ont donné au moins 642 millions de dollars.

Alors que certaines industries peuvent soutenir une partie plus que l'autre, la plupart des industries donnent en fait aux deux. Ceux qui dirigent de grandes banques et des sociétés financières se sont penchés vers les démocrates ces dernières années. Selon le Center for Responsive Politics, ils ont versé au moins 162 millions de dollars aux démocrates ce cycle de campagne, mais ils ont également donné au moins 95 millions de dollars aux républicains. Les industries pétrolière et gazière ont soutenu les républicains, étant donné leur défense ouverte des combustibles fossiles. Mais alors qu'ils ont donné aux républicains au moins 49 millions cette fois, ils ont tout de même donné près de 10 millions aux démocrates.

Pourquoi la bourgeoisie ne soutiendrait-elle pas les deux partis, compte tenu de leurs politiques?

Lorsque l'économie s'est effondrée en mars, les démocrates et les républicains se sont immédiatement précipités pour renflouer la bourgeoisie sous la forme de la loi CARES de 2,2 billions de dollars. Il a reçu le soutien presque total des deux partis au Congrès, passant le Sénat par un vote de 96 à 0, et passant à la Chambre également à la quasi-unanimité par un vote non enregistré, avant d'être signé par Trump. Biden a déclaré officiellement le soutenir.

Cette loi prévoyait un petit montant pour la population, dont 300 milliards de dollars pour payer les 1 200 dollars qui allaient à ceux qui avaient travaillé ou qui étaient à la sécurité sociale; et 260 milliards de dollars pour une subvention temporaire aux indemnités de chômage, ainsi qu'une prolongation de 13 semaines des prestations régulières dans les États qui accepteraient l'argent. Mais la majeure partie de la loi CARES a simplement pillé de l'argent à la bourgeoisie. Les grandes entreprises ont reçu 500 milliards de dollars de subventions directes - presque autant que ce qui est allé à toute la population. Le programme de protection des chèques de paie, d'une valeur de 660 milliards de dollars, était censé protéger les petites entreprises, leur permettant de continuer à payer leurs travailleurs, mais ce programme a été mis en place pour que les banques puissent fonctionner, ce qui leur a permis de toucher au moins 18 milliards de dollars de frais.Il n'y avait aucune disposition pour surveiller les petites entreprises pour voir si elles continuaient à payer leurs anciens travailleurs. Seuls 30% de ces 660 milliards de dollars ont été effectivement octroyés sous forme de «petits» prêts de 150 000 $. En revanche, environ 600 chaînes d'entreprises, pas du tout petites, ont reçu dix millions de dollars chacune. La loi CARES prévoyait également plus de 200 milliards de dollars de nouveaux allégements fiscaux pour les particuliers les plus riches et les plus grandes entreprises. L'une de ces pauses vaut en moyenne environ 1,6 million de dollars pour chacune des 40 000 familles les plus riches du pays! (Selon le Comité mixte du Congrès sur la fiscalité.)La loi CARES prévoyait également plus de 200 milliards de dollars de nouveaux allégements fiscaux pour les particuliers les plus riches et les plus grandes entreprises. L'une de ces pauses vaut en moyenne environ 1,6 million de dollars pour chacune des 40 000 familles les plus riches du pays! (Selon le Comité mixte du Congrès sur la fiscalité.)La loi CARES prévoyait également plus de 200 milliards de dollars de nouveaux allégements fiscaux pour les particuliers les plus riches et les plus grandes entreprises. L'une de ces pauses vaut en moyenne environ 1,6 million de dollars pour chacune des 40 000 familles les plus riches du pays! (Selon le Comité mixte du Congrès sur la fiscalité.)

Enfin, la Réserve fédérale s'est rapidement lancée dans une frénésie d'achat géante, retirant trois billions de dollars de dettes d'entreprises, d'hypothèques et de gouvernements du bilan de ces entités à la mi-juillet, ouvrant la voie aux entreprises pour s'endetter davantage et au gouvernement étendre davantage de subventions aux entreprises, qui se préparaient déjà à verser davantage aux actionnaires et aux autres propriétaires.

Donc, malgré tous les discours sur l'aide à la population et la protection des emplois, les deux parties ont en fait réagi à la crise économique en versant de l'argent pour soutenir les profits de la bourgeoisie. Les plus riches sont en fait devenus beaucoup plus riches. La richesse des seuls milliardaires du pays a augmenté de plus d'un billion de dollars entre le 18 mars et le 24 novembre. À la mi-novembre, le marché boursier s'était complètement remis de son effondrement lorsque les fermetures de Covid sont entrées en vigueur pour la première fois, et atteignait à nouveau des records. C'était la même période où des millions de travailleurs perdaient leur emploi et leur assurance maladie, où les écoles n'avaient pas d'argent pour ouvrir en toute sécurité, où la faim touchait jusqu'à 50 millions de personnes!

La réponse à la crise économique n'est qu'un exemple de tout ce que les deux parties travaillent dans l'intérêt de la classe capitaliste. Pour en donner une autre, les deux parties ont adopté essentiellement la même position à l'égard de la Chine, visant à protéger les intérêts de la classe capitaliste américaine. Pendant toute une période commençant sous la présidence de Nixon, la bourgeoisie de ce pays a œuvré pour ouvrir l'économie chinoise aux investissements américains, s'appropriant effectivement sa main-d'œuvre faiblement rémunérée. C'était une politique menée par les deux parties. Dans les années 2010, il était devenu évident que la taille massive de la Chine et son économie toujours en croissance lui donnaient un moyen d'indépendance, lui permettant d'obtenir certains avantages techniques des entreprises qui utilisaient la main-d'œuvre chinoise. Sous Obama, les États-Unis ont lancé un «Pivot vers l'Asie,»Concentrant davantage ses efforts militaires et diplomatiques pour garantir les« intérêts américains »dans la région, c'est-à-dire adresser un avertissement à la Chine. Cela comprenait le déplacement des forces militaires du Moyen-Orient vers l'océan Pacifique et cela impliquait également l'établissement du Partenariat transpacifique, qui était une alliance commerciale de onze pays riverains du Pacifique, à l'exclusion du principal pays de la région, la Chine. Alors que Trump s'est peut-être retiré de ce pacte, il a poursuivi sa politique de pression pour affronter la Chine.Alors que Trump s'est peut-être retiré de ce pacte, il a poursuivi sa politique de pression pour affronter la Chine.Alors que Trump s'est peut-être retiré de ce pacte, il a poursuivi sa politique de pression pour affronter la Chine.

Lors de la campagne présidentielle, Biden a tenté de surpasser Trump en termes d'agressivité envers la Chine. Dans le débat final, il s'est engagé à forcer la Chine à «respecter les règles internationales» et a affirmé qu'il ne tolérerait pas les violations chinoises des droits de propriété intellectuelle des entreprises américaines. Il a également affirmé qu'il ne permettrait pas à la Chine d'étendre sa zone militaire de contrôle sur la mer de Chine méridionale. Trump a répondu en nature, jurant de «faire payer la Chine» pour le coronavirus et affirmant que son administration avait été dure avec la Chine avec des tarifs. Dans cette compétition pour savoir qui pourrait être le plus agressif, les deux ont clairement indiqué qu'ils défendraient les intérêts de la bourgeoisie américaine vis-à-vis de la Chine.

Il était clair tout au long de cette campagne que quel que soit le parti qui remporterait cette élection, le gouvernement serait dirigé au service de la classe capitaliste.

Égomane raciste et réactionnaire à la Maison Blanche

Si cela avait été tout ce que l'élection avait inversé, ce n'aurait été qu'une campagne électorale de plus entre deux partis politiques, qui représentent tous les deux les intérêts de la bourgeoisie.

Mais Trump n'était pas un politicien ordinaire, ni même un républicain ordinaire, même si beaucoup de ses politiques découlent de ce parti. Trump a travaillé pour créer sa propre personnalité autour du breuvage d'attitudes ignobles et réactionnaires des sorcières qui ont longtemps imprégné la société américaine. Mais alors qu'ils ont toujours mijoté juste en dessous, ou même juste au-dessus de la surface, il les a mis à la lumière du jour, les développant, utilisant enfin le podium de la présidence pour le faire.

Dans les années 1980, bien avant d'occuper la Maison Blanche, Trump a publié des annonces pleine page dans quatre journaux new-yorkais appelant à l'exécution des Central Park Five, des adolescents noirs accusés à tort, sur la base d'aucune preuve médico-légale, d'avoir violé et battu un jogger blanc. Tout au long de sa carrière dans la télé-réalité, il s'est fait un devoir de qualifier les femmes de «gros cochons», de «chiens», de «slobs» et «d'animaux dégoûtants».Dans une interview télévisée, il s'est vanté que sa renommée lui avait permis de s'en tirer avec une agression sexuelle. Il était le principal promoteur de la théorie du complot selon laquelle Obama ne pouvait pas être né dans ce pays, qu'il était né au Kenya et que son certificat de naissance à Hawaï était un faux. Ce fut le début de ce qui deviendra plus tard, «Make America Great Again», c'est-à-dire protégé de personnes comme Obama qui n'étaient pas, selon Trump, de «vrais Américains».

Trump a doublé cette idée en jetant son chapeau dans le ring politique. Il a annoncé sa candidature initiale en 2015 en disant que le Mexique n'envoyait pas ses «meilleurs gens» et envoyait plutôt des «violeurs». Un de ses premiers actes en tant que président a été d'appeler à «l'arrêt total et complet des musulmans entrant aux États-Unis», sur la base de rien d'autre que de sa prétention fabriquée d'avoir vu des «milliers» de musulmans applaudir les attentats du 11 septembre. Lorsqu'il a parlé de l'arrivée des Centraméricains dans ce pays, il les a tous décrits comme faisant partie de gangs en disant: «Ce ne sont pas des gens. Ce sont des animaux. » Parlant d'Haïti et de l'Afrique, il a dit: "Pourquoi faisons-nous venir ici tous ces gens de pays de merde?"déclarant qu'il préférerait avoir des gens de pays comme la Norvège - en d'autres termes, des Aryens parfaits, blancs, blonds et aux yeux bleus.

Trump a bien sûr utilisé tous les mots de code à travers lesquels les attitudes racistes sont exprimées dans ce pays. Lorsqu'il a annulé une règle de logement équitable destinée à lutter contre la discrimination, il a tweeté que les banlieusards «ne seraient plus dérangés ou financièrement lésés par la construction de logements à faible revenu dans votre quartier » - «faible revenu» dans le jargon raciste de Trump signifiant «noir». Il a affirmé que le soutien des démocrates à de tels logements «détruirait» les banlieues, c'est-à-dire les banlieues blanches. Il a qualifié l'expression «Black Lives Matter» de «symbole de haine» et a exprimé à plusieurs reprises son soutien aux flics qui tiraient sur des Noirs dans la rue, mais souvent ne reconnaissait même pas ceux qui avaient été tués.

Ce sont les idées qui imprègnent son slogan de signature, «Make America Great Again», c'est-à-dire, remontant à l'époque supposée idyllique où l'Amérique était blanche et chrétienne, lorsque les hommes dominaient la famille - et tout le monde devait l'accepter comme le dieu- ordre donné de l'univers.

La croissance de l'extrême droite

Cela n'aurait dû surprendre personne que Trump salue le soutien des racistes ouverts et des suprémacistes blancs d'extrême droite. Quand Trump a dit à propos du rassemblement «Unite the Right» de Charlottesville en 2017 qu'il y avait «des gens bien des deux côtés», de qui parlait-il? Qui étaient les «braves gens» qui ont organisé le rassemblement pour «unir la droite»? Le Ku Klux Klan, les néo-nazis et la Ligue du Sud, un groupe qui veut que le Sud soit un pays indépendant gouverné par des hommes blancs - dont l'un a couru et tué un contre-manifestant marchant sur un trottoir.

Cet été, Kyle Rittenhouse, un adolescent de l'Illinois, s'est fourni des armes, s'est rendu à Kenosha, dans le Wisconsin, puis a fait irruption dans une manifestation contre la fusillade de Jacob Blake par la police. Face aux manifestants, il a ouvert le feu sur deux d'entre eux, tous deux non armés, les tuant. Trump a déclaré que Rittenhouse agissait dans le cadre de ses droits pour se défendre, qu'il avait eu peur pour sa vie!

Trump a également défendu des manifestants d'extrême droite qui ont traversé Portland dans de grandes caravanes de camions tirant sur les manifestants avec des pistolets à billes et du gaz poivré, qualifiant leurs actions de «non violentes». «Au cours du premier débat, on a demandé à Trump s'il désavouerait certains de ces manifestants, le groupe de milice d'extrême droite connu sous le nom de« Proud Boys ». Sa réponse a été de leur conseiller de «prendre du recul - et de rester debout». En d'autres termes, préparez-vous à l'action.

Il a accepté depuis le début que de telles personnes se joignent à ses rassemblements, qu'elles y figurent même, et il n'a fait aucun effort pour se distancier d'elles ou les différencier de ses autres partisans. Cela était évident, par exemple, dans la soi-disant «marche du million de MAGA», qui n'a amené que des milliers de personnes à Washington, DC pour protester contre les résultats des élections du 14 novembre. Beaucoup de ces milliers étaient des membres ouverts des Proud Boys, le Boogaloo Bois et d'autres groupes d'extrême droite. Des gens portant des drapeaux confédérés et des drapeaux Trump comme des capes mélangées. Peut-être que certaines personnes présentes au rassemblement n'étaient membres d'aucun groupe d'extrême droite, mais les organisateurs n'étaient pas déconcertés par la présence de suprémacistes blancs ouverts qui prônaient la violence.

La pression de Trump pour faire annuler les élections n'avait presque aucune chance de succès devant les tribunaux, et même pas dans les législatures des États contrôlées par le Parti républicain. Et il était évident dès le début que la campagne Trump l'avait compris: les dépôts étaient totalement dépourvus de toute preuve ou de tout raisonnement juridique cohérent qui aurait pu obliger les tribunaux à au moins écouter. Non, ce n'étaient pas des documents légaux, ils étaient à la base d'une campagne de propagande que Trump a menée contre sa base, se présentant tour à tour comme un vainqueur triomphant et un martyr. Au début, peut-être, il était principalement organisé pour expliquer sa défaite. Mais, comme il est devenu évident qu'il y avait des millions de personnes, peut-être plus, qui ont été aspirées par l'affirmation de Trump selon laquelle il avait gagné,la prétendue campagne légale est rapidement devenue le centre de mobilisation de ses partisans, une fois qu'il a quitté la Maison Blanche - y compris comme moyen de collecter des fonds. Et l'argent qu'il a récolté: au moins 207 millions de dollars depuis le jour des élections.

Aujourd'hui, les miliciens qui défilent avec des fusils sur les épaules peuvent le faire principalement pour intimider - même si nous ne devons pas ignorer le fait que leurs actions ont contribué à déclencher des saccages meurtriers comme celui mené par Kyle Rittenhouse. Mais quel que soit leur objectif aujourd'hui, demain, eux, et des gens comme eux, peuvent devenir la base d'une menace réelle visant une partie de la population ouvrière, même à l'ensemble de la classe ouvrière. En fait, quels qu'ils soient aujourd'hui, ils constituent un danger mortel pour la classe ouvrière à l'avenir.

Trump n'a pas créé l'extrême droite, ni n'en fait-il exactement partie, mais en lui donnant son approbation, il l'a renforcée, encouragée et donné à ses idées viles une légitimité.

Les démocrates ne sont pas une protection contre l'extrême droite, ni contre le racisme qui est jailli aujourd'hui, ni contre le danger physique dont la population ouvrière sera menacée demain. En tant que défenseur des intérêts de la classe capitaliste, ils mènent des attaques contre la population ouvrière, avec les sections les plus opprimées de la classe ouvrière, à commencer par les Noirs, souvent les premières cibles. C'est ce qu'ils ont toujours fait. Il n'y a aucune raison de croire qu'ils vont changer maintenant. Les travailleurs eux-mêmes - noirs, immigrés, blancs, femmes, hommes, jeunes et vieux - devront s'organiser pour se défendre. C'est exactement le problème. La classe ouvrière n'est pas mobilisée aujourd'hui pour lutter dans ses propres intérêts. Et cette élection n'a pas mis cet objectif plus en vue.

Votes de la classe ouvrière divisés

Les médias ont beaucoup spéculé sur la victoire de Trump sur la «classe ouvrière blanche». Mais il n'y a certainement pas de «classe ouvrière blanche» avec des intérêts séparés et distincts de ceux du reste de la classe ouvrière, pas plus que les «blancs non universitaires» dont les médias parlent ne signifient les travailleurs blancs.

Néanmoins, il est important d'étudier cette élection pour voir exactement comment les différentes parties des différentes forces de classe s'alignent.

L'électorat républicain comprenait tout d'abord des chrétiens blancs évangéliques, qui représentaient à eux seuls près de 40% des voix de Trump en 2016, et probablement à nouveau en 2020. Ajoutez à eux des catholiques conservateurs et des latinos évangéliques, qui partagent avec eux beaucoup des mêmes réactionnaires des idées sur des questions comme l'avortement et les droits des femmes, et vous avez déjà plus de la moitié de l'électorat républicain. C'est une base électorale solide, une base fiable, et cela donne un avantage au Parti républicain. Son soutien à Trump n'est pas nouveau. (La plupart de ces chiffres du sondage post-électoral proviennent du projet de recherche Edison sur les attitudes des électeurs.)

Trump a également remporté une grande majorité de ce que nous pouvons appeler la petite bourgeoisie traditionnelle des petits entrepreneurs et des agriculteurs. En fait, ils constituent une grande partie de ceux que les médias appellent «les blancs non universitaires» - en tout cas, ce sont les «blancs non universitaires» qui ont des revenus plus élevés. Bien entendu, ces catégories ne sont pas exclues les unes des autres. De nombreux fondamentalistes chrétiens sont également de petits commerçants ou agriculteurs. Et la plupart d'entre eux partagent les valeurs de la petite bourgeoisie rurale quelle que soit leur classe.

En outre, Trump a également remporté environ la moitié des «Blancs formés à l'université», encore une fois, ceux qui ont des revenus plus élevés. Ainsi, malgré la façon dont les médias encadrent son électorat, en fait, la majeure partie des votes de Trump ne provient pas de ceux que l'on qualifierait de classe ouvrière.

Néanmoins, Trump a clairement remporté les votes d'une grande partie de la population ouvrière, à commencer par les personnes qui vivent dans les zones rurales où il peut y avoir quelques personnes aisées, mais où la plupart doivent travailler pour vivre d'une manière ou d'une autre. Lors de cette élection, plus une région était rurale, plus c'était pour Trump.

Ses électeurs parmi la population ouvrière n'étaient pas seulement dans les zones rurales: Trump a recueilli des voix parmi les travailleurs blancs (un peu moins cette fois, même si dans de nombreux États toujours la majorité); également parmi les travailleurs latino-américains (un bon nombre de plus qu'en 2016); et même un petit nombre de travailleurs noirs (par rapport à 2016), y compris dans les grandes villes. Dans de nombreuses banlieues de la classe ouvrière blanche qui entourent les grandes villes, Trump a remporté la majorité des voix, généralement un peu moins que la dernière fois, mais pas une grande différence. Et dans quelques endroits à forte population active latino-américaine, Trump a également remporté la majorité des voix, en particulier au Texas et en Floride. Dans les zones de nombreuses autres villes à majorité démocrate à forte population active latino-américaine - des endroits comme le Bronx, El Paso, ou Los Angeles, ou Orlando, ou les comtés d'Hudson et Passaic dans le New Jersey - Trump, sans gagner,amélioré son vote de plus de 5%. Dans des villes comme Detroit et Pittsburgh, avec une importante population noire, Trump a non seulement amélioré sa part des voix par une infime quantité; Plus important encore, le taux de participation n'a pas augmenté autant que dans d'autres régions. Tous ces chiffres ont été rapportés dans la section «Upshot» duNew York Times , une fois qu'il avait tenté de digérer les sondages post-électoraux.

Bien que la base de Trump ne soit pas centrée sur les travailleurs blancs, un nombre important d'entre eux l'ont soutenu, ainsi qu'une assez grande minorité de travailleurs latinos et un nombre plus petit, mais toujours notable de travailleurs noirs.

Le lendemain des élections, Trump a déclaré: «Les démocrates sont le parti des grands donateurs, des grands médias, de la grande technologie, semble-t-il. Et les républicains sont devenus le parti de l'ouvrier américain. S'il pouvait dire cela avec un visage impassible, c'est parce que les démocrates ont à peine reconnu le désespoir auquel font face de grandes couches de la population - ils ont couru pour gagner les banlieues de la classe moyenne et ont supposé que tous ces groupes visés par la rhétorique réactionnaire de Trump n'auraient d'autre choix que voter pour eux. Biden, dans son meilleur ton paternaliste, l'a même dit dans une émission de radio en mai: «Si vous avez un problème pour savoir si vous êtes pour moi ou pour Trump, alors vous n'êtes pas noir.

En général, les grandes villes formaient la base la plus solide pour Biden, bien que les voix dans la plupart d'entre elles aient été proportionnellement légèrement en baisse, et dans des endroits comme Manhattan, Chicago et Philadelphie, Trump a augmenté sa part des voix. Certes, de nombreux travailleurs vivent dans ces villes et ont voté pour Biden, mais ce n'est pas là que Biden a pu inverser les résultats des élections de 2016. Biden a vraiment gagné par rapport à Hillary Clinton dans la banlieue de la classe moyenne, vers laquelle il avait dirigé sa campagne. (Pour donner un exemple important: dans le comté aisé de Montgomery, en Pennsylvanie, la marge de Biden sur Trump a augmenté de 44000 voix sur la marge d'Hillary Clinton sur Trump en 2016. En fait, cette augmentation a effacé toute la marge de Trump dans tout l'État de Pennsylvanie n'était que de 44000 en 2016).Beaucoup de votes de Biden cette fois sont venus dans des domaines qui sont traditionnellement républicains. Biden a fait mieux que le reste du Parti démocrate, qui a perdu des postes à la fois à la Chambre des représentants et dans les maisons d'État. Les classes aisées des banlieues éloignées, apparemment consternées par Trump, ont donné leur vote à Biden, mais pas à son parti.

L'éclatement des travailleurs entre les deux grands partis n'est pas nouveau. Après tout, il n’ya pas de parti qui représente les intérêts des travailleurs, et ce n’est pas le cas depuis au moins un siècle. Néanmoins, le danger est plus grand aujourd'hui, précisément parce que la situation de crise ne va pas se résoudre d'elle-même. Et Trump avait creusé, dépoussiéré et défilé pour que tout le monde examine toutes les idées les plus réactionnaires de la société - tandis que les démocrates lui laissaient le champ libre pour jouer le démagogue protégeant les emplois.

Divisés par qui ils ont voté, étant donné les passions que cette élection a laissées aller, et étant donné le racisme qui imprègne encore de larges pans de la population blanche, des parties de la classe ouvrière peuvent bien se sentir antagonistes les unes envers les autres.

La classe ouvrière a besoin de sa propre organisation politique

Les quatre années de Trump ont dégoûté suffisamment de gens pour qu'il ait été vaincu aux urnes. Mais la dynamique sous-jacente qui a produit Trump demeure et continue de s'accélérer, malgré la victoire de Biden.

L'aggravation de la crise à laquelle la population est confrontée est ce qui a ouvert la porte à un démagogue comme Trump pour se présenter comme quelqu'un qui défend l'emploi en premier lieu. Et la crise a également préparé le terrain pour que l'extrême droite se pousse à avancer, renforcée et à son tour renforçant Trump.

La crise à laquelle la population est confrontée est bien pire aujourd'hui qu'elle ne l'était en 2016, mais pas principalement à cause de tout ce que Trump a fait: cette société capitaliste a détruit son propre système de santé publique pour canaliser l'argent dont le système avait besoin vers la bourgeoisie, ouvrant la porte aux ravages. du virus. Cette société n'a alors donné qu'une seule réponse: tout fermer, ce qui a détruit l'éducation et les moyens de subsistance d'une grande partie de la population, tandis que la bourgeoisie se protégeait en prenant encore plus d'argent dans les coffres publics. En plus de cela, la bourgeoisie a profité du désespoir que les fermetures ont provoqué pour détruire plus d'emplois et conduire plus de millions de personnes à faire face à la faim et au sans-abrisme dans ce pays riche. Rien de tout cela ne concernait fondamentalement Trump, et rien de tout cela ne changera le 20 janvier simplement parce que Biden assume la présidence.

Il n'y a pas de réponse aux crises auxquelles la population est confrontée à moins que la classe ouvrière ne se mobilise pour prendre le pouvoir de la bourgeoisie et son organisation de la société qui donne la priorité aux profits avant tout. Toute la situation appelle désespérément la classe ouvrière à intervenir parce que la classe ouvrière est la seule force à l'échelle de la planète qui peut puissamment s'opposer à la classe capitaliste qui pousse notre société au bord du gouffre.

L'explosion sociale de l'été montre que les choses peuvent éclater beaucoup plus vite qu'on ne pouvait s'y attendre. Cette explosion, déclenchée par une réaction à l'horrible vidéo du meurtre de George Floyd, s'est d'abord propagée sur la base de la colère profonde que le fonctionnement de base de cette société crée sans aucun doute parmi une grande partie de la population noire. Cela a très vite attiré beaucoup de monde, y compris de nombreux blancs. Même si ce mouvement a reculé, ceux qui y ont participé ont une expérience qu'ils n'avaient pas auparavant. Néanmoins, ce mouvement est déjà arrivé à une impasse, sans rien à proposer dans le cadre de cette société qui peut commencer à éliminer le droit d'utiliser librement la violence, droit que la société capitaliste a accordé à la police.

La classe ouvrière en tant que classe n'est pas mobilisée pour se battre. Mais ce n'est pas le problème fondamental de notre époque. Ce qui s'est passé en mai et juin derniers montre à quelle vitesse une mobilisation massive peut éclater alors que la veille, il ne semblait rien y avoir. Le problème est que la classe ouvrière doit prendre conscience d'elle-même en tant que classe, de ses capacités, mais aussi de qui sont ses ennemis et qui sont ses amis. Il doit se rendre compte que dans le cadre de la société capitaliste, son seul avenir sera celui de l'appauvrissement et de la violence croissante venant de tous les côtés - à moins que les travailleurs ne rassemblent leurs forces pour affronter la classe capitaliste, lutter pour la retirer du pouvoir. , et de remplacer ce pouvoir par un pouvoir reposant sur les capacités de la classe ouvrière. Il y a eu des luttes dans ce pays, des vagues d'entre elles,certains qui menaçaient même le pouvoir de la bourgeoisie. Mais ces luttes n'ont jamais été menées consciemment dans le but de prendre le pouvoir. Cette conscience de la nécessité de prendre le pouvoir ne se posera pas d'une manière ou d'une autre sur les fronts des travailleurs comme une colombe descendue du ciel. Cela ne viendra que si une organisation est construite dans la classe ouvrière qui incarne ces idées et lutte pour elles.

Cette élection ne fait que démontrer cette nécessité plus cruellement que jamais.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité