Maitron en ligne

Marxisme et mouvement ouvrier.

Maitron en ligne

Message par com_71 » 11 Jan 2019, 14:47

Depuis décembre 2018 une bonne partie des notices biographiques du Maitron sont disponibles en ligne.
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ... icle209348

Il y a des bizarreries. Par ex. on trouve plus de détails sur l'exécution de Mathieu Bucholz par les staliniens dans la notice de Jacques LÉGLISE que dans la sienne propre.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2475
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Maitron en ligne

Message par Plestin » 19 Mars 2019, 06:44

On trouve aussi dans le Maitron quelques surprises ; par exemple, la fiche de Maxime Rodinson.

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ... icle175030

Et dedans :

Le 31 juillet 1937, il épousa Geneviève Gendron, licenciée d’anglais, avec qui il eut trois enfants (Daniel, né le 18 août 1938 ; Claudine, née le 18 février 1943 ; Michel, né le 15 mars 1945 à Beyrouth). La même année, il donna son adhésion au Parti communiste.


Puis, à la fin :

Son fils aîné, Daniel Rodinson, devint ingénieur agro-économiste. Les cadets militèrent tous deux dans l’organisation Lutte ouvrière. Michel Rodinson devint l’un de ses principaux dirigeants, comme directeur du journal et responsable de la maison d’édition Les bons caractères, qui réédita l’œuvre de Moïse Twersky.
Plestin
 
Message(s) : 739
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Décés et bio d'Amélie Bleibtreu... Dans le Maitron

Message par Gayraud de Mazars » 20 Mars 2019, 11:07

Salut camarades,

Dans le Maitron en ligne on peut lire... BLEIBTREU Amélie, dite Lily [née BUNLE Amélie, dite aussi Amélie ZYROMSKI], partie le 17 mars 2019 à 97 ans !

Née le 5 juillet 1922 à Paris (IVe arr.), morte dans la nuit du 16 au 17 mars 2019 ; institutrice puis professeur de mathématiques ; militante trotskyste puis syndicaliste École émancipée ; belle-fille de Jean Zyromski.

Image
Lily Bleibtreu vers 1962

Sa biographie

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ ... o1bG-4RQOY

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 362
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Décés et bio d'Amélie Bleibtreu... Dans le Maitron

Message par com_71 » 20 Mars 2019, 12:39

Gayraud de Mazars a écrit :BLEIBTREU Amélie, dite Lily, belle-fille de Jean Zyromski


Ah bon... Sur Zyromski :
Trotsky a écrit :Dictature du prolétariat.

Zyromski a essayé, dans une série d'articles, d'indiquer les principes fondamentaux du futur parti unifié. C'est une chose beaucoup plus sérieuse que de répéter des phrases générales sur l'unité, à la manière de Lebas. Par malheur, Zyromski fait dans ses articles un pas du centrisme réformiste non vers le léninisme, mais vers le centrisme bureaucratique (stalinisme). Cela apparaît de la façon la plus claire, comme nous allons le montrer, dans la question de la dictature du prolétariat.

Zyromski, pour quelque raison, répète avec une insistance particulière dans une série d'articles l'idée-en invoquant d'ailleurs Staline comme source première!-que "la dictature du prolétariat ne peut jamais être considérée comme un but". Comme s'il existait quelque part au monde des théoriciens insensés qui pensent que la dictature du prolétariat est un " but en soi"! Mais dans ces étranges répétitions, il y a une idée: Zyromski s'excuse pour ainsi dire par avance devant les droitiers de vouloir la dictature. Par malheur, il est difficile d'établir la dictature, si on commence par s'excuser.

Bien pire, pourtant, est l'idée suivante : "Cette dictature du prolétariat... doit se desserrer et se transformer progressivement en démocratie prolétarienne au fur et à mesure que se développe l'édification socialiste." Dans ces quelques lignes il y a deux profondes erreurs principielles. La dictature du prolétariat y est opposée à la démocratie prolétarienne. Pourtant, la dictature du prolétariat par son essence même peut et doit être l'épanouissement suprême de la démocratie prolétarienne. Pour accomplir une grandiose révolution sociale, il faut au prolétariat la manifestation suprême de toutes ses forces et de toutes ses capacités: il s'organise démocratiquement précisément pour venir à bout de ses ennemis. La dictature doit, selon Lénine, "apprendre à chaque cuisinière à diriger l'Etat". Le glaive de la dictature est dirigé contre les ennemis de classe ; la base de la dictature est constituée par la démocratie prolétarienne.

Chez Zyromski la démocratie prolétarienne vient remplacer la dictature "au fur et à mesure que se développe l'édification socialiste". C'est une perspective absolument fausse. Au fur et à mesure que la société bourgeoise se transforme en société socialiste, la démocratie prolétarienne dépérit avec la dictature, car l'Etat lui-même dépérit. Dans la société socialiste il n'y aura pas de place pour la "démocratie prolétarienne", premièrement, par l'absence de prolétariat, deuxièmement, par l'absence de la nécessité de violence étatique. C'est pourquoi le développement de la société socialiste doit signifier non pas la transformation de la dictature en démocratie, mais leur dissolution commune dans l'organisation économique et culturelle de la société socialiste.
Adaptation à la bureaucratie stalinienne.

Nous ne nous serions pas arrêtés à cette erreur, si elle avait eu un caractère purement théorique. En fait se cache derrière elle tout un dessein politique. La théorie de la dictature du prolétariat, que, selon son propre aveu, il a empruntée à Dan, Zyromski tente de l'adapter au régime actuel de la bureaucratie soviétique. Il ferme d'ailleurs consciemment les yeux sur cette question-ci: pourquoi, malgré les énormes succès économiques de l'U.R.S.S., la dictature prolétarienne évolue-t-elle non pas vers la démocratie, mais vers un bureaucratisme monstrueux, qui prend définitivement le caractère d'un régime personnel? Pourquoi, "au fur et à mesure que se développe l'édification socialiste", étouffe-t-on le parti, étouffe-t-on les soviets, étouffe-t-on les syndicats? Il est impossible de répondre à cette question sans une critique décisive du stalinisme. Mais c'est précisément ce que Zyromski veut éviter à tout prix.

Cependant, le fait qu'une bureaucratie indépendante et incontrôlée ait usurpé la défense des conquêtes sociales de la révolution prolétarienne, témoigne que nous avons devant nous une dictature malade, en dégénérescence, qui, si on la laisse à elle-même, aboutira non pas à la "démocratie prolétarienne", mais à l'effondrement complet du régime soviétique.

Seule la révolution en Occident peut sauver de la perte la Révolution d'Octobre. La théorie du "socialisme en un seul pays" est fausse dans toutes ses bases. Le programme de l'Internationale communiste ne vaut pas plus qu'elle. Adopter ce programme, ce serait lancer le train de la révolution internationale dans le ravin. La première condition de succès pour le prolétariat français est l'indépendance complète de son avant-garde à l'égard de la bureaucratie soviétique, nationale et conservatrice. Bien entendu, le Parti communiste a le droit de proposer de prendre comme base de l'unification le programme de l'Internationale communiste: il ne peut rien offrir d'autre. Mais les marxistes révolutionnaires qui sont conscients de leurs responsabilités pour le sort du prolétariat, doivent soumettre le programme de Boukharine-Staline à une critique impitoyable. L'unité est une chose magnifique, mais pas sur une base pourrie. La tache progressive consiste à rassembler les ouvriers socialistes et communistes sur la base du programme international de Marx et de Lénine. Les intérêts du prolétariat mondial comme les intérêts de l'U.R.S.S. (ils ne sont pas différents) exigent la même lutte contre le réformisme que contre le stalinisme.

https://www.marxists.org/francais/trots ... ovlf36.htm

...Dumoulin, Zyromsky et autres, qui ne pensent même pas à rompre avec la social-démocratie et le national-syndicalisme. Ils sont l'aile "gauche" du camp ennemi, qui défend l'état bourgeois et la propriété bourgeoise.

https://www.marxists.org/francais/trots ... 310126.htm

etc. etc.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2475
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron