La Fête...

Réunions publiques, fêtes et autre...

Re: La Fête...

Message par com_71 » 09 Août 2020, 17:05

Un autre texte de Trotsky sur les corrections

23 juin 1930

Cher camarade,

Je vous envoie avec cette lettre les épreuves corrigées du numéro 12/13. Je n'en ai fait qu'une lecture rapide et il reste évidemment plus de coquilles que je n'en ai trouvé. J'attire particulièrement votre attention sur la page 33 où il a été écrit Staline au lieu de Lenine. C'est extrêmement désagréable. Des coquilles de cette sorte me semblent très étranges (la même coquille a été faite dans le numéro 8; dans le numéro 11) . Ici, elle semble directement faite exprès, par souci de nuire. Il est invraisemblable de penser que c'est le typographe qui fait des omissions, déforme, etc.. quand il ne fait pas de rajouts (une particule "ne" a été ajoutée dans le numéro 11) ou ne modifie pas complètement. J'ai déjà soulevé la question auprès du c. Molinier. Je pense qu'il faut examiner la question attentivement (n'oubliez pas que l'imprimerie et les typographes sont blancs. Il se trouvera toujours des éléments qui déformeront le texte avec plaisir). On peut le voir à la correction. Mais pour éviter à l'avenir une fois pour toutes ces fautes, il faut accorder à la correction l'importance nécessaire. Ne sachant pas comment vous menez ce travail, j'attire votre attention sur les remarques suivantes: il n'est absolument pas suffisant de relire seul les épreuves; il faut les lire à deux ("collationner"). C'est le camarade le plus expérimenté (le correcteur justement) qui doit lire à haute voix les épreuves et les corriger. Celui qui l'aide doit suivre sur l'original (que je vous envoie). On peut lire aussi seul, à condition d'avoir l'original sous les yeux et de vérifier chaque phrase; mais cela demande une sérieuse habitude. Avant de commencer la lecture des épreuves, il faut vérifier les titres, les caractères, etc.. (il ne faut pas oublier qu'il est particulièrement facile de laisser passer des fautes dans les mots en capitales). Avec les épreuves vous recevez une "conduite d'épreuves". Il faut y suivre la pagination, les annotations, les caractères des titres, les alinéas, les signatures; vérifier l'uniformité des caractères employés, etc..

Peut-être sera-t-il judicieux de vous faire aider d'un professionnel. Vous règlerez cette question vous-mêmes avec les camarades français. J'ignore quel est votre niveau d'expérience dans ce domaine technique; aussi vous m'excuserez pour tous ces détails.

J'ai demandé que dans le sommaire, les titres ne dépassent pas le nom de l'auteur (comme "Alfa" dans le numéro 12/13); bien sur, c'est un détail, mais c'est plus présentable.

Les abonnements - j'attire votre attention et celle des camarades français sur le point suivant: aucun de nos lecteurs-sympathisants véritables ne peuvent s'abonner; ils dissimulent au contraire leur lecture du Biulletin. Si vous vérifiez les listes, je suis sûr que vous trouverez que les abonnés sont des ennemis qui s'informent ou d'autres individus du même genre. Il est clair que nous n'allons pas faire une remise de prix pour ces gens-là. Les camarades qui ont introduit le système d'abonnements ont imité ainsi les autres éditeurs. Nos conditions n'ont rien de commun avec ces derniers. Cette déduction ne nous apporte pas grand-chose, mais autant ne pas donner de privilèges à Dan et cie.


https://www.marxists.org/francais/trots ... 00623a.htm
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4331
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La Fête...

Message par artza » 11 Août 2020, 02:54

(Quelques notes pour cette lettre de Trotsky)

... (n'oubliez pas que l'imprimerie et les typographes sont blancs. ...

Il s'agit d'une couleur politique. Ici de "russes blancs" typos. Des ouvriers peut-être des mencheviks, des bundistes? Des monarchistes cléricaux est-ce vraisemblable? Staline avait des agents blancs retournés.

La presse révolutionnaire rencontre parfois des difficultés inattendues.
LO en eut ça part non pas à l'imprimerie mais pour la diffusion en kiosque. Le syndicat CGT des messageries de la presse entendait imposer le boycott de LO par cette entreprise en protestation contre la parution d'un bulletin LO sur un site parisien des NMPP.

La réflexion de Trotsky sur les abonnés qui ne sont pas forcément des amis :D !
artza
 
Message(s) : 1770
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: La Fête...

Message par Gayraud de Mazars » 17 Août 2020, 17:58

Salut camarades,

À Presles, la fête de Lutte ouvrière aura bien lieu… en septembre
Par Thibault Chaffotte. Sur le site du journal Le Parisien. Le 16 août 2020

https://www.leparisien.fr/val-d-oise-95 ... -7F05NZJdw

Le traditionnel rendez-vous de l’organisation d’extrême gauche n’a pu se tenir début juin en raison de l’épidémie. Une nouvelle date est prévue les 26 et 27 septembre.

Chaque année, cet événement rassemble jusqu'à 40 000 personnes, à Presles. Cette année, la fête de Lutte ouvrière (LO), qui se tient habituellement pendant trois jours lors du week-end de la Pentecôte, n'a pas pu avoir lieu en raison de l'épidémie.

Le parti trotskiste, qui revendique 8 000 adhérents en France, a tout de même prévu une version sur deux jours de ce rassemblement les 26 et 27 septembre. « On a pris la décision il y a un mois de faire cette fête des retrouvailles, explique Dominique Mariette, responsable de Lutte ouvrière dans le Val-d'Oise. On respectera les règles sanitaires. Il y a encore des paramètres qu'on ne connaît pas. » Le programme complet n'est pas encore connu.

Concerts, ateliers, projections, débats politiques, sans oublier le discours de Nathalie Artaud, la porte-parole. Des dizaines de formations d'extrême gauche de France et de Navarre y tiendront aussi des stands. La fête de Lutte ouvrière, c'est un peu la fête de L'Humanité, en plus modeste. La première édition remonte à 1971. « La fête c'est une longue tradition du mouvement ouvrier, souligne Dominique Mariette. En 1969, l'organisation communiste internationaliste avait réuni 10 000 personnes à Essen, en Allemagne. »

« Une fête populaire, ouvrière »

Le parti qui se nommait alors Voix ouvrière, inspiré par cet exemple, organise sa première fête à Presles en 1971. « Le terrain appartenait à un vieil anar de nos relations, se souvient Dominique Mariette. C'était une grande plaine. On attendait 3 000 personnes, il y en a eu 8 000. »

À partir de la troisième édition, la fête se tient à Mériel, à l'emplacement actuel d'un échangeur de la Francilienne. « Quand l'échangeur a été construit, on a dû aménager un terrain sur la propriété du château de Bellevue », précise Dominique Mariette.

Le terrain est acheté par une association proche de LO en 1980. C'est l'année suivante que se tient la première édition sur ce nouveau terrain, qui est toujours le lieu qui accueille la fête de LO. « On voulait faire une fête populaire, ouvrière, de culture de fraternité, où on passe un bon moment et pas cher », souligne Dominique Mariette. C'est aussi l'objectif du rassemblement de cette année.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1384
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: La Fête...

Message par com_71 » 17 Août 2020, 18:43

Au moins une inexactitude... rien à gagner, c'est trop facile. ;)
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4331
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La Fête...

Message par Gayraud de Mazars » 17 Août 2020, 18:48

Salut Com,

Le parti qui se nommait alors Voix ouvrière, inspiré par cet exemple, organise sa première fête à Presles en 1971.


Effectivement, c'était déjà le nom du journal Lutte Ouvrière... :D

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1384
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: La Fête...

Message par com_71 » 19 Août 2020, 17:41

lutte ouvrière 19 août 2020 a écrit :Nous venons d’apprendre que la préfecture du Val-d’Oise s’apprête à publier un décret d’interdiction concernant notre fête, prévue les 26 et 27 septembre à Presles, du fait de la situation sanitaire, et celle-ci ne pourra donc pas avoir lieu. Nous publierons l’arrêté d’interdiction dès qu’il nous sera parvenu.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4331
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La Fête...

Message par com_71 » 26 Août 2020, 20:52

LO 26 août 2020 a écrit :Notre fête des 26 et 27 septembre interdite

Nous publions dans la version papier de notre journal le décret par lequel la préfecture du Val-d’Oise a décidé de ne pas autoriser la fête de Lutte ouvrière de région parisienne que nous souhaitions organiser les 26 et 27 septembre prochains. Elle ne pourra donc pas avoir lieu et nous le regrettons pour tous nos camarades, militants, sympathisants et amis, pour qui elle aurait été une occasion de retrouvailles, d’échanges et de débats.

Les raisons avancées par la préfecture pour nous interdire cette initiative ne nous surprennent pas. Elles ne touchent pas seulement Lutte ouvrière, et chacun sait que nombre de festivals, de foires, de spectacles culturels n’ont pu avoir lieu en France cet été, parfois parce que les organisateurs n’avaient pas les moyens de les assurer dans les conditions sanitaires prescrites, mais aussi le plus souvent parce qu’ils ont été tout simplement interdits. C’est le cas dans le Val-d’Oise, le département où se trouve Presles, où nous savons que d’autres initiatives prévues dans la même période, n’ayant d’ailleurs aucun caractère politique, ont été elles aussi interdites. Il est évident que pour les autorités préfectorales, qui assument une grande part des responsabilités dans l’application des mesures d’urgence sanitaire, le plus facile est d’interdire purement et simplement toute manifestation pouvant réunir un nombreux public, y compris au-dessous de la limite de 5 000 personnes officiellement fixée au niveau national jusqu’au 31 octobre.

On pourrait saluer l’impartialité de ces décisions et ce souci de la santé de la population s’ils ne souffraient pas d’exceptions notables, notamment lorsque les manifestations concernées comportent des enjeux financiers importants. C’est le cas pour certains événements sportifs, tel par exemple le Tour de France reporté à ce mois de septembre. Il y a aussi le cas où elles bénéficient de sympathies politiques évidentes, comme le spectacle du Puy du Fou que le très réactionnaire de Villiers a pu organiser en toute tranquillité bien au-delà de la limite officielle des 5 000 participants ; tout cela sans parler de l’attitude politique générale du gouvernement sur le plan sanitaire, que nous dénonçons régulièrement dans notre journal.

Le fait est aussi que nombre d’entreprises réunissant des milliers de travailleurs ont pu et peuvent continuer de fonctionner, moyennant un engagement purement formel au respect des mesures barrières, contribuant parfois de façon importante à l’extension de l’épidémie. Là aussi, les enjeux économiques priment et cela ne peut nous étonner. Dans une société où la recherche du profit guide une grande partie des décisions, celles-ci ne peuvent être neutres, même quand il s’agit de sauvegarder la santé de tous. Pour les autorités, garantir la possibilité de tenir des manifestations axées autour de la défense des intérêts des travailleurs est moins que jamais une priorité.

Pour une organisation voulant défendre les intérêts de la classe ouvrière, il est pourtant indispensable d’apparaître politiquement, de réunir ceux qui se reconnaissent dans ses idées. Après que le confinement eut empêché la tenue de la fête de Lutte ouvrière prévue fin mai, cette fête de fin septembre devait nous permettre de l’assurer malgré tout, en étant en même temps déterminés à faire le nécessaire pour y appliquer le protocole sanitaire strict. La question n’est pas le respect formel des décisions en vigueur, pour ainsi dire par peur du gendarme, mais la responsabilité vis-à-vis de tout notre public. En tant qu’organisateurs, nous savons que nous pouvions compter sur tous nos camarades pour assurer la tenue de cette fête sans faire courir de risque sanitaire aux participants, en appliquant toutes les mesures de protection nécessaires. Nous continuerons de le faire pour toutes nos initiatives, à commencer par nos camarades d’autres régions qui organisent dans cette même période des fêtes et banquets et qui n’encourent pas jusqu’à présent d’interdiction.

Nous sommes en tout cas déterminés à continuer nos activités politiques, à les élargir, avec les adaptations nécessaires pour tenir compte de la pandémie. Cela est plus indispensable que jamais dans la situation de crise, non seulement sanitaire, mais économique et politique que nous connaissons.

Pour Lutte ouvrière, Michel Rodinson, directeur du journal
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4331
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: La Fête...

Message par Gayraud de Mazars » 11 Mars 2021, 14:30

Salut camarades,

Vive la fête de Lutte ouvrière !
10 Mars 2021, dans le journal Lutte Ouvrière n°2745
Rubrique Agenda

https://journal.lutte-ouvriere.org/2021 ... 55393.html

Image

En 2020, malgré la volonté de Lutte ouvrière de maintenir sa fête annuelle même avec toutes les précautions sanitaires, les autorités l’ont interdite, en juin comme en septembre.

Cette année encore, Lutte ouvrière veut tout faire pour qu’elle ait lieu. L’état d’urgence sanitaire étant prévu jusqu’au 31 mai, la fête n’aura pas lieu, comme il est d’usage, le week-end de la Pentecôte (22, 23 et 24 mai), mais les 5 et 6 juin 2021.

Cette décision sera suspendue jusqu’au dernier moment à l’autorisation de la préfecture. Mais la situation politique actuelle incite d’autant plus à militer pour que puisse se tenir cette fête qui est, depuis plusieurs décennies, le principal rassemblement festif et politique communiste révolutionnaire, de France et même d’Europe.

Les prises de paroles de Nathalie Arthaud sur la grande scène sont l’occasion de meetings importants. Les multiples débats politiques sur des sujets d’actualité et sur la situation dans les entreprises sont autant de moments de discussions fraternelles, collectives. Et cela revêt une importance cruciale dans la période actuelle.

La fête existe grâce à la venue de milliers de personnes, grâce aussi à l’aide de centaines de sympathisants, de travailleurs, pour monter les stands, les tenir, aider à la décoration, à la cuisine, à l’animation. Tout cela dans une ambiance fraternelle et solidaire qui permet d’échapper, ne serait-ce qu’un court instant, à l’individualisme de la société.

Pour que la fête de Lutte ouvrière 2021 ait lieu, l’aide de tous ceux qui veulent en être est nécessaire. Cela commence par le fait d’en parler dès maintenant, dans les quartiers et les entreprises où nous vivons et militons.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1384
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: La Fête...

Message par piemme » 02 Avr 2021, 16:17

Maintenant c'est clair : il y a bien un complot pour empêcher la fête cette année encore — même en juin.

Image

Extrait de ce papier de l'Institut Pasteur https://modelisation-covid19.pasteur.fr/realtime-analysis/impact-variant/
piemme
 
Message(s) : 11
Inscription : 30 Sep 2005, 10:47

Précédent

Retour vers Actualité de Lutte Ouvrière

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)