Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Marxisme et mouvement ouvrier.

Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Message par Zelda_Zbak » 10 Août 2015, 08:52

Salut.
J'entends parfois cette "pensée" qui me désole, et qui veut que les allemands auraient choisi Hitler "comme un seul homme".
Et c'est je crois, chez certaines gens de gauche, et dans la germanophobie bien entretenue par un Mélenchon, un préjugé qui remonte : les allemands seraient intrinsèquement un peuple dangereux et amateur de barbarie militariste.
Alors je voulais réfléchir ici sur les données des dernières élections "libres" en Allemagne, si tant est que les élections bourgeoises sont libres, disons tout au plus, selon les normes démocratiques en vigueur dans les états bourgeois.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lec ... _mars_1933

On trouve ceci : assez loin du raz de marée que tout le monde rabâche :

Dans les zones à l'est de l'Elbe, les nazis obtiennent plus de 50 % des voix. À Berlin et Hambourg, ils en obtiennent moins de 35 %.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 536
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Message par com_71 » 10 Août 2015, 14:53

Qu'en disait Trotsky en janvier 33, avant les élections ? https://www.marxists.org/francais/trots ... 330206.htm

Quels sont les plans possibles du gouvernement Hitler-Hindenburg dans la perspective des élections au Reichstag ? Il est absolument évident que le gouvernement actuel ne peut admettre un Reichstag, dont la majorité lui soit hostile. C'est pourquoi, la campagne électorale et les élections doivent conduire, d'une manière ou d'une autre, à un dénouement. Le gouvernement comprend, que même sa victoire complète aux élections - c'est-à-dire s'il dispose au parlement de 51 % des mandats - non seulement ne signifiera pas un règlement pacifique de la crise, mais, au contraire, pourra apparaître comme le signal d'un mouvement décisif contre le fascisme. Voilà pourquoi le gouvernement ne peut pas ne pas se préparer à des actions décidées pour le moment où les résultats des élections seront connus.

La mobilisation préventive des forces nécessaires à cela n'en trouvera pas moins une application, si les partis gouvernementaux se retrouvent en minorité et doivent, par conséquent, abandonner définitivement le terrain de la légalité de Weimar. C'est ainsi que dans les deux cas, qu'il s'agisse d'une défaite parlementaire du gouvernement (moins de 50 %) ou d'une victoire (plus de 50 %), il faut s'attendre à ce que les nouvelles élections soient le point de départ d'une lutte décisive.

Une troisième variante n'est pas exclue : sous couvert de la préparation des élections, les nationaux-socialistes effectuent un coup d'Etat, sans attendre les élections. Une action de ce genre semblerait la plus juste du point de vue tactique, si l'on se place du point de vue des nazis. Mais, étant donné le caractère petit-bourgeois de ce parti, son incapacité à prendre l'initiative d'une action indépendante et sa dépendance vis-à-vis d'alliés méfiants, on peut en déduire qu'il est peu probable qu'Hitler se décide à une telle action. La supposition qu'un coup d'Etat de ce type soit conçu par Hitler conjointement avec ses alliés, est très peu vraisemblable, car les élections ont une deuxième fonction, qui est de modifier la répartition des sièges gouvernementaux entre les alliés.

Toutefois, au niveau de l'agitation, il est indispensable d'avancer cette troisième éventualité. Si les passions s'échauffent trop pendant la période préélectorale, un coup d'Etat pourrait devenir une nécessité pour le gouvernement, même si aujourd'hui, ses plans ne vont pas aussi loin.


Et après ? https://www.marxists.org/francais/trots ... 330206.htm

Et aujourd'hui, se trouvant déjà devant des ruines, la direction de l'Internationale communiste craint plus que tout la lumière et la critique. Que périsse la révolution mondiale, mais que vive le faux prestige ! Les banqueroutiers sèment la confusion et brouillent les traces. La Pravda considère comme une " immense victoire politique " le fait que le Parti communiste allemand, alors qu'il recevait les premiers coups a perdu " seulement " 1 200 000 voix, pour une augmentation globale des votants de quatre millions. De la même manière, Staline, en 1924, jugeait comme une " victoire immense ", le fait que les ouvriers allemands qui avaient reculé sans combat, aient réussi à donner au Parti communiste 3 600 000 voix. Si le prolétariat, trompé et désarmé par les deux appareils, a donné cette fois-ci au Parti communiste près de cinq millions d'électeurs, cela signifie seulement qu'il lui aurait donné deux fois ou trois fois plus, s'il avait eu confiance en sa direction. Il l'aurait porté au pouvoir, si le parti avait su montrer qu'il était capable de le prendre et de le conserver. Mais il n'a rien donné au prolétariat si ce n'est la confusion, des zigzags, des défaites et des malheurs.

Oui, cinq millions de communistes sont encore parvenus à se rendre un à un aux urnes. Mais ils ne sont ni dans les entreprises, ni dans la rue. Ils sont désemparés, éparpillés, démoralisés. Sous le joug de l'appareil, ils ont perdu l'habitude d'être indépendants. La terreur bureaucratique du stalinisme a paralysé leur volonté, avant que soit venu le tour de la terreur criminelle du fascisme.

Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2376
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Message par Zelda_Zbak » 18 Août 2015, 12:06

Si l'on additionne le parti nazi + l'autre parti d'extrême droite, on arrive à 52% de moyenne nationale.
Ci-dessous, on voit que le taux de participation (turnout en anglais) était de 89%, ce qui ramène à 46% de la population ayant le droit de vote le nombre de gens qui ont activement voté pour les nazis ou l'extreme droite. c'est beaucoup bien sûr, mais c'est loin des 100%.
Et cette page de wikipedia en anglais donne à penser que ces élections n'ont déjà plus grand chose de libre :
Thälmann et des centaines de communistes sont déjà arrêtés, la campagne du parti nazi est déjà... menaçante etc...

https://en.wikipedia.org/wiki/German_fe ... March_1933
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 536
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Message par jeug » 23 Août 2015, 09:54

D'où vient que, pour ma part, j'avais à l'esprit (et j'aurais parié) que les dernières élections n'avaient donné que 29% au parti Nazi ?
jeug
 
Message(s) : 32
Inscription : 18 Jan 2007, 16:13

Re: Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Message par com_71 » 23 Août 2015, 13:26

jeug a écrit :D'où vient que, pour ma part, j'avais à l'esprit (et j'aurais parié) que les dernières élections n'avaient donné que 29% au parti Nazi ?


Ca doit être nov. 1932, les dernières avant la prise de pouvoir d'Hitler, 33,1% des votants pour les nazis. Sur l'électorat entier ça doit faire 29%.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2376
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Dernières élections "libres" en Allemagne avant Hitler

Message par jeug » 23 Août 2015, 13:31

Ah oui merci, c'est ça. C'étaient les dernières avant la prise du pouvoir.
jeug
 
Message(s) : 32
Inscription : 18 Jan 2007, 16:13


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)