Petrograd la rouge, livres sur 1917

Marxisme et mouvement ouvrier.

Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par Ottokar » 03 Juil 2017, 09:58

Image
J'ai acheté à la fête "Pétrograd la Rouge", une thèse d'un certain Stephen Smith universitaire britannique sur les conseils d'usine en 1917.
Le thème est évidemment attirant mais la lecture est un peu difficile. L'auteur s'est focalisé sur les comités d'usine, qui naissent de façon spontanée dès février, des comités très proches des salariés, constitués de délégués d'atelier. Il ignore quasiment les soviets, plus lointains car élus à raison d'un délégué pour 1000 à 2000, avec forte présence des partis, alors que dans la même usine de 1000 salariés, on pourra avoir 20 délégués au comité, pas tous encartés à un parti. Ces comités commencent par faire le ménage en février mars, virant des contremaîtres, des mouchards, parfois des directeurs (certains à la Néva... en février mars, hmmm, l'eau doit être bonne !) puis discutent de tout : salaires, catégories, journée de 8h, conditions de travail ,de rémunération, puis devant la crise ou le sabotage des patrons, contrôle sur la production.
Quels rapports ont-ils alors avec les Soviets ? C'est là le problème, l'auteur n'en parle pas... ce qui revient à défendre implicitement une thèse : la vraie démocratie ouvrière, le vrai contrôle sur la production, le vrai pouvoir aux travailleurs, ce serait à l'usine, dans ces comités, les soviets et les partis porteraient en germe la dépossession, la bureaucratie, etc. Mais il ne le dit pas, ce qui rend la lecture un peu difficile. Il a cependant l'avantage d'être honnête : il montre la progression des bolchéviks (qui sont élus aussi à ces comités, évidemment !), le fait que leur programme entre en résonance avec les aspirations des ouvriers. Mais du coup, à parler des journées de juillet ou d'octobre en se focalisant sur les comités d'usine, on a l'impression que la réunion de DP ou le CE continue, tandis que certains sont allés prendre le Palais d'hiver ! Et le tout noyé dans une masse de chiffres, de faits, de descriptions ou de récits au niveau de l'usine.
Intéressant donc, mais délicat à manier. D'autres l'ont peut-être lu et ont un autre éclairage ?
Ottokar
 
Message(s) : 141
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par Ottokar » 10 Juil 2017, 18:14

Image
On vendait aussi à la fête cet ouvrage de Rabinowitch que je ne connaissais pas, traduction de l'ouvrage d'un historien américain publié il y a 40 ans et jamais traduit jusque-là. Passionnant. Il est centré lui aussi sur Pétrograd-St Petersbourg, s'ouvre aux journées de juillet et s'achève avec la prise du Palais d'Hiver. Très documenté, il a dépouillé les journaux de l'époque, recoupé les sources, sa bibliographie est impressionnante. Ce qui rend l'ouvrage passionnant à nos yeux, c'est qu'il montre le processus de l'intérieur, en se centrant sur le parti bolchevik, et montre un parti infiniment plus vivant que la représentation qu'on s'en fait habituellement. D'abord, les "vieux bolchéviks" ne sont pas si vieux, ni si anciens dans le mouvement. Et puis, le parti s'est ouvert et ses membres se sont multipliés (par 5 ou 6) en quelques mois. Et surtout, c'est une période d'intense activité où des tas de comités naissent dans tous les coins, prennent des initiatives... et le centre ne contrôle pas tous ses militants. Sans parler du fait que dès le début, il y a des courants, des militants plus modérés, cherchant par exemple une alliance avec les socialistes, sans penser la prise du pouvoir possible dans l'immédiat (comme Kamenev), et d'autres (Lénine ou Trotsky) sur une autre ligne, préparant l'étape d'après, la prise du pouvoir et la destruction de l'ancien appareil d'Etat. Sans parler de ceux qui sont un peu tête brulées ou qui, plus proches des soldats par exemple, pressent le mouvement car ce sont ceux qui risquent de partir en premier vers le front et cette guerre qu'ils ne veulent plus faire.
Ces tendances ne sont pas figées, les positions varient au cours du temps, la discussion est vive, Lénine n'est pas suivi aveuglément, d'autant qu'il doit se cacher, et que le temps d'avoir les informations et de transmettre son point de vue, il se passe 3 ou 4 jours ! Et il y a les mille et un problèmes tactiques, les ajustements, qui se rajoutent aux délais pour transmettre les consignes, la compréhension de celles-ci par des militants plus éloignés, etc.
Le parti bolchévik apparaît comme un parti très ouvert, appuyé sur des initiatives populaires populaires qu'il accompagne plus qu'il ne les organise parfois, mais auxquelles il donne un cadre, un débouché politique. Quant à l'insurrection elle-même, elle est loin du plan minutieusement élaboré qu'on décrit parfois, elle est un mélange de spontanéité, d'amateurisme, d'à peu-près mais aussi, sous l'impulsion de Lénine dont on mesure le rôle ici, de ferme résolution.
On voit une révolution vivante, mais on voit aussi toute l'importance d'un parti, d'un parti vivant, et aussi d'une direction.
Ottokar
 
Message(s) : 141
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par Byrrh » 10 Juil 2017, 20:45

Merci Ottokar, j'attendais ce genre d'avis avant de l'acquérir.

Par ailleurs, on me glisse dans l'oreillette que cette traduction française n'est que le premier tome de l'édition américaine, laquelle va au-delà de la prise du Palais d'Hiver.
Byrrh
 
Message(s) : 168
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par com_71 » 10 Juil 2017, 22:43

Il semble que ce soit le 2ème tome d'une trilogie :

a, Prelude to Revolution : The Petrograd Bolsheviks and the July 1917 Rising (1968)
b, The Bolsheviks Come to Power : The Revolution of 1917 in Petrograd (1976)
c, The Bolsheviks in Power : The First Year of Bolshevik Rule in Petrograd, Indiana University Press, (2007)
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1878
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par Ottokar » 12 Juil 2017, 07:26

Avant que les forumeurs se précipitent pour commander ces ouvrages afin de les emmener à la plage, je voulais précise à toutes fins utiles que, sans être compliqués sur le plan de l'écriture, ce ne sont pas des livres "faciles", au sens où ils supposent que l'on connaisse un minimum les évènements de 17. Si on n'a rien lu sur la révolution russe, mieux vaut commencer évidement par "les 10 jours qui ébranlèrent le monde" de John Reed, puis Ma Vie de Trotsky ou son "Histoire de la révolution russe" (deux gros tomes).
Le livre de Smith sur les comités d'usine est très vivant, décrivant l'évolution, les problèmes posés, au niveau de l'usine, presque de l'atelier, et au jour le jour. Mais je l'ai dit, il a un gros défaut, c'est ce qu'il ne dit pas, ou ce qu'il sous-entend, son opposition implicite entre comités d'usine et soviets (ou parti). A la fête, un camarade qui expose souvent au CLT de Paris a fait un bon topo sur les comités et les soviets, qui éclaire ces questions.
Le livre de Rabinowitch est centré sur le parti bolchévik, sa tactique, ses mots d'ordre, leur application, comment le parti les comprend et les applique (ou pas) et les interprète. Les problèmes tactiques sont toujours compliqués, car dans un conflit, si on comprend bien les grands axes ("tout le pouvoir aux soviets", "la terre, la paix, le pain et le contrôle ouvrier", ou à notre niveau... "non à la fermeture d'Aulnay" :)) les problèmes de la tactique au jour le jour sont toujours subtils. Il faut comprendre la situation réelle, qui change de jour en jour, les calculs des uns et des autres, les raisons de leurs actions, etc. Il y a beaucoup de références aux textes de Lénine, que j'ai parfois regardés en parallèle (ils se trouvent heureusement très facilement sur marxists.org). Et c'est très instructif de regarder ce que dit Lénine, car il est en dehors de Pétrograd, il se fait une idée de la situation avec 24 à 48 h de décalage, ses consignes arrivent avec encore un autre décalage, et lorsqu'elles sont connues, elles ne correspondent plus forcément exactement à la réalité (même si son orientation globale vers l'insurrection est juste) ou on voit comment leur publication peut même être utilisée à contre-sens, dans les discussions internes du parti !
Cela donne aussi envie de relire certains chapitres de l'Histoire de Trotsky, qui raconte les évènements, mais en y revenant 15 ans après, généralise de façon magistrale.
Ottokar
 
Message(s) : 141
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par com_71 » 07 Août 2017, 16:07

Ottokar a écrit :Le livre de Rabinowitch est centré sur le parti bolchévik, sa tactique, ses mots d'ordre, leur application


Un chapitre en ligne :
http://www.contretemps.eu/bolcheviks-re ... binowitch/
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1878
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Petrograd la rouge, livres sur 1917

Message par com_71 » 10 Août 2017, 02:41

com_71 a écrit :
Ottokar a écrit :Le livre de Rabinowitch est centré sur le parti bolchévik, sa tactique, ses mots d'ordre, leur application


Un chapitre en ligne :
http://www.contretemps.eu/bolcheviks-re ... binowitch/


Visiblement le présentateur du chapitre de Rabinowitch dans "Contretemps", Ugo Palheta, apprécie beaucoup que dans le texte "Au sujet des compromis", Lénine ait envisagé une "développement pacifique de la révolution" et un gouvernement de coalition.
Ugo Palheta a écrit :Alors que, seulement quelques jours auparavant, Lénine accusait les partis mencheviks et SR (socialistes-révolutionnaires) de jouer un rôle contre-révolutionnaire, il recommandait à présent de constituer un front anti-Kornilov avec ces mêmes organisations, et imaginait même – le temps là encore de quelques semaines – un développement pacifique possible de la révolution, impliquant de rechercher et de gagner le soutien des mencheviks et des SR à l’idée d’une rupture complète avec la bourgeoisie (donc avec Kerenski) et d’un transfert immédiat du pouvoir aux soviets (dont Lénine considérait pourtant, depuis juillet, qu’ils avaient perdu toute fonctionnalité révolutionnaire).


Mais Lénine est bien loin d'un renoncement à la prise du pouvoir :
Lénine a écrit :...En ce moment, et en ce moment seulement, peut-être pendant quelques jours tout au plus ou pendant une semaine ou deux, un tel gouvernement pourrait se former et s'affermir d'une manière toute pacifique. Il pourrait très vraisemblablement assurer la progression pacifique de la révolution russe et de très grandes chances de progrès au mouvement mondial vers la paix et vers la victoire du socialisme.

Ce n'est qu'en faveur de ce développement pacifique de la révolution, ce n'est que pour profiter de cette possibilité historique extrêmement rare et extrêmement précieuse que les bolcheviks, partisans de la révolution mondiale et des méthodes révolutionnaires, peuvent et doivent, à mon avis, accepter un compromis de ce genre.

Ce compromis serait que, sans prétendre à la participation gouvernementale (impossible pour un internationaliste sans que soient effectivement assurées les conditions de la dictature du prolétariat et des paysans pauvres), les bolcheviks renonceraient à réclamer la remise immédiate du pouvoir au prolétariat et aux paysans pauvres et à employer les méthodes révolutionnaires pour faire triompher cette revendication...

...Les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires, en tant que bloc gouvernemental, consentiraient (à supposer que le compromis soit réalisé) à former un gouvernement entièrement et exclusivement responsable devant les Soviets, auxquels serait transmis tout le pouvoir central et aussi local...

...Les lignes qui précèdent ont été écrites vendredi dernier, 1er septembre, mais, par suite de circonstances fortuites (l'Histoire dira que, sous Kérenski, les bolcheviks n'avaient pas tous le droit d'élire domicile où bon leur semblait), elles ne sont pas parvenues le même jour à la rédaction. Je me dis maintenant, après avoir lu les journaux de samedi et de dimanche : notre offre de compromis arrive sans doute trop tard. Les quelques jours pendant lesquels le développement pacifique des événements était encore possible, appartiennent sans doute, eux aussi, au passé. Oui, tout montre qu'il en est ainsi...

...Oui, tout montre que les jours où la possibilité de s'engager dans la voie du développement pacifique s'offrit fortuitement sont déjà révolus. Il ne me reste plus qu'à envoyer ces notes à la rédaction avec prière de les intituler : «Réflexions tardives»...


https://www.marxists.org/francais/lenin ... 70916d.htm
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1878
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)