Page 1 sur 1

OGM et journalisme

Message Publié : 11 Juil 2018, 18:09
par Plestin
Trouvé dans "Le Canard enchaîné" du 11 juillet 2018 :

Une réussite du journalisme "scientifique"

Trois études publiques sur les OGM, financées par l'Union européenne et la France, viennent de contredire (Le Figaro 4/7) une expérience qui, en 2012, avait fait grand bruit. On y affirmait que des rats nourris au maïs OGM Monsanto NK603 s'étaient retrouvés bourrés de tumeurs cancéreuses aussi énormes que mortelles. "Les OGM sont des poisons", titrait ainsi en une "Le Nouvel Observateur" du 20 septembre 2012. L'hebdo avait eu, une semaine auparavant (avec "Le Monde" et l'AFP), l'exclusivité de la publication d'une étude réalisée par Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen.

Pour bénéficier de l'exclusivité de cette information, les journalistes avaient accepté de signer un accord de confidentialité leur interdisant de soumettre ladite étude à des scientifiques. C'est-à-dire les empêchant de recouper les informations qu'elle contenait ! L'interdiction courait jusqu'au jour de la publication officielle de l'étude par la revue américaine "Food and Chemical Toxicology". La BBC, soumise à la même exigence, avait, elle, refusé de se plier à cette opération de communication.

Après la publication de l'étude, de nombreux scientifiques ont mis en question sa validité. Le 22 septembre, "Le Monde" prenait ses distances avec l'"aspect militant" de ces travaux, qui "ne constituaient en aucune manière une preuve définitive de la toxicité du maïs NK603".

Le 15 octobre, l'Association des journalistes scientifiques de la presse d'information (AJSPI) publiait un communiqué pour "condamner la clause de confidentialité imposée par le professeur Séralini, qui visait clairement à obtenir une présentation biaisée de cette étude, dénuée de tout regard critique ou simplement compétent".

Enfin, en novembre 2013, "Food and Chemical Toxicology" l'avait purement et simplement retirée de ses publications, car "aucune conclusion définitive n'[avait] pu être tirée de ces données, non concluantes". Un peu tard pour s'en apercevoir !

Sylvestre Huet, le président de l'AJSPI, précise au "Canard" que, "si le délai d'embargo - huit jours - avait été utilisé pour recueillir l'avis de scientifiques compétents sur l'étude de Séralini, elle n'aurait jamais été publiée en l'état et n'aurait pas provoqué cette énorme onde de choc".

Mais ça n'aurait peut-être pas arrangé la sortie, six jours plus tard, du livre que Séralini a consacré à son enquête, accompagnée d'un film et d'une solide campagne de presse avec images d'horreur à gogo...

H.M.

Re: OGM et journalisme

Message Publié : 12 Juil 2018, 07:22
par Zelda_Zbak
Coucou,

Suis d'accord avec le fond de l'article.
Mais typiquement, c'est l'article qui ne redonne aucun argument. Genre, on est censé croire sur parole que Le Figaro nous dit la vérité et que Séralini nous ment.
Le minimum était ici de rappeler ce qu'est une étude scientifique, et où ont été précisément toutes les arnaques de Séralini.
Pire encore, la personne qui lit le journal pour la première fois ne voit même pas pourquoi on critique Séralini... Pas une seule mention de l'homéopathie...
Pour batailler gentiment en famille contre une personne qui "croit" à l'homéopathie, je peux vous dire que j'ai besoin de plus solide que ça.

Re: OGM et journalisme

Message Publié : 12 Juil 2018, 11:57
par Plestin
Oui, l'accent ici est mis sur la façon de procéder de certains journalistes qui, sur la base d'une étude (qui s'avérera par la suite hautement criticable, mais enfin d'autres études en sens inverse le sont parfois aussi), acceptent un système "d'embargo" sur l'information qui ne permet pas d'obtenir d'éventuels avis scientifiques critiques avant la publication. Et, sous la plume de certains, cette étude qui concerne UNE variété de maïs Monsanto mène à une généralisation abusive avec en gros titre "LES OGM SONT DES POISONS" !

Les mêmes journaux qui ont publié ce genre de choses, n'ont pas publié les avis contraires.

Sur le fond, on a un vrai souci, c'est que les lobbies sont souvent présents dans tous les camps. Cette question se pose ici aussi pour l'étude de Séralini et pas seulement ses adversaires :

(Wikipédia, affaire Séralini)

Publiée initialement le 19 septembre 2012 dans la revue scientifique à comité de lecture Food and Chemical Toxicology, cette étude a été menée par Gilles-Éric Séralini et une équipe de chercheurs de l'université de Caen. Elle a coûté plus de 3 millions d'euros ; elle a été financée et soutenue notamment par les fondations Ceres (Consommateurs et Entrepreneurs Responsables) dont font partie les groupes Auchan (dont le fondateur Gérard Mulliez est engagé auprès des groupes antiOGM depuis plusieurs années [réf. à confirmer] même s'il se défend d'être antiOGM) et Carrefour, et la Fondation Charles Leopold Meyer pour le progrès pour l'homme, ainsi que des fonds provenant de la réserve parlementaire du sénateur français François Grosdidier.


D'après ce que j'ai compris, l'étude Séralini n'a pas porté que sur le maïs OGM de Monsanto (censé résister au glyphosate), mais aussi sur le glyphosate lui-même. Elle a utilisé des lignées de rats dits "Sprague-Dawley" qui font naturellement beaucoup plus de cancers que les autres et arrivent en général en fin de vie au bout de 2 ans, parfois 3, exceptionnellement 5, mais pour lesquelles on sait qu'une nourriture riche est toujours un facteur aggravant très net. Sous prétexte d'étudier les effets à long terme, l'étude a duré deux ans ce qui correspond en gros à une durée où quasiment tous les rats doivent être naturellement morts ou malades. Mais l'effectif étudié était petit et il n'y avait que 20 rats "témoins" (sans maïs OGM ni glyphosate), 10 mâles-10 femelles, dont une femelle qui s'est avérée avoir une durée de vie exceptionnelle (elle n'est pas tombée malade comme elle l'aurait dû du fait de sa lignée) et, pesant à elle seule 10 % des femelles témoins et 5 % des témoins, a faussé les statistiques. Inversement, l'un des groupes de mâles non témoins a eu une durée de vie exceptionnellement courte qui semble avoir une autre cause que la prise des produits étudiés. Sur un effectif faible, ce genre d'effets a tout de suite des répercussions statistiques importantes. De plus, le régime alimentaire des différents rats (hormis la fourniture de maïs OGM à certains) n'a pas été publié alors que c'est un facteur susceptible d'influencer fortement les résultats.

Le Haut Conseil des biotechnologies a effectué un traitement statistique qui montre qu'il n'y aucune différence entre les groupes témoins et soumis à l'OGM et/ou Roundup. Cette conclusion ne signifie pas que l'OGM et le glyphosate sont sans effet, mais que si cet effet existe, il est inférieur à la variabilité naturelle de morbidité et mortalité. (...) D'après le HCB ces résultats confirment la non conclusivité de l'étude: « Cela confirme la fragilité statistique de résultats obtenus à partir d'aussi faibles effectifs: on ne peut donc tirer des données de l'article aucune conclusion formelle quant à l'effet des différents régimes sur la survie des rats »


Zelda, je ne comprends pas pourquoi tu mentionnes ici l'homéopathie ?

A moins que tu ne fasses allusion au CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le Génie Génétique) dont fait partie Séralini :

Le CRIIGEN, fondé le 1er juin 19991 par l'ancien Ministre de l'Environnement Corinne Lepage, et les professeurs Gilles-Eric Séralini et Jean-Marie Pelt, est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. Il est actuellement présidé par Joël Spiroux de Vendômois, médecin généraliste, homéopathe, acupuncteur et ostéopathe. Son secrétaire général est Jean-Marie Pelt et le président du conseil scientifique est Gilles-Éric Séralini. Le vice - président est Christian Vélot , enseignant - chercheur en génétique et microbiologie. ( HDR) à l'université Paris-Sud.


Côté arguments sur l'homéopathie, tu pourras en trouver quelques-uns dans l'un de mes commentaires à partir d'un post de Logan datant du 22 octobre 2017 dans cette même rubrique Sciences, et dénommé "Les dangers de l'homéopathie".

viewtopic.php?f=19&t=33347

Re: OGM et journalisme

Message Publié : 13 Juil 2018, 06:54
par Zelda_Zbak
Oui, clairement, je me suis trompée, sorry...
Je vais aller lire tout ça tranquille quand j'aurai le temps. Merci de ta patience Plestin. :D