General Motors. Une grève victorieuse?

General Motors. Une grève victorieuse?

Message par artza » 26 Oct 2019, 09:11

J'entends que les travailleurs de General Motors auraient gagné ?
artza
 
Message(s) : 1376
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Une grève victorieuse?

Message par com_71 » 26 Oct 2019, 11:05

CNN 25/10 a écrit :La longue grève de General Motors est enfin terminée, les ouvriers approuvant le nouveau contrat proposé

New York (CNN Business)
La longue grève de General Motors est enfin terminée, les membres du syndicat des travailleurs unis de l'automobile ayant voté en faveur d'un accord de quatre ans sur le travail pour mettre fin à la grève.
Selon le syndicat, 57% des membres des salariés ont voté en faveur de l'accord. Le contrat de travail a été conclu entre les négociateurs syndicaux et les négociateurs d'entreprises le 16 octobre, mais les grévistes sont restés sur les piquets de grève jusqu'à sa ratification.
Les usines GM reprendront leurs travaux dès que possible, certains travailleurs reprenant leurs activités le week-end et d'autres le lundi, selon deux sources d'entreprises familières avec les plans.

La grève de près de 50.000 travailleurs horaires de GM a commencé le 16 septembre, il y a près de six semaines. C'est la plus grande entreprise contre une entreprise américaine depuis la dernière grève GM il y a 12 ans. Mais cette grève était terminée en moins de trois jours. Cette grève est le plus long arrêt de travail de l'industrie automobile depuis plus de 20 ans, et la plus longue grève nationale depuis 50 ans. GM a perdu environ 1,75 milliard de dollars à cause de la traversée, selon une estimation de Anderson Economic Group, une firme de recherche du Michigan.
L'accord a été conclu entre les négociateurs syndicaux et les négociateurs d'entreprises il y a plus d'une semaine, bien que les membres soient restés sur la ligne de piquet jusqu'à ce que le processus de ratification soit terminé.
Les grévistes ont reçu des avantages de grève de seulement 275 $ par semaine. C'est bien en deçà des 30 $ de l'heure que les membres chevronnés de l'UAW gagnent.

Le nouveau contrat versera aux travailleurs horaires une prime de signature de 11 000 dollars, ce qui devrait les aider à récupérer une grande partie de leur salaire perdu, bien que GM offrait une prime de signature avant même le début de la grève.
En vertu de l'accord, les salaires de la plupart des titulaires augmenteront de 6 % pendant la durée de vie de quatre ans du contrat, pour atteindre 32,32 $ de l'heure. Le syndicat a également permis à de nombreux travailleurs temporaires d'être embauchés en tant qu'employés permanents ainsi qu'une fin plus rapide au système de salaire à deux niveaux institué après la faillite de 2009 que dans le langage contractuel précédent. Le syndicat a aussi amené l'entreprise à abandonner sa demande de voir les travailleurs payer un pourcentage plus élevé de leurs propres coûts de santé.
Terry Dittes, le négociateur en chef du syndicat, a déclaré que le "sacrifice et la position courageuse des grévistes ont abordé la structure à deux niveaux des salaires et la classification permanente des travailleurs temporaires qui a empoisonné la classe ouvrière américaine".

"Nous avons conclu un contrat qui reconnaît à nos employés les contributions importantes qu'ils apportent à la réussite globale de l'entreprise, avec un ensemble solide de salaires et d'avantages sociaux et des investissements et une croissance de l'emploi supplémentaires dans nos opérations aux États-Unis", a déclaré Mary Barra, directrice générale de GM.
Mais l'union a échoué dans ses efforts pour sauver trois usines - une chaîne de montage à Lordstown, dans l'Ohio, et des usines de transmission à Warren, dans le Michigan et à Baltimore, où GM a stoppé ses opérations plus tôt cette année. L'union voulait que GM déplace une partie de sa production du Mexique, où l'entreprise a construit plus de 800 000 voitures et camions l'année dernière, vers les usines américaines, mais GM a refusé.

Alors que la plupart des travailleurs de l'industrie automobile de ces trois usines ont trouvé du travail dans d'autres usines GM, beaucoup ont dû déménager pour occuper ces emplois. La colère au sein des équipes syndicales et de la base à propos de ces fermetures d'usines a soulevé des doutes sur l'approbation ou non de cet accord. Mais après près de six semaines sur les piquets de grève, les ouvriers étaient apparemment prêts à accepter les fermetures pour avoir une chance de retourner au travail.
Le syndicat a annoncé qu'il se concentrerait maintenant sur la conclusion d'un nouvel accord de travail pour les travailleurs de Ford. Le syndicat avait mis les négociations avec Ford (F) et Fiat Chrysler (FCAU) sur le dos alors qu'il recherchait l'accord avec GM (GM).
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2979
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Une grève victorieuse?

Message par com_71 » 26 Oct 2019, 11:17

Que disait l'édito de Spark du 21/10 ?

Les grévistes de GM prendront la décision
21 octobre 2019

Le contrat GM proposé ne contient pas tout ce que les travailleurs de GM méritent. Les travailleurs en cours de progression (à deux niveaux) ne rattrapent pas assez vite leur retard et les nouveaux travailleurs devront faire face à la même progression de huit ans. Pas assez de temps deviendra permanent. Et de nouvelles températures vont arriver dans les usines. Les usines «en congé» - Lordstown, Baltimore Transmission et Warren Transmission - ferment définitivement, de même que le CCA Fontana. Personne ne sait vraiment combien d’emplois existeront à Detroit / Hamtramck.

Mais il y a autre chose à dire. Quelque chose d'important. Des gains ont été réalisés, quels qu'ils soient, quel que soit le montant du contrat, ils sont là parce que les travailleurs de GM étaient déterminés à se battre - et se sont battus.

Ils doivent être ceux qui décident si c'est suffisant. Ils sont les seuls à pouvoir savoir maintenant ce qu’ils pensent être possible.

La situation à laquelle ils sont confrontés, la situation à laquelle nous sommes tous confrontés n'est pas facile. Les problèmes vont bien au-delà d’une entreprise et d’un secteur, et ils ne seront pas résolus une entreprise à la fois.

En cette crise économique longue de plusieurs décennies, chaque entreprise essaie de réduire le nombre de travailleurs nécessaires pour réduire le nombre de travailleurs afin de supprimer des emplois. Chaque ville, comté et gouvernement d'état et chaque système scolaire font la même chose. Chaque employeur cherche des astuces pour faire baisser les salaires.

Les entreprises les unes après les autres ferment les usines, les bureaux fermés et les entrepôts. Ils récupèrent la production et la transfèrent ailleurs, parfois dans un autre pays, plus souvent dans une autre partie du pays. Les entreprises confient du travail à des «sous-traitants», qui paient des salaires moins élevés.

Les entreprises font faillite, ferment, rouvrent sous un autre nom, fusionnent les unes avec les autres et voient toujours de combien d'emplois elles peuvent se débarrasser et de combien elles peuvent faire baisser leurs salaires.

Ces problèmes ne seront pas résolus si nous continuons à lutter contre une usine à la fois, une entreprise à la fois ou même une industrie à la fois. Les problèmes traversent toute l'économie. Les réponses à ces problèmes seront trouvées lorsque les travailleurs de toute l'économie commenceront à mettre leurs efforts en commun.

Cela signifie-t-il que la grève des travailleurs de GM était inutile? PAS DU TOUT.

Tout d’abord, leur grève a commencé à montrer le pouvoir que les travailleurs peuvent avoir, tout simplement parce qu’ils font le travail nécessaire pour que l’économie soit gérée par toute la société. À la deuxième semaine de la grève, la presse spécialisée dans les affaires publiait des articles sur l'impact de la grève sur l'économie. Si les travailleurs d'une seule entreprise peuvent faire cela, combien plus de pouvoir ensemble aurons-ils ensemble.

D'autres ouvriers sont sortis et se sont tenus sur les lignes de piquetage avec des ouvriers de GM - ouvriers de Ford, ouvriers de la FCA, ouvriers de l'usine de pièces détachées, ouvriers d'hôpitaux, camionneurs, infirmiers, ouvriers du secteur public, retraités et même des étudiants. Les conducteurs ont refusé de franchir les lignes de piquetage. D'autres travailleurs ont apporté des cargaisons de conserves, ainsi que des cartes-cadeaux et de l'argent aux locaux de GM pour subvenir aux besoins des grévistes.

Ce n'est pas assez. Mais c'était très important. La solidarité n'est pas simplement le nom d'un magazine en ligne. Cela fait longtemps que tout le mouvement syndical a besoin de cela - la reconnaissance du fait que lorsqu'un de nous est attaqué, nous sommes tous attaqués; la reconnaissance que quand l'un de nous se bat, c'est le combat de tout le monde.

Ce que les grévistes de GM ont fait ouvre la porte à d’autres travailleurs qui en ont assez d’accepter une situation intolérable.

C'est ce qui a amené d'autres travailleurs sur les lignes de GM. C’est ce qui peut inciter d’autres travailleurs à se lancer eux-mêmes dans la bataille.

Pendant trop longtemps, nous sommes trop nombreux à accepter ce non-sens que vous ne pouvez rien faire. Que personne d'autre ne veut se battre.

Eh bien, il y a quelque chose qui peut être fait. Et les travailleurs de GM l'ont fait. Ils ont décidé de se battre. Ils ont commencé le bal. Maintenant, la question est : que feront les autres travailleurs? Et que vont décider les travailleurs de GM ? Nous n'avons certainement pas entendu leur dernier mot !
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2979
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Une grève victorieuse?

Message par com_71 » 29 Oct 2019, 22:49

Edito de Spark 28-10-2019

Six semaines de la grève de General Motors

28 octobre 2019

Les travailleurs de GM ont ratifié leur nouveau contrat et 43% d'entre eux ont voté «non». Le vote non a exprimé une volonté de rester en grève, notamment des travailleurs sur les piquets de grève, même après six semaines de grève, avec une indemnité de grève inférieure à 300 dollars par semaine. Le nombre élevé des votes non reflète la détermination des travailleurs de GM de se battre.

Le vote non a été particulièrement fort parmi les travailleurs des quatre usines GM qui sont définitivement fermées par ce contrat. De même, les travailleurs de GMCH et des dépôts de pièces, qui gagnent un salaire inférieur avec moins d'avantages que les travailleurs des usines de fabrication ont voté «non». Mais ils n'étaient pas les seuls à dire «non», même après six semaines de grève.

Cette grève a été marquée par un niveau élevé de conscience de la part des travailleurs de haut niveau d’ancienneté qui ont soutenu les travailleurs de rang inférieur et les travailleurs temporaires pour d’exiger leur égalité. Cela a été exprimé ouvertement sur les lignes des piquets - que ce qui est arrivé à d'autres pourrait facilement arriver à tous : fermetures d'usines, baisse des salaires, réduction des avantages, tout cela.

En ce qui concerne les 57% de travailleurs de GM qui ont voté pour accepter cette dernière offre, la plupart ont sans doute compris qu'ils n'avaient pas obtenu tout ce qu'ils méritaient et dont ils avaient besoin. Mais après six semaines de grève, ils ont estimé avoir mené ce combat aussi loin que possible.

Alors, quels ont été les résultats de la grève?

Les travailleurs permanents ont gagné des revenus supplémentaires grâce aux primes et aux augmentations. Les patrons semblent avoir reculé sur les propositions de transfert des coûts des soins de santé à des travailleurs individuels, bien qu'il ne soit pas clair qu'ils auraient pu l'obtenir de toute façon.

La question de l’inéquité des échelons inférieurs de rémunération et des agents temporaires n’a pas été réglée. Même la promesse de ramener tous les travailleurs permanents de second rang au plus haut taux est reportée jusqu'aux dernières semaines du contrat de quatre ans. Et il n'y a pas d'accord pour éliminer les niveaux pour les futurs recrutements.

Ce n'est pas une surprise. La hiérarchisation a été mise en place il y a plusieurs décennies et s'est aggravée depuis. Est-ce que cela allait disparaître après une frappe, un seul combat ? Non.

C'est un système imposé par tous les patrons à tous les niveaux, sous une forme ou une autre, pour baisser les salaires et réduire les avantages. Il faudra un combat plus large de la classe ouvrière pour le faire reculer.

Mais le fait que les travailleurs et travailleuses de GM aient finalement pris position contre GM - et gagné en partie - est peut-être le gain le plus important de cette grève. Bien que le contrat ne soit pas tout ce que les travailleurs voulaient et méritaient, ce n’était certainement pas ce que l’entreprise souhaitait.

Il ne fait aucun doute qu’il y aura un flot continu de propagande dans les mois à venir dans le but de convaincre les travailleurs pour accuser le syndicat de ce qu’ils n’ont pas obtenu. Le but de cette propagande sera évident : casser la solidarité des travailleurs et saper le syndicat.

Mais les travailleurs de GM n'ont rien à regretter. Ils ont fait quelque chose qui n'a pas été fait depuis des décennies. Leur grève a brisé la démoralisation qui a infecté la classe ouvrière, le sentiment que rien ne peut être fait.

La lutte des travailleurs de GM a ouvert la porte à tous les travailleurs.

Le niveau élevé de soutien sur les piquets de grève et hors de ceux-ci montre que les travailleurs d'autres lieux de travail ont estimé que le combat était aussi leur combat. Leur soutien a ouvert la voie à la solidarité entre de plus grandes couches de la classe ouvrière.

Les travailleurs d'une entreprise ne peuvent à eux seuls résoudre les problèmes d'emploi, de salaires échelonnés, etc. Cependant, les travailleurs d'une entreprise peuvent engager le combat.

Et les travailleurs de GM l'ont fait. Ils ont toutes les raisons d'être fiers. Ils se sont unis pendant les six longues semaines de cette grève et ont acquis une expérience qui leur permettra de mieux défendre leurs droits dans l’avenir.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2979
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Une grève victorieuse?

Message par com_71 » 29 Oct 2019, 22:54

Remarquons que Google translate donne : "Mais le fait que les travailleurs/euses de GM aient finalement pris position contre elle..." pour "But the fact that GM workers finally took a stand against it..."

C'est la google-inclusion ? :lol:
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2979
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: General Motors. Une grève victorieuse?

Message par Plestin » 30 Oct 2019, 07:21

les lignes de piquetage


les piquets de grève !!! :lol:
Plestin
 
Message(s) : 1089
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: General Motors. Une grève victorieuse?

Message par com_71 » 30 Oct 2019, 10:08

Plestin a écrit :
les lignes de piquetage


les piquets de grève !!! :lol:


Bien sûr, toute suggestion d'amélioration à la traduction automatique est la bienvenue. :lol:
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2979
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Dans le monde du travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité