Traductions de Spark

Dans le monde...

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 06 Oct 2020, 07:04

Éditorial de Spark, 4 octobre 2020 a écrit :Trump est tombé malade : le système reste en crise

Donc, Trump a été mordu par le virus. Il peut sembler que les poulets rentrent à la maison pour se percher [expression qui équivaut à l'arroseur arrosé], étant donné que son irresponsabilité a mis tant de personnes en danger. Mais son hospitalisation ne change rien à la situation des travailleurs.

Nous sommes confrontés à un virus qui a déjà tué au moins 208 000 personnes dans ce pays. Et le comportement de Trump a certainement été méprisable, incitant les gens à jeter leurs masques, prétendant que le virus n'était pas à craindre quand il savait le contraire. Mais il n'est pas le seul responsable de l'élargissement de la trajectoire du virus. Les deux partis, démocrate et républicain, ont réduit à plusieurs reprises les fonds du service de santé publique, afin de verser plus d'argent sur la classe capitaliste.

Nous vivons dans une société avec une crise de l'emploi et Trump a certainement supprimé des emplois dans les hôtels qu'il possède. Son administration a supprimé des emplois dans le gouvernement, des emplois dans les hôpitaux de VA, des emplois dans les bureaux de poste. Mais Trump n'a pas inventé le chômage. Il n'a pas inventé le travail à temps partiel ou temporaire. Il n'a pas inventé le travail contractuel. Il n'était pas le seul à pousser moins de gens à travailler pour moins d'argent. Il n'a pas été le premier à embaucher des immigrants, tout en s'efforçant de garder leur statut «illégal». Il a juste utilisé ce qui avait été fait par tous les capitalistes avant lui.

Nous vivons dans une société raciste et Trump a certainement été vil dans sa tentative de susciter des attitudes racistes à des fins politiques. Mais cette société est raciste depuis sa naissance dans l'esclavage, renforcée par presque toutes les administrations politiques depuis. Trump s'est basé sur l'injustice produite par la soi-disant «guerre contre la drogue». Mais cette injustice a été imposée bien avant lui par une législation parrainée par les démocrates et les républicains.

Nous vivons dans une société capitaliste complètement pourrie. Il est basé sur l'exploitation du travail, au profit de la classe capitaliste. Son objectif principal est d'amasser des profits, drainant une grande partie de la richesse que tous les travailleurs créent grâce à notre travail.

Rien de tout cela n'a été changé parce que Trump a attrapé le virus - peu importe ce qui lui arrive dans les jours ou semaines à venir.

Dans cette société capitaliste où l'argent achète tout, il n'y a pas de démocratie pour les travailleurs. Les démocrates et les républicains, qui demandent aujourd'hui notre vote aux élections, travailleront demain pour servir les intérêts de la classe capitaliste, comme ils l'ont fait hier. Ces deux partis sont toutes deux responsables des crises dans lesquelles la société est bloquée.

Beaucoup de gens ont renoncé à voter - par dégoût, par colère ou par sentiment que cela ne fait aucune différence. Au fil du temps, les non-votants sont devenus la partie la plus importante de la population - plus grand que le nombre de votants démocrates, plus grand que le nombre de votants républicains.

Certaines personnes les accusent de jeter leur vote à la poubelle en disant qu'ils ne l'utilisent pas.

Mais pensez à ceci : si vous votez pour l'un de ces deux grands partis, les renforçant ainsi, et ensuite ils mènent des politiques nuisibles pour vous, n'avez-vous pas également jeté votre vote à la poubelle ?

Dans le Maryland et le Michigan, il y a des partis sur le scrutin qui se basent sur les besoins et les intérêts de la classe ouvrière. Dans les deux États, ils ont pris le nom de Parti de la classe ouvrière pour montrer leur allégeance à la classe ouvrière, à toute la classe ouvrière.

Les deux disent que les travailleurs ne sont pas représentés dans le système politique actuel, que les travailleurs ont besoin de leur propre parti. Les deux disent que les travailleurs n'obtiendront ce parti que s'ils luttent pour le construire. Tous deux disent que les travailleurs doivent lutter contre tout ce qui nous divise, en particulier le racisme.

Les élections ne peuvent pas changer la situation à laquelle nous sommes confrontés, et les élections ne nous permettront pas non plus de surmonter les crises dans lesquelles le capitalisme nous a plongés. Pour ce faire, nous devons rejeter la classe capitaliste qui conduit aujourd'hui la société au désastre. Nous devons lutter pour créer notre propre société à partir de la base.

Mais chaque vote pour le parti de la classe ouvrière plantera un drapeau. Ce sera une façon de compter combien de travailleurs veulent leur propre parti, combien veulent voir un avenir que leur propre classe peut créer.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 13 Oct 2020, 00:00

The Spark 12 oct. 2020 a écrit :Contre la violence d'extrême droite, les travailleurs ne peuvent compter que sur eux-mêmes

Treize hommes, dont certains se sont identifiés comme membres d'une des organisations de la milice du Michigan ou de la tendance «Boogaloo Bois», ont été arrêtés pour des accusations détaillant un complot visant à kidnapper le gouverneur du Michigan, Gretchen Whitmer. Selon le FBI, leur but était de la détenir dans le Wisconsin, où elle serait jugée pour « trahison » avant l'élection du 3 Novembre.

Certaines des personnes inculpées avaient participé à des manifestations bruyantes des milices du Michigan dans la capitale de l'État au printemps, après que Trump eut tweeté: «LIBÉRER LE MICHIGAN !» Des groupes de manifestants avaient envahi la législature de l'État, portant des armes à feu en guise de déclaration de leurs droits dits du «deuxième amendement». La plupart des manifestations se sont déroulées sans masque, protestant contre les ordres de Whitmer imposant des limites aux entreprises et obligeant les individus à porter des masques lors de la propagation du coronavirus. Trump a appelé ses partisans à «LIBÉRER» d'autres États, c'est-à-dire à forcer les démocrates à «ouvrir l'économie».

Il s'agissait d'une manœuvre électorale visant à rejeter la responsabilité des crises qui affectent la population sur les épaules des gouverneurs démocrates. Le refus de porter un masque est devenu une manifestation de soutien à Trump et une affirmation de son attachement à la «liberté individuelle». Il est rapidement devenu une pièce maîtresse des publications d'extrême droite sur les réseaux sociaux.

Les accusations concernant un complot pour kidnapper Whitmer sont basées sur des informations glanées par le FBI auprès de deux informateurs rémunérés. Compte tenu de la longue histoire du FBI, nous n'avons guère de raisons de faire confiance à sa version des «faits», et encore moins de croire qu'il protégera la population. Mais une chose que ces événements illustrent est l'existence d'une extrême droite dans ce pays, convaicue philosophiquement par l'idée que l'individualisme se défend par la violence.

L'extrême droite : plus qu'une idéologie

Face aux protestations croissantes contre la violence policière et le racisme, l'extrême droite a tenté cet été d'apparaître sous les projecteurs, se faisant souvent passer pour alliée de la police.

Au début, des manifestations antiracistes ont éclaté dans de petites villes qui n'avaient jamais vu de manifestation auparavant. Elles étaient souvent organisés par des populations locales qui se sentaient obligées de déclarer leur opposition à la violence officielle révélée par la mort de George Floyd. Certains d'entre eux ont rencontré des problèmes avec des voyous de droite qui rugissaient à moto avec l'intention d'intimider.

Une partie de ce même mouvement national de droite a afflué à Kenosha, dans le Wisconsin, après que des manifestations aient éclaté là-bas en réponse à la fusillade de la police sur Jacob Blake, des voyous de droite se faisant passer pour les protecteurs des propriétaires de magasins locaux.

Au Michigan, les «Proud Boys» - l'organisation misogyne et raciste que Trump a saluée dans le débat - ont défilé dans le centre de Kalamazoo. Les mains ornées pour une bagarre de rue, ils se déclarent prêts à «nettoyer les rues» de tous les «émeutiers» - leur terme pour les manifestants contre la violence policière.

Enfin, il y a Portland Oregon, que les gens se qualifiant de Proud Boys ont transformé en un grondement de rue, avec des invasions périodiques. Alliés à «Patriot Prayer», qui venait de l'État de Washington, ils arrivèrent à Portland depuis la Californie, l'Idaho, même aussi loin que l'Arkansas. Au cours des 18 derniers mois, des organisations de droite extra-étatiques ont envahi Portland au moins 17 fois, se présentant avec des armes, désireuses d'intimider par leur présence et leur volonté de se bagarrer.

Quand le jeu devient réel

Malgré les incidents spectaculaires qui ont attiré l'attention des médias, la majorité de la droite existe essentiellement sur les réseaux sociaux. Ses actions - jusqu'à présent - prennent généralement la forme de démonstrations de force organisées, comme les caravanes de camions qui traversaient Portland avec des fusils d'assaut suspendus à leurs fenêtres, ou les rassemblements de milices anti-masque au Michigan. Le port démonstratif des armes ne semble guère plus qu'un jeu, des petits garçons jouant avec leurs pistolets jouets.

Mais ce qui est implicite dans la posture du «droit de porter les armes» s'est transformé au fil des ans en action par certains individus.

En 2019, selon l'Anti-Defamation League, il y a eu 42 attaques mortelles perpétrées par des personnes à motivation politique. Les personnes qui s'identifiaient à l'extrême droite en ont commis 38 : des néonazis, des suprémacistes blancs, des opposants aux immigrants, des misogynes, des fondamentalistes chrétiens et d'autres groupes opposés à l'avortement. La plus meurtrière de ces attaques est survenue dans un Walmart d'El Paso. Déclarant son intention de mener une action terroriste pour arrêter «l'invasion hispanique du Texas», un jeune de 19 ans a tiré sur 46 personnes, tuant 22 d'entre elles.

Selon le Center for Strategic and International Studies, des personnes issues des mêmes milieux d'extrême droite ont été responsables de 330 attaques meurtrières au cours de la dernière décennie. En 2015, un «nationaliste blanc» autoproclamé a tué neuf personnes qui fréquentaient une église noire en Caroline du Sud. Au Colorado, trois personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans une fusillade dans une clinique de santé pour femmes du Colorado où des avortements ont été pratiqués. En 2018, six femmes ont été abattues, deux mortellement, dans un studio de yoga en Floride, par un «incel» autoproclamé, un mouvement misogyne en ligne. Les soi-disant «patriotes» ont patrouillé la frontière dans le but d'empêcher les migrants de traverser. On ne sait pas combien de ces gangs ultra-nationalistes ont pu tuer.

Depuis les manifestations provoquées par le meurtre de George Floyd, les violentes attaques perpétrées par la droite se sont intensifiées. Selon les rapports de police, il y a eu au moins 50 incidents où des véhicules ont délibérément percuté des manifestations «Black Lives Matter». Deux personnes ont été tuées, l'une à Saint-Louis, Missouri, l'autre lorsqu'une caravane de camion a rugi lors d'une manifestation à Bakersfield en Californie. Deux personnes ont été assassinées à Kenosha, par un partisan de la police auto-identifié. Des tireurs s'identifiant à un courant d'extrême droite dans l'intention de déclencher une «guerre civile» - le soi-disant «Boogaloo Bois» - ont tiré sur deux gardes de sécurité, tuant un, depuis la couverture des manifestations «Black Lives Matter» en Californie, dans le but de provoquer la police pour tirer sur la manifestation. Un homme de 80 ans a été tué la semaine dernière par un autre client de bar dans l'État de New York.Il n'était que le dernier d'une série de personnes tuées par quelqu'un dont la violence avait été déclenchée par la demande de porter un masque.

L'extrême droite : une force militaire potentielle

Cette violence soulève la question de ce qu'il faut faire.

Pour beaucoup de gens, la réponse est de se débarrasser de Trump, de travailler pour mettre en place une administration démocrate.

Il est vrai que Trump fait tout son possible pour encourager l'extrême droite. Il justifie leur violence en l'appelant «châtiment». Il a fait de Whitmer et, plus récemment, de Kamala Harris le centre de diatribes misogynes, appelant ses partisans à se «libérer» de ces «monstres» féminins.

Mais l'extrême droite existait bien avant Trump. C'est une caractéristique presque permanente du paysage politique américain.

L'extrême droite n'est certainement pas le fascisme aujourd'hui, malgré ce que prétendent certains gauchistes et anarchistes. Dans la plupart des domaines, cela peut même sembler quelque peu marginal. Mais c'est une force organisée, prête et souvent entraînée à utiliser des armes. Et une partie notable de ceux qui y sont actifs sont des vétérans ou des militaires licenciés.

Historiquement, l'extrême droite a été une force militaire tenue en réserve par la classe capitaliste, mais parfois utilisée lorsque son propre appareil d'État s'avère insuffisant pour faire face à une mobilisation populaire. Cette extrême droite a longtemps été alliée ou liée aux forces officielles de violence : police, agents de l'immigration, autres agences de sécurité. Ces liens se poursuivent aujourd'hui.

Pendant les longues périodes où le Sud était mêlé de mouvements populaires, le KKK menait souvent l'attaque contre la population noire et d'autres. Commençant à la fin de la reconstruction, reprenant pendant les combats populistes agraires des années 1890, se jetant contre la tentative d'organiser des syndicats dans les années 1930, et partant en guerre contre la mobilisation des droits civiques allant des années 1940 aux années 1960, le KKK était un exécuteur éminent de l'ordre capitaliste.

Il en était de même pour les Pinkertons, qui ont dominé le pays sidérurgique de Pennsylvanie et le pays charbonnier des Appalaches des années 1870 aux années 1930. Ces hommes armés embauchés peuvent avoir travaillé pour une société de sécurité privée, mais ils constituaient en fait une force militaire extra-officielle, utilisée contre les grèves et les militants syndicaux.

Les sections locales de la Légion américaine et d'autres clubs sociaux nationalistes ont fait la même chose pendant et après la Première Guerre mondiale.Leurs foules de lyncheurs étaient dirigées contre les mineurs et les orateurs de la liberté d'expression des IWW (travailleurs industriels du monde) dans le Nord-Ouest, et les radicaux immigrés à l'Est.

Au cours des années 1930, la tentative d'organiser le CIO a été accueillie par la Légion noire et des forces similaires dans le Midwest, auxiliaires de la police de l'entreprise et de la police de la ville. Jeté contre les grèves, ils ont également tué des organisateurs syndicaux et des militants communistes.

De telles forces existaient à la fois sous les démocrates et les républicains. Mais la pire violence est survenue pendant et a été encouragée par l'administration démocrate de Woodrow Wilson.

Se tourner vers les démocrates pour se protéger d'une extrême droite violente signifie se désarmer à l'avance. Quiconque préconise cela dit à la population qu'il n'est pas nécessaire que les travailleurs s'organisent pour leur propre défense - que les démocrates le feront à leur place. Il n'y a rien dans l'histoire de ce pays qui appuie une affirmation aussi manifestement fausse - et tout montre à quel point c'est faux.

La classe capitaliste dépend de nombreux moyens de violence pour défendre ses privilèges, sa richesse et sa propriété des moyens de production. L'extrême droite n'est que l'un d'entre eux.

Se substituer à la classe ouvrière

Il y a un petit courant anarchiste, Antifa, qui a surgi dans certaines villes à la suite des manifestations qui ont éclaté après le meurtre de George Floyd. Antifa vient des «antifascistes», puisque ces gens disent agir pour s'opposer à ce qu'ils appellent «les fascistes», ce qui inclut pour eux, la police. Ayant existé pendant quelques années, en particulier à Portland et à Seattle, ils ont fait de ces villes une sorte de centre d'escarmouches nocturnes avec les flics ainsi que de combats occasionnels avec des envahisseurs de droite.

Antifa et d'autres anarchistes qui pensent comme eux ont raison lorsqu'ils disent qu'il doit y avoir une réponse à la possibilité de violence venant de l'extrême droite, ainsi que de la police.

Mais, dans un sens réel, Antifa est l'image miroir de ceux qui disent: «Dépendez des démocrates», sauf qu'Antifa dit, par ses actions, «dépendez de nous». Lorsque l'extrême droite a annoncé qu'elle enverrait des troupes à Kalamazoo, Antifa a annoncé que ses troupes seraient là - un peu comme deux gangs qui ont accepté de se rencontrer dans un grondement à l'ancienne.

Certains Antifa peuvent croire qu'ils donnent l'exemple, en montrant ce qu'il faut faire. En fait, leurs actions s'égouttent avec, au mieux, l'impatience, la recherche d'un raccourci. Au pire, ils manifestent le même mépris pour les masses que les démocrates et, il faut le dire, les combattants de droite pour les «droits individuels».

Les travailleurs peuvent se défendre

Il est nécessaire que la classe ouvrière comprenne cette menace de violence - mais plus important encore, elle doit comprendre ses propres capacités, sa capacité à organiser une défense. Cette conscience ne se développera que s'il y a des militants révolutionnaires organisés enracinés dans la classe ouvrière qui insistent sur le fait que la classe ouvrière a les moyens de se défendre, qui puisent dans l'histoire que les travailleurs ont déjà écrite, et qui effectuent le travail régulier aux côtés de ceux qui sont prêts à bâtir des organisations.

Dans les périodes où l'extrême droite a été repoussée, c'est la population qui l'a repoussée, pas toutes ces forces qui, selon la propagande, sont là pour protéger les gens. Ni le FBI, ni la police, ni aucune partie de l'appareil d'État, ni aucune administration, démocrate ou républicaine, et certainement pas des sauveurs autoproclamés. Le KKK a pratiquement disparu pendant tout un temps après que la vaste mobilisation noire des années 1950 et 1960 ait fait peur à ces lâches cachés sous leurs draps. La Légion noire, la Légion américaine et d'autres forces ont disparu après que les militants du CIO ont cessé d'appeler la police à l'aide, sachant que la police était de l'autre côté du combat. Le mouvement pour le CIO a été construit sur la base de ses propres gardes de défense organisés, de ce que l'UAW a appelé les escadrons volants et de ce que les Teamsters à Minneapolis, dirigés par des militants du SWP, ont appelés brigades volantes de piquetage.

Cette défense était organisée par des gens là où ils vivaient, où ils travaillaient - avec les gens qu'ils connaissaient, ceux en qui ils avaient confiance, ceux sur lesquels ils savaient pouvoir compter, ceux qui partageaient la même perspective de là où ils voulaient aller. Et cela dépendait toujours de la présence de militants intégrés dans les rangs des classes pauvres, défendant une telle organisation.

En fait, l'exemple le plus important, le seul complet que nous ayons vraiment, nous ramène à la Révolution russe, lorsque les ouvriers, organisés par le Parti bolchevique, ne se sont pas seulement défendus contre la police et les «Black Hundreds» de droite, ils ont aussi pris l'offensive pour démolir l'ancien appareil d'État, avec toute sa violence, dont dépendait la classe capitaliste. Surmontant la violence de la société capitaliste, ils ont pu au moins pendant un certain temps commencer à construire une société socialiste.

Si nous voulons des exemples: prenons ceux tirés de l'histoire des classes laborieuses.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 13 Oct 2020, 09:45

Éditorial de Spark, 12 10 2020 a écrit :Un retour à la «normale» ne suffit pas !

Avec Trump faisant le clown à la Maison Blanche, chaque jour est un nouveau spectacle.

Combien de dizaines de membres de son personnel et d'employés de la Maison Blanche ont été infectés par son comportement imprudent ? Va-t-il vraiment organiser des rassemblements après cela ? Qu'en est-il du programme d'aide, il a dit qu'il ne signera pas, pas de volonté !

La liste des questions est interminable. Pour ne pas dire que ce n'est pas important. Son mépris insensible pour la maladie de millions de personnes et les décès dépassant la barre des 214000, tout en se vantant d'être un super-héros, est dégoûtant. Comme cela a été répété à plusieurs reprises, ses trucs, ses inconvénients et ses fanfaronnades ne fonctionnent pas sur le virus, qui continue de se frayer un chemin à travers la population.

Mais ses astuces le maintiennent dans les médias d'information, et elles donnent le ton pour les prochaines élections d'une manière qui est, sans aucun doute, bénéfique pour son parti opposant, le Parti démocrate.

Sous sa direction, la crise sanitaire entourant le coronavirus s'approfondit, ne recule pas. Dans les régions du pays dominées par le Parti républicain, où des pans de la population se sont longtemps sentis immunisés contre l'infection, le virus se propage comme une traînée de poudre. Et là, des pans entiers de la population sont maintenant malades, sans travail et dévastés par des catastrophes naturelles en plus de cela.

On parle que cela pourrait entraîner une victoire écrasante pour le parti qui n'est pas au pouvoir, dans ce cas, le Parti démocrate. Trump devient de plus en plus frénétique alors que les sondages reflètent un changement à travers le pays vers le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden.

Mais le comportement fou de Trump n'est qu'un reflet superficiel des crises auxquelles nous sommes confrontés. Ces crises n'ont pas été créées par Trump et le Parti républicain, et elles ne seront pas résolues par l'élection d'un président démocrate et d'un congrès démocrate.

Dans un moment de clarification, la candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris nous a justement dit cela dans son débat avec le vice-président Mike Pence. Finies les discussions sur l'assurance-maladie pour tous et la lutte contre les catastrophes environnementales avec un Green New Deal. Finis les mantras «Définancez la Police» et «Black Lives Matter».

Ce que Harris a présenté était une plate-forme clairement à droite du centre, voire la loi et l'ordre ; une promesse de lutter contre la crise du virus et la crise du chômage qui l'accompagne par un retour à l'ancienne normalité, le statu quo avec des promesses d'un avenir meilleur.

Mais c'est le statu quo qui a inauguré les événements multi-crises que nous traversons !

Oui, Trump est un monstre, et oui, sa plate-forme pour transférer de l'argent aux riches tout en soutenant les racistes, les misogynes, les fanatiques de tous horizons et en se moquant des victimes du COVID-19 est inacceptable et doit être extirpée.

Mais sans mesures drastiques, sans changements révolutionnaires de la société, de l'emploi, des systèmes hospitalier et médical, des systèmes de distribution alimentaire, des systèmes scolaires, des systèmes de transport et ainsi de suite, nous resterons victimes d'une crise qui est pas temporaire, mais permanente et aggravée.

Aussi réconfortant que cela puisse être d'entendre des mots plus gentils et plus doux de la part des candidats, cela ne suffit pas. Parce que le capitalisme fonctionne pour le profit, et que "plus gentil" et "plus doux" n'est pas dans le programme de cette classe au pouvoir, qui continue de faire des méga-profits au milieu d'une pandémie et d'une crise économique qui prend la vie de centaines de milliers de personnes.

Aujourd'hui, il n'y a pas de parti politique significatif de la classe ouvrière, pas de parti qui se battra pour que la classe ouvrière mène une lutte pour prendre le contrôle des mains des capitalistes et des politiciens apologistes qui dirigent pour eux. Il n'y a pas de mobilisation des travailleurs pour faire tomber le capitalisme et pour forcer le transfert de milliards de dollars des mains des grands capitalistes aux mains de la population - ceux qui peuvent se battre pour construire de nouveaux systèmes qui profitent à la majorité.

Mais il y a de nouveaux partis politiques dans deux États, qui donnent aux travailleurs un moyen d'exprimer ces aspirations. Il s'agit du Parti de la classe ouvrière du Michigan et du Parti de la classe ouvrière du Maryland. Ces deux partis ont des candidats qui sont eux-mêmes des travailleurs et délivrent un message qui dit que les travailleurs peuvent rejeter le capitalisme et son fonctionnement, rejeter le système qui a créé un environnement sans fin favorisant le chômage, la pauvreté, le racisme, le sexisme, l'analphabétisme des enfants et des maladies dévastatrices, comme le coronavirus.

Un retour à la vieille normale pourrie ne suffit pas !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 28 Oct 2020, 01:02

éditorial de Spark 20 oct. a écrit :Nous travailleurs avons besoin de notre propre parti, de nos propres candidats, organisateurs, agitateurs et combattants

Nous sommes confrontés à la propagation rapide d'un virus contagieux parce que le gouvernement a pillé pendant des décennies les fonds de santé publique - tout comme il a pillé les fonds pour les routes, les barrages, les ponts, les transports en commun, les réseaux d'égouts, les réseaux d'eau, la lutte contre les inondations, la lutte contre les incendies et l'éducation.

Le Parti républicain et le Parti démocrate ont tous deux distribué des allégements fiscaux, des subventions et des cadeaux directs aux banques, aux entreprises et aux riches qui les possèdent. Notre argent de nos impots est allé dans les poches d'une classe capitaliste avide.

Nous vivons dans une économie en effondrement parce que cette même classe capitaliste a sacrifié les besoins de toute la population dans sa course folle pour accumuler plus de profits. Les emplois ont été supprimés, les salaires ont été réduits, le travail a été rendu temporaire ou à temps partiel ou par contrat. Les profits capitalistes ont inondé la spéculation, mettant en danger nos vies ainsi que l'ensemble de l'économie.

Pendant des décennies, le gouvernement a renforcé cette course folle pour le profit en rendant juridiquement plus difficile notre riposte. Les républicains ont ouvertement attaqué les droits des travailleurs. Les démocrates, qui prétendaient défendre les syndicats, n'ont rien fait. Les deux partis ont rendu plus difficile l'obtention des allocations de chômage. Les deux ont rendu plus difficile d'obtenir une pension d'invalidité de la sécurité sociale. Les deux ont apporté des modifications aux indices d'inflation qui ont fait baisser nos revenus.

Lorsque le virus a frappé, il n'a fait qu'aggraver tous les problèmes d'une économie en crise.

Ni le Parti démocrate ni le Parti républicain n'ont de réponse à ces crises car tous deux ont toujours soutenu le droit de la classe capitaliste à diriger l'économie.

Les travailleurs ne surmonteront pas ces crises dans l'isoloir. La seule façon de vraiment changer notre destin est de mobiliser notre classe contre la classe capitaliste et le gouvernement qui la défend. Nous résoudrons ces problèmes lorsque nous nous battrons pour mettre la main sur cette richesse volée pendant des décennies aux travailleurs. Il n'y a peut-être pas de grande lutte des travailleurs aujourd'hui, mais c'est ce dont nous avons besoin.

Et nous devons être unis, noirs et blancs, immigrés et nés dans le pays, femmes et hommes. La classe ouvrière a besoin de toutes ses forces pour se battre. Mais les ennemis de la classe ouvrière cherchent à enflammer les différends entre nous et à nous diviser. Notre réponse doit être : NON ! Nous ne laisserons pas les cancers du racisme se propager dans notre classe.

Alors, que pouvons-nous faire en cette année électorale, quand la classe ouvrière n'est pas mobilisée en son propre nom, luttant pour les intérêts de tous ?

Dans la plupart des États, nous travailleurs n'avons aucun moyen d'exprimer ce que nous pensons vraiment. Si nous votons pour l'un ou l'autre des deux grands partis, nous disons que nous sommes d'accord avec ce qu'ils font. Nous disons que nous voulons qu'ils continuent de le faire. Notre vote pour l'un ou l'autre leur donne une approbation. Cela signifie que nous gâchons notre vote.

Mais dans deux États, le Michigan et le Maryland, il y a des partis dans ces élections qui nous donnent le choix. Ces deux partis ont pris le nom de Working Class Party, pour montrer leur allégeance à notre classe.

Ces partis sont de petits partis, de nouveaux partis. Ils n'ont certainement pas beaucoup d'argent. Ils se battent pour se faire entendre dans un pays où les classes riches utilisent leur argent pour contrôler la vie politique.

Mais voter pour leurs candidats est un moyen d'exprimer ce que nous pensons vraiment. C'est une façon d'indiquer la direction que nous voulons prendre. Chaque vote pour les candidats de ces deux partis peut être une déclaration que nous voulons construire un parti de notre classe, la classe ouvrière.

(...) Dans chaque État, il faudrait des partis comme ceux-là, des partis de la classe ouvrière.

https://the-spark.net/np1116601.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 28 Oct 2020, 01:31

éditorial de Spark 26 oct. a écrit :La classe ouvrière peut stopper la crise

Les médias d'information concentrent tout le monde sur les élections. Le nouveau président sera-t-il démocrate ou républicain ? À quelques jours des élections, quel miracle se produira après le 3 novembre ? La réponse est ... aucun.

Le virus disparaîtra-t-il ? L'économie sera-t-elle rétablie - à un niveau où la réalité quotidienne était que des millions de personnes étaient de toute façon au chômage et sous-employées ? Une vie où seule une petite proportion de travailleurs a la sécurité d'un emploi à long terme alors que la majorité des travailleurs se galèrent d'un travail à un autre, occupant un, deux et trois emplois dans un effort pour joindre les deux bouts ?

Ce système, qui vient d'enregistrer son plus grand nombre de nouveaux cas de coronavirus en une journée, après près de huit mois de pandémie, est en défaut. Ce système qui n'a pas réussi à répondre aux besoins humains les plus élémentaires, le droit à une vie saine, à des soins médicaux décents, à la nourriture et à un abri, a échoué. Et malgré le battage médiatique, nous n'avons aucune raison de croire que ces conditions disparaîtront comme par magie après les élections.

Pourquoi ? Parce que peu importe qui est élu, la même classe capitaliste, les propriétaires des banques, les entreprises militaires, les promoteurs immobiliers, les gestionnaires de fonds spéculatifs, les compagnies pétrolières, les compagnies d'assurance, les hôpitaux et les compagnies pharmaceutiques et ainsi de suite, continueront à diriger tout. Les deux partis ont déjà déclaré qu'il n'y aurait pas de soins de santé publics pour tous, pas de Medicare pour tous. Biden a déclaré qu'il soutenait les plans privés. Trump soutient les soins de santé avec transport gratuit par hélicoptère - pour lui-même !

L'économie américaine a été durement touchée par les fermetures initiales en raison de leur mauvaise gestion du COVID-19 à partir du printemps. Et qu'a-t-on fait pour se préparer à cette propagation encore plus grande de la maladie maintenant, huit mois plus tard ?

Rien. Et tandis que ceux qui détenaient le pouvoir politique et leurs maîtres à Wall Street étaient préoccupés par les impacts financiers immédiats sur leurs bénéfices, ils ont prétendu que l'économie rebondirait après le premier choc.

Eh bien, maintenant nous savons. Le soi-disant chômage temporaire causé par le virus s'est transformé en chômage permanent. Avant même que le virus n'atteigne son pic en octobre, des millions de travailleurs supplémentaires se retrouvaient définitivement sans travail. Alors que les statisticiens officiels passent semaine après semaine à expliquer que les chiffres du chômage s'améliorent, nous vivons la réalité. Nous n'avons même pas récupéré la moitié des emplois perdus au début de la pandémie ! Il y a deux fois plus de nouveaux emplois perdus que d'emplois ouverts pour à qui ont définitivement perdu les anciens ! En quoi est-ce une reprise?

Cette série dévastatrice de huit mois de maladie, de décès et de perte d'emploi a été un désastre pour la classe ouvrière. Le renflouement à coup de milliards est allé presque entièrement aux capitalistes. L'ont-ils utilisé pour soutenir l'économie et les emplois ? Non. Ils l'ont pris et l'ont acheminé vers les actionnaires. Se soucient-ils du fait que les petites et moyennes entreprises, les magasins de quartier, les start-up se noient et avec elles les travailleurs et leurs quartiers ? Non !

La classe ouvrière est suspendue au bord de la falaise, sur le point de s'effondrer lorsque la dernière extension des indemnités de chômage et la législation CARE se tariront. Et que font les capitalistes ?

Ils essaient d'être élu. Ils sont prêts à laisser la crise suivre son cours. Après tout, ceux qui perdent retourneront dans leurs manoirs, terrains de golf et country clubs. La plupart sont des millionnaires, pas seulement des républicains comme Trump.

L'épidémie de virus, le chômage, c'est à nous de nous en inquiéter. Un futur? Quelque chose de mieux ? Ni les démocrates ni les républicains ne l'apporteront.

La classe ouvrière doit se lever, se battre, malade ou pas, et suivre sa propre perspective, derrière un programme pour se débarrasser du capitalisme et construire quelque chose de nouveau. La classe ouvrière a besoin de leaders qui soient des travailleurs, pas des politiciens, pas des millionnaires. Des gens qui savent ce que signifie vivre le cauchemar américain que les autres appellent le rêve américain.

Il y a des candidats dans deux États qui sont d'avis que les travailleurs ont besoin de leur propre parti, les Partis de la Classe Ouvrière du Michigan et de Baltimore (Maryland).

Bien sûr, un vote pour eux ne signifiera pas un changement dans nos conditions. Mais cela peut envoyer un message à d'autres travailleurs, à savoir qu'il y en a déjà beaucoup qui en ont marre, prêts à se battre et ne veulent plus supporter les conneries des autres.

Lorsque les travailleurs se lèvent et se battent, ils construisent leurs propres organisations de masse, ils suivent leurs propres programmes politiques. Cela a déjà été fait. Et nous pouvons le faire à nouveau.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 03 Nov 2020, 17:22

The Spark 1er nov. a écrit :Restons unis et nous changerons le monde

Tout le monde se demande comment nous sortirons de cette pandémie et quand les choses reviendront à la normale. Mais la «normale» avant la pandémie c'était déjà une crise pour la classe ouvrière. La normale était une économie qui n'offrait de plus en plus que des emplois temporaires à bas salaires. Normale était une société où les infrastructures s'effondraient et les écoles n'avaient pas l'argent nécessaire pour éduquer nos enfants. Pour la classe ouvrière, la normale était un système de santé qui ne maintenait pas les gens en bonne santé, même sans le virus.

Nous ne savons pas quand la pandémie prendra fin. Mais aujourd'hui, nous voyons les capitalistes se préparer déjà à leur «nouvelle normalité», celle qu'ils veulent, où la classe ouvrière est encore plus appauvrie, de sorte que les classes riches deviennent encore plus riches.

De nouvelles mises à pied sont annoncées, s'ajoutant aux dix millions de travailleurs qui ne sont pas retournés au travail depuis le début de la pandémie. De grandes entreprises - comme Disney, Allstate, Exxon, Boeing, United Airlines, American Airlines, pour n'en citer que quelques-unes - ont supprimé des emplois tout en versant beaucoup d'argent aux actionnaires et aux dirigeants.

Les gouvernements à tous les niveaux proclament qu'ils réduiront les dépenses consacrées aux services publics, même s'ils continuent à bénéficier des allégements fiscaux pour les riches et des subventions aux grandes entreprises. Les routes, les ponts, les réseaux d'eau, les écoles, tous les services publics se détérioreront davantage. Davantage de personnes occupant des emplois dans la fonction publique seront mises au chômage.

C'est la «nouvelle normalité» que veulent les capitalistes et leur gouvernement - en utilisant l'excuse du virus pour nous faire tomber afin que les classes riches puissent encore devenir plus riches.

Mais cela ne doit pas être NOTRE nouvelle normalité. La classe ouvrière peut se préparer - et doit se préparer - à rassembler ses forces pour lutter pour l'avenir que nous voulons et dont nous avons besoin.

Il y a des millions de personnes sans emploi aujourd'hui, qui veulent travailler. Les patrons disent qu'il n'y a pas assez de travail pour tout le monde - très bien, nous pouvons diviser le travail, réduire la charge de travail, ralentir la vitesse de travail. Rendez les emplois raisonnables.

Si les patrons disent qu'ils n'ont toujours pas besoin de tout le monde, d'accord, nous pouvons tous travailler moins d'heures par semaine tout en produisant les choses nécessaires.

Si les patrons disent que moins d'heures signifie moins de salaire, nous disons NON, payons à chacun un plein salaire hebdomadaire - l'équivalent de ce que nous avons fait en 40 heures, plus toutes les heures supplémentaires qu'ils avaient l'habitude de nous programmer. Et lorsque l'inflation augmente, nos salaires devraient augmenter immédiatement, et tout autant.

Quand les patrons disent que l'argent n'est pas là, on dit OUI, il est là. Il suffit de couper les profits capitalistes et de prendre de l'argent sur tous les profits que notre travail a produits dans le passé, accumulés dans leurs banques.

Reprenez notre argent des impôts remis à la classe capitaliste. Utilisez-le pour restaurer les services publics. Embauchez les enseignants, les agents d'entretien, les chauffeurs de bus, les conseillers, les infirmières. Organisez les écoles pour qu'elles fonctionnent en toute sécurité. Engagez les ouvriers du bâtiment pour construire plus d'écoles. Embauchez des ouvriers pour réparer les routes et les ponts, pour fournir à tous de l'eau potable et de bons réseaux d'égouts. Embauchez les travailleurs nécessaires pour construire et entretenir cette infrastructure.

Cela pourrait être fait. L'argent est là pour faire tout cela et plus encore. Mais il faudra se battre pour mettre la main sur cet argent. Pour mener à bien ce combat, nous devons être unis comme une seule classe, rassembler toutes nos forces : Noirs et Blancs, immigrés et nés dans le pays, femmes et hommes.

C'est important, nous ne pouvons pas nous laisser diviser. Ou nous n'aurons jamais la vie que nous voulons.

Le racisme fait partie du capitalisme américain, depuis ses débuts dans l'esclavage. Cela a conduit la population noire à toujours être la partie la plus opprimée de la classe ouvrière. Mais les capitalistes exploitent toute la classe ouvrière. Et ils ont opprimé tout le monde en fomentant le racisme au sein de la classe ouvrière.

Lorsque nous refusons d'être divisés, lorsque nous sommes unis, nous, la classe ouvrière pouvons mener le genre de combat qui peut changer la société dans son ensemble. Nous avons les forces pour le faire. Nous faisons tout fonctionner. Nous pouvons arrêter net ce système. Nous pouvons construire notre propre système, un système qui profitera à toute la population.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 09 Nov 2020, 23:19

The Spark, 9 novembre 2020 a écrit :Le Docteur Fauci attaqué

Lorsque Donald Trump a commencé à attaquer le Dr Anthony Fauci, un éminent immunologiste et directeur de longue date de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, ce fut un choc pour beaucoup de gens. Le Dr Fauci a été le seul scientifique à intervenir au nom du gouvernement américain sur une base cohérente, et qui a parlé d'une manière qui a rendu le coronavirus compréhensible et nous a aidés à nous en protéger.

Fauci n'a pas renoncé à ses avertissements concernant le virus hautement infectieux ; il n'a pas hésité à conseiller le port de masques à partir de mars. Il a expliqué à maintes reprises comment le virus est communiqué et comment bloquer sa transmission par la distanciation sociale, les masques et le lavage fréquent des mains.

Avant les élections, le Dr Fauci, comme la science elle-même, est devenu gênant pour Trump. Répondant aux capitalistes petits et grands, Trump était déterminé à faire disparaître la discussion sur le virus afin qu'il puisse «ouvrir l'économie». Poof, comme par magie, il a dit que le virus disparaîtrait. Il a écarté le danger de propagation du virus et, finalement, à travers ses rassemblements et ses fêtes, il a propagé le virus à des centaines de gens et est tombé malade lui-même.

Les actions personnelles de Trump ont clairement montré qu'il était prêt à sacrifier la population pour son propre profit personnel.

Mais un examen plus approfondi révèle le même mépris pour la population dans tout le système capitaliste américain. Le capitalisme, représenté à la fois par les républicains et les démocrates, a piétiné le système de santé publique pendant des décennies. Il a détruit des hôpitaux et des cliniques, réduisant le nombre de personnel qualifié et laissant des quartiers et des zones rurales entières sans installation médicale.

Le capitalisme américain n'a pas réussi à se préparer aux urgences médicales que les administrateurs des soins de santé savaient arriver, entraînant la mort de centaines de milliers de personnes. Et le capitalisme a produit les maladies sous-jacentes causées par le manque de soins, le stress, une mauvaise alimentation, une mauvaise qualité de l'air, qui ont condamné beaucoup de gens à mourir par le virus.

La science, la technologie, la capacité de tester, de retracer et d'isoler, la capacité d'intervenir rapidement avant qu'un patient ne tombe gravement malade, tous ces outils pour combattre le virus étaient disponibles. Ils n'étaient pas approvisionnés parce que les patrons et les banques n'y voyaient aucun profit.

Les menaces de licencier le Dr Fauci par Donald Trump ne sont que l'expression ouverte du fonctionnement quotidien d'une classe dirigeante qui est mortelle pour la classe ouvrière et doit être chassée du pouvoir.


The Spark, 9 novembre 2020 a écrit :L'imprécateur raciste est dehors...
- La classe ouvrière peut guérir ses divisions


Dans les villes de tout le pays, des célébrations ont éclaté lorsque le vote en Pennsylvanie a amené les médias à annoncer l'élection de Biden. Les gens dansaient, s'étreignaient, inventaient des chansons - ou s'asseyaient simplement par terre, essayant de tout comprendre. Des voitures passaient, des klaxons klaxonnaient, des gens étaient à leurs fenêtres. Dans des endroits comme New York, les gens se penchaient hors des grands immeubles, frappant en rythme sur les casseroles qu'ils tenaient.

Les célébrations ont éclaté dans les villes où la veille, voire des heures auparavant, des agents républicains - accompagnés de membres de «milices» armés d'armes - avaient agi comme s'ils étaient sur le point de détruire les centres de dépouillement. Mais lorsque des foules rieuses se sont répandues dans les rues de Detroit, de Philadelphie, d'Atlanta et de Las Vegas, ces manifestations républicaines artificielles se sont évaporées.

Trump pourrait continuer - sur Twitter - d'annoncer qu'il a remporté la présidence. Mais une femme en fête à Washington, DC a répondu tout de suite avec un panneau adressé à la Maison Blanche : «Sortez de notre maison, perdez».

Des avocats républicains comme Giuliani pourraient prétendre que «l'élection n'est pas terminée», alors qu'ils se précipitent pour déposer des centaines d'autres poursuites. Mais des foules de gens dans des villes comme Louisville et Minneapolis ont continué à célébrer la défaite de Trump. Tout au long de ces longs mois de pandémie, alors que les gens tentaient de maintenir la protestation contre la violence policière, ils avaient affronté le racisme et les appels à plus de violence sortant de la bouche de Trump. Ils étaient remplis de joie hier.

L'intimidateur dont les tweets dégoulinaient de venin avait apparemment été privé de la présidence.

Mais ce n'est pas la fin de l'histoire. Les crises dans lesquelles le pays est embourbé sont toujours avec nous.

Biden a annoncé un «groupe de travail Covid-19» - pour faire quoi ? Étudier le problème ? Dans un pays où les soins médicaux sont organisés en fonction du profit, des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de personnes supplémentaires vont mourir pendant que le virus sera étudié.

Biden a mis en place un groupe d '«experts financiers» pour le conseiller sur l'économie. Ce sont les mêmes «experts» qui ont veillé à ce que la reprise économique après 2008 alimente directement les poches des grandes banques et des sociétés financières, oubliant complètement la classe ouvrière. Dans la première vague de sa nouvelle présidence, Biden peut même diriger un autre contrôle ponctuel de la «relance» par le biais du Congrès, mais cela ne touche pas au problème de base, qui est que ce système capitaliste, résolu à maximiser le profit, est en permanence incapable de fournir des emplois à tous ceux qui ont besoin de travail.

Trump est peut-être parti, mais l'homme qui le remplace fait partie de l'appareil politique qui organise le pays depuis près de 50 ans - 50 ans où la situation de la classe ouvrière est allée de mal en pis, puis pire encore.

Il n'est même pas du tout évident que Trump disparaîtra de la scène politique après avoir quitté la Maison Blanche. Mais que ce soit Trump ou quelqu'un d'autre qui joue sur le racisme intégré à ce système depuis ses débuts dans l'esclavage, c'est un problème auquel la classe ouvrière devra faire face.

Et pas le seul. Nous devons nous rappeler que même si Trump a perdu les élections, il a obtenu sept millions de voix de plus qu'en 2016. Beaucoup de ces partisans ont afflué vers Trump parce qu'ils étaient heureux de voir un politicien proférer ouvertement des ordures racistes. Mais il y a tous les autres qui se tournaient vers Trump car pendant tant d'années les démocrates ont mené des politiques néfastes pour la population semi-rurale. La pauvreté est endémique et les hôpitaux presque inexistants.

Peut-être qu'ils ne se préoccupaient tout simplement pas du fait qu'il est raciste - et c'est un problème. Peut-être qu'ils n'aiment même pas ça, mais essayent de l'ignorer parce que personne d'autre ne leur parle. Et c'est toujours un problème. Mais la question est, qui d'autre que Trump les a reconnus ?

La question qui nous reste est la suivante : quand la classe ouvrière s'organisera-t-elle pour se battre pour elle-même, pour s'attaquer à ce système - avec tout son sale racisme, sa pauvreté, son chômage et ses soins de santé pourris ? Si c'était le cas, cela pourrait offrir aux zones rurales une perspective différente que celle que Trump donne. Il y aura toujours des démagogues comme Trump - et, à l'avenir, pire que Trump. Les habitants des zones rurales, tout comme les travailleurs qui sont aujourd'hui concentrés dans les villes, ont besoin de quelqu'un qui représente leurs intérêts en tant que personnes qui travaillent pour gagner leur vie.

En se battant pour elle-même, la classe ouvrière sera un phare pour tous ceux qui sont induits en erreur par un escroc vénal comme Donald Trump.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 17 Nov 2020, 03:11

Spark 15 novembre 2020 a écrit :Propagation d'un système épidémique et mortel

La première vague de Covid-19 a frappé l'État de Washington, New York, New Jersey, Detroit et la Nouvelle-Orléans en mars dernier. La deuxième vague a frappé la Floride, le Texas et une grande partie du sud au cours de l'été. La troisième vague a éclaté au début de l'automne dans les plaines du nord et le haut Midwest.

Aujourd'hui, mi-novembre, le virus envahit tout le pays. Vendredi, 181 000 cas ont été diagnostiqués, soit le double de ce qu'il était une semaine auparavant. Trente États ont atteint de nouveaux sommets. Aucun État n'a eu moins de cas que la semaine précédente. Les États qui pensaient avoir récupéré ont empiré. Le virus, à un moment contenu dans les villes, a atteint les campagnes.

Près de 70 000 personnes sont aujourd'hui hospitalisées pour Covid, soit le double d'il y a un mois. Dans de nombreuses zones rurales, qui souffrent aujourd'hui du virus, il n'y a pas du tout d'hôpitaux. Les grandes chaînes à but lucratif, qui ont repris les systèmes médicaux il y a plusieurs décennies, ont fermé les quelques-uns qui existaient, désertant la campagne.

Dans des États comme le Dakota du Nord et du Sud et le Wisconsin, les hôpitaux qui existent étaient inondés de patients. Les équipements de protection se sont vite fait rares. Les infirmières aussi. Les hôpitaux, inquiets pour leurs marges bénéficiaires, avaient déjà réduit leur personnel et leur équipement. Les infirmières, sans équipement de protection adéquat, ont été infectées; la dotation en personnel a atteint des niveaux encore plus bas, des niveaux nettement inférieurs.

Demain, d'autres États seront touchés à ce niveau dévastateur.

Les médecins avaient appris, après la première vague de l'épidémie, que si les patients sont régulièrement retournés sur le ventre, beaucoup moins meurent. Aujourd'hui, dans les États durement touchés, il n'y a pas assez de personnel pour mener à bien cette procédure simple. Sans cela, les gens meurent.

Vendredi, la semaine dernière, 1 300 décès dus à Covid-19 ont été enregistrés, 50% de plus que le mois précédent.

Tous ces chiffres augmentent rapidement, doublant en peu de temps. Cela signifie que ce sera pire la semaine prochaine, et encore pire la semaine d'après.

Les promesses d'un vaccin - disponible, peut-être, dans le futur - ne changent pas la trajectoire sur laquelle nous sommes actuellement. La seule chose dont nous pouvons être sûrs est que chaque entreprise pharmaceutique produisant un vaccin est en ligne pour augmenter ses profits.

Il est évident depuis que la «première vague» a frappé que nous étions confrontés à un virus mortel. Étant donné l'interconnexion du monde entier entre les affaires et les voyages, ce virus avait le potentiel de se propager rapidement. Il s'est propagé, sautant d'une partie du monde à une autre, d'une partie de ce pays à une autre.

Le désastre auquel nous sommes confrontés aujourd'hui était prévisible au printemps dernier. En fait, compte tenu de ce que la science médicale savait déjà sur ce type de coronavirus, il était prévisible en janvier, après son apparition en dehors de la Chine.

Un système politique dont le but était de répondre aux besoins de la population, face à cette urgence, aurait répondu par un programme d'urgence. Il se serait réorganisé, rassemblé ses ressources, déplacé tout l'argent nécessaire des dépenses inutiles. Il aurait éliminé les allégements fiscaux pour les riches et les subventions pour les grandes banques et les entreprises industrielles, aurait mis l'argent dans la santé publique.

C'est exactement le contraire qui s'est produit. La loi CARES, d'une valeur de 4 billions de dollars, a consacré moins de 5% de son argent au système médical - et très peu est allé aux soins aux patients. Il a consacré un peu plus de 10% aux paiements directs à la population. Le montant considérable est allé aux entreprises - et donc à leurs banques.

En d'autres termes, le système politique a fait ce pour quoi il était organisé : il a continué à défendre les intérêts de la classe capitaliste, aux dépens de la population.

Un système comme celui-ci - à la fois économique et politique - doit être jeté, remplacé par un système qui, face à une situation d'urgence comme celle-ci, organiserait des mesures d'urgence.

Ce que devraient être ces mesures n’est pas le problème. La science médicale sait depuis longtemps comment empêcher la propagation d'une épidémie. Ce qu'il faut, c'est un système politique et économique déterminé à agir selon ce que l'on sait.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 24 Nov 2020, 16:50

The Spark, 23 novembre 2020 a écrit :Élections : en dessous de la surface

Dans toutes les régions du monde autres que le monde de Donald, Biden a remporté l'élection.

Dans le monde de Donald, Donald a gagné et il s'est empressé de le déclarer avant même que la plupart des votes ne soient comptés. Lorsque le décompte des voix est arrivé, il a ragé sur Twitter à propos de «fraude» et de «corruption». Son avocat a affirmé avoir trouvé des documents montrant que Trump avait gagné avec 70% des voix.

Bien sûr, c'est une blague. Même Donald savait qu'il avait perdu. Mais après avoir conduit cinq entreprises à la faillite, floué ses investisseurs tout en s'en tirant avec le butin, il a su transformer la perte d'une entreprise en son profit personnel. Il savait également que la télé-réalité pouvait transformer un perdant en un homme d'affaires «méga-prospère» qu'il avait prétendu être. Pourquoi pas le président ?

C'est de la télé-réalité pure et aussi une arnaque financière. Trump, en allant à l'un de ses terrains de golf, a supplié ses partisans de donner de l'argent pour les frais de justice afin de défendre sa manifestation électorale. A noter : rien dans la façon dont il a fait sa demande ne l'empêche de s'en tirer personnellement avec l'argent, escroquant les gens qui lui ont fait confiance.

Mais c'est plus qu'une arnaque financière. Trump a exigé que les législatures des États dirigées par des républicains ignorent le décompte officiel des voix et choisissent à la place leur propre liste d'électeurs pour voter pour lui au collège électoral. Et quelques républicains ont sauté pour réaliser chacun de ses souhaits.

Les demandes de Trump ne le ramèneront pas à la Maison Blanche. Mais ce n'est pas parce que, comme beaucoup l'ont affirmé, cette «démocratie» a fonctionné. Le système électoral a fonctionné comme il le fait toujours, et cela n'a pas grand-chose à voir avec la démocratie, que Trump ait gagné ou perdu.

Faut-il nous le rappeler ? Dans deux des cinq élections précédentes, le candidat qui avait été installé à la présidence a perdu le vote populaire, c'est-à-dire le vote effectif de la population : en 2000, Bush a perdu d'un demi-million de voix ; en 2016, Trump a perdu de plus de trois millions. Cette année, avec plus de 150 millions de personnes ayant voté, un transfert de quelques dizaines de milliers de voix à Trump dans quatre États «en balance» aurait suffi pour permettre au Collège électoral de remettre à nouveau le perdant à la Maison Blanche.

C'est exactement ce sur quoi Trump jouait - le fait que le collège électoral, enveloppé de mystère, puisse décider le contraire de ce que les gens dans leur majorité décident.

Dans cette «démocratie», il n'y a pas de vote direct du peuple pour le président. Un vote direct n'est pas une garantie de «démocratie», mais l'absence d'un tel vote signifie sûrement que ce que le peuple exprime par son bulletin n'est pas décisif.

Ce n'est pas seulement une bizarrerie peu probable. C'est le résultat direct de la façon dont le système électoral a été mis en place à l'origine, dont l'objectif s'est poursuivi aujourd'hui.

Le but de ce système - comme l'exprime John Jay, l'un des principaux architectes de la Constitution - était de garantir que «les propriétaires du pays doivent le gouverner». En d'autres termes, les classes riches devraient régner sur tout le monde. Jeremy Belknap, l'un des architectes du Collège électoral, a expliqué son objectif de cette manière : «Qu'il reste comme principe que le gouvernement provient du peuple ; mais que les gens apprennent qu’ils ne sont pas capables de se gouverner eux-mêmes. Les lettres entre James Madison et Alexander Hamilton, les principaux auteurs de la Constitution, répètent à maintes reprises que «le rôle approprié du gouvernement est de se protéger contre les tendances de nivellement qui pourraient conduire à une loi agraire». c'est-à-dire une loi qui aurait servi la majorité de la population «libre» de cette période, qui était des ouvriers agricoles ou des agriculteurs.

Pour le dire clairement : la population peut voter - tant qu'elle ne vote pas pour quelque chose que les classes dirigeantes ne veulent pas. Le problème abordé par les auteurs de la Constitution était donc de savoir comment structurer le système en évitant ce danger, tout en semblant donner une voix au peuple. Comme Madison l'a exprimé dans une autre de ses lettres, donner aux gens le droit à un vote insignifiant était utile pour détourner l'attention des gens de leurs propres intérêts, les gardant alignés derrière les classes riches.

Chaque politicien important depuis l'époque de Madison a su jouer sur les élections exactement dans ce but.

Alors, quel est le but de Donald Trump maintenant ? Il ne s'attendait certainement pas à reprendre la présidence. Il espérait probablement garder une partie du «peuple» aligné derrière lui. Peut-être cherchait-il à conclure un accord pour obtenir l'immunité devant d'éventuelles poursuites, une fois hors de ses fonctions. Après tout, il fait face à une multitude d'accusations criminelles pour des crimes financiers passés.

Quels que soient ses objectifs, les manœuvres de Trump - et le fait que certaines parties de l'establishment politique ont agi en conséquence - ont servi à lever le rideau qui cache ces simulacres de démocratie.


https://the-spark.net/np1118101.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 03 Déc 2020, 23:51

Spark 29/11/2020 a écrit :«Restez à la maison» : la réponse dévastatrice du système

En octobre, deux millions de personnes ont reçu un diagnostic de Covid ; en novembre, il y avait quatre millions de nouveaux cas.

Non, cette augmentation rapide, doublant en un mois, n'est pas simplement due à plus de tests. Les gens meurent. Vingt-cinq États ont enregistré un nombre record de décès dus au virus en novembre. Dans neuf États, un habitant sur mille est décédé des suites de Covid depuis janvier. Deux de ces États - le Dakota du Nord et le Dakota du Sud - ont enregistré presque tous leurs décès au cours des trois derniers mois.

C'est une catastrophe médicale. Et au beau milieu de tout ça, on entend ce conseil : «restez à la maison». Le jour de Thanksgiving, ne rendez pas visite à votre famille. N'invitez pas d'amis. Ne recevez personne du dehors de votre propre foyer - peut-être deux ménages si vous êtes sûr qu'ils ont pris des précautions au cours des 14 derniers jours. (Demandons-nous à notre grand-mère de nous montrer son test Covid négatif ?)

Oui, bien sûr, au milieu d'une épidémie qui se propage rapidement, nous devons prendre des précautions pour nous protéger et protéger les autres.

Certes, certaines personnes ont été imprudentes. Certaines personnes peuvent même avoir fait étalage de leur refus de protéger les autres.

Mais des individualités n'ont pas causé cette pandémie. Covid est devenu une maladie répandue en raison des actions des gouvernements, qu'ils soient dirigés par des démocrates ou des républicains.

Pendant des décennies, le gouvernement a fait des coupes sombres dans les dépenses de santé publique afin de fournir plus d'argent aux marchés boursiers. Même après le coup de Covid, le gouvernement n'a pas rétabli les fonds pour la santé publique, le principal système de lutte contre une maladie infectieuse.

Même après que Covid a submergé les hôpitaux de New York en mars dernier, le gouvernement n'a pas fait de stocks de fournitures ou de médicaments qui auraient pu réduire l'horrible explosion dans d'autres régions. Il n'exigeait pas que les entreprises produisent tout l'équipement de protection et les fournitures de test nécessaires. Il n'a pas obligé les hôpitaux à augmenter leurs effectifs. En fait, il a vu les hôpitaux du pays licencier des infirmières et d'autres membres du personnel médical.

Les abattoirs et de nombreuses autres usines fonctionnaient dans des conditions garantissant une explosion de la maladie. À partir des lieux de travail, des villes entières ont été infectées. Les prisons sont devenues les nouveaux points chauds d'où les régions étaient infectées. Le gouvernement a observé et n'a rien fait. OSHA ? OSHA est une blague depuis longtemps.

Les politiciens ont débattu sur les écoles : rester ouvert ou courir sur Internet. Mais ils n'ont pas trouvé d'argent pour le faire non plus. Cela aurait obligé le gouvernement à retirer de l'argent aux entreprises et aux banques, dont les bénéfices ont été alimentés par l'argent public.

Le gouvernement a systématiquement continué de donner la priorité au profit par rapport aux besoins de la population, comme il l'a toujours fait avant que le virus ne frappe. C'est pourquoi nous sommes aujourd'hui confrontés à une épidémie incontrôlable.

Considérez ce vaccin miracle qui est censé nous sauver tous - si nous pouvons l'attendre. Des milliards de dollars ont déjà été injectés dans des sociétés pharmaceutiques pour un vaccin. Pratiquement rien n'a été dépensé pour préparer la vaccination à grande échelle. Le même manque d'infrastructure de santé publique qui a permis au virus de se propager empêchera l'administration du vaccin d'une manière efficace pour l'ensemble de la population.

«Restez à la maison, attendez le vaccin.» C'est peut-être la seule réponse que ce système a pour nous. Mais ce n'est pas la réponse dont nous avons besoin. Nos enfants ont besoin d'une école, d'une école sûre ; ils souffrent sans cela. Nous devons travailler - en toute sécurité ; sans travail, nous ne prenons pas en charge le loyer ou la note de la maison. Nous ne voulons pas que nos aînés pourrissent seuls dans des maisons de retraite où personne ne peut les voir, où nous ne pouvons pas surveiller ce qui leur arrive. Et, tout simplement, nous avons besoin d'un contact humain.

Ce sont des besoins simples. Un système qui ne trouve pas le moyen de les assurer n'a aucune raison d'exister. Nous n'avons aucune raison de vouloir qu'il continue d'exister.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)