Généalogie - Chronique familiale de Jean Malaterre !

Généalogie - Chronique familiale de Jean Malaterre !

Message par Gayraud de Mazars » 17 Avr 2019, 14:04

Salut camarades !

Pour les "fanatiques" de généalogie comme moi ! Une facette de mon étude, mes ancêtres Malaterre... Je peux vous aider pour votre généalogie bien sûr... Je reste un passionné ! Vous pouvez parlez de vos ancêtres ici... Toute étude sera la bienvenue...

Cousinade du 06/08/2006 à Lédergues (Lédergas o Lédengas), canton de Réquista dans l'Aveyron

CHRONIQUE FAMILIALE DE JEAN MALATERRE

Première génération

Jean MALATERRE est né vers 1680, son nom veut dire en occitan, que la terre où il est installé est dure à travailler, on peut parler aussi lo mal de la terra chez nous, qui est l'épilepsie... Lentin a pour paroisse Saint - Amans.

Ses parents sont connus, dans le contrat de mariage de 1703 qui est consultable aux archives départementales de l'Aveyron, on trouve comme parents Jean Malaterre et Marguerite Recoules…

Il était donc de la Malaterrie, hameau de Lentin comme la famille depuis des siècles, ils en ont donné le nom, là où sont les MALATERRE.

On peut dire que depuis le Moyen - Age nos ancêtres ont labouré les mêmes champs. Ils sont nés, se sont mariés et sont morts dans ce village.

Jean MALATERRE épouse Antoinette GAUBERT, en 1703. Il est alors âgé de 23 ans environ. Elle a 23 ans aussi.
Ce couple aura au moins un enfant notre ancêtre :
- Antoine

Deuxième génération

Antoine MALATERRE est né vers 1710 à Lentin (12).
Comme son père, il est sûrement assez riche, il possède la Malaterrie. Antoine, premier connu de la série, est sans doute le seul enfant survivant adulte de Jean MALATERRE resté sur place, l'aîné peut être, mais cinq ans d'écart le sépare du mariage de ses parents ce qui est beaucoup.

Il épouse Jeanne COMBES, fille d'Antoine COMBES, venu de La Longuière de Saint Georges de Camboulas et d'Antoinette BLANC, le mercredi 26 décembre 1731 à Lédergues. Ce couple aura trois enfants :
- Jean (1.1)
- Jeanne (1.2)
- Gabriel (1.3)

Le contrat de mariage de 1731 entre MALATERRE Antoine, COMBES Jeanne est connu et déposé au cercle généalogique du Sud Aveyron à Millau.
Antoine vers 1757 meurt à Lentin, son épouse, Jeanne COMBES lui survit un peu.

Troisième génération

Jean MALATERRE est né vers 1740.
Il est le fils d'Antoine, de la Malaterrie, et de Jeanne.
Jean est leur premier enfant connu.
Vers 1757 meurt sa mère, Jeanne COMBES. Jean n'a que a 17 ans

Orphelin, mineur, il épouse donc, Marie CRAYON, issue de Malric de Lentin, sa voisine fille de Jean - Jacques CRAYON, marchand à la Malric de Lentin et de Marie BOULINHAC, le mercredi 19 janvier 1757 à Lentin. Elle a 17 ans environ.

Marie Crayon, sa grand-mère paternelle était demoiselle Jeanne de Gayraud, notre aïeulle, mariée à Antoine Crayon, riche marchand de Montclarc, fille du seigneur de la Candésia près de Crespin, Jean Denis de Gayraud et d'Anne de Mazars (qui est la fille du seigneur d'Asquieu)

elle descend par eux en droite ligne des De Gayraud, De Mazars, des De Previnquières, des De Roquefeuil, d'Anduze et des grandes familles de l'An mil, des rois, des ducs, des comtes, même ceux de Toulouse...
Jean Denis de Gayraud, sieur de la Candésie, avait comme armoirie, « D'azur, au chevron de sable, acc. de trois canettes du même » et Anne de Mazars (fille du seigneur d'Asquieu) avait pour blason, « De gueules, au pal chargé de trois hures de sanglier » ou « D'or, à une maison de sable ouverte et ajourée du champ, girouettée de gueules ».

Qui avait dit que « tous nous descendons de Charlemagne » ?
Nous oui !

Enfin qu'est ce qui explique ce mariage entre bourgeois et nobles ? C'est la déchéance et la pauvreté de la noblesse locale qui ne peut plus se marier au-dessus de sa condition, par contre si elle n'a pas de dot, elle a des titres centenaires, un prestige, les De Gayraud et De Mazars furent sous Louis XIV réaffirmés dans leur noblesse au XVIIème siècle ce qui signifiait d'avoir prouvé que tous les grands parents étaient déjà nobles...

On peut retrouver ces informations dans Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue par Hippolyte de Barrau- Ratery éditeur - Rodez 1853-1860 - 4 volumes.

Notre ancêtre direct, Jean, prend donc en charge la Malaterrie cela du être difficile, mais ils ne faut pas oublier qu'à l'époque c'était fréquent, beaucoup d'enfants voyaient leurs parents mourir jeunes.

De plus, la moitié des enfants mouraient avant l'âge de dix ans de la diphtérie, de la variole, par manque d'hygiène, par une alimentation déséquilibrée, une eau de mauvaise qualité, même si les Malaterre sont des laboureurs aisés, cela ne change pas les mœurs.

Jean a du vivre dans la maison que l'on peut voir encore au hameau, c'est elle qui a vu naître les Malaterre.
Le jeudi 7 mai 1795 meurt Marie CRAYON, à l'âge de 55 ans.
Jean MALATERRE meurt lui, le vendredi 23 mars 1810 à Lentin (12) à l'âge de 70 ans.
Ce couple aura au moins treize enfants :

- Marie en 1761
- Jean - Jacques en 1763
- Etienne en 1765
- Jean en 1765 (jumeaux)
- Pierre en 1767
- François en 1768
- Marianne en 1769
- Anne en 1771
- Jeanne en 1772
- Françoise en 1774
- François en 1776
- Joseph Antoine en 1778
- Antoine en 1781

Le couple Jean et Marie eurent 13 enfants, aussi rapprochés en 20 ans, cela n'est pas rare au contraire, c'est la règle.

La mère devait être épuisée de ces conceptions presque simultanées, mais aucun moyen contraceptif n’était utilisé.

La charge familiale devait être lourde mais il fallait aussi des bras aux champs, seulement pour se marier il fallait aussi pouvoir s'établir avoir une dote.

Des frères et sœurs de Jean MALATERRE, on peut noter Jeanne MALATERRE né en 1772, épouse Pierre HERAL. Il n'y a pas d'enfant connu pour ce couple.

Quatrième génération

C'est du dernier de la liste Antoine MALATERRE, que nous, MALATERRE, nous descendons, qui est né en 1781 à la Malaterrie.

Antoine a dû attendre, il était aussi le dernier.

Vers 1825, Antoine a 43 ans lorsqu'il épouse Jeanne SALERES qui a 25 ans, elle aussi de Lentin, fille de Bernard SALÈRES et Marie Jeanne Blanc.

Si le mariage est tardif c'est sûrement pour des raisons économiques, il faut assurer la vie d'une famille, avoir assez de terre, de biens.

Antoine MALATERRE meurt le vendredi 23 janvier 1829 à la Malaterrie.

Jeanne sa femme lui survivra longtemps dans la maison familiale auprès de son fils Antoine; elle y décède le 21 juillet 1860.

Cinquième génération

Antoine MALATERRE est né le lundi 20 février 1826 à la Malaterrie, à Lentin.
Il est le fils d'Antoine qu'il n'a pas connu, ou si peu et de Jeanne.

Il se prénomme comme son père, c'était une mode ancestrale, comme le parrain était de la famille et que le réservoir des prénoms reste faible chez nous à cette époque et aux époques antérieures il n'y a que des Antoine et des Jean.

Il épouse Marie Anne VAYSSE née à Saint Just le 16/01/1831,fille de Jean VAYSSE, de Castelferet et de Marie AMAT, le jeudi 5 juillet 1849 à Lentin. Cependant en 1868, il est précisé qu'il habitait la barraque de Gerayrou. Les Malaterre sans quitter Lentin vont maintenant partir et se disperser c'est la génération qui suit...

Ce couple aura cinq enfants : ce sont nos ancêtres directs, un seul restera à la Malaterrie puis à Lentin.

Sixième génération

1°) Antoine dit Henri MALATERRE est né le mercredi 29 août 1860 à Ledergues (12).

Il habitait LENTIN hameau de la Malaterrie. Antoine dit Henri l'ainé est le seul à rester au village. Il épouse Marie Ou Rosalie FLOUTTARD, fille de Pierre FLOUTTARD et de Rosalie MALATERRE, le lundi 10 juillet 1882 à Padiès.

C'est le grand père de Désiré MALATERRE fils de Camille Louis MALATERRE né le 27 février 1888 à Lédergues, le dernier à vivre sur la terre de nos chers ancêtres.
Antoine et marie auront six enfants dont deux, morts à la Guerre de 1914, Auguste et Cyprien dont le nom est sur le monument aux morts de Lentin et dans l'église de notre village.

- Auguste : tué à l’ennemi, dossier non communicable
- Henry Jules Antoine
- Camille Louis (1888-1963, époux d'Anaïs Marie Césarine 1897-1984 parents de Désiré)
- Germain Pierre
- Cyprien Eugène : 4ème RI, mort le 20/08/1914 à Dieuze en Lorraine à 22 ans
- Sylvain Alban

3°) Pierre Auguste MALATERRE est né le jeudi 25 août 1870 à Lédergues

4°) Eugénie MALATERRE la date de naissance n'est pas connue, elle épousa un Monsieur SERIN.

5°) Hyppolite MALATERRE est né le 10/08/1868 à la Malaterrie.

Il épousa Marie Annie Mélanie DELCAYRE née le 24/08/1866 à Faussergues fille de jean et marie CAMBOU.

Il sera à Milhavet avec sa femme à Perche à la fin de leur vie avec son frère Baptiste. Marie y décéda vers 1946, lui, y mourra le 10/08/1947.
Il a eu au moins deux filles.
Le dimanche 20 mai 1894 à Faussergues naît son enfant Marie MALATERRE qui, veuve de guerre, épousera nous le verrons son cousin germain Albert.
Le lundi 25 octobre 1897 naît son enfant Zénobie MALATERRE qui se mariera à un Bué.

6°) Evidemment, je finis par Baptiste Hyppolite MALATERRE surnommé « Baptistou » né le mercredi 22 février 1865 à la Malaterrie, puisque c'est notre ancêtre direct.

Il sera d'abord ouvrier agricole notamment aux planques où il épousera la fille du propriétaire chez qui il travaillait, puis s'installe à Tauriac, ensuite à Soulières commune de Sainte Gemmes.

Il fut propriétaire exploitant et finit ses jours chez son fils Albert à Perche, Baptiste meurt le mercredi 28 novembre 1945 à Milhavet (81) à l'âge de 80 ans.

Il épouse Marie - Rosalie MAFFRE, fille de Gaubert MAFFRE, meunier et passeur de bac à las Planques commune de Tanus et de Marie - Rose VEDEL.

Marie Rosalie avait eu à Naucelle (reconnu par le grand père Gaubert MAFFRE) Adrien MAFFRE, le 23 février 1894, cultivateur à Bonnefon, puis habitant Lescure, il est décédé le 21 novembre 1979.
Vers 1895 Baptiste et Marie Rosalie se marie.
Marie Rosalie meurt le jeudi 26 octobre 1905, à l'âge de 32 ans à l'hôpital de Rodez, laissant des enfants jeunes, Albert, l'aîné, n'a que 9 ans.
Le couple de Baptiste et Marie Rosalie aura cinq enfants.

Las Planques, village des MAFFRE aujourd’hui abandonné

Septième génération

1°) Albert MALATERRE est né le samedi 8 février 1896 à Tauriac (12). Il est le premier des Malaterre à ne pas naître à Lentin.
Lorsque meurt son père chez lui comme je l'ai dit à Milhavet, il a 49 ans et déjà une grande famille. Il épouse après la guerre de 1914 - 1918 qui l'a faite, Marie MALATERRE (fille d'Hyppolite) sa cousine germaine, veuve de guerre, son mari étant porté disparu en mer. Albert MALATERRE meurt en 1979 à l'âge de 82 ans à Noailles, suivi par Marie quelques années plus tard. Ils eurent :
- Emile
- Roger
- René
- Yvonne
- Alice
- Marie-Louise
- André

2°) Laurentie MALATERRE est née le mardi 27 avril 1897 à Tauriac (12).
Elle fut garde-barrière à Teyssonnière, s'occupait parfois de repas de mariage.
A une date non connue, elle épouse M. PEYRE. Laurentie MALATERRE meurt le samedi 21 mars 1987 à Gaillac (81) à l'âge de 89 ans.
Ce couple aura trois enfants :
- Jean-Marie
- René
- Paulette
- Antoinette MALATERRE.
- Marie dit Marinette MALATERRE.

3°) Célestin MALATERRE est né en 1899.
Il sera cheminot et finira sa carrière à Capdenac,
il meurt en 1990 âgé de 91 ans, sans enfant, son épouse décède en 1991.

Enfin des jumeaux
4°) Louis Fernand Cyprien MALATERRE est né le dimanche 18 août 1901 à Sainte Gemmes (81) au hameau de Soulières.

Il épouse Marie Euphrasie BALSSA, vers 1925 à Montirat. Il est alors âgé de 23 ans environ. Elle a 43 ans environ. Il n'y a pas d'enfant pour ce couple.
Louis Fernand Cyprien MALATERRE meurt le lundi 16 janvier 1956 à Albi (81000) à l'âge de 54 ans
Une lettre de l'époque, de son frère Célestin, envoyé à Gabrielle dit qu'il ne restait pas grand chose pour le partage. Il avait vécu en cigale et non en fourmi

4°bis) Gabrielle, Baptistine, Alice MALATERRE est aussi née le dimanche 18 août 1901 à Sainte Gemmes (81).
Placée jeune dans les fermes, cela ne lui plaisait pas beaucoup ; à un mariage, on lui dit que l'on connaît à Carmaux un verrier qui veut se marier, elle prend le train et ils tombèrent sous le charme, le mariage est aussitôt commandé !
Elle épouse Germain, Philippe BOUSQUET, verrier puis mineur, fils de Germain BOUSQUET, Agriculteur puis verrier et de Marie Philipinne VERDUS, Verrière à Sainte Clothilde à Carmaux, le mardi 6 juin 1922 à Naucelle. Elle est alors âgée de 20 ans. Il a 23 ans.
Le samedi 26 septembre 1964 meurt Germain, surnommé Germinou, à l'âge de 65 ans.
Gabrielle MALATERRE meurt le mercredi 26 mai 1999 à Albi (81) à l'âge de 97 ans, elle a habité Sainte Gemmes et le Roucan puis Carmaux chez sa fille Reine.

Elle a eu trois enfants
- Reine Gabrielle Germaine (ma grand-mère maternelle)
- Gilbert
- Robert

Voilà nos MALATERRE, ici, avec nous, notre famille ancrée depuis des siècles en la paroisse de Lentin, aujourd'hui « hameau » de Lédergues, mais ce sont nos racines et personne ne peut nous les faire oublier.

Per acabar coma se diguèt, dins nòstra vielha lenga occitana, lenga de nos reïres, calèm profitar de cadun instant, sus terra nostre e sèm content d’aquela amassada, perque es un moment sagrat, per nosaus, los MALATERRE…


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 692
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Généalogie - Chronique familiale de Jean Malaterre !

Message par Gayraud de Mazars » 17 Août 2019, 18:05

Salut camarades !

Le 16 août 1953, c'est une journée de deuil dans ma famille et pour les communistes et cégétistes des mines de Carmaux...

Mon grand - père Roger Baysse meurt au fond du puit de la Tronquié, à Carmaux, il était l'époux de Reine Bousquet, ma grand - mère, il était secrétaire CGT des employés des mines de Carmaux, militant communiste, ancien résistant du groupe Vény en 1944, vaillant combattant de la République Sociale, je lui rend hommage !

Une stèle à son nom, reste à Carmaux !

Image

Image

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 692
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18


Retour vers Divers

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité