Autour de moi et ailleurs

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par Bertrand » 14 Avr 2020, 12:24

Cyrano a écrit :Ah voilà, alors, bin, voilà, je fais des contorsions pour ne pas nommer la marque Rians (la meilleure marque de fromage blanc de la Voie Lactée)


Jsuis très déçu ; faut-il avoir le palais abîmé par des breuvages d'outre-Quiévrain pour affirmer ça. Dans les années 60, peut-être.... mais il y a bien meilleur, et de loin, en Berry. :P
Avatar de l’utilisateur
Bertrand
 
Message(s) : 498
Inscription : 25 Juil 2003, 15:27

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par Gayraud de Mazars » 14 Avr 2020, 13:58

Salut les camarades,

C'est désastreux, autour de moi et ailleurs le Covid-19 fait des ravages...

Dernier en date...

Le camarade "Delphin", Jean - Marie Dotal est parti... Reste son combat...

Je l'ai bien connu à la Ligue Communiste Révolutionnaire, que de tristesse, Sabine sa compagne de toujours avait été ma géniale prof de français au lycée du Castel à Dijon... Je suis tout retourné par cette nouvelle !

P'tite bio de la part de J -P Debourdeau...

PANDÉMIE COVID-19 - JEAN-MARIE DOTAL, UN VIEUX COPAIN DE COMBAT, DISPARAÎT

Quelques souvenirs sous le choc

J'ai connu Jean-Marie dans les années 60 alors qu'il était étudiant et militait au PSU, en 1965, il le quittait avec la tendance socialiste révolutionnaire locale qui diffusait sur plusieurs entreprises, une feuille de boîte « L'Etincelle », activité qui dura plusieurs années.

En 1965 nous avions refusé d'appeler à voter pour Mitterand et avions diffusé un bulletin de vote : « Pour le front unique ouvrier, pour le socialisme », ce qui valut lors de sa diffusion devant Peugeot à notre ami de se faire rosser par des militants CGT, ce qui le traumatisa fortement, pas pour les coups mais parce qu'ils étaient donnés par des militants ouvriers, ceux justement que nous voulions convaincre.

Puis Jean-Marie, sursitaire jusque là, partit au service pour deux ans comme coopérant militaire en Algérie où il travailla avec des Universitaires. Mais ce séjour s'interrompit un 1er Mai à la manifestation à laquelle il assistait, ayant eu l'idée saugrenue de rejoindre un cortège d'opposants à Boumedienne (dont le coup d'Etat était récent et qui l'avait révulsé). Il se retrouva en taule. Libéré sur les instances de l'évêque d'Alger, vague parent, il fut expulsé. En 1967, il adhéra à la section française de la IV°Internationale et se retrouva donc en 1969 à la Ligue Communiste dont il fut un des responsables locaux.

Professionnellement il enseigna l'économie en lycée, au Castel, puis en fac à Besançon où il eut Jean-Luc Melenchon comme étudiant. Il militait syndicalement là-bas au Snes-sup (FEN puis FSU), et il en fut un des animateurs. Il anima, dans les années 70, entre autres, une grande mobilisation d'enseignants et d'étudiants en défense d'un responsable de l'UNEM (Union Nationale des Etudiants Marocains), aujourd'hi écrivain, ami commun, menacé d'expulsion. Le slogan était : « Nous sommes tous des Kharmoudi ! ». A cheval sur deux localités, à Dijon, il s'occupa plus particulièrement des cheminots, force politico-syndicale traditionnellement centrale et décisive dans le mouvement ouvrier sur la ville. Une cellule fut créée qu'il anima . Dans les années 90, Jean-Marie arrivait encore à réunir épisodiquement une douzaine de cheminots lors d'événements . Adhérent à la Gauche Anticapitaliste, il rejoignit le mouvement pour une alternative de gauche ecologiste et solidaire Ensemble ! dès sa fondation.

Très amateur de théâtre, avec sa compagne de toujours, il ne manquait aucun Festival d'Avignon. Delphin, de son nom de guerre, était une personne d'une grande rigueur militante, appréciant peu les appentis bureaucrates qu'il reniflait de loin, de commerce agréable, ouvert à l'innovation et aux remises en cause, curieux de tout, souvent rieur, doué d'une capacité d'étonnement juvénile parfois renversante. Ses dernières années furent difficiles, surtout pour ses proches, une longue maladie devenue permanente le coupait d'eux et de toute activité militante.

A Sabine et à leur fille, ma peine et toutes mes pensées...


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 925
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par Cyrano » 14 Avr 2020, 14:07

Peut-être, Bertrand, peut-être... Quoique, j'apprécie l'acidité discrète du R... en pot de 2 kg.
Mais je ne vais pas me lancer dans une discussion sur ce sujet. Il est vraisemblable que trop de membres du forum n'auraient pas le niveau théorique pour suivre une discussion sur le fromage blanc. Et pour ce qui est de la fromagée, alors...
Mais Bertrand pourrait peut-être nous parler du trempé eu vin rouge? Quoique ça, ce n'est pas peut-être pas uniquement Berry?

Cher GdM, nos causeries futiles ne nous empêchent pas de remarquer ta douleur et ta tristesse: mais quelle saloperie que ce virus!
Je flippe chaque jour pour les membres de ma famille ou les amis-amies proches qui bossent dans des emplois exposés.
Cyrano
 
Message(s) : 395
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par com_71 » 14 Avr 2020, 14:15

Les proches sont tristes, bien sûr.
Les pas proches peuvent sans-doute noter, plus ou moins amèrement, que ce militant de la tendance SR du PSU, puis de la LCR, s'est vraisemblablement vu et a été vu, comme militant dans la tradition du trotskysme...
Pour, finalement, "Adhérent à la Gauche Anticapitaliste, [rejoindre] le mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire Ensemble ! dès sa fondation."
Un renoncement.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 3793
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par artza » 14 Avr 2020, 17:02

Oui c'est toujours une grande tristesse la perte d'un proche par des liens de famille, d'amitié ou d'idées. Salut GdM.

Du PSU à...Ensemble. Une belle constance.
artza
 
Message(s) : 1563
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par Byrrh » 21 Avr 2020, 15:58

Voilà le genre de sac en papier qui a été remis aujourd'hui par une pharmacie de Metz à ma mère, qui était venue chercher les médicaments de mon père, bientôt 71 ans, diabétique, en surpoids et gros fumeur dans ce contexte de coronavirus... De très bon goût... :x

Ça s'est passé dans un quartier où il y a beaucoup de gens âgés : certains commerçants prennent vraiment les vieux pour des cons...

Ma mère ne s'est pas dégonflée : elle a appelé ce numéro pour leur passer un savon ! :mrgreen:
Pièces jointes
20200421_152909.jpg
20200421_152909.jpg (106.38 Kio) Consulté 948 fois
Byrrh
 
Message(s) : 645
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par Cyrano » 21 Avr 2020, 17:13

Trop fort! Bien vu. Du coup, je suis allé voir mon petit sac renouvellement médicaments, mais y'a rien.
Cyrano
 
Message(s) : 395
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par Cyrano » 28 Avr 2020, 18:42

Le Berry Républicain est le seul quotidien du département 18, le Cher. Ce mardi matin 28 avril, il nous donne quelques éclaircissements sur les décès dans les EPHAD du département, mais pfff! que c'est difficile d'avoir des détails à croire que dans certaine établissements ils enterrent les vieux au fond du jardin.

«Trois des 37 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du Cher totalisent 42 décès de résidents dus au Covid-19. Mehun-sur-Yèvre, Sury-en-Vaux et Boulleret sont lourdement touchés par l’épidémie de coronavirus. […]

«56 résidents pour Sury-en-Vaux (14 décès, dont un à l’hôpital), 48 résidents pour Boulleret (12 décès) et 129 résidents pour Mehun-sur-Yèvre (16 décès dont 5 en hôpital).
À Sury-en-Vaux, 77 % des résidents et 43 % du personnel sont positifs au Covid-19, détaille le président du conseil départemental. À Boulleret, ce sont 54 % des résidents et 42 % du personnel et à Mehun, 57 % des résidents et 59 % du personnel.
»

A chaque fois, dans ces trois EHPAD, la moitié du personnel a chopé le Covid-1.
Une bizarrerie que je n'ai pas très bien comprise :

«Une directrice explique que, pour chaque cas de Covid-19, la personne référente mentionnée dans le dossier du résident est prévenue par le médecin si le patient n’a pas toutes ses facultés. « Sinon, c’est au résident de savoir s’il a envie de le dire, il s’agit d’une information purement médicale. »

Le journal a obtenu des précisions de 2 établissements, mais pas du troisième?
«l’Ehpad de Mehun-sur-Yèvre n’a pas souhaité donner suite à notre appel.»

Deux témoignages :

« Une aide médicale m’a appelé le mardi 7 avril, vers 22 heures. Maman était décédée. On m’avait appelé le matin pour me dire qu’elle avait un peu de fièvre et qu’on allait lui faire un test de dépistage du coronavirus. Ils lui ont mis un peu d’oxygène. Le soir, ils l’ont trouvée décédée dans sa chambre. » […]
Il n'arrive pas à savoir si sa mère est morte du Covid-19:
« Mon frère a appelé la semaine suivant le décès. Après deux appels, on lui a finalement dit que le test n’avait pas été réalisé. Je ne comprends pas. J’ai l’impression qu’on nous cache les choses. »

Un autre témoin parle de la disparition de sa femme de 72 ans, décédée :
« Nous avions entendu des rumeurs qui circulaient disant que c’était l’hécatombe. Mais on se disait “ça va aller”. Et puis ça nous est tombé dessus. Je n’avais pas vu ma femme depuis un mois et demi. Je ne la reverrai plus. »
C’est la veille du décès qu’il a reçu un appel téléphonique de l’Ehpad. « On m’a dit qu’elle avait de la fièvre et on m’a demandé si je pouvais venir la voir tout de suite. J’ai compris. J’ai demandé si c’était le virus. On m’a dit oui. Ça m’a mis un coup.
»

La communication de ces établissements semble aléatoire, non? l'ARS s'est fendue d'une mise au point louangeant les directions et le personnel.
Cyrano
 
Message(s) : 395
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Autour de moi et ailleurs

Message par artza » 01 Mai 2020, 09:27

Petite discuss avec un travailleur réassortisseur au Franprix du bout de ma rue.

Algérien âgé et fatigué, "c'est dur le ramadan", aucun jour de repos depuis le début du confinement y compris le 1er mai "les heures sup' seront payés on sait pas quand". Là le gérant m'a dit poliment que si j'avais fini mes achats il fallait partir car il y avait déjà trop de monde. J'ai approuvé en lui suggérant de partir également, sa présence ne me semblant pas essentielle à la marche du magasin. Il a tourné les talons sans me saluer. Espérons qu'il ne se venge pas sur le personnel.
artza
 
Message(s) : 1563
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Précédent

Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron