La catastrophe d'AZF

Re: La catastrophe d'AZF

Message par com_71 » 28 Sep 2017, 14:02

LO 27 9 2017 a écrit :AZF – Toulouse : Total doit être condamné

Le 21 septembre ont eu lieu les commémorations de l’explosion de l’usine AZF qui, en 2001, avait dévasté les quartiers populaires de Toulouse, faisant plus de trente morts, des milliers de blessés et des dizaines de milliers de sinistrés.

Des sinistrés ont refusé de se joindre à la commémoration officielle qui regroupait les autorités locales et les représentants de Total, une commémoration rassemblant les victimes avec les coupables. Cette année encore, à l’appel de l’Association des sinistrés du 21 septembre, de l’association Plus jamais ça, et de sinistrés de la cité du Parc et du grand Mirail, c’est au Rond-point du 21 septembre qu’une centaine de personnes se sont regroupées. Les banderoles réclamaient la condamnation de Total, coupable de négligences en matière de sécurité dans sa filiale.

Cette culpabilité a été mise en évidence lors de chacun des procès, en particulier lors du second procès en appel de 2012, condamnant le directeur et la filiale. Ce jugement ayant été cassé, le troisième procès en appel qui s’est déroulé au printemps 2017 a montré une nouvelle fois comment les dirigeants de Total essaient de se disculper : « On ne sait pas ce qui s’est réellement passé. » Comme le disait une sinistrée lors du procès : « Et que penser de la direction d’un grand groupe international comme Total, qui affirme sans rire après plus de quinze ans d’investigations, de recherche, qu’elle ne sait toujours pas pourquoi une de ses usines a explosé en dévastant une ville entière ? Ils ne savent pas ? Eh bien, cela signifie que ces gens-là sont dangereux, et qu’il faut au minimum leur enlever l’accréditation de diriger des entreprises de catégorie Seveso 2. »

Correspondant LO
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1739
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La catastrophe d'AZF

Message par Plestin » 29 Sep 2017, 05:40

Total aura vraiment tout fait pour orienter la piste des enquêteurs soit vers un prétendu acte terroriste, soit vers un "arc électrique" dû à l'usine SNPE d'à côté etc. et pour démontrer qu'il n'est pas possible qu'un dérivé chloré ait été entreposé avec les nitrates du bâtiment de stockage qui a explosé, parce que forcément le cariste l'aurait senti (effet irritant, lacrymogène etc.) Le dérivé chloré (un produit pour la désinfection des piscines) est fortement incompatible avec les nitrates. Total a en tout cas réussi son coup, plein de gens à travers tout le pays sont persuadés que c'est un attentat qu'on a caché (et des milliers de salariés du groupe Total, en particulier des cadres, se sont fait consciemment ou pas les colporteurs de cette thèse).

Du côté des enquêteurs, et spécialement ceux de la police, ils semblent s'être surtout intéressés à ce qui s'est passé pendant les dernières heures avant l'explosion, un peu comme sur une scène de crime (d'ailleurs mal protégée pendant les heures qui ont suivi l'accident).

Peut-être que l'explication se trouve dans le dernier bulletin LO paru avant l'explosion (donc, une ou deux semaines avant). Il y est fait état d'une fuite de dérivés chlorés, sous forme de poussière qui s'infiltre partout, jusque dans la salle de contrôle, où le personnel a dû aller à l'infirmerie "avec des yeux de myxomatosés" ou quelque chose comme ça. Des poussières, ce sont des solides, et pour les nettoyer on les ramasse. Ensuite, on les met bien quelque part. Il est tout à fait possible d'avoir utilisé des sacs. Comme le produit est très lacrymogène, on l'a probablement neutralisé (plus ou moins bien) avec un autre. Ensuite, avec la cascade de sous-traitance qui caractérisait ce site, l'un de ces sacs de "déchets" entreposé quelque part, puis déplacé a très bien pu se retrouver, mal vidé, dans un autre secteur de l'usine stocké avec les nitrates. La neutralisation insuffisante du produit en aurait laissé suffisamment d'actif pour déclencher une réaction, mais pas suffisamment pour alerter le cariste, l'effet lacrymogène ayant disparu.

Je n'ai pas absolument tout lu de l'enquête, mais cette hypothèse-là n'a jamais été évoquée.

Il y a eu aussi une expertise post-explosion demandée par le CHS-CT, et celle-ci a fait état de nombreuses failles dans le système. Ses conclusions qui mettaient en évidence le fait que les conditions d'un accident étaient réunies, ont été ensuite refusées par les syndicalistes du CHS qui ont réécrit leur propre version.

https://www.humanite.fr/node/272104

Le traumatisme de l'accident AZF a été énorme et beaucoup de syndicalistes CGT (à part quelques-uns, dont les militants LO et fraction LO) ont basculé dans la défense de Total par crainte que l'usine ne ferme définitivement ! Pourtant, tout le monde savait que Total considérait avoir trop de sites dans sa filiale AZF et qu'il comptait en fermer. S'il avait eu le choix, il aurait sans doute préféré garder Toulouse et fermer Rouen (et d'autres sites plus petits), mais bon, puisque Toulouse a explosé, il n'allait pas reconstruire le site et donc... Va pour garder Rouen ! En plus, il se trouvait que dans le site toulousain la direction avait donné à un syndicaliste des responsabilités en matière de sécurité et cela a dû participer aussi à la paralysie syndicale. En tout cas, le syndicat s'est fait le complice de la direction dans cette affaire.

Aujourd'hui, dans l'industrie chimique, on continue de parler de "syndrome AZF" lorsque quelque part, un syndicat a peur de mettre sur le tapis un sujet touchant à la sécurité des installations par crainte que cela ne conduise à la fermeture de l'usine ou de l'atelier. Et cette situation n'est pas si rare...
Plestin
 
Message(s) : 345
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Précédent

Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité