élections 2019 en Espagne

Dans le monde...

élections 2019 en Espagne

Message par com_71 » 25 Avr 2019, 20:06

éditorial de 'Voix des travailleurs' du 04/03/2019 a écrit :Le vote le plus utile est la solidarité et la lutte des travailleurs. Camarades, organisez-vous et luttez !

Le 28 avril, les élections générales auront lieu. Elles régleront différentes options pour la constitution d'une majorité parlementaire pour un gouvernement, l'État, et les institutions à travers le pays. Plus tard en mai, les urnes seront à nouveau sorties pour les élections municipales et certaines autonomies.

Nous appelons les hommes et les femmes qui travaillent, les jeunes, les chômeurs ou les actifs, quelles que soient leurs catégories professionnelles, à réfléchir à notre situation et à la manière de la changer en faveur des classes populaires. Nous vivons dans un monde où un système économique et social, aux mains d'une poignée de capitalistes, vit du vol social du monde du travail. Cette réflexion doit aller au-delà de ces élections et quelles que soient les options de vote que nous choisissons contre la droite.

Dans un climat où la droite et l'extrême droite progressent, cette dernière ayant déjà enlevé le masque et étant apparue sous son visage franquiste, ces élections se déroulent dans des conditions de crise économique et sociale devenues chroniques. Les conditions de vie et de travail sont de plus en plus difficiles pour des centaines de milliers de travailleurs salariés, installés dans des conditions précaires, et les inégalités entre riches et pauvres se sont creusées avec la crise. En Espagne, il y avait 224 200 millionnaires en 2017, soit 10,9% de plus qu'avant la crise.

La campagne électorale cache cette réalité économique et sociale dans laquelle vit la majorité des classes populaires. Et ce n'est pas par hasard. C’est le pouvoir des capitalistes qui commande, après avoir financé et placé leurs "délégués" dans les partis politiques de droite, mais aussi de gauche, en particulier le PSOE. Un exemple en est l’action de la Cour suprême en faveur des banques, le rejet des conclusions d’un autre juge qui leur avait imposé le paiement d’une taxe.

La réalité de la classe ouvrière et de la classe populaire est noyée dans la généralité de l’opinion publique. Les thèmes qui apparaissent dans les médias sont les nationalismes, parmi lesquels le séparatisme, les relations et les questions de genre mises en cause par l'offensive de Vox contre la loi de l'égalité, les permis de port d'armes, les cravates jaunes, les accords post-électoraux...

Et c'est pour quand l'urgence de faire face au chômage, au manque de ressources publiques, les bas salaires, les licenciements, les retraites, les privatisations, les concessions exigées des travailleurs, etc. ? Ces questions n'apparaissent pas, ce n'est pas parce qu'elles n'intéressent personne, mais parce que elles mettent en cause les intérêts des capitalistes, des banquiers et des riches cachés derrière leurs politiciens et leurs médias.

Pendant ce temps, les classes ouvrières sont souvent divisées et parfois soumises à des confrontations. Cependant, nos ennemis ne sont pas les pauvres, les immigrés, les fonctionnaires, ni les autres catégories professionnelles. Au contraire, ils sont nos alliés.

Nos ennemis sont ceux qui sont enrichis par la crise, les banquiers et les capitalistes qui en profitent pour baisser les salaires, licencier, expulser des gens de chez eux ou augmenter les intérêts sur les emprunts.

Beaucoup de gens penseront que devant l'extrême droite de Vox et le reste des partis de droite, il est nécessaire de les empêcher d'atteindre les différents gouvernements et, fondamentalement, le gouvernement central. Il faudrait voter, même le nez bouché, à gauche.

En France ou en Allemagne, et il y a davantage d’exemples, l’extrême droite a continué de progresser malgré tous les «cordons sanitaires», car c’est la situation sociale de crise et l’impuissance de la gauche qui font croître l’extrême droite.

À Voz Obrera, nous pensons que cette idée de voter utile contre la droite est totalement insuffisante. Le vote est l'expression d'une opinion et le seul vote qui serve vraiment est le vote de solidarité et la lutte des travailleurs dans la rue, dans les entreprises, sur les chantiers, dans les universités. Vous devez vous organiser et vous battre !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3087
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: élections du 28 avril 2019 en Espagne

Message par Gayraud de Mazars » 29 Avr 2019, 17:50

Salut camarades,

Espagne ! Le PSOE est devant sans majorité absolue ! Mais qu'attendre des sociaux - démocrates que de faire une politique bourgeoise... Vox les fascistes entrent au Cortès ! Comme le dirait le camarade Charles :

"Le capitalisme en pourrissant produit un épouvantable terreau où éclosent les fleurs vénéneuses du nationalisme et de la haine. Seul la classe ouvrière, en se rassemblant et en reprenant confiance dans sa force collective pourra nettoyer la vermine qui prospère aujourd'hui."

Après demain c'est le premier mai, la journée de lutte des travailleurs du monde ! Pas la fête du travail !

Derrière mon drapeau rouge, et l'Internationale, je défilerai...

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 762
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

élections 2019 en Espagne

Message par com_71 » 11 Nov 2019, 10:21

Voz Obrera 11/11/2019

Les élections : renforcement de l'extrême droite et affaiblissement des socialistes

Les résultats des élections générales, les quatrièmes en quatre ans, ont été enregistrés dans un climat de découragement et d’apathie de la part de la population active et de la population de gauche qui s’est traduit par une augmentation de l’abstention de près de 6% par rapport à la fois précédente. Les manoeuvres électorales de Pedro Sánchez ont abouti à ce que les sondages avaient prédit : cette fois-ci, ils ont compensé la chute de Citadanos perdant 47 sièges et la brillante montée en puissance de Vox avec 52 députés au lieu de 28 ; d’autre part, les socialistes sont à nouveau gagnants avec 120 sièges, 3 de moins, sans obtenir une majorité pour former un gouvernement, en perte de vitesse, alors que le PP augmente de 22% aux dépens de Citadanos. Podemos en a perdu 7 et le nouveau jeu Errejón en obtiendra 3; le CUP aurait 2 et les nationalistes en général ont progressé.

Pedro Sánchez, a convoqué des élections extraordinaires et manoeuvré dans le processus, et au lieu de se renforcer, s’est affaibli et on est passé de l'impasse à l’extrême droite. Aussi agréable que fût la scène de la sortie de Franco du mausolée et de voir la colère de ses proches, il ne faut pas oublier de reconnaître qu'il s'agit d'un calcul électoral de Sánchez. Pedro Sánchez a cherché non seulement à mobiliser l'électeur de gauche désenchanté, mais également tous les citoyens désillusionnés. Il a ramé à gauche et à droite, changeant presque quotidiennement et parlant partout d'harmonie et de règle pour tous et a réussi le contraire. Maintenant, pour gouverner, il aura besoin non seulement du vote des partis de Pablo Iglesias et Errejón, s'il souhaite un gouvernement "progressiste", mais aussi des nationalistes. Quoi qu'il en soit, ce sera, si cela se produit, un gouvernement instable et encore plus avec une extrême droite forte et la crise économique à venir.

Au-delà des calculs et des manœuvres électorales, au-delà des résultats, les travailleurs et la population de gauche en général doivent viser un pas au-delà des résultats car le seul pronostic à remplir est que des retraites seront perçues, qu'on continue à se défendre et continue à se battre pour augmenter les salaires, créer des emplois publics et éliminer les réductions et les licenciements. Aucun gouvernement «progressiste» ne peut garantir la résolution de ces problèmes car l'argent et le pouvoir économique sont entre les mains de la grande bourgeoisie financière et industrielle. Et cela a été la réalité jusqu'à présent. L'élimination des réformes du travail et le maintien du niveau de vie des entreprises publiques nécessiteront une pression et une mobilisation massives.

Gouverner qui gouverne les droits doit être défendu contre la crise à venir. Nous avons voté lors de ces élections pour rejeter ou arrêter l'extrême droite et entraver leur progrès. Nous devons comprendre que le plus tôt possible est essentiel pour créer un véritable parti ouvrier où la lutte pour les droits des travailleurs l'emporte, le combat pour mettre fin aux licenciements et aux ERE (fichiers de réglementation de l'emploi), et où les énormes profits des entreprises et la pollution de la planète, etc., ne sont pas considérés comme normaux. Un tel parti reste à créer, mais il est indispensable, un véritable parti communiste révolutionnaire qui dénonce la tyrannie du capital, des grands patrons et de leurs marchés.

Ce parti doit reprendre les enseignements du monde du travail, l'histoire collective de tous ceux qui ont combattu auparavant et grâce à laquelle nous jouissons aujourd'hui de nombreux droits qui n'existaient pas auparavant ; il faut un parti qui sensibilise la classe ouvrière dans son ensemble, ce qui montre que ce sont vraiment les travailleurs, les salariés - au sens large - qui font bouger la société et la font fonctionner, qui promeuve la conscience que lorsque la classe ouvrière s'arrête ... le monde s'arrête !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3087
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité