crise de direction révolutionnaire

Marxisme et mouvement ouvrier.

Message par pelon » 07 Sep 2005, 16:17

(txi @ mercredi 7 septembre 2005 à 15:08 a écrit :Débat sur la fameuse formule de Trotsky : "la crise de l'humanité se résume à la crise de direction révolutionnaire (du prolétariat)".

J'ai toujours eu un peu de mal à saisir le sens exact de cette formule, mais j'ai cru néanmoins la comprendre, dans son contexte ,où T estime proche le dénouement.
d'où mes deux questions ?
-la formule était-elle encore vraie après guerre ?
-la formule , a-t-elle encore un sens, au-delà d'une évidence générale du genre "pas de résolution de la crise de l'humanité sans révolution, et pas de révolution sans parti révolutionnaire" ?

Oui, la formule est toujours vraie. Il n'existe pas de parti mondial de la révolution, pas d'internationale digne de ce nom. Ce ne sont pas les occasions révolutionnaires qui ont manqué, sur tous les continents mais au mieux les directions furent au main de nationalistes comme Ben Bella ou Nasser; au pire Khomeini, voie de garage de toute façon. Même en Pologne (1980), où la classe en mouvement était la classe ouvrière, ce sont les forces réactionnaires, en particulier l'Eglise catholique, qui en ont tiré le profit politique. En 1956, elle fut trompée d'une autre manière mais là aussi l'absence d'une direction révolutionnaire a été fatale.
Il n'y eut pas d'organisation communiste révolutionnaire capable (avec les forces suffisantes) de proposer une politique indépendante à la classe ouvrière.
pelon
 
Message(s) : 35
Inscription : 30 Août 2002, 10:35

Message par Endymion » 07 Sep 2005, 23:14

A mon avis cette formule n'a jamais été juste. C'est un raccourci qui donne l'impression que ce n'est pas l'action du prolétariat qui permet la révolution socialiste, mais l'action des chefs au dessus du prolétariat.
Ce qui est déterminant c'est l'orientation révolutionnaire du prolétariat lui-même : "l'émancipation des travailleurs doit être l'oeuvre des travailleurs eux-même", comme l'écrivait Marx en 1864. C'est cela qui reste vrai.

Quand à "pas de résolution de la crise de l'humanité sans révolution, et pas de révolution sans parti révolutionnaire", seule la première partie est une évidence. Il y a déjà eu des révolutions sans parti révolutionnaire ; et si l'on veut parler uniquement d'une révolution prolétarienne mondiale, comme il n'y en a jamais eu...

Ce que je dis là n'est cependant pas contradictoire avec Zdanko quand il écrit qu'un parti révolutionnaire "manque cruellement aujourd'hui", ni avec pelon quand il écrit que "ce ne sont pas les occasions révolutionnaires qui ont manqué".
Endymion
 
Message(s) : 0
Inscription : 20 Mars 2004, 17:14

Message par Gaby » 08 Sep 2005, 02:44

(Endymion @ jeudi 8 septembre 2005 à 00:14 a écrit : A mon avis cette formule n'a jamais été juste. C'est un raccourci qui donne l'impression que ce n'est pas l'action du prolétariat qui permet la révolution socialiste, mais l'action des chefs au dessus du prolétariat.
Ce qui est déterminant c'est l'orientation révolutionnaire du prolétariat lui-même : "l'émancipation des travailleurs doit être l'oeuvre des travailleurs eux-même", comme l'écrivait Marx en 1864. C'est cela qui reste vrai.".
Ca c'est la grosse banderolle des meetings et des CLT à la Mutualité... :w00t:
Je ne trouve pas que l'on puisse opposer les deux propositions. On semble d'accord sur la nécessité d'un parti ouvrier révolutionnaire, mais toi tu en fais quoi de ce POR ?

Et puis très sincèrement cette phrase de Trotsky, c'est de l'ordre du constat. Le problème essentiel du prolétariat organisé et au-delà, à cette époque c'est bien les trahisons successives de la social-démocratie réformiste et du stalinisme, qui étaient alors à la direction des travailleurs.
Gaby
 
Message(s) : 401
Inscription : 27 Fév 2004, 10:53

Message par logan » 08 Sep 2005, 16:35

Quand Trotsky écrit "la crise de l'humanité se résume à la crise de direction révolutionnaire " il le fait à la suite des plus graves défaites que la classe ouvrière ait connues.

Trahison des partis socialistes en 1914, Fascisme en Italie, Stalinisme en URSS, Politique suicidaire des communistes en Chine, nazisme en Allemagne (1933) etc.

Ce que veut dire Trotsky c'est que le prolétariat a largement été à la hauteur de sa mission historique. C'est à dire à la hauteur de son destin révolutionnaire. Si la révolution n'a pas vaincu à ce moment là , ce n'est pas à cause de la classe, mais à cause du parti.
A la trahison des sociaux démocrates a succédé l'incapacité, puis la trahison stalinienne.
En 1938 cette phrase est pleinement fondée.

Mais aujourd'hui?
IL n'y a pas eu de bouleversements révolutionnaires dans les grands pays impérialistes depuis des décennies.
Pour que l'on puisse parler de "crise de la direction révolutionnaire" encore faut-il faut qu'il y en ait une de direction.
Et aussi qu'il y ait quelque chose à diriger. :hinhin:
logan
 
Message(s) : 283
Inscription : 23 Fév 2004, 13:47

Message par Weltron » 09 Sep 2005, 08:34

a écrit :Mais aujourd'hui?
IL n'y a pas eu de bouleversements révolutionnaires dans les grands pays impérialistes depuis des décennies.
Pour que l'on puisse parler de "crise de la direction révolutionnaire" encore faut-il faut qu'il y en ait une de direction.
Et aussi qu'il y ait quelque chose à diriger. hinhin.gif


À mon avis, :trotsky: veut plutôt dire que les conditions objectives de la révolution prolétarienne, c'est à dire un développement du capitalisme suffisamment poussé pour pouvoir assurer la production d'assez de richesse pour tous, sont remplies depuis longtemps. Ce qui manque maintenant, c'est une direction révolutionnaire, sans laquelle la révolution est impossible.

Et ça, c'est vrai plus que jamais aujourd'hui.
Weltron
 
Message(s) : 0
Inscription : 25 Nov 2002, 15:10

Message par manitas » 10 Sep 2005, 15:15

Oui Wolf? A quoi penses-tu?
manitas
 
Message(s) : 20
Inscription : 16 Avr 2005, 22:59

Message par pelon » 10 Sep 2005, 15:53

Disons que des crises, dans les pays impérialistes, il y en a eu. On ne peut pas savoir ce que serait devenu le mouvement noir des années 60 aux Etats-Unis ( n'oublions pas que dans certaines villes comme Détroit, il a fallu faire appel à l'armée pour ramener le calme, comme disent les journalistes) si un parti révolutionnaire ouvrier avait offert des perspectives politiques à la classe ouvrière et à la population pauvre, noirs, chicanos et petits blancs.
Alors, bien entendu, ce n'était 1917, mais les potentialités du mouvement ont été gâchées en partie, détournées vers le pacifisme intéressé de la bourgeoisie noire. On a vu ces derniers jours où en étaient encore aujourd'hui les noirs pauvres des E.U. Oui, dans cet exemple, la crise de la direction révolutionnaire a été mise en évidence.
pelon
 
Message(s) : 35
Inscription : 30 Août 2002, 10:35

Suivant

Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)