Rouen Lubrizol - une inquiétude justifiée

Re: Rouen Lubrizol - une inquiétude justifiée

Message par Gayraud de Mazars » 02 Nov 2019, 16:59

Salut camarades,

Tout va très bien, madame la marquise !
Brève de Lutte Ouvrière, le 01/11/2019

https://www.lutte-ouvriere.org/breves/t ... 35469.html

Macron a fait une visite surprise à Rouen pour expliquer à la population de la ville qu’il n’y avait rien à craindre suite à l’incendie de Lubrizol. Et du même coup il s’est auto-félicité en rendant hommage aux services de l’Etat qui, selon lui, auraient géré impeccablement cette catastrophe. Bref, les inquiétudes de la population sur les émanations respirées ne seraient qu’un leurre. Selon lui, la population de la région rouennaise devrait faire toute confiance à l’État, donc à son grand chef.

Son coup de com’ est loin d’avoir marché et il a pu s‘en rendre compte quand il a été interpellé par des manifestants à la sortie de la mairie.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 692
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Rouen Lubrizol - une inquiétude justifiée

Message par Cyrano » 04 Nov 2019, 09:18

Dans Le Canard Enchaîné du mercredi 30 octobre, on trouve un article intéressant : Lubrizol : la fumée vue du bus, avec en sous-titre : "Le jour de l'incendie, les chauffeurs de bus ont été contraints de balader des bus vides dans les fumées toxiques".

Les bus à Rouen sont gérés par la TCAR, une filiale d'un groupe international de transport. Le jour de l'incendie, le 26 septembre, au petit matin, au dépôt des bus, y'avait juste une boite de masques à poussières blancs, rien d'autre, pas une seule directive, rien, alors les bus se sont mis en route. Dans la matinée, les écoles seront fermées, et les habitants de 12 communes sont invités à rester chez eux. Les salariés de Rouen reçoivent le message d'éviter les déplacements en dehors des obligations liées à l'incendie.
Et les chauffeurs de bus désormais vides?
On leur ordonne de continuer à bosser sinon ils ne seront pas payés. Résultat d'une telle répugnante bêtise : au début d'après-midi, les chauffeurs sont victimes de crises d'asthmes, de migraines, de vomissements. Le Canard écrit : «La direction fait venir les secours au dépôt [de bus]. Dans la cantine, le Samui et les pompiers improvisent un hôpital pour une centaine de conducteurs
Malgré tout, il y aura encore des bus roulants tout l'après-midi : les petits nouveaux ou ceux qui ne sont pas titulaires n'osant pas refuser de prendre le volant.
A croire que il n'y aurait qu'un syndicat patronal dans cette boite?
Cyrano
 
Message(s) : 141
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Précédent

Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)