Éphéméride

Marxisme et mouvement ouvrier.

Re: Éphéméride

Message par artza » 28 Juin 2020, 10:10

28 juin 1914;

Un jeune nationaliste serbe abat l'héritier inutile du double trône impérial et royal d'Autriche et de Hongrie.

La suite est connue...
En Yougoslavie Prinzip était un héros national. Un musée lui était dédié à Sarajevo.
artza
 
Message(s) : 1634
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Éphéméride

Message par yannalan » 29 Juin 2020, 14:43

Il y en a un, mais il s'appelle "Sarajevo 1878/1918"....
yannalan
 
Message(s) : 190
Inscription : 15 Déc 2005, 17:37

Re: Éphéméride

Message par artza » 22 Juil 2020, 10:08

22 juillet 1864.
Grand meeting à Londres pour l'indépendance de la Pologne.

Les polonais devront attendre encore un peu que les ouvriers de Petrograd ouvrent la porte. Ils ne seront guère reconnaissants.

Mais à la fin de ce meeting une Association internationale des travailleurs allait ce mettre en place.
artza
 
Message(s) : 1634
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 22 Juil 2020, 10:29

Salut camarade Artza !

Dans mon souvenir ce meeting sur la Pologne avait eu lieu en 1863 et pas 1864...

Effectivement, le 22 juillet 1863, un rassemblement pour l'indépendance de la Pologne et contre la répression tsariste, a eu lieu à Londres, avec la participation de représentants des ouvriers français. Ces liens politiques sont aussi à l’origine de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT), fondée le 28 septembre 1864, en présence de délégués anglais, français, italiens et allemands.

Un article sur la fondation de l'AIT...

https://www.lariposte.org/2014/12/la-pr ... nationale/

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1045
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par Cyrano » 23 Juil 2020, 09:17

Gé-dé-M:
Dans mon souvenir ce meeting sur la Pologne avait eu lieu en 1863 et pas 1864...

Il essaie de nous faire croire qu'il y était... :lol:
Cyrano
 
Message(s) : 457
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Éphéméride

Message par artza » 28 Juil 2020, 08:50

Les trois glorieuses;
Pas les trente!

27, 28, 29 juillet 1830.
Comment chasser un roi pour en trouver un autre.
artza
 
Message(s) : 1634
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 29 Juil 2020, 15:43

Salut camarades,

Le 28 juillet 1794... C'est Thermidor - Robespierre et ses amis sont guillotinés...

« Je succombe sans regret, je vous laisse ma mémoire elle vous sera chère et vous la défendrez. » juillet 1794, Maximilien Robespierre

Robespierre est toujours vivant !

En tuant Robespierre, Thermidor en 1794, de la Grande Révolution française tourne la page de la mobilisation héroïque et de l’émotion considérée comme le lien essentiel d’une communauté, pour faire entrer le pays dans une politique désacralisée, consacrée aux progrès tangible de l’économie.

La Révolution peut entamer sa phase proprement « bourgeoise », si l’adjectif correspond à une situation marquée parle pragmatisme matériel, l’intérêt personnel et le souci des hiérarchies. La violence continue d’être employée, mais sans être ni revendiquée ni justifiée, réintroduite de nouveau dans les usages ordinaires de l’exercice du pouvoir et masqués par les secrets indispensables à la marche de l’Etat. Il n’y a pas à s’étonner que le régime soit plus encore discrédité que la Terreur !

Reste qu’en instituant Robespierre comme le seul révolutionnaire assez fou pour avoir eu cette vision tragique de l’humanité marchant coûte que coûte vers une utopie, Thermidor en fait un héros romantique, les Conventionnels l’ayant désigné comme celui qui donnait le sens le plus élevé, le plus énigmatique et le plus risqué aux sacrifices exigés par l’idéal révolutionnaire.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1045
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 31 Juil 2020, 08:29

Salut camarades,

Le 31 juillet 1914, assassinat de Jean Jaurès !

Le 31 juillet 1914, très tard dans la nuit et au petit matin, Jean-Baptiste Calvignac, le compagnon et l'ami de Jaurès, maire de Carmaux dans le Tarn, pays des mineurs appelés "carbonièrs" et des verriers, fait le tour des camarades socialistes, effondré, en leur disant "an tuat nostre Janon"... "Ils ont tué notre Jean"... Jaurès était député de Carmaux !

Dans son dernier article pour l'Humanité, Jaurès avait écrit :

"Ce qui importe avant tout, c'est la continuité dans l'action, c'est le perpétuel éveil de la pensée, et de la conscience ouvrière !"

En mémoire cet article sur Carmaux et Jaurès...

Carmaux, patrimoine mondial des prolétaires

https://www.lariposte.org/2018/07/carma ... oletaires/

Image

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1045
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par com_71 » 31 Juil 2020, 09:48

Trotsky a écrit :La guerre mondiale devait mettre Jaurès face à face avec des questions qui divisèrent le socialisme européen en deux camps ennemis. Quelle position eut-il occupé ? Indubitablement, la position patriotique. Mais il ne se serait jamais résigné à l'abaissement qu'a subi le parti socialiste français sous la direction de Guesde, Renaudel, Sembat et Thomas... Et nous avons entièrement le droit de croire qu'au moment de la révolution future, le grand tribun eût déterminé, choisi sans erreur sa place et développé ses forces jusqu'au bout.

Un morceau de plomb a soustrait Jaurès à la plus grande des épreuves politiques.


https://www.marxists.org/francais/trots ... 150717.htm

M. Bucholz a écrit :Jean Jaurès

Le 31 juillet, à l'occasion du 30ème anniversaire de l'assassinat de Jaurès par la bourgeoisie, les démagogues de Paris et d'Alger ont éprouvé la nécessité commune d'exhumer le cadavre de leur victime, afin de tenter d'identifier leur politique sordide et criminelle à cette grande figure qui évoque le courage et le désintéressement.

Mais comme le moyen employé doit forcément correspondre au but qu'on se propose, ils n'ont pu utiliser la mémoire de Jaurès qu'en la salissant. En effet, sous prétexte qu'il n'était pas marxiste, on nous l'a présenté comme un ennemi acharné du marxisme, comme un socialiste "national" et, selon qu'il s'agissait d'Alger ou de Paris, comme un socialiste d'union sacrée ou de "collaboration" : un Jouhaux ou un Henriot, voilà comme ils nous ont montré Jaurès !

Mais la classe ouvrière sait faire la différence entre le bureaucrate parvenu et traître à sa classe, ou le démagogue grassement payé par la bourgeoisie, et le grand tribun socialiste au caractère noble et généreux.

Par ses origines sociales, par son éducation, par sa formation intellectuelle et morale, Jaurès était un intellectuel bourgeois. Mais sa probité intellectuelle ainsi que des connaissances historiques et philosophiques étendues et un sincère dévouement au bien de l'humanité, l'amenèrent à se ranger aux côtés de la classe ouvrière dans sa lutte pour le socialisme : car il avait compris que l'émancipation du prolétariat sera celle de l'humanité toute entière. En raison du caractère politique de son époque (lutte parlementaire pour des réformes), il n'avait pas saisi la nécessité du marxisme comme arme théorique indispensable dans la lutte pour le socialisme ; il croyait que la marche de l'humanité vers le socialisme pourrait se réaliser progressivement et pacifiquement par la lutte des classes sur le terrain du parlementarisme démocratique.

Pourtant il connaissait et avait assimilé d'importants aspects du marxisme : son œuvre historique a beaucoup contribué et contribuera encore à l'éducation du prolétariat révolutionnaire. De plus, son courage et sa fermeté de caractère le portèrent toujours à prendre, en toutes circonstances, la défense des socialistes marxistes contre la bourgeoisie : les divergences d'opinion dans le camp ouvrier ne lui servirent jamais de prétexte pour soutenir le camp bourgeois.

De tout son être et par toute son œuvre politique il appartenait à la classe ouvrière, et ce, bien plus que certains "marxistes orthodoxes" qui ne soutinrent la lutte révolutionnaire de classe qu'aussi longtemps que celle-ci se présentât comme une perspective lointaine et qui, au moment de la crise décisive de juillet-août 1914, désertèrent le marxisme et le prolétariat et préférèrent prendre place dans les fauteuils ministériels plutôt que de payer de leur personne leur attachement à la cause socialiste.

Jaurès au contraire entendit, en juillet 1914, rester fidèle "au traité qui le liait à la race humaine" et décida de "continuer sa campagne contre la guerre " en dépit des menaces de mort.

Dans les conditions politiques du parlementarisme d'avant 1914, la classe ouvrière française, avec ses qualités et ses défauts, ne pouvait trouver de meilleur représentant de sa mentalité et de ses aspirations que Jaurès. De tous les chefs socialistes, il était le seul pour qui le socialisme fût autre chose que des phrases, et qui n'entendait pas le trahir : c'est pourquoi il fut assassiné.

Et si la bourgeoisie essaie aujourd'hui, trente ans après l'avoir tué, d'utiliser sa mémoire en l'avilissant, cela ne doit pas nous étonner : n'ayant à son service que "les loups, les cochons et les sales chiens de la vieille société" (Marx), elle est bien obligée, quand elle veut cacher sa bestialité derrière une figure humaine et désintéressée, de la prendre dans le camp du prolétariat !


https://www.marxists.org/francais/barta ... htm#jaures
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3970
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 31 Juil 2020, 16:41

Salut Com,

Ce que je retiens de cet article à connaitre de Léon Trotsky sur Jaurès... C'est que Jean Jaurès "athlète de l'idée" était un grand militant et dirigeant socialiste, un ardent orateur et qu'il n'a pas pu donner toute sa mesure. Alors, le grand Homme se doit à notre respect bien sûr et son souvenir pour les luttes de demain... Cet article est très positif sur Jaurès et fait plaisir... Le petit - fils et arrière - petit - fils de mineurs de Carmaux, le prend comme tel, et se doit aussi à sa mémoire...

Il reste très peu d'images filmées de Jaurès quelques secondes de péllicules et pas de son de sa voix enregistrée que l'on imagine rocailleuse roulant les r comme dans ce sud - ouest rouge irréductible, un fleuve impétueux ! Et Jaurès est toujours vivant !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1045
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

PrécédentSuivant

Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron