Brésil - Ce que prépare l'extrême droite !

Dans le monde...

Re: Brésil - Ce que prépare l'extrême droite !

Message par com_71 » 11 Nov 2018, 02:23

Zelda_Zbak a écrit :aux travailleurs conscients que cela débecte qu'il y a ait des fachos parmi eux, et à leur donner des billes pour se regrouper, des arguments pour bagarrer contre les plus cons des travailleurs.


C'est bien ce que je disais, tu voudrais faire la morale, et que les "travailleurs conscients" fassent la morale aux "plus cons des travailleurs".

Et reste à savoir qui sont les "travailleurs conscients" ? Ceux qui ont accepté de voter Chirac en 2002 en croyant, entre autre bêtise, se bagarrer contre l'influence de l'extrême droite sur les "plus cons des travailleurs" ?
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Brésil - Ce que prépare l'extrême droite !

Message par Zelda_Zbak » 12 Nov 2018, 23:58

Et reste à savoir qui sont les "travailleurs conscients" ?

Ah ben déjà, ceux qui ne tombent pas dans certains pièges grossiers genre "Le problème, c'est vraiment les étrangers".
Whatever happens to you, choose it !
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 1040
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Brésil - Ce que prépare l'extrême droite !

Message par com_71 » 26 Fév 2021, 00:30

À propos du PSTU brésilien, on peut lire sur le site anglais Left Voice (lié à Révolution Permanente et donc au PST argentin) qu'il a subi une scission importante en 2016.
trad. automatique a écrit : Le PSTU brésilien fait face à une grande division
26 juillet 2016, Leandro Lanfredi et Edison Urbano

Le 6 juillet, 739 membres du PSTU (Partido Socialista dos Trabalhadores Unificados, United Socialist Workers 'Party), l'un des plus grands partis de gauche du Brésil, ont annoncé qu'ils quittaient le PSTU.

Cette scission intervient dans le contexte d'un coup d'État de droite, qui a évincé la dirigeante du Parti des travailleurs (PT), la présidente Dilma Rouseff, et l'a remplacée par son vice-président, Michel Temer du parti de droite PMDB. La position du PSTU sur le coup d'État déclarait essentiellement que tous les politiciens devaient être remplacés (avec leur slogan «sortons-les tous») et appelait à une grève générale pour provoquer de nouvelles élections. Le slogan «sortons-les tous» n'avait pas de base dans la réalité; la seule politicienne évincée était la présidente Dilma et elle était évincée par les éléments les plus réactionnaires et de droite de la politique brésilienne. Au lieu de dénoncer la droite, le PSTU a vu la chute du président Dilma comme un pas dans une chaîne de chutes. Essentiellement, ils croyaient que la destitution du président Dilma pouvait avoir un résultat progressif.

Cette position a créé une profonde fracture au sein du PSTU et a conduit des centaines de militants du PSTU à rompre avec l'organisation, y compris de nombreux intellectuels importants, tels que Valerio Arcary et l'un des deux représentants du conseil municipal du PSTU, Amanda Gurgel. 739 militants de 20 États ont signé le manifeste, intitulé «Il faut arracher la joie des jours qui sont» ( É preciso arrancar alegria ao futuro! ) Les positions sur le coup d'État expliquées dans ce manifeste se rapprochent des positions du MRT (Moviemento Revolucionario de Trabalhadores, Revolutionary Workers Movement), un parti politique qui publiait régulièrement des critiques politiques au PSTU.

Le manifeste indique que depuis 8 mois ce groupe mène une lutte politique contre la majorité du PSTU. Ils expliquent qu'après la restauration réactionnaire du capitalisme, il semblait que la lutte des classes était terminée. Pourtant, après la crise de 2007-2008, de nouvelles polarisations sociales sont apparues, ainsi que des «phénomènes contradictoires» tels que le printemps arabe, l'émergence de partis néo-réformistes comme Syriza et Podemos, le renforcement de la droite dans de nombreuses parties de la monde et plus encore.

Selon le manifeste, ces nouvelles situations ouvrent un espace aux révolutionnaires pour agir, mais «Il est décisif que le programme révolutionnaire soit entendu, que nous nous battions pour lui dans chaque espace où nous nous trouvons et qu'il soit compris et accepté par l'avant-garde. " Le manifeste poursuit en expliquant que ce groupe dissident n'était pas d'accord avec la position du PSTU sur la destitution et qu'il voulait construire l'unité en action avec ceux qui étaient à la gauche du PT. La fraction qui s'est détachée du PSTU déclare que renverser le gouvernement du PT ne serait progressiste que si cela était fait par la classe ouvrière.

Le manifeste exprime une grande fierté d'avoir fait partie du PSTU et de défendre les idées et l'héritage de Nahuel Moreno. Ils déclarent également leur engagement envers l'héritage de Trotsky et la construction de la Quatrième Internationale.

Le PSTU a publié une déclaration en réponse faisant valoir sa position par rapport au coup d'État. Ils disent que ceux qui ont rompu avec le PSTU ne considèrent pas que le PT «a trahi les travailleurs et attaqué leurs droits, suscitant une haine bien méritée». Le PSTU accuse la fraction de défendre Dilma et le PT, arguant que pour les travailleurs, le PT est la même chose que les coupables de droite.

Le Mouvement Révolutionnaire des Travailleurs (MRT) a pesé sur le débat sur la position du PSTU depuis le début via Esquerda Diario, le site d'information de gauche le plus populaire au Brésil. Le MRT a publié la déclaration suivante au sujet de la scission au sein du PSTU:

Le 6 juillet, au milieu d'une crise profonde de la gauche brésilienne, qui a particulièrement touché le PSTU, des centaines de membres ont mené une scission organisée de l'organisation. Le contexte de cette crise et de la rupture qui a suivi est le tremblement de terre politique du coup d'État institutionnel d'il y a quelques mois. Parmi ceux qui ont rompu avec le PSTU, il y a des dirigeants au sein du parti tels que Valério Arcary et d'autres qui ont maintenant annoncé la formation d'une nouvelle organisation.

Nous croyons que la construction d'une organisation socialiste révolutionnaire forte au Brésil est une tâche urgente, qui fait partie de la lutte pour la reconstruction de la IVe Internationale. Pourtant, une partie de cette tâche est un débat théorique, politique et programmatique intense. Nous devons débattre de nos expériences communes dans la lutte des classes avec des révolutionnaires qui viennent d'organisations et de traditions politiques différentes.

Dans cet esprit, nous aimerions offrir notre point de vue sur le manifeste rédigé par ceux qui se séparent du PSTU.

Nous commençons par quelques points de convergence dans nos caractérisations politiques et dans la politique nationale. Dans le manifeste, il dit: «Après que la majorité de la bourgeoisie se soit unifiée autour de la destitution en février 2016, nous avons défendu en interne qu'il était vital de lutter contre cette initiative parlementaire, sans apporter aucun soutien politique à Dilma. Nous pensons que le renversement du gouvernement PT ne serait progressif que s'il était fait par les mains de la classe ouvrière et par leurs propres organisations. D'un autre côté, si (la destitution était) dirigée par l'opposition de droite, le renversement de Dilma serait une voie de droite pour sortir de la crise politique.

Pour nous, c'est une position essentiellement correcte. Cependant, nous mesurons le caractère progressif de cette position sur la base de la barre basse définie par le PSTU. Ce n'est que contrairement aux positions du PSTU que quelque chose d'aussi basique que cette conclusion sur le coup d'État semble être un progrès. La position du manifeste n'est qu'une affirmation de l'ABC du marxisme - la nécessité de s'opposer au coup d'État institutionnel mené par des secteurs impérialistes tels que l'aile droite de la bourgeoisie, la chaîne de télévision réactionnaire: Globo, la Chambre de commerce de Sao Paulo ( FIESP) et des juges comme Sergio Moro (qui a étudié pendant des années aux États-Unis pour être utile dans ce type d'opérations réactionnaires).

Il est malheureux que les camarades n'aient pas rendu publique leur position au moment de l'exécution du coup d'État. Ils n'ont pas exigé l'intervention des révolutionnaires pour se joindre aux secteurs des masses qui ont rejeté l'offensive de droite et se sont méfiés du PT. Beaucoup n'ont pas fait confiance au PT parce que c'est un parti capitaliste qui a mis en œuvre des coupes et a utilisé les mêmes méthodes corrompues que les autres partis capitalistes. Cette lutte politique pour rejoindre des secteurs qui n'étaient pas avec la droite ou le PT s'est reflétée dans les interventions du MRT dans les organisations d'étudiants et de travailleurs où nous avons eu un travail politique.

En revanche, au moins dans cette première lettre, les camarades ne critiquent pas les positions internationales partagées avec le PSTU qui font des erreurs politiques similaires à celles du coup d'État institutionnel au Brésil. (Note du traducteur: le PSTU a soutenu que le printemps arabe était un pas vers une révolution démocratique réussie, et est allé à l'extrême d'envoyer des conseils politiques à Al Sisi- comme s'ils étaient politiquement alignés). Par exemple, le SAI (l'international dont fait partie le PSTU) a soutenu qu'en Égypte, la dictature d'Al Sissi - soutenue par l'Arabie saoudite - aurait dû se limiter à «simplement» mettre en prison les militants des Frères musulmans plutôt que de les tuer. En d'autres termes, ils n'étendent pas les mêmes conclusions auxquelles ils sont arrivés au Brésil à la situation politique en Égypte. (Note du traducteur:Ils n'ont pas reconnu que les actions de la droite n'apportent pas de résultats progressifs.) En Egypte, les conséquences étaient incomparablement plus graves. C'est une conséquence de la décision de rompre avec le PSTU dans la sphère nationale, mais en restant dans le cadre du LIT dans la sphère internationale.

Au sujet de la situation internationale, dans leur manifeste, les camarades écrivent une clarification sur les effets négatifs de la restauration capitaliste. (Note du traducteur: la position du PSTU était que la chute du mur de Berlin conduirait à un renforcement de la gauche. La fraction qui a rompu a exprimé son désaccord avec cette position.) C'est une étape positive, même s'ils l'ont écrit en 2016 - près de 30 ans après ces phénomènes. Le document semble un peu anachronique, même s'il s'agissait d'un pas sage loin de la position absurde du PSTU et du LIT. Le SAI a insisté contre toute preuve que tous les mouvements conduiraient à des triomphes et que la gauche avancerait inexorablement. En réalité, l'offensive néolibérale et la restauration du capitalisme ont créé un scénario réactionnaire,souffert par tous et compris par tout travailleur ou étudiant politisé.

Revenant à la situation nationale, le manifeste émet également des critiques à l'encontre de ceux qui souhaitent réécrire les positions réformistes du début du PT, comme le souhaite la majorité du PSOL (Parti du socialisme et de la liberté, autre parti politique de gauche au Brésil). . Ils se différencient correctement de la tendance du PSOL à s'adapter au PT. Cependant, ils ne disent rien du MES de Luciana Genro, dont la position s'est adaptée au coup d'État de manière similaire au PSTU et va aujourd'hui plus loin dans la recherche d'une alliance électorale avec le parti politique Rede de Marina Silva. Silva est le candidat de la banque Itau. C'est une alliance qui peut ne pas se produire, mais uniquement parce que les Rede peuvent ne pas le vouloir.

Dans le manifeste, les camarades proposent également une orientation pour les élections et la lutte de classe - un Front de gauche et socialiste. Pour aider à clarifier le débat autour de cette proposition, il serait peut-être utile d'examiner l'expérience du Front de gauche et des travailleurs (FIT en espagnol) en Argentine, dont le programme est centré sur la classe ouvrière et la lutte de classe. L'indépendance de classe, ce n'est pas seulement voter ou s'allier aux partis bourgeois ou petits-bourgeois, mais cela signifie défendre stratégiquement un gouvernement qui rompt avec le capitalisme. En d'autres termes, un gouvernement de travailleurs, comme le défend la FIT.

Nous considérons qu'il est très positif qu'un groupe important de camarades ait commencé à se distancer des positions de droite du PSTU. Nous espérons qu'ils continueront d'avancer pour converger autour de la lutte de classe au niveau national et international.


https://www.leftvoice.org/brazil-s-pstu ... arge-split
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Brésil - Ce que prépare l'extrême droite !

Message par artza » 26 Fév 2021, 05:51

Tout ça se passe entre les anciens morenistes, un courant trotskyste un temps le plus important en Argentine.
Ce courant s'est divisé et encore divisé après la mort de Moreno et l'infirmation de leur prévision, "la chute du mur, c'est le début de la révolution politique, prévue par Trotsky" (enfin d'après eux!).
Certains expliquèrent ensuite que LT s'était trompé, d'où leur erreur.
Conséquence il fallait revoir toute l'histoire des Etats ouvriers, une théorie qu'ils attribuaient généreusement à LT.

Le PTS argentin ne revendique pas son origine moreniste je crois.
Qu'est-ce qu'ils y gagnent?

Renier ou ignorer ses parents n'a jamais préservé de leurs tares.
artza
 
Message(s) : 1769
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Précédent

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité