Il y a 70 ans, Sétif (lu dans LO n°2440).

Il y a 70 ans, Sétif (lu dans LO n°2440).

Message par artza » 06 Mai 2015, 09:15

Il y a 70 ans, le 8 mai 1945(...) dans l'Algérie alors colonisée par la France à Sétif, Guelma, Khérratta, des manifestants réclamant l'indépendance furent réprimés dans le sang. Ce 8 mai et les jours suivant, des dizaines de milliers de civils algériens furent massacrés par la police, la gendarmerie, les milices armées par les autorités locales, l'armée française.
Ce crime d'Etat fut orchestré et couvert par le gouvernement d'alors, celui de De Gaulle auquel participaient au plus haut niveau des représentants des partis socialiste (SFIO) et communiste (PCF).
Un collectif unitaire pour la reconnaissance de ces massacres comme un crime d'Etat vient de se constituer. Il est soutenu par diverses associations, des partis politiques, dont Lutte Ouvrière et appelle à un rassemblement.

Le 8 mai 2015,
à 15 heures sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris et devant les mairies.


Pour l'instant j'ignore devant quelles mairies de banlieue et de province est prévu un rassemblement.
artza
 
Message(s) : 853
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Il y a 70 ans, Sétif (lu dans LO n°2440).

Message par artza » 09 Mai 2015, 06:56

...dans El Watan quotidien algérien en français:

http://www.elwatan.com/-00-00-00001_161.php-29416
artza
 
Message(s) : 853
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Il y a 70 ans, Sétif (lu dans LO n°2440).

Message par artza » 09 Mai 2015, 08:33

...ce qu'écrivait quelques jours plus tard le 21 mai 1945 La lutte de classes (Union communiste) à Paris:

LE SANG COULE EN AFRIQUE DU NORD.

Quand il y a quatre mois le C.N.R, ornement démocratique de la "IVème République"faisait la demande -aussitôt repoussé- d'une "commission d'information" sur la situation en Afrique du Nord, notre journal écrivait (n°42):"Seule la politique des colons est approuvée par le gouvernement: RERESSION COLONIALISTE SANS PHRASES. Ici il n'y a pas de place pour les balivernes du C.N.R"

L'aggravation constante de la situation en Afrique du Nord, où les masses en proie à la famine et aux maladies en étaient arrivées à se nourrir d'herbes, l'attitude de l'administration coloniale qui, sur l'ordre des colons, ne trouvait d'autre remède à cette situation que les brimades, les emprisonnements et les provocations, devait aboutir à un conflit sanglant.
Ce conflit que les hypocrites de la Métropole voulaient éviter au moyen de phrases "démocratiques", le gouvernement le prévoyait et s'y préparait de longue date. L'artillerie lourde, les tanks, les avions, dont on poussait la production "parce qu'on en manquait pour vider les poches de l'Atlantique", il les avait mobilisés pour sa besogne réactionnaire. Avec une férocité toute capitaliste la répression s'est abattue sur les masses nord-africaines et à transformé le pays en un vaste ORADOUR-SUR-Glane.

Cependant que l'impérialisme répondait par les bombardements, les tortures, les viols et les pillages aux manifestations des masses nord-africaines pour le pain et pour la liberté, dans la presse bourgeoise et social-chauvine, ce ne fut qu'un cri pour condamner les indigènes et leur reprocher de s'être laissés guider par les provocateurs de la 5ème colonne.

Mais la lutte a pris une telle envergure et une telle profondeur populaire, que l'Humanité s'est vue obligée d'admettre le 15 mai que la cause des événements était une situation où "on affame les masses musulmanes, on les prive de tout tissu, au point que les femmes de l'intérieur ne peuvent sortir, car elles sont pratiquement nues", comme le disait notre journal dès janvier.

Y-a-t-il un remède à cette situation? L'Humanité demande au gouvernement et notamment au ministère de l'Intérieur, de "châtier les traîtres et les provocateurs et pratiquer à l'égard des populations musulmanes une politique d'humanité et de démocratie dans notre intérêt commun" (12 mai).

Cela revient à demander au gouvernement réactionnaire et colonialiste, protecteur des colons et ennemis des fellahs, de se transformer en ami des fellahs et ennemi des colons, de même qu'ici l'Humanité ne cesse de "demander" au gouvernement des trusts de se transformer en gouvernement du peuple. Comme le disait Trotsky, "autant demander du lait à un bouc".

Mais même si le gouvernement, qui a montré qu'il n'était capable que de répression, pouvait prendre quelques mesures économiques en faveur des populations nord-africaines, "à notre époque on ne peut plus maintenir assujetti un peuple qui veut sa liberté et son indépendance".

Si les travailleurs français ne veulent pas apparaître aux yeux des masses nord-africaines comme les soutiens des entreprises coloniales du capitalisme, ils doivent rejeter cette politique et reconnaître sans conditions le droit à l'indépendance totale des peuples arabes de l'Afrique du Nord.

De même que, pour permettre les échanges économiques avec l'Afrique du Nord et combattre la famine, ils doivent soutenir la lutte des masses indigènes pour l'expropriation des colons monopoleurs et l'expulsion de l'administration coloniale au service des trusts.

Le PC, quand il était encore fidèle au communisme, a soutenu Abd-el-Krim dans sa lutte armée contre l'impérialisme français. Aujourd'hui l'Humanité demande au gouvernement de "punir comme ils le méritent les chefs pseudo-nationalistes" (19-5).

La IVème internationale porte-drapeau de la lutte anti-impérialiste, assure les peuples de l'Afrique du Nord et leurs leaders de toute sa sympathique et de tout son soutien, et leur crie avec tous les ouvriers conscients de France:
VIVE L'INDEPENDANCE DE L'AFRIQUE DU NORD.
artza
 
Message(s) : 853
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Il y a 70 ans, Sétif (lu dans LO n°2440).

Message par artza » 10 Mai 2015, 22:22

Communiqué LO du 8 mai 2015/

il y a 70 ANS: LA FRANCE MASSACRAIT DES MILLIERS D'ALGERIENS

Le 70ème anniversaire de la fin de la Deuxième guerre mondiale, célébrée aujourd'hui en grande pompe, en cache un autre. Le 8 mai 1945 débutait en Algérie le terrible massacre de Sétif et de Guelma.
Fous de rage parce que des indépendantistes avaient osé brandir un drapeau algérien dans les défilés de la victoire, les gros colons lancèrent leurs milices dans une répression destinée à terroriser l'ensemble de la population indigène. Le gouvernement où siégeaient, derrière de Gaulle, le Parti socialiste et le Parti communiste, fit donner l'aviation et la marine. Il y eut plus de dix mille victimes.
Cet épisode rappelle que le gouvernement issu de la Libération était prêt aux pires massacres pour défendre les intérêts de la bourgeoisie française.
artza
 
Message(s) : 853
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Il y a 70 ans, Sétif (lu dans LO n°2440).

Message par artza » 11 Mai 2015, 09:46

Un témoignage d'un officier ancien FTP :

http://www.polemixetlavoixoff.com/
artza
 
Message(s) : 853
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22


Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron