Guarina Ramírez Acosta

Guarina Ramírez Acosta

Message par com_71 » 02 Nov 2017, 14:36

En traduction automatique, donc à bien améliorer, cet hommage à une militante révolutionnaire trotskyste cubaine, publié ce mois-ci par Voz Obrera

Aux révolutionnaires trotskystes cubains.
Nous reproduisons ce texte qui nous vient de La Havane pour rappeler les communistes qui ont lutté contre le stalinisme pour le communisme révolutionnaire. Nous ne t'oublions pas, camarade Guarina.

Honneurs prolétariens et militants à Guarina Ramírez Acosta

Pour beaucoup du monde idéaliste, il doit mourir, comme la cessation de l'activité de l'union de l'âme et du corps qui composent la vie, et ces éléments conjoints prennent un chemin indépendant au moment de la rupture de cette combinaison harmonique du principe vital des êtres vivants, dont le premier élément l'âme a son origine dans la base matérielle du corps.

Pour le monde naturaliste du moins: De nous les appropriés de la science, de la philosophie, de la politique et de la dialectique matérialiste, du marxisme révolutionnaire. L'être humain crée sa conscience selon son existence et non dans l'ordre inverse: ce n'est pas la conscience qui crée l'existence, c'est la base matérielle du corps humain qui donne l'origine et les conditions au combiné entre le monde intérieur et le monde extérieur pour le développement de la conscience, produit de son besoin actif, de l'économie, de sa force de travail, de subsistance, qui a donné naissance à l'origine évolutionnaire de la pensée, de l'articulation des mots, c'est-à-dire à la position des origines la voix, pour la prononciation des voyelles et des consonnes. L'articulation des mots a permis aux êtres humains de reconnaître leurs propres actions, c'est-à-dire d'acquérir leur propre conscience.

Pour cette raison, pour la science et la sociologie marxiste: La mort de l'être humain, le plus apprécié de la belle vie et de la nature: c'est la cessation, la rupture harmonique de l'existence physique, comme base organique qui génère la pensée, les idées et le développement de la connaissance, dont les actions extraordinaires et les éléments bénéfiques pour l'humanité, resteront liés au temps, à l'existence du monde que nous apprécions tant, pendant notre vie transitoire et que nous apprécions extraordinairement et voulons le libérer de ses événements pervers ; qui produit le système agonisant et anti-humain de l'exploitation capitaliste et ses dérivés dans le monde; comme dans les transitions des changements sociaux, qui s'expriment dans les bureaucraties baignant dans des concepts petits-bourgeois dans le chemin inévitable du monde vers le socialisme, qui décentrent le prolétariat du contrôle et de la domination de l'Etat.

C'est précisément cette grand-mère, militante et camarade cubaine, Guarina Ramírez Acosta, qui lui a confié ce bel honneur prolétarien, pour avoir embrassé pendant plus de huit décennies la défense intransigeante de l'hégémonie et du rôle central du prolétariat universel.
Après avoir passé plusieurs jours à restaurer mon humeur consciente ; mes expressions, et la disposition intérieure de l'action demes mots, de mes mouvements, qui devaient se refléter dans mes nerfs, qui me firent souffrir d'une semi-paralysie, de l'humeur consciente, produit de la fin de l'existence physique de ma mère, la camarade Guarina ; le dimanche 10 septembre à 18h de l'année en cours. J'ai donc pu prendre le crayon pour exprimer le coup profond que je porterai toujours dans ma conscience, et cela ne pourra que le soulager et le rendre moins douloureux : quelle était sa propre lutte pour les idées trotskystes et son combat dans la lutte clandestine et dans les guérillas ? de la zone orientale en faveur de la révolution socialiste cubaine, à côté de ses enfants, de ses camarades et de son principal soutien, son compagnon dans la cause, Idalberto Ferrera Acosta. Tous ses mérites en tant que pionnière du socialisme ont été récompensés par le processus révolutionnaire avec plus de 9 médailles qui valoriseront son action révolutionnaire et sa conscience.

Mais sa conscience et son attitude communiste dépassèrent les honneurs des médailles. J'affirme et assure son héroïsme dans les idées du marxisme révolutionnaire parce qu'elle a affronté toutes les vicissitudes de la répression contre le trotskysme, à la fois dans l'ère capitaliste, et face au harcèlement du bureaucratisme à Cuba.
Son grand monument historique sera créé par le mouvement prolétarien mondial, dans la victoire inévitable du vrai socialisme sur la planète.

Vos proches, camarades et enfants, nous ne vous oublierons jamais.

Juan León Ferrera Ramírez
La Havane, 18 août [septembre ?] 2017


http://vozobrera.org/periodico/a-los-re ... ario-no-t/
La culture instituée par la noblesse a introduit dans le langage universel des barbarismes tels que tsar, pogrome, nagaïka. Octobre a internationalisé des mots comme bolchevik, soviet... Cela suffit à justifier la Révolution Prolétarienne... Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1813
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité