Edito LO du 25 décembre 2017

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 25 décembre 2017

Message par com_71 » 26 Déc 2017, 15:47

Macron, ses ministres et députés, au combat contre les travailleurs
Editorial 25/12/2017

En cette période de Noël, ayons une petite pensée pour les pauvres… députés macronistes. Plusieurs d’entre eux se sont plaints de leurs conditions de travail. Certains gagnaient auparavant 20 000 euros par mois et, a expliqué l’un d’entre eux, « se retrouvent avec quatre fois moins », alors qu’ils travaillent « beaucoup plus ». Une autre députée, également payée 5 000 euros par mois, s’épanche, sans rire : « Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes, j’ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager. » Elle n’est pas sûre de « tenir jusqu’au bout » ! Une autre regrette que son mari soit contraint à la même diète qu’elle, malgré son goût pour les belles voitures : il ne pourra pas acheter une Porsche Cayenne à cause du regard des « gens malveillants » : « C’est terrible », pleurniche-t-elle. Et ce sont ces gens-là qui trouvent que le SMIC, avec ses 1150 euros net mensuels, est trop élevé !

Les ministres n’ont pas osé se plaindre de leurs revenus. Il faut dire qu’ils ont déjà du patrimoine, comme cela a été récemment publié. Une douzaine d’entre eux sont millionnaires, le pompon revenant à Muriel Pénicaud, ancienne DRH de Danone, où elle avait empoché un million d’euros pour avoir mis en œuvre un plan de licenciements. Elle poursuit en quelque sorte sa tâche au ministère du Travail.

Quant à Nicolas Hulot, « ministre de la Transition écologique », il possède certes un scooter électrique, mais aussi six voitures dont une BMW et une Land Rover, une grosse moto et un bateau à moteur. Il est vrai qu’il n’avait promis la fin des voitures diesel et essence que pour 2040…

Ces députés et ministres, censés « faire de la politique autrement » et incarner « la société civile », représentent surtout les milieux patronaux et les plus riches. Il est logique que leur politique soit tout entière dévouée à la classe capitaliste.

Depuis qu’ils sont arrivés au pouvoir, l’ex-banquier Macron et ses sbires ont porté bien des coups au monde du travail. Ils sont allés au pas de charge et se disent aujourd'hui « fatigués »… Avec les ordonnances travail, ils ont donné toute latitude au patronat pour licencier et revoir à la baisse les accords d’entreprise. En plafonnant les indemnités prud’homales, ils ont satisfait une demande du Medef : les salariés ne pourront même plus espérer un petit pécule quand ils seront licenciés abusivement.

En même temps, le gouvernement a abaissé les APL. Au 1er janvier, il augmente la CSG de 1,7 point – une mesure dont les retraités paieront le prix fort. Et, dans les mois à venir, d’autres attaques sont prévues, avec la réforme de l’assurance chômage, qui vise notamment à réduire les indemnités versées aux demandeurs d’emploi.

D’une manière ou d’une autre, ils font payer aux classes populaires les cadeaux fiscaux faits aux riches. Car en même temps, le gouvernement Macron-Philippe supprime l’impôt sur la fortune et réduit celui sur les sociétés.

Dans sa guerre contre les classes populaires, il ne recule pas devant les mesures les plus crasses contre les migrants, les pauvres parmi les pauvres. Le ministre Collomb exige des préfets et des policiers qu’il y ait plus d’expulsions. Les contrôles aux frontières sont durcis, obligeant ceux qui fuient la guerre, la dictature ou la faim, à prendre des risques toujours plus grands pour gagner la France ou la Grande-Bretagne. Le droit d’asile est bafoué. Le gouvernement veut traquer les migrants jusque dans les centres d’hébergement gérés par les associations. Et il prépare une loi « asile et immigration » qui vise à durcir encore l’accueil des étrangers et à faciliter leur expulsion.

C’est une véritable guerre sociale que Macron et son gouvernement mènent aux travailleurs et aux plus pauvres. Mais s’ils se pavanent, comme Macron dans son palais de l’Élysée la semaine dernière, c’est qu’ils n’ont rencontré pour l’instant qu’une résistance limitée. Le monde du travail garde toutes ses forces. Il nous reste à nous en servir contre ces attaques en règle et à utiliser les armes dont disposent les travailleurs : les luttes, les grèves et les manifestations de masse.

Alors, s’il n’y a aucun doute sur les projets du gouvernement pour 2018, souhaitons que cette année soit celle de la riposte ouvrière. Souhaitons que, comme il y a 50 ans, lors de la grève générale de mai et juin 1968, la classe ouvrière refuse de continuer à subir.

Alors, le roitelet Macron ravalera sa morgue, et ses petits marquis du Parlement auront de bonnes raisons de pleurnicher.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2274
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron