Le jeune Marx, un film

Re: Le jeune Marx, un film

Message par pouchtaxi » 15 Sep 2017, 18:06

Ne ratez surtout pas le début du film.

Ce sont des images saisissantes et terribles illustrant la violence de la domination bourgeoise en référence aux fameux articles sur le vol des bois de Marx.

Sur le plan chronologique cela se passe entre 43 et 48 donc exil parisien, puis belge jusqu’au Manifeste.

C’est globalement sympa donc je vais me permettre d’être un peu critique. (On aime les logiques paradoxales sur ce forum…)

1) Dans une des scènes du film, Marx fait une conférence à Paris, donc entre 43 et 45, où le réalisateur met dans la bouche du jeune Karl le terme « force de travail ». La scène fait peut-être référence aux conférences bruxelloises de 47 à l’origine de « Travail salarié et Capital ».

C’est beaucoup trop tôt. La distinction travail/force de travail, qui est un point-phare du travail théorique de KM, a nécessité une période de maturation plus longue. Elle n’apparaît que bien plus tard.


2) Le générique de fin est constitué d’une série d’archives photographiques de moments forts du XX-ième siècle. On y voit Allende, le Che ou Mandela. Pas de référence à la révolution russe, ni Lénine, ni Trotsky. C’est caractéristique de la période actuelle ! Alors que le film finit par la rédaction du Manifeste du parti communiste et la transformation de la Ligue de Justes en Ligue des communistes Raoul Peck doit estimer qu’Allende ou Mandela sont davantage dans la continuité de Marx et Engels que les bolcheviks d’Octobre 17, malheureux « chiens crevés » d’aujourd’hui.

Cela gâche un peu le plaisir.

Enfin allez-y quand même, c’est bientôt dans les salles de cinéma.

Bon le dernier pluriel est peut-être hasardeux !
pouchtaxi
 
Message(s) : 52
Inscription : 08 Mai 2006, 18:19

Re: Le jeune Marx, un film

Message par artza » 16 Sep 2017, 05:51

C'est un film allemand?

On y voit pas Rosa Luxemburg... ou Willy Brandt? :roll:
artza
 
Message(s) : 1020
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Le jeune Marx, un film

Message par pouchtaxi » 16 Sep 2017, 09:07

En fait le film est une coproduction franco-germano-belge......peut-être d'autres...

Raoul Peck est haïtien à l'origine. Il a vécu en Allemagne. Le film jongle avec les trois langues allemand-français-anglais.

Parfaitement cosmopolite pour importuner les chauvins.
pouchtaxi
 
Message(s) : 52
Inscription : 08 Mai 2006, 18:19

Re: Le jeune Marx, un film

Message par Jacquemart » 24 Sep 2017, 12:24

A l'instant, à la fin du journal de France 2, un reportage présentant le film et revenant sur la vie et les idées de Marx. Franchement, ça aurait pu être bien pire que ça.
Mon dimanche est ensoleillé. ;)
Avatar de l’utilisateur
Jacquemart
 
Message(s) : 141
Inscription : 16 Déc 2003, 23:06

Re: Le jeune Marx, un film

Message par Gaby » 27 Sep 2017, 16:45

Je n'ai pas vraiment aimé, pour différentes raisons.

Quand on connaît un peu le sujet, on peut prendre du plaisir à éclairer certaines choses auprès des personnes qui nous accompagnent, mais l'intérêt pour le sujet ne compense pas les problèmes du film.

C'est brouillon. Le film va dans plein de directions, le personnel, le politique, le contexte plus général, mais sans jamais vraiment le faire bien. Pourquoi donner les noms de Stirner, Bakounine, etc, s'ils n'ont pas de place dans le récit ? Ce sont des clins d'oeil pour les érudits, mais ça ne fera plaisir qu'aux érudits qui préfèrent être flattés de savoir une anecdote plutôt que de regarder un film qui va quelque part et qui a sa cohérence propre. On montre un accouchement, mais pourquoi celui-là et pas les autres ? Pourquoi montrer un peu Lenchen, si ce n'est pas pour ensuite traiter de la place de Lenchen dans cette drôle de famille ? Les choses sont faites en bribes, jamais bien.

Pour des raisons de budget sans doute, mais aussi par faiblesse d'écriture, le film perd beaucoup en réalisme et en enjeu. En l'espace de trois minutes, Engels convertit la ligue des justes en mouvement communiste. Les dialogues sont particulièrement mécaniques et irréalistes dans ces moments de réunion politique. Les (petites) foules crient "vive untel" ou "vive tel autre". J'ai repensé à 120 battements par minute, qui en comparaison met magistralement en scène des assemblées politiques autrement plus crédibles et mieux écrites, avec des personnages aboutis. Ici, ce sont des vignettes et des mots compliqués, sans âme et sans débat.

Une personne qui n'a pas fait marxisme +8 retiendra que Marx a convaincu des gens en étant plus arrogant et plus bruyant que d'autres. On ne sait pas trop qui, on ne sait pas trop pourquoi. On entend parler de matérialisme et de cause ouvrière, mais tout ce qu'on a ce sont des visages, pas des moments historiques. Le film aurait voulu montrer la mort du fils de Marx et la révolution de 1848, on sent que c'est ce qui l'intéresse, mais il n'y parvient pas, faute de fric pour montrer l'émeute, et faute de talent pour faire autre chose qu'une scène de sexe sans finalité.

Sans même parler des moments d'écriture, qui sont aussi ratés que les moments de piratage dans les films sur l'informatique. Sans intérêt.

Ce qui est paradoxal est que ce film est à la fois arrogant dans sa prétention à aborder mille choses, dont des concepts compliqués, et cent autres personnages historiques, tout en ayant tous les torts du cinéma didactique le plus vulgaire (dialogues robotiques, exposition de faits sans finalité narrative, etc).

Autre exemple l'illustrant : un marxologue saura que l'emploi des trois langues du film fait écho aux trois sources nationales intellectuelles du marxisme, la philo allemande, le socialisme français, l'économie anglaise. Mais pour le film, c'est inutile, les personnages passent d'une langue à l'autre de façon qu'aucun expatrié ne fait jamais. L'arrogant aimera, le public sera perdu, d'autant plus que les accents desservent la compréhension (en anglais comme en français, difficile de bien entendre dans un cinéma pourtant moderne ; l'allemand je ne suis pas apte à juger).

Bref, je ne le conseille pas vraiment.
Gaby
 
Message(s) : 401
Inscription : 27 Fév 2004, 10:53

Re: Le jeune Marx, un film

Message par Byrrh » 29 Sep 2017, 13:55

Vu hier soir dans un cinéma de Nancy, un rang devant des jeunes gens qui étaient vraisemblablement des sympathisants de LO. 8-) D'après ce que j'ai entendu de leurs discussions, nous sommes un peu du même avis : certaines divergences de Marx et Engels avec d'autres socialistes de l'époque ne sont vraiment pas compréhensibles pour le spectateur lambda. Et puis on a l'impression que leur principal désaccord avec Proudhon porte sur l'intérêt de quitter Lyon et de se mêler à la Ligue des Justes (laquelle, effectivement, se transforme en Ligue des communistes comme d'un coup de baguette magique...).

Le générique de fin vient vraiment comme un cheveu sur la soupe, c'est clair. Je ne comprends pas ce choix. Il aurait été plus judicieux de clore le film par une séquence ouverte, du même genre que celle utilisée par Bertrand Tavernier à la fin de Que la fête commence : des paysans, 70 ans avant la Révolution française, incendient un carrosse d'aristocrate ; une femme déclare : "On va en brûler beaucoup d'autres"... Et d'ailleurs, je crois qu'il s'est passé des choses intéressantes 70 ans après l'écriture du Manifeste du Parti communiste... ;)

Malgré ses défauts, cela reste tout de même un film sympathique, avec des acteurs talentueux. Les scènes montrant la condition ouvrière, le travail des enfants, les taudis, la répression policière, sont assez nombreuses et donnent une dimension concrète à l'engagement de ces jeunes intellectuels qui étaient aussi des hommes d'action.
Byrrh
 
Message(s) : 167
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Le jeune Marx, un film

Message par lafleche » 03 Oct 2017, 16:16

Je viens de voir le film. 1h58 c'est du condensé pour résumer 5 ans d'engagement militant qui va de 1843 à 1848. Moi la critique que je ferais a ce film c'est qu'on présente Marx un peu comme un 'chef génial' s'affrontant à d'autres chefs comme Prudhon ou Weelting. Alors que ce n'était pas du tout le cas. Qu'on présente le manifeste de 1848 comme une 'bible'. C'est vrai que c'est un document important pour le mouvement ouvrier mais même Marx et revenu dessus pour en dire qu'il ne fallait pas donner trop d'importance aux mesures révolutionnaires que contienne le manifeste. ça montre que le marxisme est une pensée vivante et pas figée.
Mais ce qui m'a mis les boules c'est que le journal l'Humanité a fait de la pub a ce film comme si le PCF était dans la continuité de Marx et du marxisme
lafleche
 
Message(s) : 1
Inscription : 03 Oct 2017, 16:01

Re: Le jeune Marx, un film

Message par Gayraud de Mazars » 03 Oct 2017, 17:57

Salut lafleche,

lafleche a écrit :Mais ce qui m'a mis les boules c'est que le journal l'Humanité a fait de la pub a ce film comme si le PCF était dans la continuité de Marx et du marxisme


Et oui, il reste des militant(e)s marxistes au PCF, même si certains les cherchent à la bougie ! D'ailleurs, le film est passé en avant première à l'Université d'Angers du PCF, fin août... Beaucoup de communistes que je connais sont allés le voir... Comme quoi revisiter Marx parce film c'est un succès !

Image

Fraternellement,
GdM
"Un seul véritable révolutionnaire dans une usine, une mine, un syndicat, un régiment, un bateau de guerre, vaut infiniment mieux que des centaines de petits-bourgeois pseudo-révolutionnaires cuisant dans leur propre jus."
Avatar de l’utilisateur
Gayraud de Mazars
 
Message(s) : 197
Inscription : 23 Avr 2014, 12:18

Re: Le jeune Marx, un film

Message par Ottokar » 08 Oct 2017, 08:12

Je l'ai vu hier, avec des amis qui ne sont pas bac +8 de marxisme, et en gros, ça marche. Bien sûr ils n'ont pas compris les discussions philosophiques du début (moi non plus), mais on sent que les uns sont dans la phrase et Marx est dans la révolte, l'action. Oui, on croise des gens qui sont des inconnus pour la plupart (Weitling, Bauer, Stirner...) mais d'autres sont plus connus comme Proudhon et Bakounine. Et l'opposition est claire entre un Proudhon au verbiage anti propriété, qui verse finalement dans l'inaction et Marx ou Engels, révoltés, sensibles à la misère ouvrière, combattants, vivants, révolutionnaires en un mot. Oui, les discussions dans la Ligue des Justes/Ligue des Communistes sont traitées de façon rapide, mais là encore, l'opposition entre le préchi-prêcha catho de Weitling et les phrases de combattant de Marx et d'Engels sont compréhensibles pour n'importe qui.
J'ai eu d'autres échos de camarades l'ayant vu en famille, avec des gens qui nous aiment et aiment Marx sans avoir lu plus que Le Manifeste au maximum et en gros, c'est pareil. On ne comprend pas tout, mais ça marche : ils sont jeunes, ils sont sympas, ils ont envie de changer le monde, ils sont amoureux, leurs compagnes ne sont pas des potiches mais ont une tête elles aussi. Et ce qu'on ne comprend pas, on s'en passe ou on explique à la sortie. Ne serait-ce que l'histoire de l'Allemagne ou ce qu'est le régime en France dans les années 44-48...
Sans que ce soit un argument final, je signale que le journal LO l'a recommandé chaudement cette semaine (sous la plume de Pierre Royan). Il passe encore dans une dizaine de salles à Paris (UGC, MK2...). Si le film ne passe pas chez vous, je crois avoir entendu que le distributeur est ouvert et qu'il pourrait organiser des séances dans votre ville.
Ottokar
 
Message(s) : 141
Inscription : 16 Jan 2005, 10:03

Re: Le jeune Marx, un film

Message par com_71 » 29 Nov 2017, 16:29

pouchtaxi a écrit : Le générique de fin est constitué d’une série d’archives photographiques de moments forts du XX-ième siècle. On y voit Allende, le Che ou Mandela. Pas de référence à la révolution russe, ni Lénine, ni Trotsky. C’est caractéristique de la période actuelle ! Alors que le film finit par la rédaction du Manifeste du parti communiste et la transformation de la Ligue de Justes en Ligue des communistes Raoul Peck doit estimer qu’Allende ou Mandela sont davantage dans la continuité de Marx et Engels que les bolcheviks d’Octobre 17, malheureux « chiens crevés » d’aujourd’hui.


Ce n'est pas si gênant que ça... l'histoire continue sous le signe de ces deux rédacteurs du Manifeste...
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 1875
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Précédent

Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité