Traductions de Spark

Dans le monde...

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 09 Déc 2020, 15:33

édito de Spark, 7 déc. 2020 a écrit :Vacances volées ? Reprenez-les !

Dans sa vraie forme, le capitalisme nous a livré un autre mauvais résultat. Les vacances ont été annulées ! Pas de rassemblements partagés, pas de souvenirs partagés, pas de nourriture partagée, de camaraderie et de repos.

Même avant Covid, de nombreux travailleurs avaient déjà perdu leurs vacances. Pour beaucoup de ceux qui travaillent, l'exploitation accrue a entraîné des horaires de travail fous qui ont éliminé les vacances. Et pour ceux qui sont au chômage permanent, le manque d'argent et les querelles avec les agences gouvernementales pour en obtenir laissent peu de place pour se reposer.

Mais ce qui se passe avec ces vacances, c'est que les familles et les amis sont déchirés. L'amour et le partage ont cédé la place aux masques et à l'isolement. Ce n’est pas rien. Ces règles peuvent devoir être suivies pour protéger d'abord la vie humaine. Nous sommes au milieu d'une horrible pandémie. Les gens ordinaires ne l'ont pas causé, mais les gens ordinaires paient un lourd tribut pour une réponse complètement mal gérée à une menace mortelle.

Chaque jour, les États-Unis battent des records pour le nombre de personnes infectées par Covid-19. Enregistrez le nombre d'hospitalisations. Une mort de coronavirus toutes les 30 secondes et moins. Et bien que les infos soient pleines de promesses que Biden le réparera, les promesses qu'un vaccin sera livré à tout moment maintenant, les travailleurs sont confrontés à une crise qui s'aggrave.

Le système médical et hospitalier a été détruit par plus de neuf mois de pandémie. Les professionnels de la santé et les travailleurs de première ligne sont victimes d'un système qui les a épuisés et les a jetés sans protections ou remplacements adéquats. Les hôpitaux qui fonctionnaient sans assez de quoi que ce soit - ni personnel, ni lits, ni fournitures en temps normal - s'effondrent. Dans de nombreuses régions du pays, il n'y a pas d'hôpitaux. Ce sont des choix que le capitalisme a faits, de mettre le profit au dessus de la vie humaine, tout comme il le fait dans la production.

S'ils étaient incapables et peu disposés à fournir des tests, des traçages et des traitements, qu'est-ce qui nous fait penser qu'ils peuvent faire livrer rapidement un vaccin à la population ? Les capitalistes préféreraient ne pas avoir le problème de la pandémie, qui menace à l'avenir leur économie à but lucratif. Mais ils ne sont pas du tout enclins à puiser dans leurs profits passés et actuels pour l'arrêter. Ils se contentent de spéculer sur Wall Street et de réaliser d'énormes profits alors que la population souffre.

Pendant ce temps, les travailleurs dépensent le peu dont ils disposent pour se nourrir, s'habiller et se loger. Les ordres temporaires de retarder les expulsions expirent le 31 décembre. Le paquet d'aides pitoyables promis par le Congrès est un jeu politique et totalement insuffisant. Et les travailleurs en nombre record sont toujours sans emploi.

Ne pouvons-nous rien faire ? Avec des membres de la famille malades, avec des économies épuisées, avec plus de bouches à nourrir, quelle chance avons-nous de réussir ?

Comme nos réserves combinées sont épuisées, nous n'avons d'autre choix que de nous tourner les uns vers les autres et de nous regrouper.

Oui, la classe ouvrière est divisée. L'administration Trump a mis cela en lumière, mais ne l'a pas créée. Nous devons surmonter ces divisions. Nous le faisons en nous unissant dans un combat contre les patrons qui ont de l'argent et ne se soucient d'aucun de nous.

Nous, travailleurs, avons quelque chose que les capitalistes veulent et ont besoin. Notre travail. Sans cela, pas une seule roue ne tournerait. Sans cela, il n'y a aucun profit pour eux. Nous devons nous unir et utiliser le pouvoir que nous avons en tant que classe pour lutter pour nos vies. Nous savons comment faire cela, et c'est la seule issue. Mais nous ne pouvons pas nous battre.

Et nous ne pouvons pas simplement lutter pour réformer ce système, pensant que nous pouvons l'améliorer. Dans le passé, les combats des ouvriers ont repoussé les patrons, mais devinez quoi ? Parce que les capitalistes et leur système de profit sont restés en place, ils ont pu nous revenir avec une vengeance.

Ce géant endormi qu'est la classe ouvrière doit se réveiller et bouger. Nos vies en dépendent. Mais nous devons nous unir au-delà des familles, au-delà des lieux de travail, au-delà des quartiers et des frontières des villes. Pas pour la charité. Pas pour une aide temporaire. Aussi mal préparés et aussi malades et découragés que nous soyons, nous devons nous organiser et nous battre.

Nous devons nous débarrasser de ce système capitaliste qui place le profit avant la vie humaine et le remplacer par un système construit par et pour les travailleurs.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 15 Déc 2020, 17:02

The Spark, 13 déc. 2020 a écrit :Le virus est mortel, le système de profit est mortel

Ce pays est engagé dans ce qu'on a appelé «l'effort de vaccination le plus ambitieux à ce jour».

Au moment où cela commençait, un sénateur du Wisconsin a invité deux témoins à une audience du comité qu'il a présidée. Ces témoins ontexposé certaines des théories anti-vaccin non fondées qui circulent sur Internet, basées non pas sur une étude scientifique rigoureuse, mais sur «l'intuition» de quelqu'un. Il a dit qu'il voulait que toutes les opinions soient entendues.

Non, il voulait se faire un nom, et s'il pouvait le faire en faisant remonter tous les préjugés anti-scientifiques dans la société, eh bien soit.

Ce ne sera pas lui qui mourra du fait de ces charlatans "médicaux". Lorsqu'il est tombé malade de Covid, il a eu accès au meilleur traitement médical au monde - c'est ce que ce gouvernement fournit à ses politiciens. Mais pas pour sa population.

Il est comme tous ces autres politiciens qui ont fait une grande démonstration de ne pas porter de masque, afin de construire leur propre aura politique. Ces politiciens qui ont dit, ne vous inquiétez pas, si vous l'attrapez, ce n'est rien.

Malheureusement, certaines personnes les ont crues, des personnes qui sont tombées malades du virus. Certains n'ont peut-être pas été si malades, mais ils l'ont transmis à leurs parents plus âgés, qui sont tombés vraiment malades et sont morts. Il y avait même des gens qui sont venus dans les hôpitaux avec le Covid - insistant sur le fait qu'ils ne l'avaient pas, qu'ils ne pouvaient pas l'avoir. Jusqu'au jour où ils en sont morts, ils étaient convaincus que Covid n'existe pas.

Oui, il est vrai que tout n'est pas connu sur cette maladie, sur les masques et maintenant sur le vaccin sur le point d'être distribué. Il y a beaucoup de choses que la science ne peut pas encore savoir avec certitude : quelle sera l'efficacité exacte du vaccin ? L'inoculation ne protégera-t-elle que ceux qui l'attrapent ou empêchera-t-elle la propagation du virus ? Combien de temps durera la protection ?

En un sens, nous sommes tous des cobayes dans un grand projet de recherche. Mais nous n'avons pas le choix. Nous ne choisissons pas le temps et l'espace dans lesquels nous vivons. Nous sommes tous contraints par notre temps et notre espace. Ce qui nous contraint aujourd'hui, c'est cette maladie virulente.

Il existe de nombreuses théories mal digérées flottant sur Internet et dans les grands médias. Mais la science, aussi imparfaite soit-elle, reste notre meilleur espoir.

Le virus qui cause le Covid était inconnu jusqu'à il y a environ un an. Il produit une maladie avec cette caractéristique difficile : des personnes qui n'ont même jamais de symptômes développent néanmoins la maladie et la transmettent à d'autres.

Face à un ennemi aussi délicat, de vastes ressources devraient être allouées aux scientifiques médicaux qui se concentrent sur ces problèmes et aux services de santé publique, qui sont ceux qui ont l'expertise dans la collecte de données sur les maladies, qui sont également ceux qui savent comment retracer et empêcher la propagation d'une maladie contagieuse.

Le président nouvellement élu a tourné sa campagne autour de la propagation du Covid, en disant : «Faites confiance à la science».

Malheureusement, ses actions parlaient plus fort que ses paroles. Au cours de toutes ses années dans la vie publique, il s'est joint à d'autres politiciens pour réduire les dépenses consacrées à la science médicale et à la santé publique - orientant plutôt l'argent pour subventionner les profits.

Le CDC vante ce vaccin comme une bouée de sauvetage. Il est très possible que ce le soit. Mais si tel est le cas, il ne le fera pas de la manière la plus rapide et la plus directe possible, en touchant le plus grand nombre de personnes. Le gouvernement responsable du financement de l'entreprise ne l'a pas organisée avec ces seules priorités. Il a mis en place le développement et la distribution de vaccins de manière à ce que les grandes entreprises fassent des bénéfices - les sociétés pharmaceutiques qui l'ont développé avec l'argent du gouvernement ; les entreprises de livraison qui le déplaceront vers des centres de stockage ; les systèmes hospitaliers qui recevront des «frais d'établissement» pour l'administration du vaccin ; les chaînes de pharmacies qui vaccineront les personnes dans les maisons de retraite.

Le virus est peut-être mortel, mais le système de profit qui déforme tous les aspects de la société, y compris la science, est une menace mortelle pour tout le monde. Pour libérer la science, pour faire de la santé de la population une priorité, nous n'avons besoin que d'un seul objectif : déchirer, déchirer et jeter ce système à but lucratif.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 04 Jan 2021, 15:17

Édito de Spark, 4 janv. 2021 a écrit :Le capitalisme ne peut même pas délivrer ce vaccin

«Je me sens optimiste aujourd'hui, soulagée.» Ce sont les mots d'une infirmière en soins intensifs du Queens, à New York, Sandra Lindsay, après avoir reçu la première injection de l'un des nouveaux vaccins COVID.

Certes, les vaccins sont la réponse aux maladies virales, le seul vraiment efficace que la science médicale ait trouvé jusqu'à présent. Et les deux vaccins déjà approuvés par la FDA sont très prometteurs dans les essais rapides auxquels ils ont été soumis.

N'est-ce pas une raison d'espérer ?

Malheureusement, ce n’est pas le cas. Cette maladie ne sera pas abattue simplement par la découverte d'un vaccin, aussi efficace et sûr qu'il soit. Ce qu'il faut, c'est un travail simple, chronophage, bien organisé et bien financé pour administrer le vaccin. En d'autres termes, pour piquer les gens au bras.

Mais la population découvre déjà que le processus de vaccination est encore retardé et empêtré dans le système.

Le 3 janvier, moins de 14 millions de doses ont été distribuées et moins de trois millions de personnes ont reçu une injection dans le bras. À ce rythme, il faudra environ 10 ans pour vacciner une part suffisamment importante de la population pour commencer à vaincre ce virus.

Trump dit que ce n'est pas un problème fédéral. Il dit que la distribution est un «problème de chaque État».

En l'absence de politique fédérale coordonnée, les États sont censés coordonner une campagne vaccinale avec tout ce qu'ils obtiennent des compagnies pharmaceutiques, chaque fois qu'ils en obtiennent. Mais ce n'est pas seulement un problème de Trump. Les systèmes gouvernementaux des États ne sont pas dotés en personnel et dotés des outils dont ils ont besoin pour fonctionner à ce niveau.

Les systèmes de santé publique de l'État ont été détruits par des années de réductions de financement, de suppressions d'emplois - ainsi que par la ponction habituelle subie par le système de santé, avec d'énormes sommes d'argent acheminées vers les entreprises et, enfin, vers Wall Street et les familles héréditaires qui constituent la classe dirigeante.

Plus impensable encore est l’idée que les systèmes hospitaliers et médicaux privés compenseront ce déficit. Ces systèmes, dont la plupart sont aujourd'hui organisés autour de la nécessité de faire des profits, ont été mis en charpie par des années de restrictions, suivies par encore plus de ponctions cette année lorsque le virus a frappé. Et les personnes qui font le travail proprement dit de soins aux patients et d'autres tâches essentielles sont décimées par la maladie et la fatigue dans leurs propres rangs.

Encore plus impensable est l'idée que les grandes chaînes de pharmacies à but lucratif non seulement ramasseront une plus-value, mais vaccineront également toutes les personnes dans les maisons de soins infirmiers et autres établissements pour personnes âgées.

Il n'est pas impossible d'affronter et de vaincre un problème médical de cette ampleur. Mais cela nécessite d'énormes sommes d'argent, à injecter dans un système public qui donne la priorité à la santé de la population. Cela nécessite un système organisé et dirigé de manière centralisée.

Où est le financement ? Pendant tous ces mois, alors que les politiciens se demandaient qui serait en charge du nouvel exécutif, sans vergogne, peu d'argent a été affecté au problème. Le nouveau programme d’aides contient huit milliards de dollars «réservés» à la distribution de vaccins - ce qui signifie seulement qu’il est destiné aux bénéfices des sociétés pharmaceutiques, aux bénéfices des grands réseaux de distribution comme UPS, aux bénéfices des chaînes de pharmacies, aux bénéfices du secteur privé. - en d'autres termes, il tombera dans le même mauvais usage et constituera toujours une même ponction affligeant régulièrement les dépenses médicales.

Le capitalisme fonctionne comme il le fait toujours. Son système est conçu pour maximiser les profits des plus gros requins. Ils ne peuvent pas et n'utiliseront pas leur capital pour sauver la population. C'est pourquoi la pandémie continuera de ravager la population, même si les scientifiques ont découvert un vaccin efficace.

Ces milliardaires et leurs porte-parole sont des criminels et des meurtriers. Ils doivent être raflés et chassés. Empêchés - physiquement, si nécessaire - de toute prise de décision ultérieure. Exclus de tout autre profit. Leurs fortunes volées doivent être récupérées et administrées pour le bien public.

Les représentants de leur système ont lamentablement échoué. Eux et leurs patrons doivent tous être remplacés par l'auto-activité organisée de millions de personnes ordinaires, y compris des professionnels et des travailleurs, qui donneront la priorité à la vie humaine.

Le capitalisme est un système en ruine. Il doit être déraciné, arraché et remplacé pour que nous ayons une chance de tout ce qui se rapproche d'une vie normale. Avec les décennies de charges du passé qui pèseront sur l'avenir qui nous attend, seul un nouveau système social et politique construit sur la base du socialisme et du communisme peut promettre un avenir de pleine qualité à la population.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 18 Jan 2021, 21:06

Édito de Spark 18 01 2021
Le pouvoir de relancer l'économie réside dans la classe ouvrière

Nous assistons à une crise politique dans ce pays, comme nous n'avons pas vu depuis des décennies - le résultat d'un envahissement du Capitole par des centaines d'émeutiers de droite sous les yeux de milliers de partisans de Trump.

Bien que l'État réel, ces millions d'administrateurs et les forces armées qu'ils commandent n'aient jamais été en danger, les médias d'information, rejoints par des représentants du gouvernement, ont affiché l'impuissance et la panique et ont appelé des milliers de forces armées pour protéger l'inauguration. Mais après cette poussée, alors quoi?

La croissance de la droite dans ce pays est un problème grave. Mais les deux crises qui déterminent notre avenir sont la pandémie et la crise économique actuelle et la destruction des infrastructures.

La défense promise contre COVID-19 n'a pas été engagée. Avec des millions de vaccins disponibles aux États-Unis, seul un petit pourcentage de la population a reçu un vaccin. Les pénuries entravent déjà le processus; le deuxième vaccin nécessaire pour renforcer l'immunité peut ne pas être administré, ce qui annule l'efficacité du vaccin. Déjà, les responsables disent que la majorité de la population ne recevra pas de vaccins avant l'automne.

Pfizer, le géant de la drogue produisant l'un des deux vaccins développés et payés par les impôts américains, a proposé de ralentir - oui, de ralentir - la production de vaccins alors que le nombre de morts au niveau national grimpe à quatre mille par jour! Les nouvelles infections atteignent des niveaux records et l'économie a été ralentie à un rythme effréné. Un million d'autres ont rejoint les chômeurs la semaine dernière seulement.

Qui peut empêcher les compagnies pharmaceutiques de prendre des décisions contraires à l'intérêt public? Qui peut leur faire ouvrir leurs crocs et leurs comptes bancaires?

Certainement pas ceux qui participent à l'événement inaugural de plusieurs millions de dollars au Capitole.

Les troupes qui sont mobilisées à travers le pays pour cet événement unique pourraient distribuer des vaccins! Construire des hôpitaux!

N'est-ce pas plus important que l'événement auquel ils ont prévu d'assister? N'est-il pas déjà évident que ce système n'a pas de vraies solutions à proposer? N'est-il pas clair qu'on va nous dire d'être patient et d'attendre encore un peu?

Le nouveau gouvernement sous Biden présentera des plans pour faire face à la pandémie et à la catastrophe économique qui s'aggrave. Mais ils n'ont pas le pouvoir de libérer les milliards nécessaires pour accomplir une solution rapide. Wall Street leur dit quoi faire! Les poignées de riches familles puissantes qui contrôlent toutes les entreprises et banques et constituent la classe dirigeante américaine contrôlent également le gouvernement.

Et le seul pouvoir qui peut les forcer à débloquer l'argent nécessaire pour redémarrer l'économie, tout en combattant le virus, est la classe ouvrière. Dans chaque quartier, dans chaque ville, dans chaque ville, les forces sont là pour se rendre au travail, pour produire des vaccins, pour les distribuer, pour renforcer les systèmes hospitaliers défaillants, pour nourrir les affamés et pour construire des logements pour la population. Demandez aux gens autour de vous s'ils seraient prêts à se mobiliser. La plupart diront «Oui!»

Nous avons vu les débuts de l'organisation dans les hôpitaux où médecins, infirmières, aides et préposés exigent une protection contre le virus. Nous avons vu le pouvoir de retenir notre travail lorsque les gens ont quitté leur travail pour se protéger contre le virus. Nous avons fermé des usines et des industries entières.

Dans chaque lieu de travail, des liens peuvent être établis avec les lieux de travail voisins, pour prendre de vraies décisions sur des problèmes réels comme la production et la distribution de vaccins. Travailler aux côtés des ingénieurs et des équipes de recherche scientifique pour s'assurer qu'il est sûr. Pour nous défendre non seulement contre le virus, mais contre ceux qui essaieraient de nous empêcher de faire ce que nous avons à faire.

Dur? Pas plus difficile que ce que nous endurons sous cette pandémie et cette crise économique. Grâce à l'organisation, les gens peuvent retrouver leur voix et surmonter les divisions qui se sont créées entre nous.

Nous voyons la population s'unir lors de catastrophes comme les inondations, les incendies et les tremblements de terre. Personne ne se soucie de la couleur de la peau ou de l'appartenance ethnique de la personne qui les transporte dans un véhicule d'urgence.

Nous pouvons opérer ce changement de direction lorsque nous détournons les yeux du spectacle secondaire de la politique nationale et que nous nous concentrons sur nos réelles possibilités.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 28 Jan 2021, 23:13

Édito de Spark, 24 janv. 2021 a écrit :Biden : «Démocratie», «Unité», «Science»

Joe Biden et Kamala Harris ont prêté serment le 20 janvier. Par la suite, Biden a fait trois remarques : Premièrement, «notre démocratie» a triomphé ; deuxièmement, la nation a besoin de «l'unité» ; troisièmement, face au virus, il «écoutera la science».
****
Si par «démocratie» Biden signifie que les votes ont tous été tabulés et que le vainqueur a été reconnu, oui, alors la «démocratie» a triomphé. Donald Trump avait tenté arnaque après arnaque pour garder la présidence pour lui-même, malgré le vote.

Mais compter les votes n'est pas la même chose que la «démocratie». Tenir une élection entre les deux mêmes partis qui se relaient pour diriger le gouvernement n'est pas une «démocratie» - pas quand chacun de ces partis a toujours mis les intérêts de la classe aisée au premier plan.

Les deux partis ont décidé, dirigé et/ou soutenu les guerres étrangères qui servent les intérêts des grandes entreprises et des banques de ce pays, au détriment des travailleurs dans et hors de l'armée.

Les deux partis ont mené des politiques dans ce pays qui ont fait baisser le niveau de vie des travailleurs afin que la classe milliardaire puisse devenir plus riche d'une manière obscène.

Trump est entré en fonction par le biais d'élections. Tout comme Biden. Mais leurs élections n'ont produit que la «démocratie» pour la classe aisée que chacun servait.
****
Lorsque Biden parle d '«unité», il dit qu'il veut rassembler la nation.

Mais tout appel à «l'unité» cache le fait que dans cette «nation», nous sommes divisés en classes. La classe capitaliste cherche à accroître sa richesse en abaissant le niveau de vie de la classe ouvrière et d'autres parties de la population travailleuse. Cette division est fondamentale dans la société capitaliste.

L'appel de Biden à «l'unité» est un appel pour que nous oublions que nous sommes exploités - pour que nous allions bras-dessus bras-dessous avec classe des très riches qui nous exploitent.

Nous avons besoin d'unité - mais de l'unité de tous ceux qui travaillent à nous maintenir en vie. Nous avons besoin de l'unité comme condition fondamentale de notre combat pour nous défendre.

Aujourd'hui, cette unité peut être brisée par des gens qui font remonter les pires attitudes racistes d'une société capitaliste qui a trouvé ses débuts et accumulé ses premières richesses grâce à l'esclavage. Cette unité peut être brisée par des gens qui veulent nous diviser selon le groupe ethnique dont nous faisons partie et la date à laquelle nos familles sont arrivées dans ce pays. Cette unité peut être brisée par des personnes qui traitent encore les femmes comme des biens sans aucun droit de prendre leurs propres décisions indépendantes.

Toutes les différentes parties de la classe ouvrière peuvent nous renforcer pour notre combat contre la classe capitaliste - mais seulement si nous nous unissons en tant que classe.
****
Enfin, Biden dit qu'il «écoutera la science» dans la bataille contre le virus.

«Science» ne signifie pas simplement des masques et des vaccins - bien que ceux-ci puissent être importants face à un virus mortel autorisé à devenir incontrôlable.

La «science» doit d'abord reconnaître comment le virus est devenu incontrôlable. C'est le produit d'une destruction du système de santé publique qui dure depuis des décennies - menée par les deux parties cherchant à détourner l'argent public vers la classe capitaliste. Les choix politiques ont fait des dizaines, voire des centaines de milliers de morts.

«Science» doit signifier, par exemple, se demander pourquoi tant de personnes sont mortes dans des maisons de retraite gérées par des intérêts privés dans la poursuite du profit - conduisant à des conditions propices au virus.

«Science» doit signifier - même en ce moment même - renverser le choix politique qui place la production, la distribution et même l'administration du vaccin entre des mains privées, avec l'intention de faire un profit.

Mais c'est une «science» que ni Joe Biden ni Donald Trump «n'écouteraient».

Ceux qui «écoutent» sont ceux qui travaillent dans ces laboratoires et installations de production. Ce sont eux qui savent ce qui se passe aujourd'hui. Ce sont eux qui pourraient ouvrir la porte pour que la science puisse être écoutée demain.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 02 Fév 2021, 15:23

Spark, 1 févr. 2021 a écrit :C’est un bon début !

On vient d'annoncer qu'un premier équipage privé va monter à bord de la Station spatiale internationale. Les riches entrepreneurs, Larry Connor de l'Ohio, Mark Pathy du Canada et Etan Stibbe d'Israël paieront chacun 55 millions de dollars pour voler sur une fusée SpaceX et passer 8 jours à bord de la Station spatiale en janvier prochain.

Ce qui soulève la question : s’ils peuvent envoyer trois capitalistes dans l’espace, pourquoi ne peuvent-ils pas les envoyer TOUS ?!
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par Duffy » 02 Fév 2021, 15:25

Très bon. :D
Duffy
 
Message(s) : 319
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 05 Fév 2021, 01:51

éditorial de Spark, 1er févr. 2021 a écrit :Les producteurs de vaccins ont le dernier mot, et cela nous tue

Qui dirige les États-Unis?

Il y a ceux qui pensaient que c'était Trump. Maintenant, d'autres diraient Joe Biden. Ou le Congrès, le Sénat, les gouverneurs et les maires.

Mais les compagnies pharmaceutiques indiquent clairement que personne ne peut leur dire quoi faire. Elles dirigent l'orchestre en ce qui concerne le COVID-19.

Pfizer, Moderna et les autres ont décidé de retarder la production des vaccins qu'ils avaient promis aux États-Unis et au reste du monde. Au plus fort de la pandémie ! Ils disent, ne vous inquiétez pas, nous en aurons beaucoup plus à la fin de l'été ! Comme s'ils produisaient des beignets!

Alors, quoi de neuf ? Ce n'est certainement pas une question d'argent. Les producteurs de vaccins ont été payés des milliards par les gouvernements mondiaux, pour suffisamment de vaccins pour inoculer la population. Et pourtant, les producteurs de vaccins ont réussi à conserver tous les droits sur leur production ! Cela signifie comment, quand et où le vaccin est produit et combien il coûte. Et s'ils n'ont pas envie d'investir de l'argent pour accélérer la production ou construire plus d'usines pour respecter leurs obligations, eh bien soit !

Pfizer a une usine à Kalamazoo, dans le Michigan, produisant tous les vaccins pour l'ensemble des États-Unis. Ils en ont une, oui, à Bruxelles, qui approvisionne toute l'Europe, mais celle-ci est actuellement fermée pour rénovation ! On dit donc à tout le monde d'attendre.

Mais on a hâte ! Nous sommes dans une course contre la montre pour utiliser le seul outil dont nous disposons, dans le monde entier, pour nous protéger contre ce virus mortel qui change (mute) et propage de nouveaux variants à un rythme toujours plus rapide.

Alors, quand les entreprises disent «juste un petit retard», qu'est-ce que c'est ? En un mois, en décembre, aux États-Unis, nous avons perdu 77 400 personnes qui sont mortes du Covid. En janvier, après l'annonce des retards de vaccination, le nombre de morts est plus élevé.

Ils prévoient de laisser mourir des centaines de milliers ou des millions de malades supplémentaires en gérant et en réduisant les coûts de production ! Et comme ils détiennent les droits de brevet sur les médicaments, personne d'autre ne peut non plus produire le vaccin contre le Covid.

Les établissements médicaux et à but non lucratif du monde entier demandent la levée des brevets afin que la production puisse être ouverte à d'autres producteurs. Les dirigeants capitalistes mondiaux, représentant les profiteurs, ne sont pas d'accord. Ils prétendent n'avoir aucun contrôle sur le problème des brevets.

L'avertissement que nous lance Biden, que nous allons "voir un total entre 600 000 et 660 000 morts avant de commencer à tourner la page", est honteux ! C'est l'aveu que le gouvernement américain n'a pas l'intention de défier les possédants de Pfizer, Moderna et autres, pour les droits sur le vaccin alors que nous les avons payés ! Ni de mobiliser les forces de l'État et de l'armée pour ordonner aux compagnies pharmaceutiques de fournir des vaccins sous peine d'expropriation. Ces dirigeants, qui déclarent la guerre, n'utiliseront aucune loi martiale pour mobiliser la production de médicaments vitaux.

Et comme ils ne peuvent pas ou ne veulent pas affronter le problème, il est temps de les mettre à la retraite, oui, tous. Dehors ! Pourquoi continuerions-nous à parier sur ces chevaux fatigués alors qu'ils perdent la course.

L'impérialisme américain et ses partenaires nous ont condamnés à mort et à la ruine. Ils ont fait des choix politiques et économiques pour faire passer le profit avant la vie humaine, cette fois c'est le profit des sociétés pharmaceutiques.

Le temps est venu d'une vraie mobilisation, d'un vrai combat pour libérer les peuples du monde du système de production pour le profit, et de ceux qui le défendent.

Nous devons commencer à en parler. Comment se préparer ? Comment engager un véritable combat pour se protéger et protéger les autres, dans chaque lieu de travail et chaque quartier. Comment mobiliser notre pouvoir, en tant que travailleurs, pour produire, transporter et administrer des vaccins. Comment connecter et coordonner nos combats et les organiser avec de nouveaux dirigeants de et pour la classe ouvrière.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 12 Fév 2021, 17:19

éditorial de Spark, 7 févr.2021 a écrit :Vous avez perdu votre emploi ? Ne blâmez pas le virus

Coup sur coup, l'industrie a supprimé des emplois le mois dernier. L '«hôtellerie» - c'est-à-dire les hôtels, les restaurants, les loisirs - a mené le peloton avec 61 000 travailleurs supprimés.

Ces suppressions ont été imputées au virus. Peut-être, mais il y en avait tous les autres. La fabrication de biens durables a supprimé des emplois en janvier ; de même que le stockage et l'entreposage autour d'Amazon. Des emplois ont été supprimés dans la construction, les assurances, les soins de santé à domicile, la vente au détail, la publicité, les administrations étatiques et locales, sans parler du travail «non traditionnel» de type Uber.

Oui, la crise dans laquelle nous nous trouvons a été aggravée par le virus, qui a frappé au début de l'année dernière. Mais les secteurs clés, autour desquels toute l'économie tourne, étaient déjà en train de régresser depuis un an. La construction, la fabrication et les investissements des entreprises en biens d'équipement entraînaient déjà l'ensemble de l'économie dans une grave récession. Le virus l'a simplement transformé en catastrophe.

Aujourd'hui, il y en a encore neuf millions de moins d'emplois qu'il y a un an, près de 11 millions de moins si l'on compte tous les travailleurs «non traditionnels» qui ont perdu leur emploi.

Quelle que soit la façon dont le virus a ajouté au problème, le principal coupable de cette catastrophe est la manière ordinaire dont le capitalisme fonctionne au 21e siècle.

Les grandes entreprises ont profité du virus pour pousser les petits concurrents à la faillite. Les entreprises de haute technologie ont été englouties. Avec chaque installation technologique qui a fermé, chaque fabricant, chaque magasin de détail, chaque bureau, des gens ont été mis au chômage. Amazon a peut-être embauché près d'un demi-million, mais les points de vente en ont réduit d'une fois et demie ce nombre.

Les entreprises rentables ont profité du virus pour supprimer des emplois afin d'augmenter leurs bénéfices. Pensez-y : les sociétés pharmaceutiques - comme Pfizer et Johnson & Johnson, celles qui disent ne pas pouvoir produire suffisamment de vaccins - ont supprimé des emplois.

Des entreprises comme Boeing et les compagnies aériennes et les chemins de fer, dont les pertes étaient couvertes par les fonds de relance du gouvernement, ont supprimé des emplois.

Les gouvernements des États et des villes ont profité du virus pour supprimer des emplois - près d'un million et demi d'emplois. Ils ont imputé les réductions à la diminution des recettes fiscales en raison du virus. Mais rien ne disait qu'ils devaient supprimer des emplois - et donc des services. Ils auraient pu réduire les subventions et les allégements fiscaux qu'ils accordent aux capitalistes qui dominent leurs États. Mais peu importe qui contrôlait l'administration - républicains ou démocrates - ils supprimaient des emplois.

Au total, des millions d'emplois ont été supprimés. Le virus a aggravé le problème. Mais la cause sous-jacente était la recherche du profit, la base même du capitalisme. C'est pire aujourd'hui parce que le capitalisme est un vieux système qui a perdu son utilité.

Tôt ou tard, le virus sera apprivoisé - à quel prix humain nous ne pouvons pas encore le savoir. Mais même après la disparition de la menace virale, nous serons toujours face à face avec le capitalisme, qui tentera toujours d'augmenter ses profits en faisant baisser le niveau de vie de nous tous qui travaillons.

Oui, nous devons apprivoiser le virus. Mais il faut se débarrasser de ce système décrépit, de ce retour dans le passé, qui engendre la misère de la population.

Qui le fera ? Qui peut le faire ? Certainement pas ces entreprises, qui nous montrent chaque jour ce qu'elles sont. Pas les deux partis, qui déclarent ouvertement leur fidélité à ce système capitaliste usé.

La classe qui tient l'avenir entre ses mains est la classe ouvrière, nous tous, la grande majorité de la population, qui chaque jour doit travailler pour vivre. C'est nous qui savons réellement comment fonctionnent toutes ces différentes entreprises, en d'autres termes, comment fonctionne l'économie. Nous sommes ceux qui travaillent pour les États et les villes qui savent ce qui est important dans ce que nous faisons et ce qu’il faut rejeter.

La classe ouvrière a la capacité de jeter ce vieux système, d'en construire un qui soit au service de la population. La principale chose qui nous empêche de le faire est que nous ne reconnaissons pas notre propre pouvoir.

Les gens disaient que personne ne fera jamais rien. Mais regardez comment le mouvement a explosé en juin dernier - nous pouvons voir que les gens vont agir. Mais le problème n'est pas seulement d'agir. Ce qu'il faut, ce sont des gens qui comprennent que la classe ouvrière peut utiliser sa situation au centre même de l'économie pour éliminer les parasites qui vivent de nous. Ce qu'il faut, c'est l'objectif de construire une nouvelle économie et un nouveau système politique, adaptés au 21e siècle. Le Communisme.


https://the-spark.net/bl1612720296.html
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Traductions de Spark

Message par com_71 » 18 Fév 2021, 18:05

éditorial de Spark, 15 févr. 2021 a écrit :Trump : qu'il reste ou qu'il parte, les problèmes continuent.

Le vote dans le procès de destitution du Sénat de Donald Trump était de 57 à 43 contre lui. Sept membres de son propre parti se sont joints à 48 démocrates et deux indépendants pour le condamner. D'autres républicains l'ont déclaré factuellement et moralement responsable des actions de la foule qui a attaqué le Capitole le 6 janvier - c'est le sujet du procès - même s'ils ont voté pour le laisser partir pour un détail technique.

Ce n'était pas une victoire pour Trump - seulement une évasion des conséquences de ses actes.

Mais ce n'était pas non plus une victoire pour la population ordinaire de ce pays. Et nous n'avons pas échappé aux conséquences vicieuses de ce que Donald Trump a fait.

Les membres du Congrès ont peut-être pris note des paroles et des actions de Trump - parce qu'il a libéré une foule contre eux. Mais pendant des années, Trump a laissé échapper un flot virulent d'insinuations et de mensonges dont le but ne pouvait être que d'attiser l'animosité raciale et les haines au sein de la population - une animosité qui a toujours eu des conséquences meurtrières. En 2015, un suprémaciste blanc a tiré sur une église noire à Charleston en Caroline du Sud, tuant 9 personnes. En 2018, une synagogue de Pittsburgh a été attaquée par un nationaliste chrétien et 11 personnes sont mortes. En 2019, un Walmart d'El Paso a été aspergé de coups de feu par quelqu'un visant à tuer des Mexicains, et 23 personnes sont mortes.

La classe capitaliste a toujours été consciente des énormes avantages qu'elle gagne lorsque la classe ouvrière est déchirée par les antagonismes raciaux et ethniques. C'est pourquoi, si des membres individuels de la classe capitaliste peuvent mépriser Donald Trump, ils ne l'ont pas seulement accepté, à travers leurs médias, eux et leurs autres politiciens l'ont renforcé.

Donald Trump n'a jamais essayé de cacher ce qu'il est, souriant en colportant des ordures.

Annonçant sa candidature en 2015, il a dénoncé les Mexicains comme des trafiquants de drogue et des violeurs, et les musulmans comme des terroristes. Il se vantait de ses «exploits» auprès des femmes. En 2017, il a qualifié les néonazis, les nationalistes chrétiens et les suprémacistes blancs réunis à Charlottesville de «très braves gens».

Quand un «suprémaciste blanc» autoproclamé de 17 ans a tiré sur trois hommes, en tuant deux, dans une manifestation Black Lives Matter à Kenosha, Trump a tweeté «légitime défense», même si le tueur avait parcouru 30 miles pour affronter les manifestants.

Il a salué les «soi-disant» milices qui ont défilé dans les capitales des États avec des armes, déterminées à intimider les personnes dont elles ne partageaient pas l'opinion sur le virus. Il a salué les organisations d'extrême droite défilant chaque jour à Portland, dans l'Oregon, avec des armes à feu dans une démonstration de force contre les manifestants de Black Lives Matter.

Trump a lancé des appels à la violence très affûtés. Il a fouillé tous les symboles à travers lesquels des idées racistes profondément enracinées sont exprimées.

Certes, le racisme de cette société n'a pas commencé avec Trump. C'est une tache constante tout au long de l'histoire des États-Unis qui a infecté la population. Si c'est pire aujourd'hui, ce n'est pas seulement à cause de Trump. C'est parce que l'économie a été dans un état de quasi-effondrement, parce qu'une plus grande partie de la population laborieuse est désespérée, cherchant quelque chose ou quelqu'un à blâmer.

Mais Trump a donné la devise au racisme, utilisant le pouvoir de la présidence américaine pour le faire.

Que Trump reste dans les parages - comme il a promis de le faire juste après le vote du Sénat - ou s'il disparaît dans l'un de ses rôles, le racisme avec lequel il a joué sera toujours avec nous - comme tous les suprémacistes blancs et nationalistes chrétiens qu'il a encouragés.

Le système bipartite, avec ses deux partis œuvrant pour maintenir la classe capitaliste au pouvoir, ne laisse aucun moyen de résoudre ces problèmes. Pendant des années, tout ce que nous avons entendu, ce sont des excuses désolées selon lesquelles rien ne peut être fait. Les deux partis sont responsables des politiques qui ont profité à la classe capitaliste aux dépens de la classe ouvrière.

Face à la situation économique désastreuse d'aujourd'hui et au racisme qui imprègne toute cette société, la classe ouvrière n'a qu'une seule réponse : mener un combat pour ses propres intérêts de classe, contre la classe qui tente de nous diviser. Et c'est un combat qu'aucun des partis n'a jamais proposé, et ne propose pas maintenant. La lutte pour que tous ceux qui souhaitent travailler puissent avoir un emploi décent et rémunéré contribuera grandement à surmonter nos divisions. C'est aussi, dans la situation actuelle, la seule lutte qui nous donne une chance de nous sortir de la boue de l'effondrement de l'économie capitaliste.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4326
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

PrécédentSuivant

Retour vers Actualités internationales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)