Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Gayraud de Mazars » 20 Juil 2020, 18:22

"Salud" camarades,

Le 18 juillet marquait l'anniversaire du début de la Révolution espagnole de 1936...

J'ai retrouvé ces photos de mes grands - parents espagnols et communistes en 1936... Mon grand - père Alfonso (casquette blanche à droite) mineur des mines de plomb de Alumbre près de Cartagène lève le poing avec ses camarades, il est mort en 1960 en France sans jamais avoir revu son Espagne. Exilé, simple soldat de la Ve armée de Lister sur l'Ebre en 1938... Ma grand mère Angeles est à gauche portant un bébé, mes tantes devant lèvent le poing, elles ont quitté l'Espagne par le dernier bateau de la République à Cartagène !

A la mort de Franco, nous sommes avec ma grand - mère Angeles retournés en Espagne. A Dolorès de Pacheco dans sa famille, quand nous sommes arrivés tout le monde pleurait... Et ma grand mère a dit bien fort : "Estamos de vuelta en casa. No hemos olvidado nada, somos rojos. Nos quedamos así" !

C'est ainsi que les hommes vivent...

Famille 1936.jpg
Familia en 1936 minas de Alumbre - Cartagena
Famille 1936.jpg (59.21 Kio) Consulté 1352 fois


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1384
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Duffy » 20 Juil 2020, 18:56

Difficile de ne pas être touché par ces poings levés.
Mais raison de plus : quitte à citer Líster, tu pourrais au moins rappeler qu'il fut, avec son armée, l'un des fers de lance de la contre-révolution en Aragon et en Catalogne... et plus largement du rétablissement de l’État bourgeois...
Je peux admirer le sentiment de ta grand-mère, celui d'être "restée rouge". Mais quant à l'oubli... il s'agirait effectivement de ne rien oublier.

Morrow, https://www.marxists.org/francais/morro ... row_14.htm
Le 11 août, le gouvernement décréta la dissolution du Conseil de l'Aragon. On nomma à sa place un gouverneur général, nanti des pouvoirs que la législation en cours accorde aux gouverneurs civils ». Cette législation datait du temps de la réaction. Montecon, le gouverneur général, ne fut toutefois qu'une potiche. Le véritable travail fut exécuté par les forces militaires sous la direction du stalinien Enrique Lister.

Lister, un des héros fabriqués par les staliniens (C.N.T. publia sa photo sous le titre « Héros de plusieurs batailles. Nous le savons parce que le Parti communiste nous l'a dit » ­l'ironie étant le seul moyen de franchir la censure) conduisit ses troupes à l'arrière de l'Aragon. Les conseils municipaux élus directement par la population furent dissous par la force. Les collectivités furent anéanties et leurs dirigeants emprison­nés. Comme dans le cas des prisonniers du P.O.U.M. en Cata­logne, le gouverneur général lui-même ignorait où se trouvaient les membres du Comité régional de la C.N.T. arrêtés par les bandes de Lister. Ils possédaient bien entendu des sauf-conduits du gouverneur général, mais cela ne servit pas à les sauver. Joaquin Ascaso, président du Conseil de l'Aragon, fut emprisonné sous l'inculpation de... vol de bijoux ! La censure gouvernementale interdit à la presse de la C.N.T. de publier la nouvelle de l'emprisonnement d'Ascaso et de divulguer son lieu d'incarcération, et, de son point de vue intégralement réac­tionnaire elle avait raison, car Ascaso représentait, comme avant lui le défunt Durruti, la chair et le sang des masses. Elles auraient alors démoli sa prison de leurs mains nues.

Qu'il suffise de dire que la presse officielle de la C.N.T. peu soucieuse de réveiller les masses – compara l'assaut contre l'Aragon à l'assujettissement des Asturies par Lopez Ochoa en octobre 1934.

La presse stalinienne publia des fables fantastiques pour justifier le viol de l'Aragon. Frente Rojo écrivit :

« Sous le régime du Conseil de l'Aragon défunt, les citoyens et la propriété ne jouissaient d'aucune garantie [... ] Le gouvernement trouvera en Aragon des arsenaux gigantesques, des milliers de bombes, des centaines de mitrailleuses du dernier modèle, des canons et des tanks stockés là, non pour combattre le fascisme sur les champs de bataille, mais appartenant à ceux qui voulaient faire de la province un bastion à partir duquel ils combattraient le gouvernement de la République [...] Pas un paysan qui n'ait été contraint d'entrer dans les collectivités. Celui qui résistait subissait, sur son corps et sa petite propriété, les sanctions de la terreur. Des milliers de paysans ont quitté la région, préférant quitter la terre que de supporter les innombrables méthodes de torture du Conseil [...] la terre fut confisquée, ainsi que les anneaux, les médaillons et même les pots de terre. Les animaux, le grain, et même la nourriture cuite et le vin de la consommation familiale furent confisqués [... ] On installa dans les conseils muni­cipaux des fascistes connus et des chefs phalangistes.
Munis des cartes du syndicat, ils faisaient office de maires et de conseillers, d'agents de l'ordre public en Aragon, eux qui, bandits de profession à l'origine, établirent un régime gouvernemental de banditisme. »

S'attendait-on sérieusement à ce que quelqu'un croie à ces absurdités ? L'alibi selon lequel une insurrection se préparait, manifestait à l'évidence la mentalité policière des staliniens. C'était malheureusement faux. Les armes ? Le 6 mai, le front de l'Aragon était tombé sous le contrôle total du gouverne­ment, le général Pozas, membre du parti stalinien, détenant le commandement suprême. Avant cela, et depuis octobre 1936, la presse de la C.N.T., du P.O.U.M. et de la F.A.I., avait longuement déploré précisément la pénurie d'armes sur le front de l'Aragon. Elle avait dénoncé aussi le fait que la garde armée des collectivités en soit dangereusement dépourvue, alors qu'elle faisait véritablement partie de la défense de première ligne, compte tenu de l'irrégularité et de la mouvance du front. La presse, les tribunes, les radios reprirent pendant huit mois ces accusations, et l'on accusait de surcroît les staliniens de limiter la distribution des armes de l'aide russe. Ils avaient accueilli ces accusations précises par un silence de mort. Et maintenant, dans l'atmosphère de pogrom d'août 1937, ils déclaraient qu'il y avait trop d'armes ! Nul ne croyait, nul ne pouvait croire ces absurdités, pas même les membres du parti.

Mais ces accusations se passent de réfutation car, le 18 sep­tembre, en effet, l'homme dénoncé comme le principal coupa­ble, celui qui aurait fait régner la terreur, installé les fascistes, etc., Joaquin Ascaso, fut libéré. S'ils avaient été capables de prouver leurs accusations contre lui dans leurs cours corrom­pues, pourquoi les staliniens ne le firent-ils pas? la réponse, c'est qu'il ne s'agissait que de balivernes. Ce qui, cependant, était terriblement réel, c'était la destruction des collectivités d'Aragon.


Broué, https://www.marxists.org/francais/broue ... 0/pbet.pdf (p. 150)
Immédiatement, la 11° division du commandant communiste Lister, envoyée par Prieto aux environs de Caspe, passe à l'action contre les Comités et les collectivités dont la presse du Front populaire unanime réclame la dissolution. Le journal du Conseil Nuevo Aragon est supprimé et remplacé par le communiste El Dia. Les Comités locaux sont remplacés par des Conseils municipaux installés par les troupes de Lister. Les locaux de la C.N.T. et des organisations libertaires sont occupés militairement, puis fermés. De nombreux responsables sont arrêtés, et parmi eux Joaquin Ascaso, le 12 août, inculpé de «contrebande»et de «vols de bijoux». Le 18 septembre, bénéficiant d'un non-lieu, il est remis en liberté. A cette date, l'objectif est atteint, le dernier pouvoir révolutionnaire a été définitivement liquidé.


La esperanza traicionada, en deux parties :
- https://www.youtube.com/watch?v=-6M2cabQIfM
- https://www.youtube.com/watch?v=tyUf_-u5Lq0
(En espagnol, je ne sais pas si la version française est disponible en ligne...)
Duffy
 
Message(s) : 323
Inscription : 10 Fév 2015, 23:48

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Gayraud de Mazars » 20 Juil 2020, 19:06

Salut camarade Duffy,

Duffy a écrit :Difficile de ne pas être touché par ces poings levés.
Mais raison de plus : quitte à citer Líster, tu pourrais au moins rappeler qu'il fut, avec son armée, l'un des fers de lance de la contre-révolution en Aragon et en Catalogne... et plus largement du rétablissement de l’État bourgeois...
Je peux admirer le sentiment de ta grand-mère, celui d'être "restée rouge". Mais quant à l'oubli... il s'agirait effectivement de ne rien oublier.


Oui, mais mon grand - père Alfonso est resté jusqu'à sa mort membre stalinien du PCE, je peux lui reprocher ce fait, mais c'était un simple ouvrier communiste courageux certes, mais vaincu, mort de désespoir et d'alcool, on m'a raconté qu'ils se posaient beaucoup de questions sur les pourquoi de la défaite de sa République... Quant à moi, je sais aujourd'hui qui est Lister, et ce qu'a fait son armée...

Dans la maison, il y avait cette Une du Mundo Obrero de 1953... que j'ai retrouvé...

Image

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1384
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Gayraud de Mazars » 21 Juil 2020, 08:57

"Salud" camarades,

Cela n'est pas un hasard si mon grand - père Alfonso... Chantait cette chanson, à la gloire du PCE... Et du 5e régiment fondé par le Parti !

Le cinquième régiment (en espagnol : Quinto Regimiento de Milicias Populares) est un corps militaire d'élite républicain, actif de 1936 à 1937, qui s'illustra particulièrement pendant le siège de Madrid. Ce régiment est issu des milices antifascistes ouvrières et paysannes (Milicias Antifascistas Obreras y Campesinas), à l'initiative du Parti communiste d'Espagne.


El Quinto Regimiento

https://www.youtube.com/watch?v=B8Is_yo4lCs

El dieciocho de julio
En el patio de un convento
El Partido comunista
Fundó el quinto regimiento.

Venga jaleo, jaleo!
Suena la ametralladora
Y franco se va a paseo,
y franco se va a paseo.

Con Lister y Campesino,
Con Galán y con Modesto,
Con el comandante Carlos
No hay miliciano con miedo.

Con los cuatro batallones
Que a Madrid están defendiendo
Se va lo mejor de España,
La flor más roja del pueblo.

Con el quinto, quinto, quinto,
Con el quinto regimiento,
Madre, yo me voy al frente
Para las líneas de fuego.


Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 1384
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par com_71 » 21 Juil 2020, 09:27

Salut GDM
Je remarque tes révérences répétées à telle ou telle direction stalinienne, ou tel organe de presse de tradition stalinienne.
N'est-ce pas vouloir à tout prix et à tort et à travers vouloir parler de corde dans la maison du pendu ?
Que la corderie t'intéresse, ou les noeuds marins, ou même la théorie mathématique des noeuds, que tu ais eu de la famille en rapports - lointains admettons le - avec la profession, fort bien.
Mais au moins profites-en pour évoquer toi-même de temps en temps la politique de ces "agences de la bourgeoisie dans le mouvement ouvrier".
Fraternellement.
L’intérêt ne pense pas, il calcule. Les motifs sont ses chiffres. K. Marx, « Débats sur la loi relative au vol de bois » 1842.
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 4331
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Byrrh » 21 Juil 2020, 10:12

Ne s'agirait-il pas d'une fascination pour les gros partis ouvriers ? Avoir les yeux qui brillent en évoquant les grands mythes de ces gros partis (dégénérés), c'est assez curieux quand on se revendique du trotskysme. Le courant auquel appartient Gayraud de Mazars au sein du PCF semble se placer parmi ceux qui manifestent le plus de sentimentalisme ou de nostalgie vis-à-vis du parti stalinien puissant d'autrefois, avec toute sa bimbeloterie populiste façon Jean Effel, Pif gadget, les caravanes CGT du Tour de France, la chienne Laïka et le gendre idéal Youri Gagarine...

Derrière ce folklore souriant, il y a quand même pas mal de tragique, tu ne trouves pas GdM ? Conforter les militants du PCF dans ce rêve éveillé, ce n'est pas leur rendre service, ni rendre service aux travailleurs en général.
Byrrh
 
Message(s) : 859
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Plestin » 23 Juil 2020, 10:34

Souvenir familial : j'aimais bien Pif Gadget, mais ils étaient "maqués" avec les bonbons Kréma c'est-à-dire, à l'époque, la multinationale américaine General Foods... Qu'est-ce que j'ai pu en bouffer ! Mais avec leur jeu-concours, je n'ai jamais réussi à gagner le voyage au Kenya ! :lol:
Plestin
 
Message(s) : 1874
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Kéox2 » 23 Juil 2020, 12:23

Je me souviens des "pifies" dans les gadgets du journal Pif le chien, c'était si ma mémoire est bonne des sortes de poissons... qui se "réanimaient". J'aimais bien :mrgreen: . Qui s'en rappelle ?
Kéox2
 
Message(s) : 250
Inscription : 03 Fév 2015, 12:09

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Byrrh » 23 Juil 2020, 14:39

Kéox2 a écrit :Je me souviens des "pifies" dans les gadgets du journal Pif le chien, c'était si ma mémoire est bonne des sortes de poissons... qui se "réanimaient". J'aimais bien :mrgreen: . Qui s'en rappelle ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Artemia_salina

Beurk !
Byrrh
 
Message(s) : 859
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Photos souvenir - famille et guerre d'Espagne

Message par Plestin » 23 Juil 2020, 16:46

Kéox2 a écrit :Je me souviens des "pifies" dans les gadgets du journal Pif le chien, c'était si ma mémoire est bonne des sortes de poissons... qui se "réanimaient". J'aimais bien :mrgreen: . Qui s'en rappelle ?

Oui, les pifises, crustacés déshydratés en sachets à faire revivre en les mettant dans l'eau, les pois sauteurs du Mexique et tout et tout, on s'en souvient ! :D J'accompagnais mon père pour vendre l'Huma dimanche et Pif Gadget dans notre cité de Saint-Denis, la nostalgie ce n'est pas que du folklore c'est aussi celle de cette époque où il y avait des militants ouvriers dans les quartiers populaires...

Byrrh a écrit :Ne s'agirait-il pas d'une fascination pour les gros partis ouvriers ? Avoir les yeux qui brillent en évoquant les grands mythes de ces gros partis (dégénérés), c'est assez curieux quand on se revendique du trotskysme. Le courant auquel appartient Gayraud de Mazars au sein du PCF semble se placer parmi ceux qui manifestent le plus de sentimentalisme ou de nostalgie vis-à-vis du parti stalinien puissant d'autrefois, avec toute sa bimbeloterie populiste façon Jean Effel, Pif gadget, les caravanes CGT du Tour de France, la chienne Laïka et le gendre idéal Youri Gagarine...

Derrière ce folklore souriant, il y a quand même pas mal de tragique, tu ne trouves pas GdM ? Conforter les militants du PCF dans ce rêve éveillé, ce n'est pas leur rendre service, ni rendre service aux travailleurs en général.

Je ne sais pas si c'est une caractéristique de toute la tendance ou seulement du camarade GdM, mais il y a de ça en effet...

Il ne nous reste plus qu'à devenir à notre tour un gros parti ouvrier, mais révolutionnaire, et hop le tour est joué, en toute logique on attire au minimum le camarade GdM et au mieux toute une tendance internationale ! Voilà, y'a plus qu'à ! :lol:

Plus sérieusement, je ne connais pas assez bien cette tendance mais malgré sa pratique très éloignée de celle de LO, n'y trouve-t-on pas autant ou plus de gens qui se sentent sincèrement communistes que dans d'autres organisations réputées plus proches de LO ? Si demain un grand parti révolutionnaire surgit avec LO comme colonne vertébrale, ce sera un aimant pour certains et un répulsif pour d'autres, lesquels seraient dans le premier cas et lesquels dans le second cas ? La tendance de GdM et Greg Oxley sera-t-elle l'amorce des "pans entiers du PC" dont on a pu se dire qu'ils pourraient demain rejoindre un tel parti ?

C'est d'ailleurs une question que j'aimerais bien poser au camarade Greg Oxley : je présume que "l'entrisme" dans les grands partis ouvriers n'a pas vocation à durer jusqu'à la révolution, donc à partir de quel moment les conditions seraient réunies pour passer de la tendance de grand parti à un parti révolutionnaire indépendant ?
Plestin
 
Message(s) : 1874
Inscription : 28 Sep 2015, 17:10

Suivant

Retour vers Divers

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité