Des salariés d’Amazon lancent un mouvement de grève en Europ

Des salariés d’Amazon lancent un mouvement de grève en Europ

Message par Sinoue » 17 Juil 2018, 16:30

Des salariés d’Amazon lancent un mouvement de grève en Europe à l’occasion du « Prime Day »

A l’occasion d’une journée de promotions, des syndicats espagnols et allemands ont appelé mardi à des actions de blocage dans les centres du groupe. Ils protestent contre la pénibilité des conditions de travail.

Le Monde.fr avec AFP

Le « Prime Day » propose de lundi, minuit, à mardi, minuit, des réductions réservées aux abonnés premium d’Amazon.
Des syndicats allemands et espagnols ont appelé mardi 17 juillet à des actions de blocage au niveau européen chez Amazon, à l’occasion de l’opération de promotions « Prime Day », afin de protester contre la pénibilité des conditions de travail.
Les salariés du plus grand centre logistique d’Amazon en Espagne ont ainsi commencé dès lundi une nouvelle grève de trois jours pour réclamer une hausse de salaire supérieure à ce que propose le géant américain.

Selon les Commissions ouvrières (CCOO), qui se revendiquent comme premier syndicat au sein de l’entreprise en Espagne, et la CGT espagnole, 1 200 salariés ont participé au mouvement mardi, soit « environ 80 % » du personnel du centre de San Fernando de Henares, près de Madrid. Des chiffres similaires avaient été communiqués la veille, au premier jour de la grève.


Le groupe de Jeff Bezos a démenti les chiffres avancés par les syndicats espagnols, assurant que la « majorité des employés avaient travaillé et traité les requêtes des clients ». Amazon a ajouté dans un communiqué que ses quelque 2 000 employés en Espagne bénéficiaient de salaires compétitifs ainsi que d’avantages sociaux. Selon l’entreprise, « la rémunération totale des travailleurs de San Fernando de Henares se situe dans la fourchette haute du secteur logistique ».

Les salariés du centre de San Fernando de Henares avaient déjà fait grève en mars pour les mêmes raisons, pour la première fois depuis l’ouverture du site, en 2012.

Le principal syndicat allemand mobilisé
« Jusqu’à minuit les prix vont baisser et les profits vont grimper, les employés d’Amazon quitteront leur poste et manifesteront pour l’obtention d’une convention collective protégeant leur santé », avait déclaré, lundi, Verdi, le principal syndicat du secteur tertiaire en Allemagne, sans préciser le nombre d’employés mobilisés.

Alors que le « Prime Day », propose de lundi, minuit, à mardi, minuit, des réductions réservées aux abonnés premium d’Amazon, le syndicat allemand a rappelé les maux physiques qui frappent les employés des sites par lesquels transitent jour et nuit les centaines de milliers de colis commandés en ligne. Des « kilomètres parcourus », des « tâches répétitives » ou encore une « station debout prolongée », a détaillé Verdi. D’autres grèves sont attendues en Allemagne mercredi. Amazon a assuré, de son côté, que la majorité des employés de ses centres logistiques travaillaient normalement.

Les salariés d’Amazon avaient déjà lancé un mouvement similaire en novembre à l’occasion du « Black Friday ».
Sinoue
 
Message(s) : 67
Inscription : 25 Déc 2008, 13:10

Licenciements automatiques chez Amazon

Message par com_71 » 26 Avr 2019, 17:27

Licenciements automatiques
https://www.clubic.com/pro/entreprises/ ... cains.html

clubic, Alexandre Boero le 26 avril 2019 a écrit :Amazon automatiserait les licenciements liés à la productivité de ses salariés américains

Le géant du e-commerce multiplierait les licenciements pour défaut de productivité et se baserait même sur la technologie pour déclencher les procédures.

Une entreprise comme Amazon utilise des infrastructures à sa mesure : de gigantesques centres de distribution où fourmillent des centaines de salariés, poussés à la performance et au dépassement de soi dans leur travail. C'est la culture de l'entreprise. Un nouveau rapport, relayé par nos confrères de The Verge, révèle que l'appréciation de la productivité des collaborateurs ne relève pas forcément de supérieurs hiérarchiques, mais d'un système automatisé, qui peut s'absoudre de toute intervention humaine pour écarter les moins productifs.

300 employés licenciés sur un même site en une année

Amazon a licencié plus de 300 de ses employés en une seule année, entre août 2017 et septembre 2018, selon le rapport, sous motif d'inefficacité. Le problème est que ce chiffre ne concerne qu'un seul et même centre : celui de Baltimore, aux États-Unis, qui compte quelque 2 500 salariés à temps plein.

De tels chiffres signifient qu'Amazon licencierait plus de 10 % de ses effectifs pour un défaut de productivité. Rapportés de manière hypothétique à une échelle plus grande, cela toucherait ainsi des milliers et des milliers de salariés.

Un traitement de la productivité « automatisé » et dénué d'humanité


Au-delà des chiffres, qui officiellement ne concernent qu'un entrepôt, c'est la méthode qui dérange. En soit, il n'est pas choquant ni scandaleux que la productivité d'un employé soit surveillée. Un télévendeur est aussi soumis à des objectifs, comme tout un tas d'autres professions et domaines.

Mais les documents mis en ligne par The Verge font état d'un système automatisé de suivi de la productivité et de résiliation de contrat. « Le système d'Amazon suit les taux de productivité de chaque associé et envoie automatiquement tous les avertissements ou résiliations (ndlr : de contrat) concernant la qualité ou la productivité, sans l'intervention des superviseurs », peut-on lire dans la pièce.

Le superviseur humain peut ignorer le système


Les salariés d'Amazon, qui plaident parfois lors de manifestations qu'ils ne sont pas des robots, sont finalement surveillés et supervisés par des machines, qui vont même jusqu'à scruter le nombre de fois où ils prennent une pause. Il a, dans le passé, été rapporté que certains employés ne prenaient même plus la peine d'aller au petit coin, par peur d'être sanctionnés.

S'agissant de l'automatisation, Amazon indique qu'un superviseur peut ne pas suivre la « recommandation » de l'outil automatisé et avance même offrir une formation à celles et ceux qui ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs de production.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2996
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité