Edito LO du 21 mai 2018

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 21 mai 2018

Message par Bertrand » 21 Mai 2018, 21:47

Combattre Macron et toutes les politiques favorables aux capitalistes

En un an, Macron a enchaîné les attaques contre les droits des travailleurs. Les mesures de son gouvernement menacent nos conditions d’existence. Si nous n’y mettons pas un coup d’arrêt, nous irons de recul en recul. Car face à la crise de son système économique, la classe capitaliste continuera de mener une guerre brutale contre ceux qui vivent de leur travail. C’est avec l’aggravation de l’exploitation qu’elle récupère de quoi continuer d’augmenter les profits des entreprises et surtout les dividendes des actionnaires les plus riches.

La politique de Macron continue d’ouvrir un boulevard au grand patronat. Et celui-ci s’y engouffre. Ainsi, la direction de PSA veut imposer aux ouvriers de l’usine de Vesoul de passer de 35 heures de travail hebdomadaires à 37 h 45. Cela représente une augmentation de plus de 8 % du temps de travail, pour une augmentation des salaires inférieure à 3 % ! Et, derrière cette aggravation de l’exploitation pour ceux qui restent au travail, il y a 150 emplois supprimés par an sur les trois prochaines années. Voilà la traduction concrète de la loi travail : c’est ainsi que la classe capitaliste augmente ses profits, en faisant payer le prix fort au monde du travail !

Eh bien, en face, dans le camp des travailleurs, nous devons, nous aussi, nous mettre en ordre de bataille pour riposter ! Si Macron et le patronat connaissent actuellement leur premier retour de bâton, nous le devons aux cheminots qui se sont lancés dans la grève. Ils y ont été forcés par l’attaque frontale d’un Macron sûr de lui… qui est tombé sur un os, parce que cette grève tient bon ! Et, en tenant bon, elle permet la prise de conscience par de nombreux travailleurs qu’il n’y aura pas d’autre alternative que le combat contre la rapacité du monde patronal et contre l’arrogance du gouvernement qui le représente !

La grève des cheminots se poursuit, ponctuée de manifestations. Mardi, la journée de grève et de manifestation de la Fonction publique dénoncera les suppressions d’emplois orchestrées par l’État. Et samedi 26 mai aura lieu la manifestation organisée par des organisations politiques de gauche, des associations et des syndicats dont la CGT.

Lutte ouvrière participera à cette manifestation au côté des travailleurs qui veulent profiter de cette occasion d’exprimer leur soutien aux cheminots et leur opposition à la politique de Macron, faite sur mesure pour le grand capital. Mais cela ne doit pas masquer le fait qu’il y a là une opération politique que nous dénonçons. Celle de faire d’une nouvelle version d’Union de la gauche ou de Gauche plurielle la perspective politique bornant l’horizon des travailleurs.

Cela ne peut pas être notre perspective. Les travailleurs qui ont vécu cette période ont des raisons de se souvenir de Mitterrand, déclarant avant d’être élu, qu’on ne peut pas être au Parti socialiste sans combattre le capitalisme, et menant ensuite la politique du grand patronat. Plus près de nous, Hollande affirmait « mon adversaire, c’est la finance », avant de s’aplatir devant les financiers !

De Mélenchon, ancien ministre de Jospin, à Hamon, ancien ministre de Hollande, ceux qui veulent aujourd’hui nous vendre une nouvelle alternative politique « de gauche » ont activement contribué à la politique antiouvrière des gouvernements auxquels ils ont participé. Demain, ils ne seront pas plus du côté du monde du travail. Une fois au gouvernement, ils dérouleraient le tapis rouge à la bourgeoisie.

Car le véritable pouvoir dans notre société est celui du grand capital, de la classe capitaliste qui le monopolise. Pour s’en prendre à ceux-là, les travailleurs ne peuvent pas confier à nouveau leur sort à un politicien, même la bouche pleine de phrases dures aux puissants, en espérant qu’il prendra leur sort en compte !

Il faut être nombreux dans la rue le 26 mai, pour manifester contre la politique de Macron au service des plus riches. Mais Lutte ouvrière y affirmera en même temps que cette énième union de la gauche, qu’on nous présente comme la seule alternative pour les travailleurs, n’en est pas une.

Oui, il faut un débouché politique aux luttes des travailleurs. Mais pour défendre nos intérêts matériels et politiques, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Ceux qui militent dans le camp des travailleurs doivent retrouver les idées et le langage de la lutte de classe. Car, remplacer Macron par qui que ce soit d’autre ne mettra pas fin au pouvoir de l’argent de la classe capitaliste. C’est le monde du travail, conscient de sa force et organisé pour défendre ses intérêts politiques qui en a le pouvoir !

Avatar de l’utilisateur
Bertrand
 
Message(s) : 354
Inscription : 25 Juil 2003, 15:27

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité