CRISPR-Cas9

Et lutte contre les pseudo-sciences et les obscurantismes

CRISPR-Cas9

Message par Duffy » 01 Août 2018, 21:05

https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ogm_126163

La cour européenne de justice vient de décider (suite à une longue bataille juridique initiée par les Faucheurs volontaires et assimilés...) que les organismes obtenus par mutagenèses sont assimilables aux OGM. Ce qui implique que toutes les semences qui pourraient être produites par la technique d'édition du génome "CRISPR-Cas9" seront soumises aux mêmes restrictions en Europe que les semences OGM... Et avec les mêmes conséquences pour la recherche...

Sur CRISPR-Cas9, on peut lire ici et là depuis quelques années divers articles de presse (ne serait-ce que parce que la chercheuse à l'origine de la technique est française, et qu'elle a été pressentie pour le prix Nobel il y a quelques années de ça). Elle ne se limite pas du tout aux semences ou aux plantes...

(Je préviens tout de suite, je vais essayer de présenter de quoi il s'agit en deux mots : mais mes compétences en microbiologie sont forts limitées...)

Là où la technique pourrait pourtant devenir très intéressante, c'est qu'elle est beaucoup plus simple et économe que pour les OGM.

Il y a une différence de fond entre les deux :
1. les OGM sont produits par l'addition artificielle (cela peut aussi se passer sans intervention humaine, mais c'est une autre question) d'un gêne dans le génome d'une espèce, c'est la transgenèse ;
2. alors que CRISPR-Cas9 opère par mutagenèse, c'est-à-dire de façon similaires aux mutations "classiques" (des bases nucléiques A-T-C-G dont on apprend l'existence au lycée si ma mémoire est bonne, de déplacement ou suppression de segments d'ADN...), celles qui se font naturellement et dont l'évolution des espèces est une (heureuse) conséquence, sauf qu'avec CRISPR-Cas9 ces mutations sont dirigées (on va chercher à transformer telles bases ou séquence).

Dans le cas 1, on insère un nouveau gène ; dans le 2, on modifie l'information d'un gène existant. En somme, CRISPR-Cas9, c'est de la sélection à marche forcée et dirigée. La marche forcée existait d'ailleurs déjà, mais avec des mutations aléatoires (même si on savait où on voulait aller...), au moins depuis les années 1950 (expositions de plantes à des agents chimiques, un herbicide par exemple, mutations aléatoires et sélection des plants qui résistent, puis vente du pack semence résistante+herbicide aux agriculteurs). Sans parler de la sélection que l'humanité à pratiqué depuis quelques milliers d'années...

Une vidéo de deux minutes par la chercheuse qui en est à l'origine : https://www.youtube.com/watch?v=QA5lPBt-p8Y
Une autre un peu plus longue (12 minutes), d'un vulgarisateur de Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=bYVE05egjPg
Duffy
 
Message(s) : 142
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: CRISPR-Cas9

Message par Plestin » 04 Déc 2018, 18:43

En recherche pharmaceutique, la technique CRISPR-Cas9 s'ajoute à deux autres techniques dénommées ZFN et TALEN pour former ce qu'on appelle les technologies d'édition de gène. Diverses sociétés de biotechnologie se sont créées pour en exploiter les propriétés, et les groupes pharmaceutiques de taille grande ou moyenne se jettent déjà dessus pour passer des accords avec les sociétés en question voire carrément racheter des programmes ou des sociétés existants.

On voit ainsi apparaître des projets qui atteignent déjà le stade des essais cliniques sur l'homme, dans le "pipeline" (portefeuille de R&D) de laboratoires comme Sanofi par exemple.

Sanofi cherche en particulier à prendre l'avantage sur le marché - c'est comme cela que les groupes raisonnent - le marché, donc, des "maladies rares du sang", en particulier les trois les moins rares qui offrent le plus gros potentiel commercial, à savoir l'hémophilie, la drépanocytose et la bêta-thalassémie. Début 2018, Sanofi a même cassé sa tirelire - enfin, il a encore de la réserve - pour se payer des sociétés spécialisées et leurs projets, avec l'espoir de guérir les malades, pardon, de devenir n°1 mondial des maladies du sang et, du même coup, bienfaiteur de l'humanité. Dans le lot, les technologies d'édition de gènes apportent leur contribution (il y en a d'autres encore). On voit ainsi apparaître un premier candidat-médicament en début d'essais sur l'homme, dite phase I clinique (avant les phases II et III) dans la bêta-thalassémie, relevant de la technique ZFN. La technique CRISPR-Cas9 est moins avancée et les projets des laboratoires sont, à ma connaissance, tous encore au stade préclinique (avant les essais sur l'homme), mais on ne devrait pas tarder à les voir apparaître.

Ici, le portefeuille de R&D de Sanofi (en Anglais) au 31 octobre 2018 ; les projets concernant les maladies rares du sang sont en jaune ; celui utilisant une technique d'édition de gène est sur la première page à gauche, au deuxième rang, et se nomme ST400 :

https://www.sanofi.com/-/media/Project/ ... A4AC3789AC

Les besoins de nouveaux traitements sont bien réels et ces technologies pourraient faire faire des progrès considérables, mais dans les mains des capitalistes, cela peut donner tout autre chose. Je ne parle pas ici des craintes de mauvaise exploitation (craintes similaires à celles concernant les OGM, eugénisme etc.), mais des craintes en cas de BONNE exploitation de ces technologies. Car les questions qui se posent déjà, sont celles du prix des médicaments qui en seront issus, et du même coup, du nombre de malades qui pourront en bénéficier... ou pas.

La presse américaine parle déjà de traitements qui, comme les tout premiers traitements de thérapie génique (principe des OGM, on remplace un gène entier) mis sur le marché ou sur le point de l'être, pourraient atteindre le prix faramineux de 500.000 à 1 million de dollars, vu qu'il pourrait s'agir d'une injection unique et que le labo a bien l'intention, et de rentrer dans ses frais, et de faire du profit. Cela signifierait que seuls les patients qui ont une couverture sociale acceptant de payer une telle somme (ou qui peuvent se l'offrir eux-mêmes) seraient susceptibles d'en bénéficier... Et les journaux médicaux débattent déjà pour savoir s'il faudra payer cette somme d'un coup, ou étalée dans le temps, ou seulement en fonction du résultat médical obtenu...
Plestin
 
Message(s) : 635
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10


Retour vers Sciences

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron