"Comment appeler les handicapés ?"

"Comment appeler les handicapés ?"

Message par com_71 » 31 Jan 2017, 03:17

Zelda_Zbak a écrit : les préjugés contre les personnes en situation de handicap...


C'est tout à fait secondaire ici, mais est-ce vraiment nécessaire de céder ainsi à un certain air du temps ? On peut écrire "handicapé", "aveugle" ou "sourd", c'est français et pas du tout méprisant...
"Personnes en situation de maladie mentale" ?

Ailleurs (circulaire de l'éducation nationale) on a pu lire "référentiel bondissant" pour "ballon" !
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1878
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

"Comment appeler les handicapés ?"

Message par Zelda_Zbak » 31 Jan 2017, 09:19

Com, pour répondre à notre hors-sujet vite fait. Je pense que ça ne relève pas simplement du phénomène de mode que tu signales et qui est bien réel.
L'expression "personne en situation de handicap" m'a convaincue pour deux raisons :
1) Un handicapé a une affection qui a la différence d'une maladie n'évoluera jamais. Ce handicap fait partie de son corps, l'atteint au plus profond et définitivement, irrémédiablemnet dans son corps.
Alors la réalité est déjà très violente, donc pour lui, je pense que le réduire à ça, c'est double peine. Vous savez "LE sourd" "L'aveugle" "Le trisomique"... On peut un peu alléger sa peine déjà assez violente contre laquelle IL ne peut rien. Une personne sourde n'a pas le même sens que LE SOURD.

2) Quand on insiste sur la situation de handicap, on peut au contraire en conclure "Seule la société peut le soulager en lui rendant un maximum d'autonomie". Fauteuil ultra light pour les gens en fauteuil, accessibilité en tous genre dans la rue comme sur le web, plage braille offerte pour les gens aveugles, et surtout, surtout, du boulot, qu'ils se sentent utiles socialement. Qu'ils soient moins rentables ou supposément moins rentables qu'une personne valide (à l'heure où on parle)... on s'en fiche. Et bien sûr aussi du boulot pour les personnes au handicap mental, un boulot aménagé et cool.

3) Pour ma part, je pense qu'une société moderne, sans même parler du communisme, devrait éduquer les enfants valides à la chose suivante : choisis un handicap, et selon le handicap choisi, apprends la langue des signes, ou le braille, ou apprends à faire un sport en fauteuil ou toutes les stratégies qu'on a pu mettre en place pour aider une personne en situation de handicap. Cela rendrait les personnes valides bien plus empathiques, sans dramatiser, sans ressentir de la pitié, ni du rejet. Bref, mettre le handicap à hauteur de tous. Parce que dans cette société, si l'on n'est pas prétendument parfait, on n'est plus rien. Et c'est une des croyances les plus choquantes.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 340
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

"Comment appeler les handicapés ?"

Message par com_71 » 31 Jan 2017, 10:42

Zelda_Zbak a écrit :Vous savez "LE sourd" "L'aveugle" "Le trisomique"...


Bien sûr, dit comme ça... Et donc, il faudrait écrire "personne en situation de surdité" ? Ces formules sont artificielles, de fausse empathie (rien de personnel). Un peu comme "les militantEs".
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1878
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

"Comment appeler les handicapés ?"

Message par Zelda_Zbak » 31 Jan 2017, 11:59

Tu te souviens je suppose, qu'il fut un temps, avant le mien, où l'on disait "Les infirmes".
Tu es (je suppose) convaincu aujourd'hui que l'expression est péjorative, et tu ne l'emploies pas.
En voici l'étymologie

Réfection savante, d’après le latin infirmus (« faible, physiquement ou moralement ») de l’ancien français enferm « malade, faible »

Il est donc normal qu'une appellation sur l'affection du handicap ne comporte ni privatif, ni truc qui te plaque au sol pour la vie avec ton manque.
Il est normal qu'on marche sur des oeufs avec le vocabulaire sur le handicap et les gens qui en souffrent, c'est compliqué.
Et enfin et surtout d'une façon plus générale, il est normale que les mots évoluent.

Il y a quelques années, j'étais à la piscine. Une jeune femme handicapée mentale nageait (100 fois mieux que moi au demeurant, une magnifique brasse coulée). Mais de temps en temps, il lui prenait l'envie, entre 2 longueurs, ce qui était plutôt sympa et rigolo, de s'approcher des autres nageurs, et de leur dire "Bonjour, je m'appelle Nadjet. Ca va vous ? Comment vous vous appelez ?"
Sa mère n'était pas contente, elle était gênée que des gens fussent gênés et mal à l'aise, alors elle disputait sa fille et s'excusait auprès des gens "Excusez-là, elle est malade !". Mais elle était gênée à tort la plupart du temps, car pas mal de gens, comme moi, se marraient et papotaient avec Nadjet.
"Non, elle n'est pas malade" me disais-je, "elle est handicapée. C'est très différent. Et elle est très sympa et elle nage 100 fois mieux que moi, je suis jalouse !" :)
Bon, sa mère devait pas rigoler tous les jours non plus, car par moment, Nadjet était de mauvais poil et piquait sa crise...
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 340
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53

Re: "Comment appeler les handicapés ?"

Message par Zelda_Zbak » 09 Fév 2017, 09:14

Cette discussion court en tâche de fond dans ma petite cervelle.
Hier, je mange avec un collègue qui me dit "J'ai une QTH merde ! Ils pourraient en tenir compte ! "...
Moi "C'est quoi une QTH ?" Une Qualité de Travailleur Handicapé...
J'ai trouvé ça très bien, Qualité, une qualité... bien vu.
Bon, Com, comme tu es taquin, tu vas me dire : Pourquoi ils n'ont pas dit Qualité de Travailleur en Situation de Handicap ? :D
Mais sur le fond, je vais donner un autre exemple, qui m'a toujours beaucoup choquée;
Quand un prof n'en peut plus de ses élèves et traverse mettons une grave dépression, s'il passe en longue maladie, j'en connais quelques-uns, le "mieux" qu'il puisse obtenir, c'est d'être déclaré "INAPTE" à l'enseignement.
Alors forcément, le jour où un prof en grande souffrance reçoit le papier comme quoi il est inapte, un bout de lui est infiniment soulagé car cela signifie qu'il ne se retrouvera plus jamais devant élèves, quoiqu'il arrive, un bout de lui est infiniment triste, car "inapte", c'est atroce, c'est bon à rien, il se demande s'il était fake depuis des décennies comme prof etc.
Pour moi, avec des profs au fond du trou, il serait vital de changer le vocabulaire, et d'appeler ça par exemple "Qualité d'Enseignant en Reconversion Prioritaire pour raison de santé".
Mais mon petit doigt me dit que les RH de l'Education Nationale savent parfaitement ce que je dis (c'est le B A BA de la RH, le vocabulaire soigneusement choisi). Problème : s'ils présentent d'une façon trop attirante cette fameuse et navrante "inaptitude", ils auront trop de prétendants.... et ils n'arrivent plus à recruter. Alors oui, ils mettent sciemment "la tête dans la boue" aux profs en souffrance.
Avatar de l’utilisateur
Zelda_Zbak
 
Message(s) : 340
Inscription : 05 Fév 2015, 11:53


Retour vers Divers

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité