Mobilisation Retraités - EHPAD !

Mobilisation Retraités - EHPAD !

Message par Gayraud de Mazars » 01 Fév 2018, 18:48

Salut camarades,

Cela craque de partout dans les EHPAD même en Bourgogne Franche-Comté ! A lire en outre dans Lutte de classe (LdC), numéro 189, l'article excellent intitulé "Le scandale des maisons de retraite"...

L’an dernier, un conflit avait opposé les aides-soignantes de la maison de retraite des Opalines de Foucherans (commune de 2 000 habitants située à côté de Dole dans le département du Jura) à la direction de cet établissement, du 3 avril au 27 juillet 2017... Ces travailleuses ont tenu 117 jours de lutte !

https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2018 ... 02142.html

Grève des EHPAD : un avertissement avant la catastrophe
Brève du 01/02/2018

Image

La journée de grève nationale des EHPAD (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) a été remarquable, car les syndicats (CGT,CFDT,FO,UNSA,CFTC) tous unis, soutenus par l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA ), ainsi que de plusieurs associations de retraités ont réussi à en faire un véritable succès - ce qui n’allait pas de soi, étant donnée la relative petite taille de ces établissements, répartis par milliers sur tout le territoire et parfois dans de toutes petites localités ! Seul un mouvement unanime, soutenu moralement par la population, pouvait donner une ampleur nationale à leur protestation : ce qui a été le cas mardi 30 janvier.

Partout en Bourgogne-Franche Comté il y a eu des débrayages et des rassemblements, même dans les coins les plus retirés, comme Mervans (dans la Bresse), à Athée (Côte d’Or), ou Buxy (Saône et Loire), où les salariés se sont rassemblés devant leurs EHPAD, mais aussi dans les villes plus importantes comme à Dijon (250), à Belfort (300), ou encore Lons le Saunier (400). On était loin de la grève héroïque de 4 mois faite par l’an dernier par la poignée de soignantes des Opalines à Foucherans. Mais c’est à leur persévérance que l’on doit ce mouvement.

Ce mouvement national a le mérite de mettre l’accent sur un des problèmes fondamentaux de toute société, et en particulier dans nos sociétés modernes, défigurées par le mercantilisme et où la valeur d’un homme adulte et en plein rendement est très supérieure à la valeur d’un homme âgé et devenu définitivement plus rentable. Ils sont même, alors que ce sont eux qui ont fait la société d’hier et qui ont contribué à son bien-être, considérés à charge. Heureusement que les familles ne perçoivent pas leurs proches de cette façon et s’ils ne peuvent s’en charger, c’est la plupart du temps malgré eux. Et en effet, depuis une dizaine d’années, le nombre de personnes qui vivent plus longtemps et qui se retrouvent à la fin de leur vie dans une grande dépendance, s’est accru. Aujourd’hui 730 000 personnes résident en Ehpad et ce chiffre sera en constante augmentation dans l’avenir (plus de 5 millions de Français auront plus de 85 ans en 2030).

Aujourd’hui le mécontentement général du personnel des Ehpad ainsi que celui de la population confrontée au problème du placement de leurs proches soulignent la situation catastrophique dans laquelle sont plongés la plupart de ces établissements, catastrophique parce que pas de personnel médical compétent susceptible de prendre en charge des pathologies lourdes. Curieusement, l’image dégradée de la maison de retraite à l’ancienne a fait place de nos jours à des maisons de retraite pimpantes, aux bâtiments couleur pastel, mais où, à l’intérieur, faute de ce personnel qualifié, c’est un enfer, le pire qui soit, parce que la plupart du temps, le manque de soins se traduit par des situations les plus dégradantes qui soient. Tous les témoignages des résidents et des soignants le confirment. C’est à vous arracher le cœur !

Il a fallu en 2003 les 15 000 morts de la canicule pour que le gouvernement se rende compte du problème et lâche quelques milliards d’euros pour essayer de la résoudre. Le résultat de son action depuis cette époque est plus que mitigé puisqu’il il a mis en place un système compliqué, tripartite, qui réunit le département, les établissements et l’Etat et qui avantage les Ehpad privés en y introduisant le plus pur mercantilisme. Par un bout, la vieillesse peut rapporter et c’est le traitement de la dépendance à deux vitesses : d’une part ceux qui ont de l’argent et qui peuvent en rapporter et d’autre part ceux qui n’en ont pas et qui sont abandonnés. Encore que, même dans les Ehpad de luxe, il y a maltraitance institutionnalisée, faute de personnel compétent.

Aussi, la grève nationale est une étape importante dans ce combat pour faire respecter la dignité des gens plus âgés. Elle est d’autant plus importante qu’elle a montré que les syndicats pouvaient lancer un mouvement national d’envergure qui avait la sympathie de la population et que s’ils veulent, à l’avenir, obliger le gouvernement à lâcher autre chose que ces malheureux 50 millions annoncés par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buizyn. L’avenir dépendra de la volonté des syndicats et de la combativité légitime des personnels de ces établissements.
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 290
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Mobilisation Retraités - EHPAD !

Message par com_71 » 18 Mars 2018, 12:43

Brève 16/03/2018 LO a écrit : Retraites : une mobilisation réussie

Plus de 10 000 à paris, 2 500 à Rennes, 2 000 au Havre, à Strasbourg ou à Saint-Etienne, 1 300 à Rodez, 1 000 à Carcassonne, 500 à Concarneau, le 15 mars les nombreuses manifestations de retraités et des personnels des Ehpad, dans les grandes ou les plus petites villes ont été bien fournies.

Les retraités ont dénoncé les ponctions sur leurs pensions, la hausse de la CSG et les augmentations d'impôts. Par ailleurs, le même jours les personnels des Ehpad avec les familles des résidents ont, comme il y a un mois, montré leur colère contre les conditions inhumaines subies par les patients, faute de personnel suffisant, et exigé des embauches.

Cette journée de mobilisation a permis à des milliers de travailleurs et de retraités d’exprimer leur rejet de la politique du gouvernement. Prochain rendez-vous le 22 mars avec la fonction publique et les cheminots.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2254
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron