Edito LO du 29 mai 2017

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 29 mai 2017

Message par com_71 » 29 Mai 2017, 18:11

Voter Lutte ouvrière pour affirmer nos intérêts de classe
Editorial 29/05/2017

Pendant que les médias nous amusent avec les rendez-vous diplomatiques de Macron, le gouvernement prépare son offensive contre les travailleurs. Tout est programmé. Cet été il commencera par le code du travail puis il s’attaquera à l’assurance-chômage, ensuite il s’en prendra aux retraites. Comme l’écrit le journal patronal Les Échos, « le compte à rebours a démarré ».

Le président puis le Premier ministre ont reçu les représentants patronaux et syndicaux. La comédie du prétendu dialogue social recommence.

Au patronat, Macron a déjà promis du solide. Les accords d’entreprise supplanteront les accords de branche et le code du travail. Les indemnités qu’un patron aura à payer en cas de condamnation aux Prud’hommes seront plafonnées. Le compte pénibilité qui fait hurler les dirigeants des PME sera suspendu.

Aux représentants syndicaux, le gouvernement promet… de discuter et cela suffit à les amadouer. « Le président de la République est à la fois déterminé mais à l’écoute », a dit Berger de la CFDT. « Si on a une concertation, on est prêt à travailler tout l’été », a déclaré Mailly de FO. Même Martinez de la CGT a dit : « On n’est pas d’accord mais au moins, on a échangé ».

Tous veulent négocier, mais négocier quoi ? Patronat et gouvernement ne cachent pas leur plan. Soit ils l’imposeront avec les signatures des dirigeants syndicaux, soit ils se passeront de celles-ci. Ce n’est pas autour d’une table de négociations faites pour lanterner les travailleurs qu’on peut faire reculer le patronat. C’est par des luttes, par un combat conscient, un combat impliquant le monde du travail dans son ensemble.

Si le grand patronat, par la bouche de son porte-parole Gattaz, a mis la priorité sur les accords d’entreprise, ce n’est pas pour rien.

À l’échelle de leur entreprise, les capitalistes veulent pouvoir moduler le temps de travail et écraser les salaires comme bon leur semble. La loi, ils veulent la faire eux-mêmes. Dans les faits, c’est déjà souvent le cas. Ils ne se gênent pas pour piétiner le code du travail. Mais ils réclament d’avoir les coudées encore plus franches et que le gouvernement l’officialise.

Leur objectif ne s’arrête pas là. La guerre économique que les capitalistes se mènent, ils la font avec la peau des salariés. Ils prétendent, au nom de l’intérêt de l’entreprise, que les travailleurs doivent accepter tous les sacrifices et que c’est le seul moyen d’éviter les suppressions d’emplois. Et puis, une fois les sacrifices imposés, ils suppriment quand même des emplois. Voilà comment s’édifient les fortunes des actionnaires qui battent des records chaque année.

Leur objectif est d’enfermer les travailleurs dans cette logique, entre les quatre murs de l’entreprise, en espérant masquer le combat d’ensemble.

En réalité, nous, travailleurs, sommes tous liés par un sort commun, des chantiers navals à l’agroalimentaire, à l’automobile ou à la poste, des banques aux hôpitaux, aux transports, en passant par la chimie et les autres branches de l’économie. Le recul des conditions de travail des uns entraîne celui des autres. Les suppressions d’emplois dans une branche, en augmentant le chômage, pèsent sur l’ensemble du monde du travail. Qui n’a pas entendu un patron ou un chef dire : « si tu n’es pas content, il y a la queue pour prendre ta place » ?

L’exploitation n’est pas une guerre menée à la seule échelle de l’entreprise. C’est une guerre de classe, entre la classe capitaliste et la classe ouvrière. Pour repousser les attaques patronales et modifier le rapport de force en faveur des travailleurs, il faut faire reculer l’ensemble de la classe capitaliste. Seules des luttes générales pour défendre nos intérêts communs, surmontant les barrières divisant les exploités, peuvent le faire.

Le monde du travail n’est pas autant préparé à la confrontation que ne l’est le camp d’en face. Mais cela peut changer vite. Il existe des travailleurs conscients de la voie à prendre.

Les élections législatives qui arrivent ne peuvent rien changer au rapport de force entre exploités et exploiteurs, mais elles permettent de montrer qu’à l’échelle de tout le pays, dans de nombreuses entreprises et de nombreux quartiers populaires, il y a un courant qui se retrouve dans ces idées de lutte de classe.

Ce courant s’est exprimé à l’élection présidentielle au travers du vote pour Nathalie Arthaud. Il doit s’exprimer à nouveau dans le vote pour les candidats de Lutte ouvrière.
Si on parle de "révolution", "peuple révolutionnaire", "démocratie révolutionnaire", 9 fois sur 10 c'est mensonge ou aveuglement. La question est, Quelle classe fait la révolution ? Une révolution contre qui ? Lénine
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1739
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron