Edito LO du 10 avril 2017

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 10 avril 2017

Message par Bertrand » 10 Avr 2017, 18:00

Changer cet ordre social qui nous mène à la guerre

L’attaque au gaz des habitants de Khan Sheikhoun, mardi 4 avril, est une nouvelle horreur dans la guerre impitoyable que le régime syrien livre à son propre peuple depuis 2011. Cette guerre a fait 500 000 morts, 10 millions de déplacés, soit la moitié de la population, dont au moins 4 millions ont dû quitter le pays.

Après avoir soutenu Bachar Al Assad, les grandes puissances ont misé sur sa chute quand la guerre a commencé. Les États-Unis ont soutenu des milices islamistes financées par leurs alliés, comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar. Puis, en 2014, quand la guerre contre Daech est devenue la priorité, les États occidentaux ont misé sur le maintien d’Assad. Lorsque la Russie est intervenue dans cette guerre, ils ont émis des protestations diplomatiques, mais ont laissé faire. « Plutôt Bachar que Daech », disaient-ils. Une position que Trump lui-même rappelait il y a quelques semaines.

Et puis, les États-Unis ont accusé le régime syrien du bombardement de Khan Sheikhoun et ils ont frappé une base aérienne. Trump prétend ainsi venir en aide aux Syriens. Quelle hypocrisie, alors qu’il a mis fin à l’accueil déjà limité des réfugiés syriens aux États-Unis ! Son souci n’est pas la protection des Syriens, mais la défense les intérêts des États-Unis dans le conflit et de montrer qu’ils y sont maîtres du jeu.

Les missiles américains n’empêcheront pas cette guerre atroce de se poursuivre. Ils ne mettront pas fin au régime d’Assad, et ce n’est d’ailleurs pas leur objectif. Comme les bombes du régime syrien, ces missiles relèvent du terrorisme d’État, qui alimente en retour le terrorisme des groupes islamistes.

Ce bombardement s’inscrit dans la longue liste des forfaits de l’impérialisme dans cette région, une région que les grandes puissances pillent et ravagent depuis plus d’un siècle, depuis que, au cours de la Première Guerre mondiale, elles se sont partagées les dépouilles de l’Empire ottoman et ses richesses pétrolières.

Les dirigeants européens qui, comme Hollande, étaient critiques à l’égard de Trump, le félicitent aujourd'hui. Toujours au nom du peuple syrien. Mais eux non plus ne veulent pas accueillir plus de réfugiés. L’Union européenne en accueille aujourd'hui moins que le petit Liban et ses quatre millions d’habitants ! C’est parce que les portes de l’Europe leur sont fermées que tant d’entre eux tentent chaque jour de franchir la Méditerranée, au péril de leur vie. Que les gouvernements qui prétendent vouloir secourir les Syriens commencent par les accueillir, quand ceux-ci veulent échapper à l’enfer de la guerre !

Nul ne sait à quelle escalade peut mener l’intervention américaine dans cette région où sont déjà impliqués la Russie, la Turquie, l’Iran, l’Arabie Saoudite et la France.

On nous dit que nous sommes en paix. Mais les dépenses d’armement battent des records dans le monde entier. Le gouvernement s’enorgueillit des ventes de Rafale, de sous-marins et autres canons. Et le surarmement prépare la guerre, et non la paix. Personne ne sait où peut conduire, par exemple, l’envoi d’un porte-avions américain contre la Corée du Nord. La guerre est déjà à nos portes, en Ukraine, dans cette Europe qu’on dit en paix.

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage », disait Jaurès. Il est nécessaire de mettre fin aux causes des guerres : les rivalités entre grandes puissances, la recherche du profit par la minorité privilégiée qui domine la société.

Les travailleurs ne doivent pas laisser aux capitalistes la mainmise sur la société. Il faut pour commencer défendre nos conditions d’existence. Mais il faut aussi affirmer la nécessité de mettre fin au capitalisme, pourvoyeur de guerre, de chômage et de misère.

C’est le sens de la candidature de Nathalie Arthaud à l’élection présidentielle. Elle veut non seulement faire entendre les exigences du monde du travail, mais aussi dire qu’il faut mettre fin à cet ordre social injuste, où la cupidité des possédants et les convoitises de leurs États mènent le monde à la guerre et à ses horreurs.

Voter pour Nathalie Arthaud, une candidate communiste, c’est le moyen d’affirmer qu’une fraction, même minoritaire, du monde du travail, est consciente qu’il faut changer cette société dont les dirigeants nous enfoncent dans la crise et nous mènent à la guerre. Seuls les travailleurs peuvent changer le monde ; aucun sauveur suprême ne le fera à leur place.

Avatar de l’utilisateur
Bertrand
 
Message(s) : 281
Inscription : 25 Juil 2003, 15:27

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron