"Tribune des Travailleurs" - POID

Un communiqué du Bureau national du POID du 11 novembre 2017

Message par lyderic » 14 Nov 2017, 16:22

Faut-il avoir peur de rompre avec les capitalistes et l’Union européenne ?

Travailleurs, militants, jeunes,
 Vous le savez : le Parti ouvrier indépendant démocratique se prononce pour un gouvernement et une politique conformes aux besoins de l’immense majorité, celle qui a pour toute richesse sa force de travail. Est-ce possible sans s’engager sur la voie de la rupture avec la classe capitaliste et l’Union européenne ?
À cette question, les évènements de Catalogne apportent une première réponse.
Vous le savez : le 1er octobre, le peuple catalan s’est très majoritairement prononcé pour la République, donc pour rompre avec la monarchie installée par le dictateur Franco. Aussitôt, les partis institutionnels de l’État espagnol, de droite comme de gauche, ont, au mépris de la démocratie, appelé à étouffer la République naissante et à sauver les institutions de la monarchie.
 En France aussi, les partis disposant de groupes parlementaires, à droite comme à gauche (dont La France insoumise, le PCF, le PS), se sont prononcés contre la République catalane aux côtés de Macron et de l’Union européenne.
Au même moment, le gouvernement Macron- Philippe soumet un projet de budget qui, dans le respect des exigences de l’Union européenne :
consacre 41 milliards d’euros aux intérêts de la dette publique, versés aux banquiers et aux spéculateurs, 32 milliards au budget des armées (donc de la guerre contre les peuples), et 21 milliards pour le CICE (cadeau aux patrons) ;
étrangle les services publics, privatise à tour de bras, asphyxie les communes.Face à ce budget :

le Parti socialiste publie un contre-projet au budget intitulé « Respecter nos engagements européens » ;

les députés du Parti communiste présentent un « contre-budget » dans lequel ils « se sont même astreints à respecter la règle européenne d’un déficit à 3% du PIB au maximum » (L’Humanité) ;

le député Cocquerel présente un « contre- budget » pour lequel La France insoumise a « décidé de respecter les règles de l’adversaire », précisant que ce budget intègre le paiement intégral des intérêts de la dette (bien que La France insoumise se dise partisane d’une renégociation).

Un budget conforme aux besoins de la population, des travailleurs, des pauvres, des jeunes peut-il respecter les critères de Maastricht et « les règles de nos adversaires » ?
Il y a dans ce pays officiellement 9millions de pauvres, 4 millions de chômeurs, des millions de travailleurs précaires.
20 milliards d’évasion fiscale, c’est l’équivalent du salaire de 400 000 à 500 000 instituteurs, postiers, infirmières dont le pays a tant besoin.
62 milliards de service de la dette et de CICE, c’est l’équivalent d’un salaire au SMIC, toutes charges payées, pour trois millions de chômeurs.
 Alors oui, il y a urgence à rompre avec les capitalistes, les banquiers et l’Union européenne. Oui, il y a urgence à confisquer les avoirs des banques et à les affecter aux besoins de la population.
C’est pourquoi le Parti ouvrier indépendant démocratique soutient la conférence de délégués du 2 décembre « pour l’unité pour chasser Macron-Philippe et leur politique et rompre avec la Ve République et l’Union européenne ».
Il vous invite à débattre de ces questions dans les colonnes de La Tribune des travailleurs.
Ensemble, construisons un authentique parti ouvrier indépendant démocratique fidèle aux intérêts des travailleurs des villes et des campagnes et des jeunes.
Qui a peur de rompre avec la minorité d’exploiteurs et de banquiers qui dictent leur loi ne fera jamais une politique conforme aux besoins de l’immense majorité !

Adoptée à l’unanimité du bureau national
lyderic
 

Re: Comité d’organisation pour la reconstitution de la IV° I

Message par com_71 » 15 Nov 2017, 02:14

artza a écrit :J'ai connu "la reconstruction", puis "la refondation" nous voilà à "la reconstitution"


La régénération a ses adeptes...
La culture instituée par la noblesse a introduit dans le langage universel des barbarismes tels que tsar, pogrome, nagaïka. Octobre a internationalisé des mots comme bolchevik, soviet... Cela suffit à justifier la Révolution Prolétarienne... Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1835
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par pouchtaxi » 15 Nov 2017, 17:35

artza a écrit :
J'ai connu "la reconstruction", puis "la refondation" nous voilà à "la reconstitution"




La régénération a ses adeptes...


Et aussi la formidable étape de la « reproclamation ».

Ce courant peut se targuer d’une inventivité lexicale maintenue.
pouchtaxi
 
Message(s) : 51
Inscription : 08 Mai 2006, 18:19

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par bradley » 15 Nov 2017, 18:49

Inventivité lexicale et....fidélité constante au programme de transition, programme de fondation de la Quatrième Internationale !
bradley
 
Message(s) : 172
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par bradley » 16 Nov 2017, 18:56

L’aveu

Editorial de Daniel Gluckstein

Peut-on ne pas rompre avec l’Union européenne, ses traités, ses « critères » et ses politiques destructrices ?
Cette question est au cœur des problèmes auxquels les travailleurs et les jeunes sont confrontés.
Ces derniers jours, de nombreux maires du Parti communiste français ont écrit à leurs administrés pour dénoncer la responsabilité des traités européens dans l’asphyxie financière imposée par le gouvernement. Au même moment, Frédéric Boccara, économiste en chef du Parti communiste, vante, dans les colonnes de L’Humanité la possibilité d’une « réorientation des crédits gratuits de la BCE » qui pourrait « s’appuyer sur des articles des traités existants » ! Au même moment encore, à l’Assemblée nationale, les groupes de gauche proposent des contre-budgets respectueux des traités européens. Rompre ou ne pas rompre ?
Ce 13 novembre, trois organisations syndicales se sont retirées des groupes de travail « du forum de l’action publique », refusant de participer à la « co-construction » des coupes budgétaires dictées par l’Union européenne. Au même moment, dans d’autres secteurs, concertations et tables rondes se poursuivent pour associer les organisations syndicales aux contre-réformes du gouvernement et de l’Union européenne. Rompre ou ne pas rompre ?
Pendant ce temps, les délégués syndicaux découvrent avec indignation les conséquences des ordonnances, qu’il s’agisse de l’instauration du dialogue social obligatoire, ou des coupes drastiques dans les moyens syndicaux.
Pendant ce temps, le département de Seine-Saint-Denis ne versera pas le RSA en décembre.
Pendant ce temps, dans tout le pays, on ferme les centres de PMI, les maternités, les lits dans les hôpitaux.
Pendant ce temps, la pauvreté s’étend, frappant à présent neuf millions de personnes, chômeurs, retraités, et, de plus en plus, d’ouvriers et d’employés.
Et il serait possible de ne pas rompre ?
Prenant la parole il y a quelques jours devant le Parlement européen, M. Jeroen Dijsselbloem, qui préside depuis cinq ans l’Eurogroupe*, a présenté son bilan en ces termes : « Quand les gens nous critiquent, ils disent que l’essentiel de ce qui a été fait, c’est pour le bénéfice des banques. D’une certaine manière, ils ont raison (…). Partout en Europe, les banques ont été sauvées avec l’argent des contribuables. »
Cela s’appelle un aveu.
Oui, « partout en Europe » gouvernements de droite, de gauche, d’union de la gauche, de grande coalition pillent les revenus des salariés (impôts, taxes, exonérations patronales) pour renflouer les banquiers.
Lesquels banquiers se portent bien.
Mais en Grèce, on dénombre officiellement 3 000 suicides en conséquence des plans du FMI et de l’Union européenne.
Peut-on ne pas rompre ?
Trêve de tergiversations : aucune politique conforme aux exigences et aux besoins des travailleurs et de la jeunesse ne s’imposera sans rupture avec cette Union européenne et cette Ve République, instruments du capital, et de lui seul !

* Conférence des ministres des Finances des pays de la zone euro, ceux qui décident la politique monétaire.
bradley
 
Message(s) : 172
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par Zelda_Zbak » 18 Nov 2017, 11:52

Salut, bon, je remets 100 balles dans le flipper :

Trêve de tergiversations : aucune politique conforme aux exigences et aux besoins des travailleurs et de la jeunesse ne s’imposera sans rupture avec cette Union européenne et cette Ve République, instruments du capital, et de lui seul !

Mouais, ou alors
Trêve de tergiversations : aucune politique conforme aux exigences et aux besoins des travailleurs et de la jeunesse (et des chômeurs, et des retraités) ne s’imposera sans rupture avec le capitalisme, et tous ses instruments du pouvoir, locaux, nationaux, européens ou mondiaux !
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 325
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par bradley » 18 Nov 2017, 12:54

A ce niveau d'abstraction, c'est vraiment vouloir rester l'arme au pied! Mais c'est vrai que LO est friande des généralités sur le communisme tout en applaudissant des deux mains aux journées d'action bidon qui, elles, sont des soutiens concrets apportés par les appareils au système capitaliste et à son gouvernement en place!
bradley
 
Message(s) : 172
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par com_71 » 18 Nov 2017, 14:14

Zelda_Zbak a écrit :...Mouais, ou alors
Trêve de tergiversations : aucune politique conforme aux exigences et aux besoins des travailleurs et de la jeunesse (et des chômeurs, et des retraités) ne s’imposera sans rupture avec le capitalisme, et tous ses instruments du pouvoir, locaux, nationaux, européens ou mondiaux !


Et "rupture" est suffisamment vague pour pouvoir tout dire et son contraire. Quelle rupture ? dans quelle situation ? de quelles forces sociales ? Ou de quel corps social constitué ?

Ces discussions sur la rupture dans les milieux POI (avec ou sans D) rappellent comme la madeleine de Proust celles autour du PSU, Lelio Basso ou "Mandel et son cousin germain" ;) sur les réformes de structure...
S'cuses Zelda, je parle d'une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître... :)
La culture instituée par la noblesse a introduit dans le langage universel des barbarismes tels que tsar, pogrome, nagaïka. Octobre a internationalisé des mots comme bolchevik, soviet... Cela suffit à justifier la Révolution Prolétarienne... Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1835
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: "Tribune des Travailleurs" - POID

Message par bradley » 18 Nov 2017, 14:56

En l'occurrence, "rupture" veut dire "expropriation des capitalistes" et "Gouvernement ouvrier", la classe ouvrière étant la seule n'ayant rien à perdre à cette rupture!
[modération] hors-sujet [/modération]
bradley
 
Message(s) : 172
Inscription : 08 Juil 2017, 08:07

Précédent

Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité