La violente "Passion" de Mel Gibson

Message par faupatronim » 13 Oct 2003, 09:22

CITATION (Le Monde @ 10 octobre 2003)
La violente "Passion" de Mel Gibson suscite une indignation religieuse


Membre d'un groupe catholique intégriste qui récuse Vatican II, l'acteur produit et dirige un film sur les derniers jours de Jésus, dans lequel il rend les juifs seuls coupables de la mort du Christ.

Washington de notre correspondant


Produit et dirigé par l'acteur américain Mel Gibson, La Passion, film consacré aux dernières heures de la vie du Christ, provoque une polémique aux Etats-Unis, bien avant la date prévue pour sa sortie.  Le débat porte sur le rôle qui y est attribué aux juifs dans la condamnation et la mise à mort de Jésus. Tout en se défendant d'intentions antisémites, Gibson a déclaré "possible" que son film suscite l'indignation des juifs.

Mel Gibson appartient à un groupe intégriste qui récuse les enseignements de l'Eglise catholique depuis le concile Vatican II, au début des années 1960. L'un des actes les plus importants du concile a été la déclaration Nostra Aetate, qui condamne formellement toute interprétation des Evangiles selon laquelle le peuple juif ou le judaïsme seraient responsables de la mort du Christ. Gibson a financé la construction, près de Malibu, en Californie, d'une église réservée aux fidèles de ce culte anticonciliaire, dont son père, Hutton Gibson, est l'un des promoteurs et qui compterait 100 000 adeptes aux Etats-Unis (où les catholiques sont au nombre de 63 millions).

C'est sur la chaîne de télévision conservatrice Fox News, en janvier, que Mel Gibson, à qui l'on demandait si son film pourrait heurter des spectateurs juifs, a répondu : "C'est possible. Il n'est pas fait pour ça. Je pense qu'il est fait pour dire la vérité. (...) -Le Christ- est mort pour toute l'humanité et a souffert pour toute l'humanité." En mars, dans un entretien accordé au Wall Street Journal, l'acteur a attiré l'attention, de nouveau, sur son film. Le New York Times a publié, dans son supplément magazine, le 9 mars, un article sur le courant intégriste. L'auteur de l'article, qui s'était entretenu avec Hutton Gibson à son domicile de Houston, au Texas, rapportait des propos présentant Vatican II comme "un complot maçonnique appuyé par les juifs" et mettant en doute que six millions de juifs soient morts dans les camps nazis. "En tout cas, il y avait davantage -de juifs en Europe- après la guerre qu'avant", déclarait M. Gibson père, âgé de 84 ans, mais en paraissant beaucoup moins, selon le journaliste.

UN COMITÉ DE SPÉCIALISTES

Sur CNN, le président de la Ligue catholique, William Donohue, qui a vu le film et le défend, a déclaré injuste d'associer le travail de Mel Gibson aux idées de son père. Cependant, dans le New Yorker (daté 15 septembre), l'acteur rejette cet argument. "Je ne veux pas être présenté comme tenant mon père à distance, dit-il. Il n'a jamais nié l'Holocauste. Il a dit, seulement, qu'ils étaient moins de six millions."

Les articles parus en mars ont amené un universitaire, Eugene Fischer, directeur associé du secrétariat de la Conférence des évêques catholiques pour les relations avec les autres religions, à entrer en relation avec Icon Productions, la société de production de Gibson, à Santa Monica (Californie). Abraham Foxman, directeur de la Ligue antidiffamation, qui lutte contre l'antisémitisme, a écrit à Mel Gibson. MM. Fischer et Foxman ont décidé de former un groupe de spécialistes catholiques et juifs et de proposer leurs conseils au réalisateur de La Passion. Leur démarche est restée sans réponse, et la suite des événements est mystérieuse.

En avril, selon le New Yorker,un rabbin de Chicago a trouvé, sur le pas de sa porte, une enveloppe ne portant aucune inscription et contenant une brochure sans titre. Il a compris qu'il devait s'agir du script de Gibson et l'a transmis à l'un des membres du groupe de M. Fischer. Celui-ci en a informé le Père William Fulco, un jésuite de Los Angeles, chargé de traduire les dialogues du film en hébreu, en araméen et en latin, langues choisies par Gibson pour "l'authenticité" de sa reconstitution.

Les experts réunis autour de M. Fischer ont jugé que le scénario tombait dans les travers qu'ils redoutaient. Ils ont rédigé des remarques communes, qu'ils ont transmises au Père Fulco. Deux semaines plus tard, la Conférence des évêques et la Ligue antidiffamation ont reçu une lettre de l'avocat de Gibson, les accusant de chercher à imposer leurs "conceptions religieuses" à son client et affirmant que le script avait été "volé" à Icon Productions.

A l'exception d'un responsable de la Ligue antidiffamation, les adversaires du film ne l'ont pas vu et fondent leurs critiques sur le script. Ils reprochent à Gibson d'imputer la mise en accusation, la condamnation et l'exécution du Christ au seul grand prêtre, Caïphe, et de présenter le gouverneur romain, Ponce Pilate, comme cédant à la pression d'une foule juive unanimement hostile à Jésus. Ils observent qu'en fait d'exactitude le réalisateur ignore les données historiques, notamment sur les langues parlées à Jérusalem il y a deux mille ans. Il s'inspire aussi des visions d'une mystique allemande du XIXe siècle, Anne-Catherine Emmerich, qui peut difficilement être considérée comme un "témoin" et dont l'histoire a été exploitée par la propagande nazie.

Dans le New Yorker, Gibson déclare que, s'il lui est reproché de se référer à cette religieuse, c'est parce que "le judaïsme laïque moderne veut imputer l'Holocauste à l'Eglise catholique".

La plupart des spectateurs admis à voir un montage provisoire du film, d'une violence extrême, se sont dits bouleversés par sa force d'évocation. Cependant, Gibson n'a pas trouvé de distributeur pour son œuvre, dans laquelle James Cazaviel joue le rôle du Christ et Monica Bellucci celui de Marie-Madeleine, et dont il a annoncé la sortie pour le mercredi des Cendres, le 25 février 2004. Doutant de l'accueil du public catholique, il s'est tourné vers les Eglises protestantes du Sud, espérant en obtenir une diffusion parallèle lors d'assemblées de fidèles ou sur des chaînes câblées religieuses.

Patrick Jarreau

[/quote]
faupatronim
 
Message(s) : 0
Inscription : 30 Oct 2002, 18:00


Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron