Edito LO du 24 décembre 2018

Réunions publiques, fêtes et autre...

Edito LO du 24 décembre 2018

Message par com_71 » 24 Déc 2018, 16:24

Après avoir fait reculer Macron, faisons payer les grands patrons !

Plus d’un mois après le début de la mobilisation des gilets jaunes, près de 40.000 personnes manifestaient à nouveau samedi 22 décembre. Les représentants du gouvernement se sont appuyés sur la baisse de la mobilisation et sur les démonstrations odieuses de quelques manifestants d’extrême droite pour affirmer que la contestation était terminée. Il n’y a plus que des factieux dans les rues, ont-ils répété, tandis que Macron, peut-être inspiré par son réveillon au milieu des missiles et des avions de chasse de l’armée française engagée au Tchad, affirmait que l’ordre devait maintenant être rétabli.

Quel que soit l’avenir du mouvement des gilets jaunes, il a permis l’expression de la colère qui traverse toute la société, contre l’effondrement du niveau de vie. Il a montré que c’est la mobilisation des classes populaires dans les rues qui a obligé le gouvernement à reculer et à faire des concessions. Macron et tous ses ministres, après avoir fait mine de découvrir la « souffrance », détaillent leurs mesures pour tenter de convaincre qu'ils y ont répondu. La ministre de la Santé Buzyn a même dit que le gouvernement et les gilets jaunes avaient le même objectif, assurant que l’augmentation de la prime d’activité et la défiscalisation des heures supplémentaires rendaient le travail payant.

La réalité, c’est que Macron et son gouvernement sont incapables de répondre à l’exigence de pouvoir vivre correctement de son travail. La classe capitaliste monopolise de plus en plus toute la richesse et il n’est pas question de lui imposer quoi que ce soit. Toutes les mesures du gouvernement consistent à prendre dans notre poche gauche ce qu’il reversera dans la droite, puisqu’elles sont toutes financées par l’argent public, sans rien prendre aux capitalistes.

« Nous avons été trop intelligents », a osé dire le chef des députés macronistes pour expliquer la contestation de son gouvernement ! Ce mépris social, le monde du travail en a fait l’expérience. Il a mesuré le gouffre entre les classes populaires et les institutions censées les représenter. Certains mettent en avant la revendication d’un référendum d’initiative citoyenne, pour aller au-delà de la mobilisation pour le pouvoir d’achat et peser sur la direction de la société.

Il serait bien sûr nécessaire que les classes
populaires se mêlent de ce qui se passe à la tête de l’État, au niveau du pouvoir. Mais un référendum, même d’initiative citoyenne, permettrait-il de « redonner le pouvoir au peuple » ?

Le fait que des politiciens, de l’extrême droite à la gauche, reprennent cette idée est significatif ! Il s’agit d’une diversion, faite pour désarmer ceux qui veulent contester le système. Même le gouvernement dit maintenant qu’il n’est pas contre. Macron n’est pas à une arnaque près ! Constatant la déconsidération des partis politiques bourgeois alternant au pouvoir, il a déjà servi le couplet du jeune dynamique qui fait « de la politique autrement ». Il a déjà enchaîné sur le boniment du « grand débat », alors pourquoi ne pas y ajouter des référendums ?

Si, demain, un référendum portant sur une question favorable au monde du travail obtenait une majorité de « oui », cela obligerait-il le grand patronat et le gouvernement à s’y plier ? Forts de leur argent, les capitalistes ont les moyens de ne pas respecter les lois ou de les contourner. La loi sur les 35 heures, par exemple, favorable en apparence aux travailleurs, a finalement servi aux capitalistes pour imposer la flexibilité et intensifier l’exploitation. Les capitalistes, qui dominent l’économie et font marcher toute la société suivant leurs intérêts immédiats, ne cèderont pas un pouce de cette domination sans combat.

Derrière la façade démocratique, l’appareil d’État est constitué d’une caste de hauts fonctionnaires, qui portent les intérêts de la bourgeoisie sans même être élus, échappant largement au contrôle des classes populaires.

Ce qui est vrai de l’État l’est encore plus des décisions des grandes entreprises ! Fermer une entreprise, licencier des centaines de travailleurs, est laissé au bon vouloir des capitalistes. Peu importent les conséquences sur la vie de milliers de familles, les villes ou les régions sinistrées : il s’agit de décisions protégées par le secret des affaires. La loi de l’argent est sacrée, et dévoiler les intentions d’une entreprise, aussi nocives soient-elles pour la société, est même puni par la loi !

Pour ne pas être condamné à subir des reculs successifs, c’est à la domination capitaliste sur la société que le monde du travail doit s’attaquer.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2669
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité