Diversité... des oiseaux

Et lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantismes

Re: Diversité... des oiseaux

Message par Cyrano » 05 Mai 2020, 20:11

Amusant, j'avais pas fait gaffe pour l'illustration des corbeaux de Léo Ferré, paroles Arthur Rimbaud, SVP, je cherchais rapido la chanson. Un copain

Quand je dis nicher pas loin, ça peut être 100 mètres... à vol d'oiseau, ou plus. Mais ce n'est pas loin. Il y avait un dortoir à environ 700 à 800 mètres de chez moi, mais il semble avoir été déserté?
J'avais mis un peu de nourriture, mais deux pies ont été plus rapides. Et si une pauvre colombe veut s'approcher, les deux pies vont virevolter autour d'elle, presque à la frôler, dégage connasse, c'est chez nous ici.

Autre façon de reconnaître un corbeau freux: il marche, dandinant son cul plumeux - je n'ai jamais vu une corneille marcher, elles préfèrent sautiller, pffff, les nulles, comme un merle (mais je les regarde moins, peut-être certaines corneilles s'essaient à la marche - les poules y arrivent, alors...).
Dommage: pas de Grand Corbeau dans ma région.

« L'oiseau qui voit un ballon se dit peut-être : “Je voudrais voler comme lui, sans ailes.” C'est le progrès. »
Jules Renard, dans son merveilleux Journal.

«Même quand l'oiseau marche on sent qu'il a des ailes.» Par un Antoine-Marin Lemierre (visez le prénom!), théâtreux et poète oublié.
Cyrano
 
Message(s) : 395
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Diversité... des oiseaux

Message par Plestin » 18 Mai 2020, 19:59

Comme promis au camarade Cyrano, voici une belle promenade chez les Corvidés.

J'ai déjà mis des photos de la corneille noire et du corbeau freux, voici de courtes vidéos.

Ici, la corneille noire (Corvus corone) :

https://www.youtube.com/watch?v=3E0xJZl6tJQ

Ici, le corbeau freux (Corvus frugilegus) :

https://www.youtube.com/watch?v=7ky375SvBZ4

Cyrano a évoqué une autre espèce noire, plus grande (52 à 69 cm), répandue dans presque tout l'hémisphère nord, le Grand corbeau (Corvus corax). Elle se distingue par sa taille, son bec très puissant et il est assez fréquent que les plumes de sa gorge soient ébouriffées. En France (où il est nettement moins fréquent que les corneilles, les freux, les pies et les geais), le grand corbeau est réparti en deux populations, l'une depuis les Pyrénées jusqu'aux Alpes, au Jura et au Massif Central, l'autre en Bretagne et Normandie ; les populations françaises vivent et nichent surtout en montagne, sur les falaises voire dans les carrières.

Ici, le cri du grand corbeau :

https://www.youtube.com/watch?v=KpApJr53Sgo

Ici, une bande de grands corbeaux sur une dépouille dans la neige en Suède (de temps en temps, quelques corneilles mantelées - de mêmes dimensions que notre corneille noire - viennent se mêler à eux ; remarquez la différence de taille !) :

https://www.youtube.com/watch?v=pxDt-69hllU

La corneille noire a une répartition géographique discontinue avec une population ouest-européenne et une autre asiatique (de l'Asie centrale à la Sibérie et au Japon). Entre les deux, très précisément, vient s'intercaler une autre corneille, la corneille mantelée (Corvus cornix) qui est noire et grise et que l'on peut rencontrer à Berlin, en Italie, en Pologne, en Irlande etc. (et même dans le sud de la Corse) :

https://www.youtube.com/watch?v=WYo6dazeyzM

Répartition géographique de la corneille noire :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Corneille ... ne_map.jpg

Répartition géographique de la corneille mantelée :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Corneille ... ix_map.jpg

Cette situation, et la grande similitude des deux corneilles en dehors de l'aspect du plumage, ont fait longtemps hésiter quant au statut de la corneille mantelée : sous-espèce de la corneille noire ou espèce à part entière ? Depuis 2002, la corneille mantelée est à nouveau considérée comme espèce à part (ce qui justifierait peut-être que les populations orientales de la corneille noire le soient également). Dans les zones de contact entre les deux espèces, celles-ci peuvent pourtant produire des hybrides fertiles, mais ils sont de constitution plus fragile que les espèces mères.

On trouve aussi en Europe et en France trois autres espèces de corvidés capables de prouesses aériennes : le choucas des tours (Coloeus monedula), le crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax) et le chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus). Le chocard à bec jaune est un oiseau de montagne, le crave à bec rouge fréquente les montagnes mais aussi les falaises littorales et d'autres milieux escarpés (ruines...), tandis que le choucas habite de nombreux milieux (mais affectionne les falaises, les clochers, les carrières... pour nicher). Le chocard et le crave peuvent être de véritables acrobates en vol.

Ici, dans une petite vidéo en anglais, comment distinguer (facilement) la corneille noire ("carrion craw") du choucas des tours ("jackdaw") ; le choucas est un peu plus petit, a l'oeil clair, un plumage de différents tons de noir et de gris (gris plus clair à l'arrière de la tête) et son cri est très différent de celui de la corneille ou des corbeaux.

https://www.youtube.com/watch?v=0cQfOvC6byY

Une vidéo espagnole sur le choucas des tours, capable de former des bandes nombreuses (comme les étourneaux) :

https://www.youtube.com/watch?v=YtxV09SnSSM

Un petit reportage "pour les enfants" mais néanmoins très bien fichu, sur le chocard à bec jaune et le choucas des tours :

https://www.youtube.com/watch?v=Cv7NZPqKlCQ

Une belle vidéo sur le crave à bec rouge :

https://www.youtube.com/watch?v=GPRqyybsbCk&t=2s

Une étude italienne a montré la non-concurrence alimentaire entre le crave à bec rouge et le chocard à bec jaune là où elles cohabitent :

Régime du crave à bec rouge :
- En juin, chenilles de papillons.
- En été, pupes de tipules (ces insectes ressemblant à de grands moustiques inoffensifs, parfois surnommés "cousins"), larves de diptères (mouches, moustiques) et de coléoptères.
- En hiver où il n'y a guère d'insectes, bulbes de certaines petites fleurs.

Régime du chocard à bec jaune :
- En juin, pupes de tipules ("cousins").
- En été, sauterelles.
- En hiver, baies et cynorrhodons (ex. : les "faux fruits" de l'églantier).

Autre corvidé peut-être le plus commun en France, la pie bavarde (Pica pica) est si répandue qu'elle donne l'impression de bien mieux résister que les petits oiseaux aux changements environnementaux actuels. En réalité, elle est devenue plus commune et donc plus visible dans ou à proximité des villes, mais ses effectifs s'effondrent à un rythme plus rapide à la campagne ce qui fait que l'effectif global des pies bavardes est en forte baisse en France ; or, la France est le pays d'Europe de l'Ouest abritant la plus grosse population de pies. Contrairement à certains autres pays, la pie n'y est pas protégée et son piégeage est autorisé, car l'oiseau qui fait des dégâts dans les nids d'oiseaux plus petits est souvent considéré comme nuisible. Les jugements les plus récents tendent toutefois à contester le statut de "nuisible" chaque fois qu'un département veut le faire reconnaître.

Ici, la pie bavarde et son cri :

https://www.youtube.com/watch?v=xGVml1_rDX0

Voici encore les deux autres espèces de corvidés que l'on peut rencontrer en France : le geai des chênes (Garrulus glandarius) et le cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes).

Le geai des chênes est l'un des oiseaux les plus communs dans les campagnes d'Europe de l'Ouest. Il vit dans presque toute l'Europe, en Afrique du Nord et dans une grande partie de l'Asie. Son régime alimentaire est varié (insectes et autres petits animaux, oeufs d'oiseaux...) mais il apprécie beaucoup les faînes de hêtre, les châtaignes et surtout les glands. C'est l'un des rares oiseaux à faire des stocks de nourriture pour l'hiver. Il mémorise les emplacements de ses cachettes de nourriture grâce à des points de repère et, s'il n'y en a pas, il en crée (tas de cailloux...) Malgré tout il en oublie près de la moitié (ou échoue à retrouver une cachette si les points de repère ont été enlevés). Cela permet à de nombreux glands de germer et de donner naissance à des plantes viables. Un seul geai des chênes est capable d'enfouir tous les ans près de 4.600 glands ou faînes et cela fait de cet oiseau... le premier reboiseur européen de chênes et de hêtres !

Il a été remarqué que plus le milieu qu'il fréquente (forêt, campagne...) est fragmenté, plus le geai des chênes se fait pilleur de nids de petits oiseaux (fauvettes ou autres).

Ici, une vidéo sur le geai des chênes :

https://www.youtube.com/watch?v=9KhOzWGpvvc

Le cassenoix moucheté vit depuis l'est de la France, les Balkans et le sud de la Scandinavie jusqu'en Extrême-Orient. En France on le rencontre dans une partie des Alpes, du Jura et des Vosges. Comme le geai, il est capable de faire des réserves pour l'hiver et de retrouver ses cachettes (même sous la neige) grâce à des points de repère. Son régime alimentaire est encore plus orienté vers les végétaux que celui du geai, notamment les fruits à coques tels que les noix et surtout les noisettes, mais aussi les graines des pins et des épicéas. Lui aussi aide à la propagation des espèces d'arbres dont il stocke les graines.

Ici, une vidéo tournée en Suède sur le cassenoix moucheté, qui fait une grosse consommation de noisettes :

https://www.youtube.com/watch?v=sfO09Wg26Xg


Avec les Corvidés, on a affaire à des oiseaux qui se font remarquer par leur intelligence (déf. wikipédia : l'intelligence est l'ensemble des processus retrouvés dans des systèmes, plus ou moins complexes, vivants ou non, qui permettent de comprendre, d'apprendre ou de s'adapter à des situations nouvelles (...) L'intelligence peut être également perçue comme la capacité à traiter l'information pour atteindre des objectifs), leur grande capacité d'adaptation à la proximité humaine (du moins pour certaines espèces), leur taille (la famille compte les plus grands des oiseaux dits "chanteurs" ou passereaux), leur combativité aussi car bien que victimes des rapaces ils peuvent vendre chèrement leur peau et sont parfois capables de venir à bout de leur agresseur.


Des oiseaux "intelligents"

Une vidéo (il n'y a pas de son) d'une série d'expériences de l'Université d'Auckland (Nouvelle-Zélande) sur les capacités du corbeau calédonien (Corvus moneduloides), espèce vivant en Nouvelle-Calédonie, le but pour l'oiseau étant d'accéder à un morceau de nourriture :

https://www.youtube.com/watch?v=ZerUbHmuY04

Extrait de Wikipédia sur le corbeau calédonien :

Fabrication d'outils

Les corbeaux calédoniens sont capables de fabriquer des crochets en bois leur servant à récupérer de la nourriture. Pour ce faire, ils choisissent de préférence une plante qui peut être définitivement déformée comme Desmanthus virgatus, puis ils en détachent une brindille et en taillent la base pour lui donner une forme nettement arrondie. Ceci fait, ils accentuent parfois la courbure de l'extrémité incurvée en la pliant. Cette torsion peut être effectuée en maintenant l'outil sous une patte et en tirant dessus avec le bec, ou en appuyant l'outil sur une surface dure, ou encore en coinçant l'extrémité fonctionnelle dans un trou et en tirant latéralement sur l'autre. Ils sont capables de rectifier la forme de l'outil a posteriori, si celui-ci se révèle peu efficace durant la tâche à effectuer, ce qui montre que la fabrication dépend de leurs besoins.

Les expérimentateurs ont pu vérifier que la forme arrondie du crochet en bois est essentielle pour ces oiseaux. En effet, lorsqu'ils leur présentaient des outils qui sont droits à une extrémité et courbée à l'autre, les corbeaux calédoniens choisissaient systématiquement l'extrémité courbée. Une hypothèse expliquant cette préférence est que les crochets sont mieux centrés dans leur champ de vision que les brindilles droites ; elles leur sont donc plus ergonomiques.


A propos du choucas des tours, dans wikipédia :

Les mœurs du choucas ont été remarquablement étudiées et décrites par Konrad Lorenz, un des pères de l'éthologie. Récemment, il a été montré que ces oiseaux sont sensibles à la direction du regard d'un humain et aussi que certains individus ont mis au point des outils, comportements qui semblaient jusqu'alors limité aux grands singes. Lorenz a également montré — dans le cadre de ses travaux sur l'empreinte — qu’un choucas élevé par un humain rejoindra s’il le peut une troupe de choucas dès qu’il sera en état de voler ; néanmoins, à sa maturité sexuelle, il adoptera un comportement de cour à l’égard d’êtres humains, et non de ses congénères.


A propos de certaines espèces de corneilles et d'autres corvidés, dans wikipédia :

Selon une étude de chercheurs de l'université de Washington à Seattle, les corneilles ainsi que certains corvidés sont capables d'identifier des visages humains et s'en souviennent si l'un d'entre eux représente une menace pour elles ; elles peuvent enseigner aux autres corneilles de leur groupe à reconnaître ces visages considérés comme dangereux.


Cela me rappelle un souvenir de service militaire en Allemagne. Nous étions en campagne et un officier s'est amusé à tuer une corneille noire avec son arme, puis à entortiller son cadavre ailes déployées dans une haie de barbelé ; les autres corneilles, furieuses, ont arraché les balais d'essuie-glaces de plusieurs véhicules garés à proximité. L'officier abruti s'est fait passer un savon par son supérieur...

La pie bavarde est l'un des rares oiseaux pouvant réussir le "test du miroir" (au même titre que les grands singes, les dauphins ou les éléphants) qu'on associe généralement à une conscience de soi (alors que la plupart des oiseaux perçoivent leur image dans le miroir comme un rival). Toutefois, l'interprétation du test sur les pies est controversé. :?

Certaines pies ont appris à percer les sacs-poubelle pour se nourrir de leur contenu.


Des oiseaux dont plusieurs espèces savent s'adapter à la présence de l'homme

Exemples de proximité avec l'Homme. Ici, une pie bavarde (Pica pica) mangeant dans la main de l'homme :

https://www.youtube.com/watch?v=rpq099sUOGo

Ici, une jeune pie en difficulté, prête à se laisser secourir par l'homme :

https://www.youtube.com/watch?v=vjfj-u3qWQU

Ici, des craves à bec rouge sur la cathédrale de Ségovie (Espagne) :

https://www.youtube.com/watch?v=RfEKvoI4mlQ

Ici, un corbeau familier (Corvus splendens) alias corneille de l'Inde, sur une plage du Tamil Nadu ; c'est une espèce qui recherche la proximité de l'homme et est très répandue dans tout le sous-continent indien ; elle ressemble à une corneille mantelée dont le manteau serait gris très sombre :

https://www.youtube.com/watch?v=1WAl0S6TOMs

Des oiseaux coriaces et batailleurs

Les corvidés sont des oiseaux coriaces et batailleurs, entre eux bien sûr mais aussi spécialement face à leurs grands ennemis que sont les éperviers et les chats.

Ici, une corneille noire harcelant un épervier en vol :

https://www.youtube.com/watch?v=p7PVub1-g2I

Un choucas des tours capturé par un épervier femelle résiste comme il peut. (Attention pour les personnes sensibles, images difficiles, surtout à la fin) :

https://www.youtube.com/watch?v=AzQxkze5RKE

"Scène d'horreur pour chat" avec deux corneilles mantelées :

https://www.youtube.com/watch?v=WANZBs8Za0Q

Deux pies bavardes et un grand corbeau harcèlent un épervier mâle ayant capturé un choucas ; solidarité entre trois espèces de corvidés, ou juste volonté d'en découdre avec un ennemi commun ?

https://www.youtube.com/watch?v=sJBIMwHDjXE


Les couleurs des corvidés

Les couleurs des Corvidés peuvent être variées. Il y a beaucoup d'espèces dans les tons noirs et blancs, voire bruns ou roux (geais...), mais souvent avec des reflets bleus ou verts - notre banale pie bavarde en est un exemple typique. Certains ont le bec et les pattes colorés. Surtout, il existe toute une série d'espèces où les couleurs sont vives, notamment avec de magnifiques tons de bleu vif ou parfois de vert ou de jaune.

Chez les corbeaux et corneilles, les teintes dominantes restent toutefois le noir, le blanc et le gris. Voici quelques espèces exotiques :

- On trouve largement dans une grande partie de l'Afrique le... Corbeau pie (Corvus albus), qui est un corbeau de couleur pie, noir avec le ventre et le dos blancs :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Corbeau_p ... d_Crow.jpg

- La plus massive de toutes les espèces de Corvidés (et de tous les passereaux) est le Corbeau corbivau (Corvus crassirostris), qui mesure 64 cm de longueur en moyenne. Ce corbeau vit dans les montagnes d'Ethiopie et d'Erythrée. Il a la nuque blanche et un bec très, très épais. Son cri est étrange, avec un son étouffé.

https://www.youtube.com/watch?v=qqrDRcrjB_g

- Le corbeau brun (Corvus ruficollis), l'une des nombreuses espèces de corbeaux africains, filmée ici en Mauritanie, a un plumage à dominante noire qui devient brun foncé sur le cou et la tête :

https://www.youtube.com/watch?v=e1lxXqaMHo8

- Il existe plusieurs espèces de corbeaux et corneilles en Australie, mais toutes se distinguent par leur iris blanc. Ici le corbeau d'Australie (Corvus coronoides), au cri étrange :

https://www.youtube.com/watch?v=2in0vObSWfM

- La corneille de Cuba (Corvus nasicus), des couleurs classiques mais encore un autre cri étrange :

https://www.youtube.com/watch?v=jzoRWJgAplU

Chez les pies, le noir et le blanc sont souvent les teintes de base mais il existe plusieurs espèces à coloration variée. Parmi elles, les pirolles sont vraiment de magnifiques oiseaux avec des tons bleus ou verts marqués et les pies-bleues arborent une belle couleur bleu azur sur les ailes et la queue.

Dans cette très belle vidéo, on peut voir successivement les photos des 17 espèces de pies, pirolles et pies-bleues (toutes les espèces sauf une) ainsi que des cartes retraçant leur répartition géographique. Il s'agit, dans l'ordre, des espèces suivantes : 1. Pie bavarde (Pica pica). 2. Pie d'Amérique (Pica hudsoni). 3. Pie à bec jaune (Pica nuttalli). 4. Pie d'Arabie (Pica asirensis). 5. Pie du Maghreb (Pica mauritanica). 6. Pie orientale (Pica sericea). 7. Pirolle de Taïwan (Urocissa caerulea). 8. Pirolle à bec rouge (Urocissa erythrorhyncha). 9. Pirolle à bec jaune (Urocissa flavirostris). 10. Pirolle de Whitehead (Urocissa whiteheadi). 11. Pirolle de Ceylan (Urocissa ornata). 12. Pirolle verte (Cissa chinensis). 13. Pirolle "à ventre jaune" ou pirolle verte d'Indochine (Cissa hypoleuca). 14. Pirolle à queue courte (Cissa thalassina). 15. Pirolle de Bornéo (Cissa jefferyi). 16. Pie-bleue à calotte noire (Cyanopica cyanea). 17. Pie-bleue ibérique (Cyanopica cooki).

https://www.youtube.com/watch?v=9e2EJX7zQBU

- La pie-bleue ibérique (Cyanopica cooki) qui vit dans le sud-ouest de l'Espagne et le sud du Portugal, a longtemps été considérée comme une simple variété de la pie-bleue à calotte noire d'Extrême-Orient, malgré la très grande distance qui les séparent ; depuis peu, suite à des analyses génétiques, elle a été élevée au rang d'espèce :

https://www.youtube.com/watch?v=qaL1zeChF1Q

- Ici, une pirolle de Taïwan aux prises avec une scolopendre de belle taille :

https://www.youtube.com/watch?v=-Q_EaQFsIZA

Chez les geais, la diversité des couleurs s'accroît encore mais le bleu a beaucoup d'importance chez plusieurs espèces américaines.

- Ici, un geai de Lidth (Garrulus lidthi), espèce très proche du geai des chênes mais vivant uniquement dans quelques petites îles du sud du Japon :

https://www.youtube.com/watch?v=cZyLtyekE5s

- Le geai des pinèdes (Gymnorhinus cyanocephalus) est un oiseau au plumage bleu terne, vivant dans l'ouest des Etats-Unis, que l'on ne rencontre que dans les forêts de pins et de genévriers.

https://www.youtube.com/watch?v=-NAD_klLxaA

- Le magnifique geai bleu (Cyanocitta cristata) répandu dans le centre et l'est de l'Amérique du Nord, ici sur une mangeoire :

https://www.youtube.com/watch?v=QR-ePtyqDqo

- Et l'autre espèce très proche, le geai de Steller (Cyanocitta stelleri), que l'on trouve dans l'ouest de l'Amérique du Nord, ici s'abreuvant dans une vasque :

https://www.youtube.com/watch?v=J8XjQ1kg9r4

- Répartition géographique des deux espèces nord-américaines les plus répandues, le geai bleu et le geai de Steller :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyanocitt ... bution.svg

- Ici, le geai du Mexique (Aphelocoma wollweberi) :

https://www.youtube.com/watch?v=Tb93RCagwIw

- Le geai masqué (Cyanolyca mirabilis), qui vit également au Mexique :

https://www.youtube.com/watch?v=o3nHoNF7GuY

- Le geai turquoise (Cyanolyca turcosa), une espèce de la cordillère des Andes (Colombie, Pérou, Équateur), filmé ici en Équateur :

https://www.youtube.com/watch?v=4fJGb5b7JYU

- Le geai à face blanche (Calocitta formosa), un oiseau d'Amérique centrale vivant du côté Pacifique ; ici, deux spécimens en captivité :

https://www.youtube.com/watch?v=BFOi_O8xL2M

- Le geai acahé (Cyanocorax chrysops) vit en Bolivie, au Paraguay, en Uruguay et dans les régions frontalières de l'Argentine et du Brésil ; filmé ici dans la province d'Entre Rios en Argentine :

https://www.youtube.com/watch?v=fTwDnCBkLcg

- Le geai vert (Cyanocorax yncas) ou "geai des Incas" vit en Amérique centrale et dans le nord-ouest de l'Amérique du Sud :

https://www.youtube.com/watch?v=M_rkAut6KiM

Les mésangeais sont des oiseaux proches des geais mais ressemblant un peu à des mésanges géantes :

- Le mésangeai imitateur (Perisoreus infaustus) vit dans les forêts de conifères depuis la Scandinavie jusqu'à la Sibérie :

https://www.youtube.com/watch?v=gxB_ZfNiU5g

- Le mésangeai du Canada (Perisoreus canadensis) vit en Alaska, au Canada et dans certaines régions du nord des États-Unis ainsi que dans les Rocheuses :

https://www.youtube.com/watch?v=Q29MMDrm9tc

Il y a encore bien d'autres espèces de corvidés. Parmi eux, les podoces sont des oiseaux vivant dans les steppes d'Asie centrale, parfois appelés "geais terrestres" car ils se déplacent volontiers en courant sur le sol.

- Ici, un petit reportage iranien qui permet de voir quelques rares images de ces étonnants oiseaux, entre deux interviews. Il s'agit du podoce de Pleske (Podoces pleskei) qui vit uniquement en Iran.

https://www.youtube.com/watch?v=OrAgU9tl8Vg
Plestin
 
Message(s) : 1644
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Diversité... des oiseaux

Message par Cyrano » 19 Mai 2020, 07:55

Ça, c'est cool, tout ça pour «les chers corbeaux délicieux».
J'appréciais beaucoup la compagnie de mon corbeau. Il est parti voici quelques années. Il me plait à croire que parfois, tôt la matin, l'oiseau noir martial qui parfois visite ma cour, c'est lui.
Je me souviens très bien de la première fois où il est venu sur mon poignet: la vache ! à voir la taille des papattes j'me disais: si il referme ses mimines, ça doit serrer! Il poussait des petits miaulements tout doux à chaque fois que je caressais le velour de sa tête. Et on restait tout les deux, comme deux idiots, chacun content de la présence de l'autre.

Mon chat est très con, par contre. Ça y est il demande à sortir, j'ouvre la porte. Ho? il pleut un peu? Il ne sort pas, il tourne son cul et va à l'autre porte, celle qui donne dans la cour. On sait jamais, un micro climat. Mais il pleut aussi. Il doit se dire que ma cour a un climat de merde.
Cyrano
 
Message(s) : 395
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Précédent

Retour vers Sciences

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité