La lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantistes

Et lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantismes

Re: La lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantiste

Message par com_71 » 20 Nov 2014, 23:12

Traduction de la conclusion :
crise de la cosmologie a écrit :Les limites des modèles cosmologiques actuels ne sont pas un secret. Les problèmes auxquels est confrontée la physique sont connus de tous ceux qui sont honnêtes à propos de leur travail et qui veulent sincèrement le progrès de la science. Ce que nous pouvons dire avec certitude, donc, est que les théories actuelles ne représentent pas le dernier mot de la science, et qu'une révolution dans la pensée, les perspectives et la méthode sera nécessaire pour avancer dans notre compréhension.

Trois longs opus pour aboutir à cette banalité, ce n'est pas vraiment de l'économie de moyens.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1575
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantiste

Message par com_71 » 22 Nov 2014, 03:18

Tenant compte de critiques, j'ai modifié l'un de mes posts ci-dessus, qui se lit maintenant :
Lénine [edit com]ou plutôt ceux qui le citent à tort et à travers[/edit com] n'a pas forcément raison contre les observations des physiciens. Surtout quand on le cite à l'appui de réponses à des questions qu'il ne pouvait pas se poser.

Lénine contre la mécanique quantique, école de Copenhague ou pas, ça me fait doucement rigoler, sauf le respect du aux "spécialistes" de la TMI.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1575
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantiste

Message par com_71 » 22 Nov 2014, 03:28

En politique, faire confiance au WSWS, c'est choisir de se faire abuser par des affabulateurs.

On trouve néanmoins sur leur site des discussions intéressantes (mais pratiquement toujours sur des sujets hors de l'intervention politique directe).

Un exemple (en anglais malheureusement), et n'oubliez pas les "réactions" qui suivent :

http://www.wsws.org/en/articles/2014/03 ... v-m24.html

Un autre :
http://www.wsws.org/en/articles/2014/04 ... m-a14.html

Encore :
http://www.wsws.org/en/articles/1997/01/saga-j13.html
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1575
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantiste

Message par com_71 » 22 Nov 2014, 15:19

Doctor No a écrit :Alors, la poire ou le fromage ?

Com 71 a pris l'habitude de se placer au milieu. Chacun sa vie, c'est vrai.


Je découvre avec une certaine délectation qu'en cela je peux me prévaloir d'illustres prédécesseurs... ;)

Par exemple :
Bordiga ne choisit pas une théorie contre l’autre. Il reconnut dans celle de la relativité – dans les limites admises par Einstein lui-même – un rapport avec la théorie marxiste de la connaissance. Mais il reconnut aussi les solutions subtiles de la mécanique quantique dont il rejeta seulement la prétention philosophique à traduire la matière en une idée de matière. Surtout, il confirma que, derrière l’apparente froideur des formules énoncées, Einstein avait fait sauter pour toujours le monde du dualisme entre matière et énergie, entre matière et esprit, entre corps et pensée. Il le relia à la même école qui contribua à renforcer notre conception unitaire, moniste, d’espèce et non d’individualités géniales ; cette école a contribué à l’affirmation d’une nouvelle théorie de la connaissance, aujourd’hui latente, en attente de sa libération totale par la révolution.

(http://www.quinterna.org/lingue/francai ... A92005.htm)

on peut se reporter directement au texte de Bordiga :

http://www.quinterna.org/lingue/francai ... inisme.htm

qui selon toutes apparences ne serait pas tendre avec les propositions sclérosées de la TMI et autres "Doctor" :

Il est bien connu que, plus tard, de nombreux marxistes russes, et même des marxistes de gauche, tombèrent dans l’idéalisme, le volontarisme (qui est anti-déterministe) et s’appuyèrent sur la " nouvelle " philosophie empiriocriticiste qui rétablissait la prééminence de la spéculation dans la " tête " sur l’expérience matérielle, en resservant de vieilles idées légèrement redorées. Ce fut alors Lénine qui se retroussa les manches et nous donna son œuvre : Matérialisme et empiriocriticisme. La mise au point de ce travail est-elle définitive ? Si nous lisons l’Histoire officielle du Parti bolchevik, ceci apparaît comme certain, comme du reste dans de nombreuses déclarations staliniennes, lesquelles confirment les définitions du matérialisme historique, théorie de la société humaine et du matérialisme dialectique, théorie de la science du cosmos. Cette orthodoxie réduite à l’hortus conclusus du combat philosophique, après qu’en matière de science économique et de doctrine historico-politique, il ne reste pas une seule page de Marx, d’Engels et de Lénine qui ne soit passée dans les cabinets obscurs, ne peut que faire sourire. Quelle monumentale imbécillité serait donc notre matérialisme dialectique si, sacro-saint en philosophie, il se laissait juxtaposer les conclusions les plus indéterminées et les plus indéterminables en matière économique, juridique, politique, tactique, et tolérait les hommages les plus outrés aux idéologies bourgeoises édulcorées : autre chose que Mach, autre chose que Berkeley ; nous philosophons ici d’une manière plus vulgaire encore que les gueux de San Gennaro ou que les membres du Tiers ordre de saint François...
Comme nous ne possédons pas d’ailes suffisantes pour les grands vols cosmiques, et comme nous ne réussissons pas malgré tout à envier ceux qui, tout en gardant leur sérieux, tentent de prendre leur envol avec des ailes d’oisillons, nous nous limiterons à manier le mètre du modeste militant de parti, pour affirmer que la grande voie de la conception marxiste ne se trouve pas le moins du monde bouleversée par les résultats de la théorie d’Einstein, pour celui qui réussit à lire un peu au-delà de la couverture exposée dans la vitrine du libraire.


Il me reste une question, notre vieil Amadeo n'est-il pas en dehors de son rôle quand il méprise ainsi les "gueux de San Gennaro" ? ;)



Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1575
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantiste

Message par com_71 » 25 Jan 2015, 03:43

Extrait du dernier "Cercle Léon Trotsky"


Pour comprendre comment s’est réalisée cette organisation complexe de la matière, il faut faire un détour par l’astronomie.

Grâce à la construction de télescopes de plus en plus puissants, au début des années 1920, un astronome américain, Hubble, avait prouvé que l’univers était composé d’une infinité de galaxies regroupant des milliards d’étoiles comme notre soleil. Quelques années après, le même Hubble fit une découverte qui allait révolutionner l’astronomie : il remarqua que ces galaxies semblaient toutes s’éloigner les unes des autres, un peu comme le font les molécules d’un gaz qui explose. Il venait de découvrir l’expansion de l’univers. La vision d’un univers immuable tombait. L’univers dans son ensemble avait désormais une histoire.

Pendant plusieurs dizaines d’années, les astrophysiciens firent des hypothèses sur ce qu’avait pu être cette histoire compte tenu des connaissances qu’ils avaient sur la structure de la matière. Et au milieu des années 1960, ils aboutirent à un modèle qu’ils nommèrent la théorie du « Big Bang ».

En faisant la supposition que, il y a plus de dix milliards d’années, l’univers n’était rien d’autre qu’une immense soupe de particules élémentaires comprenant les quarks et les électrons qu’on a évoqués, et en faisant une seule autre hypothèse, celle de l’expansion de cette soupe, il est possible d’expliquer, à partir des lois connues de la matière, comment au fur et à mesure du temps, la soupe de particules élémentaires se transforme. Elle se dilate et se refroidit, ce qui en même temps entraine une organisation de la matière toujours plus complexe en constituant les premiers noyaux, puis les premiers atomes, puis les étoiles qui en leur sein fabriquent les éléments plus lourds. Cette théorie explique comment l’univers est passé d’un état primitif très simple à la structure de l’univers actuel avec ses étoiles, ses planètes et tous les éléments chimiques que nous connaissons.

Pour l’instant, il n’y a pas encore d’explication satisfaisante à l’origine de l’expansion de l’univers. Évidemment, cela permet à certains d’y voir la main d’un dieu. Mais il n’est pas nouveau que les préjugés religieux se retranchent là où la science n’a pas encore fait toute la lumière.

C’est d’autant plus dérisoire que cette histoire de l’univers et de l’organisation de la matière est un formidable coup porté au mysticisme. La théorie du « Big Bang » montre que l’univers, aussi complexe qu’il soit aujourd’hui, a été il y a des milliards d’années dans un état extrêmement simple : une soupe de particules élémentaires dont la science a établi les lois qui la gouvernent et qui ne laisse aucune place aux âmes ou autres balivernes. Entre cette soupe de particules élémentaires et l’organisation complexe de la matière dont nous, êtres humains, sommes faits, il y a un nombre infini d’étapes dont de nombreuses sont encore à comprendre, mais c’est le même univers et la même matière.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1575
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Sciences

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité