disparitions d'espèces

Et lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantismes

disparitions d'espèces

Message par com_71 » 13 Juil 2017, 17:20

Alerte rouge sur l’extinction des espèces

Editorial. Une nouvelle étude scientifique pointe un recul massif du nombre d’animaux sur la planète. Pour les experts, il est urgent d’agir pour la biodiversité.

LE MONDE | le 12.07.2017 à 07h08

Editorial du « Monde ». Combien de sirènes faudra-t-il pour que l’alerte se fasse entendre ? Dans une étude publiée lundi 10 juillet par les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des chercheurs d’universités américaine et mexicaine évoquent la menace d’un « anéantissement biologique », après avoir analysé les évolutions des populations de plus de 27 000 espèces de vertébrés terrestres, soit la moitié des mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens connus. Ces espèces, concluent-ils, reculent massivement, à la fois en nombre d’animaux et en étendue.

Cette publication est loin d’être isolée. On ne compte plus les travaux de scientifiques, validés par les plus grandes revues à comité de lecture, qui témoignent de l’érosion de la biodiversité. Ici, les populations d’orangs-outans de Bornéo ont chuté de 25 % ces dix dernières années, pour atteindre 80 000 individus. Là, les guépards ne s’élèvent plus qu’à 7 000 spécimens, confinés dans à peine 10 % de leur aire de répartition historique. Là encore, les 35 000 lions d’Afrique accusent un recul de 43 % de leurs effectifs en vingt-cinq ans.

Le message est clair : la Terre est entrée dans sa sixième extinction de masse. Les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis un siècle, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années. Le cocktail mortifère est désormais connu : destruction des habitats – sous l’effet de l’agriculture, de l’élevage, de l’exploitation du sous-sol –, chasse et braconnage, pollution et réchauffement climatique.

L’étude des PNAS est particulièrement alarmante, car le déclin qu’elle révèle ne concerne pas seulement les animaux menacés d’extinction. Derrière les iconiques ours blancs, éléphants d’Afrique et pandas de Chine, c’est dorénavant une myriade d’espèces considérées comme communes qui voient leurs effectifs s’effondrer. Qui sait qu’en France le chardonneret a enregistré une baisse de 40 % de ses effectifs depuis dix ans ? Ou que le lézard vivipare a perdu des centaines de milliers de kilomètres carrés d’aire de vie en Eurasie ? Ces espèces de notre quotidien représentent 30 % de celles qui déclinent sur la planète. Un signe, selon les auteurs de l’étude, de « la gravité de l’épisode d’extinction biologique actuel ».

Le temps est compté

Cette disparition à petit feu de la faune, de même que celle de la flore, s’accompagnera de conséquences « catastrophiques » pour l’ensemble des écosystèmes, avertissent les chercheurs, mais aussi de désastres écologiques, économiques et sociaux. Car les milieux naturels rendent des services aussi nombreux qu’essentiels, qu’il s’agisse de la pollinisation, de l’amélioration de la productivité des terres, de l’assainissement de l’air et de l’eau ou du stockage du CO2. La capacité de la Terre à entretenir la vie, y compris la vie humaine, a été façonnée par la vie elle-même.

On sait comment limiter cet « assaut » de l’humain sur la biodiversité. Pour les gouvernements, les entreprises et les habitants de la planète, cela implique de repenser la manière dont ils produisent, dont ils consomment, et leur rapport avec le monde naturel. Mettre fin au commerce des espèces en voie de disparition. Aider les pays en développement à protéger et à valoriser leur biodiversité. Donner la priorité, en somme, au long terme sur le profit immédiat. Le temps est compté. « Deux ou trois décennies au maximum », assurent les scientifiques. Il en va de la survie de la biodiversité et du bien-être de l’humanité.


http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html

"Cette disparition à petit feu de la faune, de même que celle de la flore, s’accompagnera de conséquences « catastrophiques » pour l’ensemble des écosystèmes, avertissent les chercheurs, mais aussi de désastres écologiques, économiques et sociaux."

La pression de la vie humaine sur les autres espèces est indéniable, et s'accélère en l'absence de toute planification sociale. Mais qu'elles sont vraiment les échéances, et les lignes rouges, si elles existent, dont le dépassement risquerait vraiment de rendre la terre inhabitable ?
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1727
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: disparitions d'espèces

Message par artza » 13 Juil 2017, 17:42

J'ai entendu que par ailleurs on identifiait chaque jour de nouvelles espèces. Alors?

Des espèces disparues en France sont réintroduites à petites doses (loups, ours, lynx), provoquant des polémiques.

Un énorme iceberg de la taille du département de la Corrèze s'est détaché de la banquise et dérive...

La désertification progresse...

Le niveau des océans monte...

Bref de vraies questions!

Il y a 40 ans certains annonçaient à brève échéance l'épuisement des ressources en pétrole. Depuis on a trouvé dans des tas de coins et ça continue.
artza
 
Message(s) : 960
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: disparitions d'espèces

Message par logan » 13 Juil 2017, 18:34

artza a écrit :J'ai entendu que par ailleurs on identifiait chaque jour de nouvelles espèces. Alors?

Des espèces disparues en France sont réintroduites à petites doses (loups, ours, lynx), provoquant des polémiques.

Un énorme iceberg de la taille du département de la Corrèze s'est détaché de la banquise et dérive...

La désertification progresse...

Le niveau des océans monte...

Bref de vraies questions!

Il y a 40 ans certains annonçaient à brève échéance l'épuisement des ressources en pétrole. Depuis on a trouvé dans des tas de coins et ça continue.


??
Tu comptes trouver de nouvelles espèces dans "des tas de coin" ?
logan
 
Message(s) : 208
Inscription : 23 Fév 2004, 13:47

Re: disparitions d'espèces

Message par Gayraud de Mazars » 13 Juil 2017, 18:35

Salut camarades,

Ces considérations m'alarment sur l'avenir de notre planète, celle qui porte le genre humain, le constat est effroyable, comme le disait si bien Rosa Luxemburg, c'est "Le Socialisme ou la barbarie" qui nous attend !

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 178
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: disparitions d'espèces

Message par titi » 14 Juil 2017, 10:20

@artza : le problème n'est pas uniquement le nombre d'espèces, mais surtout la population des espèces qui ne sont pas encore considérées comme en danger. Cette population de la faune semble en chute dramatique, catastrophique (au sens mathématique du terme), par contre je ne sais pas à quelle échéance cette catastrophe aura des conséquences irréversibles.
Une journaliste a écrit un livre récemment sur le sujet (la 6ème extinction) qui a semblé sérieux à pas mal de mes amis scientifiques. Qui en sait plus ?

(canardos, t'es encore là ?)
titi
 
Message(s) : 59
Inscription : 21 Juin 2003, 17:09


Retour vers Sciences

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)