Algérie, le "hirak" continue

Dans le monde...

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par Simon Bolivar » 18 Oct 2019, 20:19

selon l'un des liens, le PT est membre de la Quatrième Internationale, lambertiste, représenté en France par le Parti Ouvrier Indépendant. début mars, en tentant de s imposer dans une manifestation du vendredi, elle a été huée en raison de son soutien à Bouteflika, encore au pouvoir à l époque, et a du précipitamment quitter le défilé.
Simon Bolivar
 
Message(s) : 21
Inscription : 15 Oct 2019, 03:10

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 20 Oct 2019, 10:31

Simon Bolivar a écrit :sans accabler Louisa Hanoune,elle a eu d autres propos douteux,mais occultés france-irak-actualite.com/2019/04/louisa-hanoune-l-algerie-n-appartient-pas-au-monde-arabe.html observalgerie.com/politique/louisa-hanoune-algerie-monde-arabe/


Simon Bolivar a écrit :selon l'un des liens, le PT est membre de la Quatrième Internationale, lambertiste, représenté en France par le Parti Ouvrier Indépendant. début mars, en tentant de s imposer dans une manifestation du vendredi, elle a été huée en raison de son soutien à Bouteflika, encore au pouvoir à l époque, et a du précipitamment quitter le défilé.


S'il faut être précis...

"membre de la Quatrième Internationale"... Il faut savoir que de nombreuses (peut-être plusieurs dizaines) organisations internationales se réfèrent à la Quatrième Internationale, certaines prétendant l'être, d'autres se prononçant pour sa reconstruction, refondation, etc.

Le PT semble être en solidarité politique avec le POI en France lequel, en tant qu'organisation, publiquement, ne se réfère pas à la IVe Internationale mais dont des [probablement la majorité] membres appartiennent au Courant communiste internationaliste (CCI) adhérant à la "4e Internationale" (reproclamée en 1993 ?)...

Quant à Louisa Hanoune elle partage avec beaucoup la tendance à préférer promouvoir des perspectives politiques bourgeoises plutôt que de se placer résolument dans le camp des travailleurs. Ce qui ne rend pas moins scandaleux son maintien en détention par Gaid Salah.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3057
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par Simon Bolivar » 20 Oct 2019, 21:20

La conférence de Sang Édigio auquel fait référence l article est la subversion cautionnée par le Vatican qui visait à imposer au peuple Algérien les partis en exil,qui comprenait le Fis,dont le bras armé,le Gia,commettait des massacres ignobles.cette plate forme de Rome voulait écraser le prolétariat algérien,briser les syndicats,et éliminer les marxistes authentiques en Algérie.l exécution des moines trappistes de Thiberine un an plus tard par les psychopathes du Groupe Islamique Armé a mis fin à cette tentative d ingérence,de même que l assassinat de travailleurs Croates et les attentats en France.
Simon Bolivar
 
Message(s) : 21
Inscription : 15 Oct 2019, 03:10

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 21 Oct 2019, 04:38

Khaled Nezzar, ancien chef d'état-major, ancien ministre, parlant de la "vision juste" de Trotsky, c'est vraiment succulent !

Pour les complaisances de Louisa Hanoune avec le FIS dans les années 90, il en a été largement question sur ce forum, comme on peut le vérifier par le moteur de recherche.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3057
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par Gayraud de Mazars » 21 Oct 2019, 05:28

Salut Com,

L'adresse à Louise Hanoune de la part de Khaled Nezzar, on peut la retrouver dans cet article pour relayer tes dires justes ! Je suis en désaccord avec la politique de Louisa Hanoune et du PT, cela ne m'empêche pas de signer pour sa libération et celle de tous les prisonniers politiques en Algérie...

Le général Nezzar à Louisa Hanoune : «La décennie 90, parlons-en !»
Publié par: Khaled Nezzarle, le 24 mars 2019

http://www.afrique-asie.fr/le-general-n ... arlons-en/

Trotsky, l’ancêtre idéologique de Louisa Hanoune, est resté linéaire et droit jusqu’à ce que le maître du Kremlin lui fît entrer à coups de piolet dans le crâne le b.a.-ba des us et coutumes du système qui sévissait là-bas. Elle n’a hérité de lui ni la force des convictions ni la vision juste des choses.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 727
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 24 Oct 2019, 10:19

Présidentielle... comment collecter des signatures :
Présidentielle : le schéma se précise, le changement s’éloigne
23 Oct. 2019 à 13:57

Azzeddine Mihoubi est le premier candidat à l’élection présidentielle à déposer son dossier au niveau de l’Autorité électorale. Il l’a fait ce mercredi 23 octobre. Les autres devraient le faire au plus tard samedi.

En attendant la confirmation de toutes les candidatures annoncées, on connait déjà la palette de choix qui sera proposée aux Algériens le 12 décembre, si toutefois l’élection est maintenue à cette date.

L’illusion d’un candidat qui sortirait de nulle part pour sauver le scrutin s’évapore définitivement. C’est maintenant une certitude : il n’y aura ni Mouloud Hamrouche ni Ahmed Taleb Ibrahimi, encore moins Liamine Zeroual sur la ligne de départ.

Pour une élection censée acter le changement du système politique et le passage vers une nouvelle ère, il y a comme un paradoxe. Quand ils ne sont pas des individus excentriques et sans charisme, les candidats déclarés émargent tous au registre de ceux qui ont étroitement collaboré avec Bouteflika.

Ali Benflis fut son Premier ministre et surtout son directeur de campagne. Abdelmadjid Tebboune a aussi dirigé le gouvernement sous Bouteflika, même éphémèrement, après avoir été ministre sans discontinuer pendant dix-sept ans. Azzeddine Mihoubi a dirigé la Bibliothèque et la Radio nationales et les ministères de la Communication et de la Culture.

Après la chute de Bouteflika, et d’Ahmed Ouyahia dans son sillage, c’est Mihoubi qui a remplacé celui-ci à la tête du RND, le parti du pouvoir dont la responsabilité dans le naufrage du pays ces vingt dernières années n’est pas moindre par rapport à celle du FLN, qui n’a ni présenté de candidat ni participé au débat, sans doute par souci de conférer quelque crédibilité à l’opération électorale.

Un processus déjà décrié par une grande partie de la rue et de l’opposition et de nouveau mal parti avec un chef du RND qui ouvre le bal des candidatures, promettant une élection propre et un changement au bout. Cela survient presque le jour même où le hirak populaire entame son neuvième mois de manifestations et autres actions pour, justement, le changement.

Le scrutin est davantage discrédité par les chiffres annoncés par les candidats concernant l’opération de collecte des parrainages. Au moins dix ont annoncé avoir dépassé le seuil des 50 000 signatures exigées par la loi et pris rendez-vous auprès de l’Autorité électorale pour le dépôt de leur candidature.

Mihoubi par exemple a largement dépassé le quota requis. Certes, on est loin du million de parrainages collectés par le RND pour le cinquième mandat avorté de Bouteflika, mais les chiffres avancés ça et là demeurent excessifs au vu du laps de temps réduit et surtout parce que, sur le terrain, personne n’a vu l’opération se dérouler. Azzeddine Mihoubi n’a effectué aucune sortie sur le terrain pour défendre et justifier sa candidature.

Le RND pourrait toujours justifier sa prouesse par le coup de pouce de ses nombreux maires et élus locaux, mais comment pourraient l’expliquer les autres, notamment tous ces seconds couteaux sans parti ni troupes ? Encore une fois, personne ne les a vus, en personne ou par le biais de leurs représentants, arpenter les communes du pays. Pas même la télévision officielle d’habitude si prompte à consacrer de larges plages à tout ce qui est susceptible de renforcer l’illusion d’un processus électoral qui se déroule normalement.

En revanche, les Algériens ont lu et entendu les détails croustillants de cette descente qui a permis à la police de Souk Ahras de prendre la main dans le sac huit fonctionnaires de la mairie locale en train de remplir les formulaires de parrainage au profit d’un candidat…


https://www.tsa-algerie.com/presidentie ... -seloigne/
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3057
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 01 Nov 2019, 14:55

Pour lire le dernier discours de Gaid Salah (mais on peut vraiment s'en passer, c'est répétitif) :
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/143826

1er nov. 54 - 1er nov. 19 ; et pour ne pas être bloqués sur les routes, autant commencer dès le 31 oct. : https://www.dzvid.com/2019/11/01/lemble ... sur-alger/
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3057
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par Plestin » 05 Nov 2019, 08:50

Multiplication des arrestations, dont Lyes Touati, l'un des dirigeants du PST sur la ville de Bejaïa.

Dans El Watan du 2 novembre 2019 :

Des manifestants convoqués devant le procureur ce dimanche : Des dizaines d’arrestations ces derniers jours
Iddir Nadir
02 novembre 2019

Intensification des arrestations parmi les manifestants ces dernières heures. Hier, des protestataires, parmi lesquels des membres du Comité national pour la libération des détenus (CNLD), ont été interpellés et conduits dans des commissariats de la capitale.

«Il y a eu des arrestations pendant la marche. Parmi les personnes arrêtées, on nous a signalé des activistes du CNLD. D’ailleurs, nous venons lancer un appel pour un rassemblement à Cavaignac (commissariat à Alger-Centre), où ces personnes sont détenues», signale Kaci Tansaout, coordinateur du CNLD. Ces derniers jours, la forte mobilisation dans la capitale a fait réagir la police : plusieurs arrestations ont été signalées. Le Réseau de lutte contre la répression a annoncé le «kidnapping» de l’activiste de Bordj Bou Arréridj, Brahim Lalami, par des éléments des services en civil, place des Martyrs et conduit vers une destination inconnue.

Plus tard dans la journée de jeudi, le Réseau a fait part de l’arrestation d’un groupe de manifestants place Port-Saïd, La Casbah. «Un groupe de manifestants a été arrêté cet après-midi (une quarantaine d’après un témoin sur place) par les forces de sécurité au lieudit Port-Saïd devant le TNA. Pour l’instant; l’identité et le lieu de destination sont inconnus, sauf pour Lyes Touati qui est un militant de Béjaïa», a posté le groupe sur sa page Facebook, sans donner plus de détails sur les circonstances de l’arrestation et là où ils ont été conduits. Le CNLD a pu identifier des détenus interpellés à plusieurs endroits de la capitale.



Communiqué sur Facebook de Mahmoud Rechidi, secrétaire général du PST :

Halte à la répression !

Liberté à notre camarade Lyés Touati, cadre dirigeant du PST à Béjaia, arrêté il y a plus de 2 heures près du Square Port Said à Alger et détenu au commissariat 3 éme de la Place Des Martyrs. Le motif ? il aurait pris des ... photos avec son portable montrant d'autres ... arrestations !.

Liberté pour Lyés et à tous les détenuEs d'opinion !
Plestin
 
Message(s) : 1151
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Algérie, le "hirak" continue

Message par com_71 » 13 Nov 2019, 12:02

Algérie : le régime tente d'intimider les manifestants
Brève LO 13/11/2019

Suite aux arrestations en juin dernier de manifestants pour port de drapeau berbère, les condamnations tombent. Le véritable chef du pouvoir, le général Gaïd Salah, avait alors déclaré vouloir interdire les drapeaux autres que l'emblème national algérien dans les rues. Il tentait d'introduire un ferment de division entre les manifestants kabyles et les autres.

Cela a échoué, mais la justice aux ordres fait tomber les sanctions. Sur 42 manifestants accusés sur ce motif en juin, 33 ont passé quatre mois en détention provisoire et 28 viennent d'être condamnés à six mois de prison ferme. Ces condamnations révoltantes suscitent l'indignation et un rejet accru de Gaïd Salah par les manifestants qui continuent à exiger, tous algériens confondus, que « le système dégage ».
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3057
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité