Forum LCR : Toulouse, repaire radical du week-end

Message par faupatronim » 27 Jan 2003, 16:05

Toulouse, repaire radical du week-end


Par Gilbert LAVAL

samedi 25 janvier 2003



C'est dans le pot toulousain que pourrait se préparer la recette d'un «pôle de radicalité» situé à la gauche de l'ex-gauche plurielle. Les trotskistes de la LCR, les anarchistes de l'Alliance libertaire et les militants de tout poil regroupés dans le collectif des Hauts et Débats y organisent ce week-end un «forum pour une alternative sociale et politique». Ces troupes gauchistes semblent avoir trouvé leur plus petit commun dénominateur pour s'asseoir à la même table : juger que «le bilan de la gauche plurielle n'est pas bon» suffira comme ticket d'entrée. Au menu de ce forum : un «calendrier» et un débat sur les formes d'une «nouvelle organisation à la gauche de la gauche». «Il existe une gauche multiforme, alternative et radicale qui manifeste à Florence ou à Barcelone, développe Stéphane Borras de la LCR. Peut-être est-il temps qu'elle se structure.» «L'anticapitalisme et ses organisations sont en pleine crise», analyse pour sa part le libertaire Rémy Hamon. Le syndicaliste Marc Bernard, animateur des Hauts et Débats, estime lui que «le mouvement social laisse toujours l'espace libre aux politiques. Cette situation a conduit au désastre du 21 avril. Mais elle n'est pas irréversible». Les militants toulousains de Motivé-e-s ou d'Attac préfèrent pour l'heure ne rejoindre cette démarche qu'individuellement. Ceux de LO ont déjà fait savoir que ce serait sans eux. Ce devrait tout de même être oecuménique : les rencontres de ce week-end se dérouleront dans une salle de l'Institut catholique des arts et métiers.
faupatronim
 
Message(s) : 0
Inscription : 30 Oct 2002, 18:00

Message par Screw » 27 Jan 2003, 17:25

Le résultat selon Le Monde:
a écrit :
A Toulouse, un Forum de toutes les gauches pour proposer une "alternative"
Toulouse de notre correspondant régional

"Un trotskiste, un libertaire, un Motivé, ensemble à une même tribune : on l'a rêvé, on l'a fait", s'exclame Fabien, ravi d'avoir assisté, samedi 25 et dimanche 26 janvier à Toulouse, au premier Forum pour une alternative sociale et politique. Trois cents personnes ont répondu à l'appel de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) pour engager un débat sur la construction d'une formation politique de gauche "en rupture avec toutes les formes de libéralisme", à laquelle Alternative libertaire et de nombreux militants du mouvement social, réunis dans le collectif "Des Hauts et Débats", s'étaient associés activement.

Les conseillers municipaux de Motivé-e-s étaient là – "par principe, pour le débat", selon leur chef de file, Salah Amokrane –, de même que les animateurs de Plus jamais ça, à la pointe de la mobilisation après l'explosion d'AZF, et de nombreux militants syndicaux et associatifs.      
 
Il y avait même François Simon, tête de liste de la "gauche plurielle" aux municipales de 2001, "encore" au PS et "très à l'aise d'être ici". Seule Lutte ouvrière avait décliné l'invitation.

Les animateurs avaient prévenu : "Nous sommes ici pour chercher ce qui nous rassemble, pas ce qui nous divise." Ils ont été entendus. Au cours de débats sans polémique, une convergence s'est dégagée autour de l'idée qu'il existe désormais deux gauches "incompatibles". La stratégie "de régulation du capitalisme" est rejetée ; la "gestion sociale du système" est vouée aux gémonies. "Nous ne sommes pas condamnés à une alliance, même conflictuelle, avec le PS", estime Lucien Sanchez, conseiller régional de la LCR.

Le bilan de la gauche "sociale libérale" réduit en charpie, restait à tracer une perspective politique alternative : là, tout s'est compliqué et, malgré la bonne volonté des participants, il faudra sans doute du temps pour en jeter les bases. Les mots et la culture sont encore très différents entre ceux qui privilégient "un outil de coordination des luttes" et ceux qui plaident pour lancer un parti. Beaucoup ne se contentent plus d'un discours protestataire."Ça ne suffit pas d'être contre, il faut sortir d'une logique d'opposition", ont dit plusieurs intervenants. Certains demandent même à l'extrême gauche de dresser son propre bilan, elle qui, "depuis vingt ans, n'a pas su offrir d'issue".

"Les alternatives à la mondialisation libérale se sont construites en dehors de l'extrême gauche, observe Geneviève Azam, responsable d'Attac. N'est-ce pas parce que la gauche et l'extrême gauche partagent le même fondement, celui du progrès et de la croissance ?" "Ce n'est qu'un débat, continuons le débat", conclut Frédéric Borras, porte-parole de la LCR. Les participants ne veulent pas en rester là. Ils souhaitent transformer ce forum en outil permanent d'échanges politiques.

Jean-Paul Besset
Screw
 
Message(s) : 0
Inscription : 15 Oct 2002, 18:00


Retour vers Presse et communiqués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité