Edito LO du 13.03.2017

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 13.03.2017

Message par com_71 » 13 Mars 2017, 16:41

Pour les emplois et les salaires, il faut prendre sur les profits !
Editorial
13/03/2017

À la différence du dernier costume de Fillon, de la dernière petite phrase de Macron ou de Le Pen, une information n’a pas fait l’actualité. Et pourtant, elle en dit plus sur la réalité du pays : en 2016, les entreprises du CAC 40 ont fait 76 milliards d’euros de profits, soit un tiers de plus que l’année précédente. Et encore cela ne concerne-t-il que les 40 plus grandes entreprises cotées en bourse, sans compter les groupes familiaux comme Auchan, Sodexo, Leclerc, Lactalis, Chanel, Servier, Leroy-Merlin et quelques autres, qui enrichissent tout autant leurs actionnaires.

Les grandes firmes répètent qu’elles ne peuvent embaucher. Mais 76 milliards d’euros, c’est l’équivalent de deux millions d’emplois !

On nous ressasse que les caisses de l’État sont vides. Mais 76 milliards permettraient de financer 700 000 logements ou encore 230 grands hôpitaux !

Ces 76 milliards et les autres profits capitalistes ne seront pas consacrés à ce qui serait utile à la population. Ils ne seront même pas consacrés à l’investissement, sauf à la marge. Ils iront alimenter le puits sans fonds de la spéculation, ce qui menace la société d’un nouveau krach financier, semblable à celui de 2008, ou pire encore. Ils seront versés sous forme de dividendes aux actionnaires, ce qui explique qu’en France, les riches prospèrent. C’est comme cela qu’un Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH, peut doubler sa fortune en cinq ans.

Les grands bourgeois qui possèdent ces entreprises se paieront les services de politiciens. Ainsi un milliardaire peut payer l’épouse de Fillon 100 000 euros à ne rien faire dans une revue qui lui appartient. Ainsi, un autre, ou le même, peut lui offrir pour 48 500 euros de costumes de luxe. Pour les milliardaires qui dirigent le pays, de telles menues dépenses sont fondées : la mise en œuvre du programme de Fillon serait un magnifique retour sur investissements.

Ni Fillon, ni Macron, ni Hamon, ni Le Pen ne dénoncent les profits colossaux des grandes banques et des multinationales. Aucun d’entre eux n’envisage de s’en prendre à ces profits pour s’attaquer au fléau du chômage. Au contraire, ils veulent réduire l’impôt sur les sociétés, les cotisations sociales, abaisser voire supprimer l’impôt sur la fortune.

Les bénéfices dégagés par les grandes firmes montrent que les moyens existent. La société n’est pas pauvre. Mais la rapacité des capitalistes abaisse le niveau de vie des salariés, ravage celui des chômeurs. Leur soif de profit menace les sous-traitants, petits entrepreneurs, artisans, éleveurs, cultivateurs, dont les marges sont laminées, et qui sont sacrifiés pour la prospérité des Carrefour, Lactalis et autres Bouygues.

Alors, dans cette campagne, il faut que le camp des travailleurs soit entendu. C’est pourquoi Lutte ouvrière présente la candidature de Nathalie Arthaud. À la différence des principaux candidats, elle ne vise pas un fauteuil à l’Elysée. Elle veut porter les exigences du monde du travail.

Pour éradiquer le chômage, il faut prendre sur les profits pour répartir le travail entre tous, sans perte de salaire. Il faut interdire les licenciements et les plans de suppressions d’emplois.

Pour ne plus avoir à compter chaque euro, il faut augmenter les salaires et les pensions de 300 euros. Pas un salarié ne devrait gagner moins de 1 800 euros net par mois. C’est utopique, expliquent les commentateurs ? Le smic n’a augmenté que de 15 % en dix ans, quand les salaires des PDG s’envolaient de 65 %.

Pour en finir avec la dictature que font peser 250 multinationales sur l’économie, il faut supprimer le secret des affaires. Aujourd'hui, une firme comme PSA peut faire un profit historique de 2,15 milliards d’euros et arroser ses actionnaires après avoir prétendu être au bord de la faillite, un prétexte utilisé pour fermer une usine et supprimer au total 17 000 emplois. Les travailleurs font tourner toutes les entreprises : ils doivent pouvoir les contrôler.

Pour des services publics utiles à la population, il faut que l’argent de l’État aille aux écoles des quartiers populaires, aux transports en commun, au logement, aux hôpitaux et à la santé publique, et non au patronat.

Voter Nathalie Arthaud, c’est faire entendre ces exigences aujourd'hui. Et c’est dire que demain, les travailleurs devront les imposer ensemble, par des luttes collectives, des grèves et des manifestations de masse, quel que soit le nouveau président.
"...est-ce qu'un parti révolutionnaire renonce à exercer une pression sur la bourgeoisie... non, cela va de soi... Mais la voie des réformes convient aux questions secondaires... On ne peut obtenir le pouvoir au moyen de réformes."
L. Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1345
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité