Éphéméride

Marxisme et mouvement ouvrier.

Re: Éphéméride

Message par Cyrano » 12 Fév 2021, 12:17

I am the captain of my soul.
J'avais adoré ce poème.
Il aurait plu à certaines et certains, reclus dans les caves de la Loubienka.

Ce poème nous ramène à Invictus, qui nous ramène à la coupe du monde de 1995. Il existe une forte suspicion de dopage musclé pour l'équipe d'Afrique du Sud: plusieurs joueurs se sont retrouvés avec des maladies étranges et sont décédés.

Il existe un documentaire émouvant – voire même bouleversant si on s'intéresse à ces gens – où cette merveille qu'était Jonah Lomu revient en Afrique du Sud en 2015 et rencontre des vétérans de 1995: François Pienaard, le capitaine et aussi l'homme à la petite phrase d'après match; Joël Stransky, l'homme du drop légendaire. Lomu va aussi rencontrer le joueur de 1995, le bad boy Joost Van der Westhuisen, une séquence intense.
On peut voir ce docu ici:
''Jonah Lomu, back to South Africa''
https://vimeo.com/325910852/779a78804c

Jonahj Lomu va mourir à 40 ans, quelques mois après le tournage de ce pèlerinage. Joost Van der Westhuisen va mourir deux ans plus tard, en 2017.

Peut-être qu'il est possible encore de trouver le double DVD de cette coupe du monde. Bien sûr, tout est en anglais, mais ça rend encore plus étonnant d'ouïr le nom du capitaine, "François Pienaard". Pinard? Oui.
Pièces jointes
DVD World Cup 1995.JPG
DVD World Cup 1995.JPG (97.94 Kio) Consulté 799 fois
Cyrano
 
Message(s) : 685
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 12 Fév 2021, 13:23

Salut Cyrano,

Moi aussi quand je pense à Mandela, j'ai aussi une pensée pour cette coupe du monde de rugby de 1995, d'ailleurs le film Invictus en fait sa trame...

Lomu était un extraordinaire joueur de rugby, ailier digne des Boks, le Black ! Mort si jeune... Me vient en tête cet autre magnifique ailier que reste et fut, le regretté Chester Williams... Un Boks qui aurait pu être un Black...

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par Cyrano » 12 Fév 2021, 17:18

Chester Williams, le seul joueur noir des Boks en 1995.
Et... Il est mort a 49 ans. Encore un. C'est pire que la malédiction des pharaons.
Cyrano
 
Message(s) : 685
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Éphéméride

Message par Gayraud de Mazars » 22 Fév 2021, 09:45

Salut camarade,

Le 21 février 1848 reste la date anniversaire de la première publication du Manifeste du Parti Communiste rédigé par Marx et Engels...

Ce document essentiel a été traduit dans toutes les langues, même en occitan...

img053.jpg
Manifèst del Partit Comunista !
img053.jpg (46.52 Kio) Consulté 697 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1380
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Éphéméride

Message par Duffy » 22 Fév 2021, 14:27

Une traduction particulièrement notable, l'édition de 1937 en langue afrikaans... pour cette préface de LT :
https://www.marxists.org/francais/trots ... 71030.html
Duffy
 
Message(s) : 321
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Éphéméride

Message par Duffy » 24 Fév 2021, 10:02

Avec une journée de retard, hier, 23 février, les 40 ans du coup de Tejero et Milans del Bosch en Espagne :
Un article de la LDC, de 1982 : https://mensuel.lutte-ouvriere.org/docu ... -du-proces
Deux articles de Voz Obrera :
- 2006 : https://web-uci.lutte-ouvriere.org/it/2 ... trado-1973
- 2018 : https://web-uci.lutte-ouvriere.org/es/2 ... -23-f-5188
Duffy
 
Message(s) : 321
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Éphéméride

Message par Duffy » 24 Fév 2021, 10:23

Et avec deux jours de retard... il y a deux ans, le 22 février 2019 débutait le "hirak" : https://www.lutte-ouvriere.org/breves/a ... 54843.html

J'en profite pour relever cette déclaration du groupe "Voie ouvrière pour le socialisme" en Algérie, qui donne une idée de la situation :
- En français : https://www.facebook.com/Ennahdj/posts/904267830383807
- En arabe : https://www.facebook.com/Ennahdj/posts/904343717042885
Duffy
 
Message(s) : 321
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Éphéméride

Message par Cyrano » 24 Fév 2021, 18:39

24 février 1956 : c'est la fin du XXe congrès du Parti Communsite de l'Union Soviétique.
Ce qui nous intéresse c'est le lendemain, le 25 février.
Car finalement, non, le congrès n'est pas fini, y'a un bonus : Les participants apprennent que le lendemain 25 février, il y aura une communication à huis clos.

Exit délégués étrangers et journalistes. Horreur, malheur, même les manitous du PCF présents ne sont pas conviés à ce huis clos: Maurice Thorez, Jacques Duclos, Pierre Doize et Georges Cogniot. Ceux-ci, comme les autres, sont – comme l'écrit Jean-Jacques Marie –invités ce samedi 25 février à déambuler dans Moscou.

Pendant ce temps Nikita Khrouchtchev prononce son fameux rapport sur les erreurs et les crimes de Staline qui avait mis en place un «culte de la personnalité». Mais ce rapport reconnait quand même à Staline le mérite d'avoir lutté contre les trotskistes, ouf.

Notre PCF n'admettra que longtemps après l'existence de ce rapport. Il parlera du rapport secret «attribué» à Khrouchtchev.
Et même aujourd'hui encore, y'a des militants du PCF qui peinent…
Cyrano
 
Message(s) : 685
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Éphéméride

Message par Duffy » 25 Fév 2021, 14:48

25 février 1986, la chute de Ferdinand Marcos aux Philippines.
Dans la LDC, septembre 1986 :
A la fin de février dernier, le départ de Ferdinand Marcos, poussé dehors par le gouvernement américain, mettait fin à ses vingt-et-un ans de dictature. Le gouvernement américain intervenait après que des mois d'agitation aient secoué le pays. La marée montante d'un large mouvement populaire menaçait non seulement d'abattre le dictateur mais aussi les structures du pouvoir. Le dictateur en mauvaise posture fut finalement persuadé d'abandonner le pouvoir et de partir en exil. Corazon Aquino, devenant président au milieu des acclamations populaires, promit une ère nouvelle de démocratie et de réconciliation, un nouvel ordre qui s'établirait à la suite de la « Révolution du peuple », comme on a commencé à l'appeler.

Mais depuis que Aquino a pris ses fonctions en février, son nouveau régime a donné l'impression d'être tout à la fois fragile et paralysé. On ne s'est attaqué à aucun des grands problèmes du pays. Dans les villes, une certaine agitation s'est développée : grèves ouvrières d'un côté, manifestations des partisans de Marcos de l'autre. Surtout, dans les campagnes, la guerre entre les guérillas et l'armée a continué.

[...]

Ainsi Aquino parvint au pouvoir à la suite d'un puissant mouvement de masse dans lequel des millions de gens descendirent dans la rue. Ces masses de gens furent capables de bloquer et de paralyser l'armée. Corazon Aquino, la veuve du martyr, était le symbole de ce mouvement. Le fait qu'elle pouvait apparaître nouvelle en politique et qu'elle n'était pas discréditée pour n'avoir jamais mené une politique contre la population l'assurait, au moins au début, d'un large soutien populaire.

Mais derrière le nouveau gouvernement se tenait l'ancienne armée, en fait presque l'appareil d'État tout entier, moins quelques uns qui avaient été trop compromis avec Marcos. A cause de la manoeuvre de dernière heure de Enrile et Ramos, et de la politique des États-Unis, l'armée put émerger intacte du conflit et même avec le prestige d'avoir soutenu le renversement de la dictature. Aquino, qui pouvait s'appuyer sur les militaires, n'avait pas à répondre seulement à la population mobilisée. Et les relations entre Aquino et les militaires furent immédiatement démontrées quand les deux dirigeants de l'armée devinrent membres du nouveau gouvernement d'Aquino et commencèrent vite à y jouer un rôle décisif.

Ainsi Aquino avait le soutien de tout le monde : les masses, la bourgeoisie philippine, les États-Unis eux-mêmes, presque toute l'armée de Marcos et la plupart des groupes de l'opposition. Même le PCP, alors qu'il ne l'avait pas soutenue lors des élections, adopta une attitude neutre et même favorable après sa venue au pouvoir. A première vue sa position apparaissait solide. Mais chacune de ces forces tirait dans une direction différente et elles étaient toujours dressées les unes contre les autres : la bourgeoisie et les propriétaires fonciers contre les ouvriers et les paysans ; l'armée et la droite contre les guérillas et le PCP ; et à intérieur du gouvernement un ministre contre un autre. Dans cette situation, Corazon Aquino était juste un voile jeté temporairement sur les profondes contradictions de la société philippine.

Quand 22 000 travailleurs civils des bases militaires américaines de Clark et Subic Bay firent grève, ce fut avec des illusions dans le gouvernement d'Aquino. Leurs illusions se reflétaient dans les pancartes du piquet de grève qui disaient : « Si Reagan aime Cory, qu'il fasse justice à ses compatriotes sur les bases » et « Attention, président Cory, méfiez-vous de l'aide américaine alors que les travailleurs philippins sont maltraités ».

Quand les soldats américains attaquèrent les piquets de grève et que trois travailleurs furent sérieusement blessés à coups de couteau, la police philippine se contenta d'assister et de regarder ; de même quand les piquets furent attaqués par des gangsters et les tenanciers et employés des bars autour des bases. Et finalement c'est la police en armes elle-même qui dispersa les piquets. Après douze jours la grève fut brisée. Un mois après la fin de la grève, le dirigeant du syndicat qui l'avait menée fut assassiné dans la rue par des tueurs. Malgré tous les témoignages, les autorités philippines n'ont rien fait pour arrêter les assassins.

[...]

Aquino sera-t-elle capable de tromper les travailleurs, les paysans et les masses pauvres qui se sont soulevés contre Marcos et l'ont portée au pouvoir ?

Pour une bonne part, cela dépendra des organisations de gauche et principalement du PCP qui mène la guérilla et est en même temps la plus importante des organisations de gauche dans les, villes ; les coalitions du Bayan et du Nouveau Front Démocratique lui sont liées et le syndicat KMU lui est associé.

Jusqu'ici, le PC a prudemment veillé à protéger ses propres intérêts et sa propre organisation. Mais il a aussi montré qu'il regardait Aquino très favorablement la louant de ses bonnes intentions, espérant de toute évidence qu'un compromis ou même une alliance est possible avec elle.

Il est impossible aujourd'hui de dire si un tel accord pourra être trouvé. Mais en tout cas, il y a le danger que l'attitude du PCP renforce les illusions des ouvriers et des paysans, les endormant dans leur confiance à Aquino au moment où ils ont besoin de comprendre que Aquino et son régime sont leurs ennemis exactement comme l'était Marcos, même si au début ils jouent plus sur les illusions des masses que sur la répression directe pour maintenir l'ordre.

En entier : https://mensuel.lutte-ouvriere.org/docu ... -le-pcp-et
Duffy
 
Message(s) : 321
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Éphéméride

Message par artza » 26 Fév 2021, 06:16

Cyrano a évoqué le fameux rapport Khrouchtchev.

L'année 1956 fut terrible pour le PCF.
Le 12 mars 56, vote des pleins pouvoirs à Guy Mollet, on sait l'usage qu'il en fera et qu'il laissera faire à l'armée en Algérie.

Octobre 56 soulèvement armé à Budapest et formation de Conseils ouvriers. Des fascistes pour le PCF.

Entre temps active campagne du PCF menée par J. Vermersch contre le planning familial, la contraception et l'avortement.

Récemment la télé à programmé un film de Delannoy, "le docteur Laurent".
Delannoy proche du PCF comme on dit, défend l'accouchement sans douleur, combattu à l'époque par l'Eglise et tous les réacs.
Remis dans son contexte ce film est une petite crasse "progressiste" contre les droits des femmes à disposer de leur corps.
artza
 
Message(s) : 1770
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

PrécédentSuivant

Retour vers Histoire et théorie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)