Edito LO du 28 mai 2018

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 28 mai 2018

Message par com_71 » 28 Mai 2018, 19:14

Contre Macron, la force des travailleurs est dans la lutte

Des dizaines de milliers de manifestants se sont retrouvés samedi 26 mai contre le gouvernement Macron, contre ses mesures qui incarnent les intérêts de la minorité de très riches qui dominent la société. Le gouvernement et les médias ont répété que la journée de mobilisation n’avait pas fait le plein. C’est leur rengaine : depuis près de deux mois, ils affirment que la contestation ne prend pas. Malgré leurs souhaits d’enterrer la grève des cheminots et d’en finir avec le climat de protestation qu’elle favorise, les deux continuent.

Au fil des manifestations, des centaines de milliers de travailleurs ont saisi l’occasion d’exprimer leur haine de Macron. Et du côté des cheminots, en première ligne dans le combat, l’écrasante majorité a confirmé, dans le référendum organisé par les syndicats de la SNCF, le rejet de la réforme, déjà exprimé par la grève.

Que leur répond le gouvernement ? Il a le culot de présenter la reprise par l’État d’une partie de la dette de la SNCF comme un cadeau qui devrait inciter les cheminots à accepter la réforme. Comme s’ils étaient en quoi que ce soit responsables de la dette ! Et pour dresser l’opinion publique contre les cheminots, ministres et commentateurs y vont de leur couplet affirmant que la reprise de 35 milliards de dette va coûter aux contribuables.

Mais ceux au profit de qui la SNCF s’est endettée, ce ne sont pas les cheminots ! Ce sont de grandes entreprises et leurs actionnaires, les Bouygues et autre Vinci, ainsi que les banques, qui continuent à encaisser les intérêts de cette dette. Si quelqu’un doit rembourser ces milliards, ce sont ces gens-là. Pas les cheminots !

Voilà la politique de Macron, comme de ses prédécesseurs : faire payer par les travailleurs qui font fonctionner toute l’économie, les milliards que l’État déverse sur la minorité capitaliste. C’est pour assurer leurs dividendes à tous les Arnault, Bolloré, Dassault et leurs semblables au petit pied, qu’on pèse sur les salaires, qu’on développe la précarité, qu’on sacrifie tout ce qui, dans les services publics, est utile à la population, des transports à l’école en passant par les hôpitaux.

Les cheminots ont raison de refuser ces mensonges et cette escroquerie. S’ils sont en grève, c’est pour exiger le maintien des conditions d’emploi et de travail de l’ensemble des travailleurs du rail.

Les cheminots peuvent être fiers d’avoir relevé la tête et de montrer, même à leur échelle, que lorsque les travailleurs agissent, utilisent leur arme de classe, ils perturbent le petit jeu de cette prétendue démocratie où une minorité de politiciens, dévoués à la grande bourgeoisie, peut prendre des décisions qui foulent aux pieds les conditions d’existence de milliers, de millions d’exploités.

Le mouvement des cheminots s’est imposé dans la vie politique. D’un seul coup, le ronronnement des débats du Parlement, le petit jeu des différents partis, apparaissent dérisoires. Cela donne une idée de la puissance avec laquelle la classe ouvrière pourra peser sur la vie politique lorsqu’elle se dressera contre ses exploiteurs.

C’est le mouvement des cheminots qui a démystifié le jeu politique de la droite et de l’extrême droite. La droite traditionnelle a voté la réforme et clame son enthousiasme pour l’ouverture à la concurrence. Le Front national, qui n’aime les travailleurs que soumis et résignés, se dit opposé à la réforme… mais surtout à la grève !

Les partis de gauche, organisateurs de la manifestation du 26 mai, ont affiché leur opposition à Macron et à sa majorité. Mais pas un mot sur ceux qui, derrière Macron, le manipulent, ceux qui, en monopolisant le grand capital, dictent sa politique. À quoi servirait-il d’écarter Macron pour une nouvelle version d’un Mitterrand, d’un Jospin ou d’un Hollande ? C’est-à-dire pour des politiciens et des partis qui font des promesses pour être élus mais qui, une fois au pouvoir, mènent la même politique qu’un Macron, car il n’est pas question pour eux de s’en prendre à la grande bourgeoisie et, à plus forte raison, à l’ordre capitaliste.

Les grévistes de la SNCF ont refusé de se laisser faire sans se battre. Macron espérait pourtant leur imposer sa réforme à marche forcée, comme il impose tous ses coups. Eh bien, il n’a pas pu ! La grève des cheminots est un premier grain de sable dans la machine à écraser le monde du travail ! Seuls, ils ne peuvent pas inverser le rapport de forces. Mais ils montrent la voie à tous les travailleurs. Et l’arrogance de Macron associée à la rapacité du patronat qu’il sert finiront par transformer le mécontentement du monde du travail en révolte.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2281
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité