Jack London

Re: Jack London

Message par Cyrano » 14 Juin 2020, 22:41

On s'éloigne de Jack London. On y reviendra.
Dans le même genre que Gaston Couté, oui et non, y'a les poésies de Jehan Rictus qui n'écrivait pas en patoisant mais abrégeait des mots avec des apostrophes (des apocopes). Jehan Rictus s'en explique dans une lettre à Léon Bloy qui qualifiait «d'épouvantable» la langue utilisée par le poète dans ses vers :
«Tout ce qu'on pourrait me reprocher, c'est d'avoir apocopé les vers et écrits certains mots avec la prononciation lasse et fatiguée des pauvres et des avachis.»

J'aime bien la fin de sa lettre :

Réponse à Léon Bloy
[…]
Comment! jamais l’avilissement de l’Homme, de mon frère Esclave, n’a atteint un tel degré, même et surtout dans l’Antiquité, et je n’aurais pas le droit ni la force amoureuse de le démontrer ? Et d’opposer aux thrènes triomphaux des Bourgeois qui hurlent la gloire du Progrès, du Travail, etc., cette simple peinture qui dit : « Le voilà, votre progrès! Le voilà, votre travailleur! Vous en avez fait une brute, un être comme aucune civilisation n’en a jamais créé. Alors les principes de 89 s’effondrent. […]»
Et vous ne voudriez pas que je dise cela aux populos aussi ? Mais c’est impossible, et la tâche est si belle, si enivrante, que j’aimerais mieux y laisser ma peau que d’y renoncer.
Soyez assuré qu’un jour j’aurai dans les mains, avec des moyens d’action, une force populaire terrible, et que si jamais cela m’arrive je m’arrangerai de façon à ne pas laisser debout un seul pan de l’édifice bourgeois. Tout vaut mieux, même le retour à la barbarie, à la caverne primitive, qu’une pareille organisation sociale. Si jamais je peux, je leur en foutrai, moi, aux Bourgeois, du Progrès, du Labeur, de la Justice, de l’Égalité, de la Liberté, comme ils l’entendent.
Je leur apprendrai à laisser crever de faim les artistes sincères, à exploiter les ouvrières de façon à les précipiter au trottoir. Je leur en donnerai de l’alcoolisme, de la faim, de la folie, de la phtisie, des accidents de chemin de fer, des coups de grisou, des fusillades de mineurs, des tueries qui créent leur richesse! Parole d’honneur, on devrait me couper le cou tout de suite, tant je compte détruire dans les cervelles populaires le très abrutissant mythe du Travail. Être un danger, un jour! Quelle joie! Aurai-je la force et la patience ?...

Jehan Rictus, 4 octobre 1900.
Collection "Poètes d'Aujourd'hui", éditions Pierre Seghers.
Pièces jointes
Jehan Rictus.JPG
Jehan Rictus.JPG (312.22 Kio) Consulté 748 fois
Cyrano
 
Message(s) : 677
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Jack London

Message par Byrrh » 22 Déc 2020, 14:03

Tiens, pour les fêtes, les éditions Libretto (ex-collection Libretto des éditions Phébus) ont sorti une édition "deluxe" du roman de Jack London Le vagabond des étoiles. Paie ton luxe !... La couverture métallisée s'abîme en un rien de temps : tous les exemplaires que j'ai vus dans plusieurs librairies étaient en piteux état. Cet éditeur file un mauvais coton : pour les réimpressions de ses livres de poche, il n'y a désormais plus de pelliculage sur les couvertures, qui du même coup se décolorent au moindre frottement...

Image

Cette réimpression du Vagabond des étoiles serait-elle une tentative de tirer encore quelques sous de la vieille traduction Postif ? Car en effet, comme pour Le talon de fer, les éditions Libertalia s'apprêtent à publier d'ici quelques mois une nouvelle traduction, par Philippe Mortimer : https://www.editionslibertalia.com/cata ... es-etoiles

Image
Byrrh
 
Message(s) : 853
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Jack London

Message par Cyrano » 24 Déc 2020, 11:32

Comme l'avait dit artza (enfin, jec rois que c'est bien artza) quelque part, c'est un peu une histoire de pognon, ces nouvelles traductions.
Il y a eu, voici quelques années, une nouvelle traduction d'Ulysse de James Joyce - le premier paragraphe donne déjà le hoquet; le monologue terminal de Molly aussi. Pour faire bonne mesure, il y a aussi une nouvelle traduction de Lolita de Vladimir Nabokov – peut-être plus justifiée, mais pfff, prétendre qu'on va découvrir un nouveau roman dans cette traduction, c'est un peu osé.
Les nouvelles éditions de Jack London me semblent être du pillage du labeur de Louis Postif, avec quelques vagues corrections – mais peut-être que je n'y comprends goutte à cette fébrile nécessité de nouvelles traductions, c'est pas notre métier.
Toute traduction est forcément un affadissement dont il faut bien se contenter - et en poésie, ça devient encore plus compliqué.
Cyrano
 
Message(s) : 677
Inscription : 03 Fév 2004, 17:26

Re: Jack London

Message par Byrrh » 24 Déc 2020, 12:14

Pillage de Postif ? Je ne crois pas : Philippe Mortimer était bien parti du texte original pour retraduire Le talon de fer, et il avait rétabli pas mal de passages tronqués. Et d'ailleurs, en ce qui concerne Le vagabond des étoiles, la traduction Postif et Gruyer fait 83 000 mots, contre 105 000 dans l'original (source : Wikipedia).

Les coupures de texte étaient semble-t-il assez fréquentes à cette époque, quand il s'agissait de traductions. Je l'ai constaté en parcourant Le roi charbon d'Upton Sinclair (seule édition française : Librairie Paul Ollendorff, 1920). On trouve par exemple ce genre de note de bas de page : "À partir de cet endroit on a fait quelques suppressions de détail sans liaison nécessaire avec la vie de la mine (N. du Tr.)."

On comprend qu'à partir des années 1950-1960, les livres de poche faisaient un argument publicitaire de la mention "Texte intégral" sur leurs couvertures.
Byrrh
 
Message(s) : 853
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Précédent

Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité