fondation de la Quatrième Internationale, 80ème anniversaire

Marxisme et mouvement ouvrier.

fondation de la Quatrième Internationale, 80ème anniversaire

Message par com_71 » 13 Sep 2018, 19:28

LO 12 Septembre 2018 a écrit :Septembre 1938, la fondation de la Quatrième Internationale


Le 3 septembre 1938 était proclamée la naissance de la Quatrième Internationale, avec pour texte fondateur le Programme de Transition, rédigé par LéonTrotsky. Dirigeant de la Révolution russe aux côtés de Lénine, irréductible opposant à Staline qui avait éliminé tous ses adversaires, en particulier ceux de l’Opposition de gauche, Trotsky restait le seul dirigeant capable de donner des perspectives révolutionnaires aux militants de la classe ouvrière et aux travailleurs de tous les pays.

Non que la révolution lui semblât imminente. Sursaut de juin 1936 vite retombé en France, victoire de Franco en Espagne, fascistes et nazis au pouvoir en Italie et en Allemagne : les travailleurs, les populations, étaient partout attaqués, ou écrasés. Aucun des partis se réclamant de la classe ouvrière ne lui avait proposé autre chose que l’unité avec les partis bourgeois et les illusions du Front populaire. La défaite sans combat du Parti communiste allemand devant Hitler en 1933 avait démontré qu’il n’était plus possible de redresser ni la Troisième Internationale ni ses sections nationales. Il fallait en créer d’autres.

Dans ce monde miné par la crise de 1929, plongé en plein chaos économique et politique, en marche vers la guerre, Trotsky tentait de regrouper des militants autour d’un programme condensant les principes et les acquis des bolcheviks, les seuls à avoir mené jusqu’au bout leur politique révolutionnaire. « En partant des conditions actuelles et de la conscience actuelle de larges couches de la classe ouvrière », ce programme et ces revendications transitoires visaient à faire le lien entre les luttes quotidiennes des travailleurs et le combat pour la prise du pouvoir par le prolétariat.

Aujourd’hui encore, le monde capitaliste est en crise : les guerres, la misère croissante ou l’inflation galopante jettent des peuples entiers sur les routes. Même dans les pays développés, la classe dominante ne se maintient qu’en pressurant toujours davantage les travailleurs. Et les revendications transitoires restent d’actualité : l’échelle mobile des salaires pour résister à l’inflation, l’échelle mobile des heures de travail contre le chômage, le contrôle ouvrier sur les entreprises, l’abolition des secrets bancaire et commercial sur les affaires d’une bourgeoisie incapable de contrôler son propre système.

Le Programme de Transition de la Quatrième Internationale reste le seul programme marxiste, révolutionnaire, qui propose, non un catalogue de revendications économiques, mais une perspective de lutte politique fondée sur la conviction que seule la classe ouvrière peut renverser le capitalisme et transformer la société à l’échelle mondiale. C’est ce programme que les militants révolutionnaires doivent continuer à défendre et que les travailleurs devront mettre en avant quand ils reprendront le chemin de la lutte, jusqu’au moment où, comme l’exprimait déjà un des textes des premiers congrès de l’Internationale communiste, « la classe ouvrière prendra conscience de cette vérité que, si elle veut vivre, le capitalisme doit mourir. »

Sylvie MARÉCHAL


Une bonne occasion pour lire ou relire ce CLT de 1988
https://www.lutte-ouvriere.org/document ... tion-de-la
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2282
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: fondation de la Quatrième Internationale, 80ème annivers

Message par Gayraud de Mazars » 19 Oct 2018, 16:17

Salut camarades,

Cercle Léon Trotsky (CLT) ce soir !

https://www.lutte-ouvriere.org/agenda/l ... 13150.html

80 ans après la fondation de la IVe Internationale : "Le trotskysme, seul programme pour l'émancipation des exploités" à 20h30 au Palais de la Mutualité...

Je vais suivre cela en direct !

https://www.lutte-ouvriere.org/direct

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 299
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: fondation de la Quatrième Internationale, 80ème annivers

Message par Duffy » 20 Oct 2018, 11:54

Pour revoir le direct d'hier :
https://youtu.be/dP0msn9SM-o?t=403

Sinon, l'enregistrement commence à être mis en ligne sur le site de LO :
https://www.lutte-ouvriere.org/multimed ... 14333.html
Duffy
 
Message(s) : 128
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: fondation de la Quatrième Internationale, 80ème annivers

Message par com_71 » 20 Oct 2018, 17:01

Quelqu'un connaît-il la source des citations de Grigori Grigorov ? Les extraits de ses Mémoires ont été traduits du russe ? de l'anglais ? de l'hébreu ?
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2282
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: fondation de la Quatrième Internationale, 80ème annivers

Message par Duffy » 20 Oct 2018, 18:15

De ce que mes souvenirs me disent, elles seraient plutôt traduites du russe. Il semble que les souvenirs de Grigori Grigorov aient été publiés en trois volumes (1905-27 publié en 2005, 1928-72 publié en 2008 et la dernière partie publiée en 2010). Voir :
http://www.worldcat.org/title/povoroty- ... ef_results
https://www.livelib.ru/author/119864/la ... j-grigorov

Il est même possible d'acheter le premier volume sans se ruiner complètement (30 dollars) sur amazon.com ou sur des librairies en ligne russes... Ce qui n'a aucun intérêt pour moi, qui ne parle pas russe, mais peut-être d'autres...

La publication est l'oeuvre de ses enfants et petits-enfants. Lui-même étant décédé en 1994.

Un site en anglais avec de larges extraits, une biographie, etc. :
http://russian---history.blogspot.com/
Même site mais en russe, plus fourni encore (avec google traduction vers le français) :
https://translate.google.fr/translate?s ... t=&act=url

Un extrait sur Makhno (avec google traduction vers le français) :
https://translate.google.fr/translate?s ... t=&act=url

Une présentation sur la page web du groupe russe lié à l'IMT (tendance Ted Grant puis Alan Woods / https://www.marxist.com/) :
http://www.1917.com/History/HRR/1138028767.html

Google traduction a écrit :Les maisons d'édition russes modernes nous livrent rarement des publications sur l'histoire de l '«opposition de gauche» à Staline à la fin des années 20 et au début des années 30. Dans ce contexte, la publication des mémoires d'un ancien membre de l'opposition marxiste-léniniste Grigory Grigorov «Moments du destin et de l'arbitraire», M., 2005, est un fait positif.

Qui est G. Grigorov - l'auteur du livre ci-dessus? G. Grigorov est né en 1900 dans une famille juive petite-bourgeoise de la ville de Starodub en Ukraine. En raison de la pauvreté de sa famille, il a été contraint dès son plus jeune âge de changer de profession: colporteur de journaux, ouvrier de chaussures, coiffeur. Constamment confronté à l'oppression, à l'exploitation et à l'oppression nationale, Grigorov entre dans les rangs du RSDLP et devient ainsi le bolchevik. Le jeune bolchevik participe activement aux premières organisations du Komsomol en Ukraine, agit en tant que commissaire dans les unités militaires et dans les hôpitaux, et écoute les discours de A. Kollontai et L. Trotsky. Lorsque l’Armée rouge se retire, Grigorov travaille dans la clandestinité. En raison de la trahison, il tombe entre les mains de la contre-intelligence de Dénikine et n’échappe que miraculeusement à la mort due à la libération de Yekaterinoslav par les forces de Makhno.

Après la fin de la guerre civile, Grigorov s'installa à Moscou où il obtint son diplôme de l'école ouvrière, puis entra à l'Institut de la chaire rouge (IKP). À la fin de cette école, Grigorov travaille en tant que professeur de philosophie et fonctionnaire de parti dans différentes villes de l'URSS. Cette période de sa vie est étroitement liée à la lutte de l'opposition de gauche et aux intrigues de Staline et de ses cliques visant à établir le contrôle du parti. Le premier volume des mémoires de Grigorov se termine en 1927 et le début d’une vague de répression contre l’opposition au sein du parti. Les «Mémoires» de Grigorov contiennent de nombreuses informations intéressantes sur la vie des travailleurs en Russie avant la révolution, sur l'ère de la guerre civile, sur le NEP et sur la situation dans le VKP (b) dans les années 1920, sur «l'école de Boukharine». Grigorov a eu l'occasion de communiquer avec les personnalités centrales de l'histoire russe et soviétique: L. Trotsky, V. Lénine, V. Kuibyshev, S. Kirov, E. Preobrazhensky, M. Pokrovsky et beaucoup d'autres.

Cependant, cette source doit être abordée avec un degré de prudence connu. Les souvenirs ont été écrits par Grigorov dans les années 60 du siècle dernier, après de nombreuses années passées dans des prisons et des camps. Bien que Grigorov soit confiant dans l'exactitude de ses souvenirs, nous devrions faire plus attention au texte. Il est difficile, par exemple, de croire que pendant la révolution de 1905, la propagande tsariste personnifiait le mouvement révolutionnaire avec la personnalité de Léon Trotski, comme le prétend l'auteur. Trotsky, bien qu'il fût de facto à la tête du Soviet de Pétrograd, n'était pas encore devenu une figure emblématique de la révolution, comme en 1917.

De nombreuses déclarations de l’auteur portent l’empreinte de ses vues ultérieures et des déceptions qu’il a pu acquérir après de longues années passées dans le GULAG. Grigorov affirme que les bolcheviks étaient, dès le début, une organisation de type blanquiste qui cherchait à s'emparer du pouvoir pour le pouvoir lui-même. Mais la description du travail du parti bolchevique sous Lénine et les portraits que Grigorov a donnés aux bolcheviks, des gens dévoués sans réserve à la cause de la libération du peuple, réfutent les "théories" de l'auteur plus que tout autre mot. La critique de l'auteur à l'encontre des bolcheviks pour ne pas avoir introduit la démocratie dans le pays, après que Grigorov lui-même ait assisté au massacre des anarchistes de Makhno sur les bolcheviks dans ses troupes, semble extrêmement impuissante. Dans cette question, les références aux mencheviks sont tout simplement amusantes, car on sait que Y. Martov lui-même a conclu en 1921 qu'avec la situation économique créée en Russie, aucune autre forme de pouvoir que la dictature n'est tout simplement impossible. Grigorov n'a pas non plus compris le lien direct entre le principe stalinien du "socialisme dans un seul pays" et le fait que le sommet du parti s'écarte des principes d'internationalisme et de solidarité de classe. Les réflexions de Grigor sur ces questions portent l’influence notable du sionisme et donnent une impression déplorable.

Un document historique important est la conversation enregistrée par Grigorov avec LD. Trotsky sur la situation politique en URSS en 1927. C’est un texte complexe, pour bien comprendre ce qu’il faut savoir comment les bolcheviks des années 20 ont caractérisé le système soviétique, déterminé lors de ces années de fascisme européen, et comment l’approche de Lev Davydovich sur ces questions a été modifiée.

Mais, malgré tous les inconvénients ci-dessus, les mémoires de Gregory. Grigorov est une source historique importante qui permet de mieux comprendre les trajectoires du Thermidor soviétique.


Une biographie traduite du russe :
https://translate.google.fr/translate?s ... t=&act=url

Une autre page en russe avec quelques indications (avec google traduction vers le français) :
https://translate.google.fr/translate?s ... t=&act=url

En français, on trouve une lettre de Grigori Grigorov à un historien russe qui lui posait des questions sur Trotsky, traduite par J.-J. Marie :
https://www.marxists.org/francais/cmo/n ... 6_CORR.pdf
Duffy
 
Message(s) : 128
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: fondation de la Quatrième Internationale, 80ème annivers

Message par com_71 » 20 Oct 2018, 20:24

Merci bien
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2282
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité