Maitron en ligne

Marxisme et mouvement ouvrier.

Maitron en ligne

Message par com_71 » 11 Jan 2019, 14:47

Depuis décembre 2018 une bonne partie des notices biographiques du Maitron sont disponibles en ligne.
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ... icle209348

Il y a des bizarreries. Par ex. on trouve plus de détails sur l'exécution de Mathieu Bucholz par les staliniens dans la notice de Jacques LÉGLISE que dans la sienne propre.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2670
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Maitron en ligne

Message par Plestin » 19 Mars 2019, 06:44

On trouve aussi dans le Maitron quelques surprises ; par exemple, la fiche de Maxime Rodinson.

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ... icle175030

Et dedans :

Le 31 juillet 1937, il épousa Geneviève Gendron, licenciée d’anglais, avec qui il eut trois enfants (Daniel, né le 18 août 1938 ; Claudine, née le 18 février 1943 ; Michel, né le 15 mars 1945 à Beyrouth). La même année, il donna son adhésion au Parti communiste.


Puis, à la fin :

Son fils aîné, Daniel Rodinson, devint ingénieur agro-économiste. Les cadets militèrent tous deux dans l’organisation Lutte ouvrière. Michel Rodinson devint l’un de ses principaux dirigeants, comme directeur du journal et responsable de la maison d’édition Les bons caractères, qui réédita l’œuvre de Moïse Twersky.
Plestin
 
Message(s) : 926
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Décés et bio d'Amélie Bleibtreu... Dans le Maitron

Message par Gayraud de Mazars » 20 Mars 2019, 11:07

Salut camarades,

Dans le Maitron en ligne on peut lire... BLEIBTREU Amélie, dite Lily [née BUNLE Amélie, dite aussi Amélie ZYROMSKI], partie le 17 mars 2019 à 97 ans !

Née le 5 juillet 1922 à Paris (IVe arr.), morte dans la nuit du 16 au 17 mars 2019 ; institutrice puis professeur de mathématiques ; militante trotskyste puis syndicaliste École émancipée ; belle-fille de Jean Zyromski.

Image
Lily Bleibtreu vers 1962

Sa biographie

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ... o1bG-4RQOY

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 510
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Décés et bio d'Amélie Bleibtreu... Dans le Maitron

Message par com_71 » 20 Mars 2019, 12:39

Gayraud de Mazars a écrit :BLEIBTREU Amélie, dite Lily, belle-fille de Jean Zyromski


Ah bon... Sur Zyromski :
Trotsky a écrit :Dictature du prolétariat.

Zyromski a essayé, dans une série d'articles, d'indiquer les principes fondamentaux du futur parti unifié. C'est une chose beaucoup plus sérieuse que de répéter des phrases générales sur l'unité, à la manière de Lebas. Par malheur, Zyromski fait dans ses articles un pas du centrisme réformiste non vers le léninisme, mais vers le centrisme bureaucratique (stalinisme). Cela apparaît de la façon la plus claire, comme nous allons le montrer, dans la question de la dictature du prolétariat.

Zyromski, pour quelque raison, répète avec une insistance particulière dans une série d'articles l'idée-en invoquant d'ailleurs Staline comme source première!-que "la dictature du prolétariat ne peut jamais être considérée comme un but". Comme s'il existait quelque part au monde des théoriciens insensés qui pensent que la dictature du prolétariat est un " but en soi"! Mais dans ces étranges répétitions, il y a une idée: Zyromski s'excuse pour ainsi dire par avance devant les droitiers de vouloir la dictature. Par malheur, il est difficile d'établir la dictature, si on commence par s'excuser.

Bien pire, pourtant, est l'idée suivante : "Cette dictature du prolétariat... doit se desserrer et se transformer progressivement en démocratie prolétarienne au fur et à mesure que se développe l'édification socialiste." Dans ces quelques lignes il y a deux profondes erreurs principielles. La dictature du prolétariat y est opposée à la démocratie prolétarienne. Pourtant, la dictature du prolétariat par son essence même peut et doit être l'épanouissement suprême de la démocratie prolétarienne. Pour accomplir une grandiose révolution sociale, il faut au prolétariat la manifestation suprême de toutes ses forces et de toutes ses capacités: il s'organise démocratiquement précisément pour venir à bout de ses ennemis. La dictature doit, selon Lénine, "apprendre à chaque cuisinière à diriger l'Etat". Le glaive de la dictature est dirigé contre les ennemis de classe ; la base de la dictature est constituée par la démocratie prolétarienne.

Chez Zyromski la démocratie prolétarienne vient remplacer la dictature "au fur et à mesure que se développe l'édification socialiste". C'est une perspective absolument fausse. Au fur et à mesure que la société bourgeoise se transforme en société socialiste, la démocratie prolétarienne dépérit avec la dictature, car l'Etat lui-même dépérit. Dans la société socialiste il n'y aura pas de place pour la "démocratie prolétarienne", premièrement, par l'absence de prolétariat, deuxièmement, par l'absence de la nécessité de violence étatique. C'est pourquoi le développement de la société socialiste doit signifier non pas la transformation de la dictature en démocratie, mais leur dissolution commune dans l'organisation économique et culturelle de la société socialiste.
Adaptation à la bureaucratie stalinienne.

Nous ne nous serions pas arrêtés à cette erreur, si elle avait eu un caractère purement théorique. En fait se cache derrière elle tout un dessein politique. La théorie de la dictature du prolétariat, que, selon son propre aveu, il a empruntée à Dan, Zyromski tente de l'adapter au régime actuel de la bureaucratie soviétique. Il ferme d'ailleurs consciemment les yeux sur cette question-ci: pourquoi, malgré les énormes succès économiques de l'U.R.S.S., la dictature prolétarienne évolue-t-elle non pas vers la démocratie, mais vers un bureaucratisme monstrueux, qui prend définitivement le caractère d'un régime personnel? Pourquoi, "au fur et à mesure que se développe l'édification socialiste", étouffe-t-on le parti, étouffe-t-on les soviets, étouffe-t-on les syndicats? Il est impossible de répondre à cette question sans une critique décisive du stalinisme. Mais c'est précisément ce que Zyromski veut éviter à tout prix.

Cependant, le fait qu'une bureaucratie indépendante et incontrôlée ait usurpé la défense des conquêtes sociales de la révolution prolétarienne, témoigne que nous avons devant nous une dictature malade, en dégénérescence, qui, si on la laisse à elle-même, aboutira non pas à la "démocratie prolétarienne", mais à l'effondrement complet du régime soviétique.

Seule la révolution en Occident peut sauver de la perte la Révolution d'Octobre. La théorie du "socialisme en un seul pays" est fausse dans toutes ses bases. Le programme de l'Internationale communiste ne vaut pas plus qu'elle. Adopter ce programme, ce serait lancer le train de la révolution internationale dans le ravin. La première condition de succès pour le prolétariat français est l'indépendance complète de son avant-garde à l'égard de la bureaucratie soviétique, nationale et conservatrice. Bien entendu, le Parti communiste a le droit de proposer de prendre comme base de l'unification le programme de l'Internationale communiste: il ne peut rien offrir d'autre. Mais les marxistes révolutionnaires qui sont conscients de leurs responsabilités pour le sort du prolétariat, doivent soumettre le programme de Boukharine-Staline à une critique impitoyable. L'unité est une chose magnifique, mais pas sur une base pourrie. La tache progressive consiste à rassembler les ouvriers socialistes et communistes sur la base du programme international de Marx et de Lénine. Les intérêts du prolétariat mondial comme les intérêts de l'U.R.S.S. (ils ne sont pas différents) exigent la même lutte contre le réformisme que contre le stalinisme.

https://www.marxists.org/francais/trots ... ovlf36.htm

...Dumoulin, Zyromsky et autres, qui ne pensent même pas à rompre avec la social-démocratie et le national-syndicalisme. Ils sont l'aile "gauche" du camp ennemi, qui défend l'état bourgeois et la propriété bourgeoise.

https://www.marxists.org/francais/trots ... 310126.htm

etc. etc.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2670
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Maitron en ligne

Message par Gayraud de Mazars » 21 Mars 2019, 10:10

Salut camarades,

com_71 a écrit :...Dumoulin, Zyromsky et autres, qui ne pensent même pas à rompre avec la social-démocratie et le national-syndicalisme. Ils sont l'aile "gauche" du camp ennemi, qui défend l'état bourgeois et la propriété bourgeoise.


C'est un jugement implacable de Léon Trotsky sur Zyromsky...

Pourtant Zyromsky a traversé le XXe siècle sans trahir fondamentalement la classe ouvrière ! Certes ses choix politiques ne furent pas ceux de Trotsky, ni de la IV° Internationale, mais quand même, il fut de notre camp !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 510
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Maitron en ligne

Message par artza » 21 Mars 2019, 15:05

il fut de notre camp


Non, je ne le pense pas. Pas le temps de développer...mais bon, cheminer du PS au PC, cahin-caha, n'a pas grand-chose à voir avec le regroupement pour un parti ouvrier révolutionnaire.

Pour GdM (re)lire la lettre de Trotsky à "La lutte de classes" et à "La Vérité" (1929-30 de mémoire) tout part de là; Comme toutes les histoires, il faut commencer du début :D
artza
 
Message(s) : 1297
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Maitron en ligne

Message par com_71 » 21 Mars 2019, 16:36

Léon Trotsky 5 août 1929 a écrit :Lettre ouverte à la rédaction de La Vérité
Chers camarades,

Vous entreprenez la publication d'un hebdomadaire sur la base de l'opposition communiste de gauche. Je suis de tout cœur avec vous. C'est précisément ce dont nous avons besoin.

En France, l'influence de l'opposition est trop faible. C'est qu'en France les groupements de l'opposition sont trop nombreux. Quelques‑uns se sont figés. Ils publient de temps à autre un numéro de journal qui contient des documents de l'opposition internationale ou des articles occasionnels sur des questions isolées de la vie française. Le lecteur oublie le contenu du numéro précédent avant de recevoir le suivant. Il faut en finir avec une pareille situation. Il faut donner aux masses l'appréciation marxiste juste et systématique des événements sociaux. La politique exige la continuité de la pensée, de la parole et de l'action. C'est pourquoi la politique exige un quotidien.

L'opposition n'a pas encore le moyen de mettre sur pied un quotidien. Vous êtes contraints de commencer par un hebdomadaire. C'est déjà un pas en avant. A condition naturellement que l'entreprise ne s'en tienne pas là, mais qu'elle mette le cap sur un quotidien.

Les idées que vous représentez ‑ les idées du marxisme enrichi par la pratique révolutionnaire du parti de Lénine et toute l'expérience révolutionnaire internationale de l'après‑guerre ‑ frayeront leur route. On ne peut en douter. Il faut seulement que ces idées soient reliées étroitement aux faits de la vie, qu'elles s'accrochent aux événements réels, qu'elles soient fécondées par l'expérience vivante des masses. Tel est l'objectif de votre hebdomadaire, et c'est ainsi qu'il deviendra l'instrument utile et irremplaçable de l'élaboration d'une plate‑forme fondée correctement dans la doctrine et dans la vie. Il n'y a pas d'erreur plus grande que de s'imaginer qu'on peut fabriquer une plate‑forme en chambre et la proclamer comme les prémisses tout à fait arrêtées de l'action politique.

Non, la plate‑forme de combat ne peut que retracer et généraliser l'expérience politique déjà accomplie et créer ainsi les prémisses plus larges et plus fécondes de l'avenir.

Marx a dit une fois qu'un pas en avant du mouvement vaut mieux qu'une douzaine de programmes. Marx pensait aux programmes élaborés en dehors des réalités de la lutte pour la satisfaction de leurs créateurs.

Ses paroles s'appliquent on ne peut mieux à la situation actuelle de l'opposition communiste française. En quoi consiste sa faiblesse ? En ce qu'elle n'a pas mené jusqu'à ce jour de lutte politique, ou qu'elle n'en a mené qu'épisodiquement. Cela conduit inévitablement à la formation et au maintien de groupes clos et de tendance conservatrice, destinés, sur ce terrain, à échouer, comme on sait, à l'épreuve des événements.

La survivance de cet état de choses menacerait de compromettre gravement l'opposition française et de lui barrer pour longtemps la route de l'avenir. La concentration de toutes les forces de l'opposition de gauche pour l'action est indispensable. Votre Vérité doit devenir l'organe de cette concentration.

Il n'y a plus un instant à perdre. On en a déjà suffisamment perdu.

Les fautes du communisme officiel n'ont pas un caractère occasionnel. Elles tiennent à la nature même de la fraction dirigeante. Le centrisme est un courant intermédiaire entre le réformisme et le communisme. Il n'a et il ne peut avoir de ligne propre. Il la cherche toujours sous les coups de droite et de gauche. il oscille il fait des zigzags, il fait des crochets, il se jette d'un extrême à l'autre. Il faut ajouter que le centrisme actuel est foncièrement bureaucratique et pleinement soumis au commandement du sommet de la fraction stalinienne. Cela donne à chacun des zigzags de la direction un élan international, indépendamment des conditions effectives du mouvement ouvrier de chaque pays. Il en résulte un affaiblissement progressif des positions du communisme mondial. Les Sémard, les Monmousseau sont les représentants achevés du type de bureaucrate centriste en France.

Les derniers zigzags aventuriers à gauche qui avaient pour but immédiat de dissimuler l'écrasement de l'opposition communiste aux yeux des masses ouvrières se sont traduits par une série d'aventures et ont démontré, de Canton à Berlin, l'héroïsme de l'avant-garde ouvrière et la faillite politique de sa direction.

Comme résultat de ces convulsions ‑ qui ont porté naturellement leurs fruits : des défaites ‑ il faut s'attendre à un nouvel affaiblissement du centrisme et au renforcement des deux ailes. C'est maintenant que s'ouvre le moment favorable au recrutement des ouvriers révolutionnaires sous le drapeau de Marx et de Lénine.

En rejetant l'esprit de cénacle avec ses intérêts et ses ambitions mesquines, la Vérité doit rallier autour d'elle tous les éléments vivaces et véritablement révolutionnaires de l'opposition communiste. C'est aussi nécessaire à l'avant‑garde des ouvriers que le pain quotidien.

Les rapports de la presse ouvrière avec ses lecteurs fournissent la vérification la plus nette de sa ligne politique. Les réformistes mentent consciemment au lecteur dans l'intérêt du maintien du régime bourgeois. Les centristes couvrent, par leurs mensonges, leurs hésitations et leur manque d'assurance, leurs capitulations et leurs aventures. Ils n'ont pas confiance en eux‑mêmes et c'est pourquoi ils manquent de confiance en leurs lecteurs. Ils croient qu'on ne peut entraîner les ouvriers que les yeux bandés et tirés par la main. C'est cet esprit qui pénètre maintenant la presse de l'Internationale communiste. Elle n'a pas confiance dans les ouvriers. Elle les tient en tutelle comme de petits enfants. Elle leur raconte des histoires fantastiques. Quand ils posent des questions gênantes, elle les menace du doigt. C'est pour cela que l'apathie s'installe dans les rangs du parti et que le vide s'établit autour de lui.

La masse ouvrière n'est pas composée de nourrissons. Elle est faite d'hommes ayant une dure expérience. Elle ne tolère pas de gouvernants bureaucratiques dont la sévérité égale généralement la sottise. L'ouvrier ne demande pas d'ordres, mais de l'aide pour son orientation politique. Pour cela il faut lui dire avant tout ce qui est. Ne pas sucrer, mais dire honnêtement ce qui est.

La politique du communisme ne peut que gagner à exposer la vérité dans toute sa clarté. Le mensonge peut servir à sauver les fausses autorités, non à éduquer les masses. C'est la vérité qui est nécessaire aux ouvriers comme un instrument de l'action révolutionnaire.

Votre hebdomadaire s'appelle la Vérité. On a assez abusé de ce mot, comme de tous les autres, d'ailleurs. Néanmoins, c'est un nom bon et honnête. La vérité est toujours révolutionnaire. Exposer aux opprimés la vérité de leur situation, c'est leur ouvrir la voie de la révolution. Dire la vérité sur les dirigeants, c'est saper mortellement les bases de leur pouvoir. Dire la vérité sur la bureaucratie réformiste, c'est l'écraser dans la conscience des masses. Dire la vérité sur les centristes, c'est aider les ouvriers à assurer la direction juste de l'Internationale communiste.

C'est là la tâche de votre hebdomadaire. Toutes les formes et les manifestations du mouvement ouvrier doivent être loyalement éclairées. Le lecteur attentif devra se persuader que pour connaître la vérité sur les mouvements du prolétariat en France et dans le monde, il doit la rechercher dans la Vérité.

Et il acceptera ainsi votre point de vue, parce qu'il se présentera à lui dans la lumière des faits et des chiffres. Seul ce courant qui cherche honnêtement, avec les ouvriers et à leur tête, la juste orientation, gagnera à lui des partisans conscients et dévoués qui ne connaîtront ni désenchantement ni découragement.

Chers amis, je suis avec vous de tout cœur. J'accepte avec joie votre proposition de collaboration. Je ferai tout pour que cette collaboration soit systématique et permanente. Je m'efforcerai de donner des articles pour chaque numéro : sur la situation en Russie, sur les événements de la vie mondiale, sur les questions du mouvement ouvrier international.

Je souhaite chaleureusement votre succès.


L. Trotsky 11 Août 1929 a écrit :LETTRE A LA RÉDACTION DE "LUTTE DE CLASSES"
Chers camarades,

Je réponds bien volontiers à la lettre du camarade Naville, qui touche aux questions les plus importantes pour l'Opposition Française.

Je ne m'étendrai pas sur le passé de l'Opposition française. Cela prendrait trop de temps. Pour autant que le passé nous intéresse, d'abord et surtout, du point de vue des tâches pratiques courantes à venir, je me limiterai aux conclusions les plus générales tirées à ce sujet dans la lettre du camarade Naville.

L'Opposition française ne s'est pas jusqu'à présent engagée dans le travail politique, au vrai sens du mot. En conséquence, elle est demeurée, de fait, dans un état embryonnaire. Mais il est impossible de rester dans un tel état sans danger. Les ailes droite et gauche s'y sont cristallisées presque sans relation avec la lutte du prolétariat français, et de ce fait, souvent, dans des directions hasardeuses. Le fait que l'Opposition française soit demeurée trop longtemps au premier stade du développement a conduit à la segmenter en groupes conservateurs dont chacun se soucie surtout de sa propre conservation.

Tout ceci est vrai. Mais tout ceci ne peut, en aucun cas, servir d'argument contre le besoin d'estimer la valeur de chaque groupe et de tout groupe du point de vue des trois tendances fondamentales du Komintern et de sa périphérie, savoir : la Gauche (marxiste ou léniniste) le Centre (stalinien) et la Droite (Boukharine, Brandler, etc.).

Ces critères fondamentaux ne découlent pas des particularités du développement des groupes et groupuscules séparés de l'Opposition française, mais des conditions objectives - corrélation de classes, caractère de l'époque, etc. Pour cette raison, précisément, les tendances fondamentales ont un caractère national. Si nous voulons éviter de nous embrouiller en appréciant des groupes oppositionnels isolés qui se sont ossifiés avant de pouvoir atteindre un complet développement, nous devons procéder de l'objectif au subjectif, de l'international au national, des classes aux partis et aux factions.

"Mais est-ce bien la peine d'accorder tant d'attention à Brandler ou Souvarine, quand des tâches gigantesques attendent le Communisme ? "

Voilà un argument plutôt favori, qui semble profond mais ne reflète en réalité que la superficialité et l'indifférence. Se cacher derrière de grandes perspectives afin de ne rien faire, c'est une ruse favorite des sceptiques et dilettantes. Des gens qui raisonnent ainsi montrent par là qu'ils ne se préparent pas du tout à résoudre "des tâches gigantesques" en pratique.

Il est impossible d'influencer les événements historiques les mains nues. Il faut un instrument. L'instrument fondamental est le parti et dans l'état présent, c'est la faction. La faction est unie sur une base d'idées spécifiques et de méthodes d'action. Une idéologie bâclée aujourd'hui, c'est une politique en faillite demain. Quand un aviateur se prépare à traverser un océan, il doit vérifier avec un soin décuplé les écrous, les vis, les boulons et les tirants. Pour lui rien n'est insignifiant.

Et après tout, nous commençons seulement à construire le mécanisme d'un vol futur. Bâcler est ici spécialement criminel.

Si Souvarine fut perdu si entièrement, c'est parce que précisément, il rompit avec la méthode marxiste, cherchant à la remplacer par des observations subjectives et capricieuses, des spéculations et des "études". Tout groupe qui cherche dans ces conditions, à lier son destin à celui de cette méthode est voué à la destruction.

Mais en plus de la tendance de Droite, il y a un autre danger, très aigu dans l'état actuel de notre mouvement. Je l'appellerai le danger du dilettantisme petit-bourgeois. En Russie l'Opposition combat dans des conditions telles, que seuls peuvent rester dans ses rangs d'authentiques révolutionnaires. On ne saurait en dire autant sans réserve de l'Europe occidentale, et particulièrement de la France. Non seulement chez les intellectuels, mais même dans la couche supérieure de la classe ouvrière, on trouve fréquemment des éléments qui veulent porter le titre de révolutionnaires les plus extrémistes aussi longtemps que cela ne leur impose pas d'obligations sérieuses, c'est-à-dire aussi longtemps qu'ils ne sont pas obligés de sacrifier leur temps et leur argent, de se soumettre à la discipline, de compromettre leurs habitudes et leurs conforts. La tourmente de l'après-guerre n'a pas pou créé de ces révolutionnaires par méprise, essentiellement des philistins mécontents déguisés en communistes. Certains d'entre eux tombèrent aussi dans l'opposition, car l'appartenance à l'Opposition dans les circonstances présentes impose encore moins d'obligations que l'appartenance au parti officiel (Communiste).

Inutile de dire que de tels éléments sont un poids, et un poids très dangereux. Ils sont cent pour cent prêts à adopter le programme le plus révolutionnaire, mais résistent furieusement quand il est nécessaire de faire le premier pas vers sa

réalisation. Dans une situation difficile, ils abandonneront naturellement nos rangs, au premier prétexte commode. Des preuves solides et une sélection stricte sont indispensables à la base d'une œuvre révolutionnaire dans les masses.

Le devoir de l'Opposition Française est de trouver le chemin menant à cette œuvre.

Pour commencer, il est nécessaire d'avoir, au moins, un hebdomadaire, et de plus, sans délai.

Ce n'est pas un secret pour vous, que certains groupes et individus ont entamé une lutte contre l'hebdomadaire avant même qu'il n'ait paru. Les intérêts de cette lutte ont noué des alliances les plus inattendues. Hier encore X écrivait et disait "Il est impardonnable de confier un travail ordinaire à Y, car il ne peut que le démolir". A son tour Y écrivait : "X ne mérite ni la confiance politique, ni la confiance morale". Chacun d'eux écrit aujourd'hui : "La meilleure solution est X plus Y". D'autres ajoutent que toute autre décision serait "bureaucratique". Comme chacun sait, les bureaucrates malheureux de l'école de Zinoviev sont spécialement experts et prolixes dans la critique du bureaucratisme.

Les camarades Naville et Gérard ont eu l'occasion de discuter avec Rosmer et ils ont appris de sa propre bouche que ni lui ni ses amis ne considèrent le groupement actuel comme définitif. Ce qui est en question est de commencer. Il sera possible, et nécessaire de corriger, de compléter et d'améliorer au cours de l'action, attirant toujours de nouvelles forces, et, naturellement, écartant ces éléments qui se révèlent sans valeur au cours de l'épreuve. C'est la seule manière de construire une entreprise vivante.

Quelle est l'origine du groupe "Vérité" ? Il prit forma dans un laps de temps relativement bref, mais pas du tout par hasard. Sous le drapeau de "Vérité" se sont rassemblés des camarades actifs, venant de groupes variés parce que rien ne résultait de leurs tentatives pour faire paraître un hebdomadaire,avec l'appui d'un des groupes existants. Nous entendions invariablement une réponse, toujours la même : "Pas de troupes, pas d'argent pour cela". Comme si, en restant dans une chambre, on pouvait espérer, d'on ne sait où, des troupes et de l'argent. Comme si les troupes et l'argent tombaient du ciel et qu'on ne les créait pas, on travaillant avec énergie. Les gens se déclaraient satisfaits quand ils sortaient, de temps en temps, des compilations de documents oppositionnels, manquant de remarquer l'aveuglante, l'écrasante incompatibilité entre les idées qu'ils acceptaient en paroles et les méthodes dont ils se servaient dans l'action.

Le camarade Naville écrit que l'Opposition russe est elle-même responsable, parce qu'elle a soutenu les "obéissants" qui ne se trouvent pas toujours être les plus actifs et les plus révolutionnaires. Je ne parlerai pas ici des conditions extérieures qui rendaient extrêmement difficiles nos relations avec l'étranger et faisaient souvent dépendre nos liens avec l'opposition étrangère, de camarades isolés, secondaires, et pas toujours appropriés. Nombreuses furent naturellement les erreurs sur ce terrain. Néanmoins l'essentiel de la chose n'est pas là. Les représentants individuels de l'Opposition russe exerçaient une influence disproportionnée, uniquement parce que les groupes de l'Opposition française étaient eux-mêmes trop faibles, trop fragilement reliés au mouvement dans leur propre pays.

Il n'y a qu'un seul moyen d'en sortir : fortifier l'opposition sur le sol français. Dire, comme Souvarine, que nous courons le danger de transporter dans nos rangs les méthodes du Komintern, c'est dire quelque chose qui ne ressemble en rien à la réalité. Les méthodes actuelles du Komintern supposent tout d'abord l'existence d'un pouvoir d'état et de finances d'état. Sans quoi on ne peut penser à de telles méthodes. Je ne peux que répéter à ce sujet les mots de G. Gurov : "Les cadres révolutionnaires doivent se former dans chaque pays sur la base de leurs propres expériences, et ils doivent se tenir sur leurs propres pieds. L'Opposition russe n'a à sa disposition – on pourrait presque dire aujourd'hui que c'est heureux - ni instruments de répression d'état, ni ressources financières gouvernementales. C'est seulement et exclusivement une question d'influences idéologiques, d'échange d'expériences. Chaque section nationale doit rechercher les sources de son influence non pas au dessus mais au dessous, parmi ses propres ouvriers, en ralliant la jeunesse à ses côtés, par un travail infatigable, énergique et vraiment dévoué jusqu'au sacrifice".

Vous pourriez dire que moi aussi, je suis responsable du retard de ces affaires, en ce sens que j'ai soutenu des publications qui reflétaient hier et ne préparaient pas demain. Il est possible que ces derniers mois, j'ai attendu trop patiemment une initiative de gens qui en sont incapables, que je me suis trop longtemps contenté d'essayer de convaincre les gens par lettres, etc. Mais dans l'analyse finale impliquée ici, je ne parle que de deux ou trois mois additionnels et rien de plus. Mais je suis complètement d'accord sur ce qu'il est grand temps d'appeler les choses et les gens par leur nom et à voix haute. La diplomatie de cercle de discussion ne nous mènera pas loin. En quoi peut consister la démocratie aujourd'hui au sein de l'Opposition ? En ce que toute l'Opposition sache tout ce qui est fait, et les raisons de cela. Les vieilles méthodes de cercle ont été épuisées et se sont complètement discréditées. Au moment de violentes ruptures, il est important d'observer et de vérifier l'activité des groupes individuels et des personnes. Aujourd'hui ce n'est pas une question de répéter des formules toutes faites, mais de montrer dans l'action ce dont chaque groupe existant ou ses représentants individuels sont capables. Un bref historique de la préparation de l'hebdomadaire est très instructif. Chaque membre actif de l'Opposition devrait en prendre connaissance, par des documents et des lettres. C'est le seul moyen de former des cadres. C'est le seul moyen d'éliminer des grandeurs fictives et de détruire de fausses réputations. C'est le seul moyen pour ceux qui méritent la confiance, de la conquérir. C'est le seul moyen de passer de la diplomatie en vase clos et des querelles de cercles à la démocratie réelle au sein de l'Opposition.

Après avoir passé par un certain nombre de crises, dont chacune ressemble vaguement à une tempête dans un verre d'eau, l'Opposition - grâce à l'hebdomadaire - ne se trouvera pas seulement armée de pied en cap, mais aussi se sentira mieux amalgamée, renforcée et mûrie.

La rédaction de "Contre le Courant" propose alors un nouvel argument en faveur d'une inaction prolongée : il est d'abord nécessaire d'adopter un "programme". Il est difficile d'imaginer une démonstration plus agonisante de dogmatisme. Je suis surpris que le groupe "Contre le Courant" qui comprend des ouvriers, no saisisse pas la sottise qu'il y a à demander que le prolétariat, ou son avant-garde, ou l'Opposition qui désire être l'avant-garde de l'avant-garde attende jusqu'à ce que quelqu'un écrive pour eux, pendant ses heures de loisir, un programme de salut.

Au cours de deux mois, on nous a donné deux fragments qui ne nous ont pas avancé d'un pas, on nous promet une suite dans un mois et un mois après une conclusion, et alors seulement commencera la discussion. Les autres groupes s'accorderont-ils à accepter comme base de discussion le projet qui a jailli, tout fait, du cerveau de son autour ? Quant à moi, sur la base des deux premières livraisons, je voterai contre. Ce n'est pas un programme mais un morceau de littérature, et encore, pas du meilleur goût. J'espère démontrer ceci dans les colonnes de notre futur périodique international "L'Opposition".

COMMENT ON CONSTRUIT UN PROGRAMME POLITIQUE.

Pour commencer un travail politique, l'Opposition a une base doctrinale parfaitement adéquate, assurée par toute sa précédente lutte. Cette base doit être prise comme point de départ. Et seule une participation active à la vie politique peut préparer les conditions de création d'un programme et non seulement d'un programme politique local, mais aussi le programme marxiste de l'Internationale Communiste. Rien ne sortira de l'essai de Paz pour créer un programme comme dans un laboratoire. Espérons qu'après cette expérience, et après la preuve de son caractère inadéquat, la majorité du groupe ira à l'initiative de l'action, c'est-à-dire prendra place sous l'Égide de "La Vérité". On leur fera un accueil cordial, malgré les erreurs présentes. A ce propos il faut dire quelques mots sur le camarade Treint. Ici je dois mettre les points sur les "i". Les groupes variés de l'Opposition pouvaient différer les uns des autres, ils s'accordaient tous sur un point : aucun ne considérait comme possible de travailler avec Treint. Tous montraient son passé du doigt. Je considérais et je considère toujours, que malgré ce passé, la porte doit rester ouverte pour Treint aussi. C'est dans ce sens que je lui ai écrit. Là je lui expliquais qu'avant de montrer une telle rigueur envers tous, il devait d'abord gagner leur confiance. Le camarade Treint n'a pas compris mon conseil. Il proclame maintenant que le bureau do "Vérité" ne mérite pas sa confiance. Naturellement en politique, il n'y a pas de place pour la confiance absolue ou aveugle. Sans vérification ou contrôle, aucun travail politique sérieux n'est possible.

Mais il est nécessaire de déclarer que de tous les candidats possibles au poste de rédacteur en chef de l'hebdomadaire, Rosmer a le plus de droit à la confiance, et Treint le moins. Par là je ne veux pas dire du tout que Rosmer n'a pas fait d'erreurs. D'une façon générale, il n'y a pas, en ce monde, de gens sans péché. J'entends la conduite politique sur une large échelle. Rosmer fut un de ceux parmi les quelques douzaines de révolutionnaires d'avant-guerre, qui restèrent loyaux à l'internationalisme pendant la guerre. Rosmer fut le premier à répondre à l'appel de la Révolution d'Octobre et vint à Moscou y poser les premières pierres de l'Internationale Communiste. Quand vers la fin de 1923 les épigones commencèrent à réviser le marxisme, Rosmer éleva la voix pour protester, au mépris des abominations qui furent utilisées contre lui par les agents zinoviévistes, parmi lesquels il y avait une grande proportion de professionnels. Des faits de ce genre sont comme des bornes milliaires dans une biographie politique, et par ces bornes, il est possible de déterminer la route d'un révolutionnaire.

Dans la biographie du camarade Treint il n'y a pas de tels faits. Il devint révolutionnaire après la guerre. Sa nouvelle vision du monde n'a pas encore subi une seule fois l'éprouve d'événements majeurs. En 1923, Treint devint l'instrument d'une fausse politique et d'un régime fatal dont le parti français aussi bien, que le Komintern entier ne sont pas délivrés aujourd'hui. Presque jusqu'au milieu de 1927, Treint soutint la ligne officielle du Komintern et la lutte contre l'Opposition. En mai 1927 à l'assemblée agrandie du ECCI, Treint, bien qu'il eût proféré des critiques isolées, n'en vota pas moins les résolutions de Staline-Boukharine sur la question chinoise, sur le Comité Anglo-Russe et sur la question de l'Opposition. Pourtant Treint avait passé auparavant une aimée et demie à Moscou et il avait eu pleinement l'occasion de suivre et d'étudier la lutte de l'Opposition contre Staline. Rejoignant l'Opposition pondant l'automne 1927, Treint demeura zinoviéviste, ce qui signifie une combinaison de centrisme et d'extrême-gauchisme. Finalement, même actuellement, la facilité avec laquelle Treint révise ses jugements et sa promptitude à entrer dans toute combinaison, de façon à gêner notre cause chaque fois que lui, Treint, n'est pas à la tête, témoignent de ceci, que Treint a l'intention d'appliquer les méthodes zinoviévistes au sein de l'Opposition. Ceci est inadmissible. Si Treint veut prendre place dans nos rangs communs et prouver dans l'action qu'il s'intéresse aux succès de l'Opposition et non seulement au poste occupé par Treint dans l'Opposition, alors nous nous réjouirons tous également. Seul ce moyen permet de gagner la confiance morale aces laquelle il est absolument inconcevable de prétendre à aucun rôle de dirigeant dans la lutte révolutionnaire.

Mais il faut amener cette lettre à une conclusion.

Il me semble qu'un programme de l'Opposition française dans le futur immédiat pourrait se formuler, très brièvement et approximativement, comme suit

1°) Bien comprendre et expliquer aux autres que le devoir aujourd'hui le plus important et le plus pressé est la création d'un hebdomadaire de l'Opposition Communiste de Gauche.

2°) Comprendre et expliquer aux autres que le groupe "Vérité", étant donné notre soutien commun présente le maximum de garanties, que le journal soit libre de préjugés et d'intrigues personnelles, et soit un organe authentique de la Gauche Communiste dans sa totalité.

3°) Soutenir ouvertement, fortement, fermement et énergiquement l'initiative de "Vérité" - par la collaboration littéraire, en créant un réseau de correspondants ouvriers, en collectant des fonds, etc.

4°) Condamner ouvertement et fermement les efforts pour établir un organe concurrent, comme un acte dicté par des machinations de cercle et non par les intérêts de l'Opposition.

Ce programme pèche par de nombreuses lacunes. Mais il touche à la question la plus vitale et la plus aiguë, sans la solution de laquelle tous les grands plans, projets et "programmes" resteront dans le royaume des phrases.

Comme je le déduis de la lettre du camarade Naville, de ma discussion avec le camarade Gérard, vous êtes également d'avis que le groupe formé maintenant autour de "Vérité", a dans les conditions actuelles les meilleures chances d'établir l'hebdomadaire demandé. Voilà un deuxième pas, qui n'est pas moins important que le premier. J'aimerais espérer que bientôt vous ferez aussi le troisième pas, c'est-à-dire : déclarer la cause de "Vérité" comme la vôtre propre.

Salut communiste,

L. Trotsky
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2670
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Maitron en ligne

Message par com_71 » 21 Mars 2019, 17:05

Un discours de Zyromski en 1939 :
https://bataillesocialiste.wordpress.co ... -zyromski/
où il tresse une couronne de lauriers à de Brouckère, et revendique son appartenance aux Amis de l'Union Soviétique, c-à-d., en 1939, l'amicale des complices de Staline...

Trotsky, bolchevisme et stalinisme, août 1937 a écrit :Le bolchevisme a apporté une contribution précieuse au marxisme par son analyse de l'époque impérialiste comme époque de guerre et de révolutions, de la démocratie bourgeoise à l'époque du capitalisme pourrissant, de la relation entre la grève générale et l'insurrection; du rôle du parti, des soviets et des syndicats à l'époque de la révolution prolétarienne; de la théorie de l'Etat Soviétique; de l'économie de transition; du fascisme et du bonapartisme à l'époque du déclin capitaliste, enfin par son analyse des conditions de la dégénérescence du parti bolcheviste lui-même et de l'Etat Soviétique. Qu'on nous nomme une autre tendance qui aurait ajouté quelque chose d'essentiel aux conclusions et aux généralisations du bolchevisme. Vandervelde, de Brouckère, Hilferding, Otto Bauer, Léon Blum, Zyromsky, sans même parler du major Attlee et de Norman Thomas, vivent théoriquement et politiquement de débris usés du passé.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2670
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)