Une curiosité : "L'amour de Jeanne Ney" (film de G.W. Pabst)

Une curiosité : "L'amour de Jeanne Ney" (film de G.W. Pabst)

Message par Byrrh » 23 Août 2017, 09:49

Image

Dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 septembre 2017, à 0h20, Arte diffusera un film muet allemand assez typique du cinéma de la République de Weimar : L'amour de Jeanne Ney (Der Liebe der Jeanne Ney, 1927) de Georg Wilhelm Pabst, d'après le roman éponyme (1924) de l'écrivain soviétique Ilya Ehrenbourg.

Lu ici :
Jeanne Ney est la fille d'un diplomate français en Crimée, où l'Armée Blanche continue à résister à l'avancée des Rouges. Elle a un petit ami russe, Andreas, qui est sans qu'elle le sache un agent bolchévik. Le père de Jeanne reçoit d'un certain Khalibiev une liste d'activistes, Andreas essaie de la lui reprendre, et dans l'affrontement le tue d'un coup de revolver. Jeanne ne semble pas lui en vouloir outre mesure, mais elle rentre à Paris auprès de son oncle Raymond, directeur d'une agence de détectives privés. D'abord réticent, Raymond engage Jeanne comme secrétaire sur l'insistance de sa fille Gabrielle, aveugle et solitaire.

Andreas est envoyé en mission en France pour propager la révolution communiste, et les amants se retrouvent. Khalibiev, traître et libertin sans scrupule, se trouve lui aussi à Paris "pour affaires". Attiré par Jeanne depuis l'époque de la Crimée, il s'introduit chez son oncle et séduit Gabrielle. Il n'en veut qu'à son argent et a prévu de se débarrasser d'elle rapidement. Mais une fille de bar à qui il s'est vanté de ses projets le dénonce et fait échouer ses projets de mariage. Pendant ce temps, l'agence de Raymond Ney a réussi à retrouver un diamant disparu (dans l'estomac d'un perroquet !), et doit toucher 50000 $ de récompense.

Mais l'oncle Raymond est un triste sire, avare et libidineux, qui cherche lui aussi à abuser de Jeanne et, devant sa résistance, la renvoie. Dans la nuit, Khalibiev vient étrangler Raymond et voler le diamant, en laissant près du corps une lettre et une photo pour faire accuser Andreas. Gabrielle a été témoin de la scène mais est incapable d'identifier l'agresseur. Pendant ce temps, Jeanne passe la nuit avec Andreas qui doit partir le lendemain pour Toulon, porteur d'une forte somme d'argent pour les ouvriers de l'arsenal. Ils croisent Khalibiev qui est dans le même hôtel. Le matin, ils prient ensemble dans une église, avant qu'Andreas parte prendre le train.

Andreas est arrêté dans le train et accusé du meurtre, à cause des documents laissés par Khalibiev et de l'argent qu'il avait sur lui. Jeanne veut demander à Khalibiev de témoigner qu'il les a vus à l'heure du crime, mais il s'enfuit. Jeanne le rattrape dans le train. Elle le supplie de l'aider, il fait semblant d'accepter, espérant assouvir ses désirs. Mais c'est alors que Jeanne comprend la vérité. Elle tire le signal d'alarme, appelle au secours. Il tente de la bâillonner avec son mouchoir, duquel tombe le diamant…

"L'Amour de Jeanne Ney" se situe dans l'œuvre de Pabst entre "La Rue sans Joie" et "Loulou". Tiré d'une histoire d'Ilya Ehrenburg, il commence comme un document social impressionniste, et se continue comme un policier qui fait penser à certains films d'Hitchcock (les jeunes gens innocents soupçonnés à tort).

Pabst utilise une grande diversité de styles cinématographiques : principalement le style des films d'aventures hollywoodiens, mais aussi par moments les techniques de montage rapide des Soviétiques, ou les mouvements de caméras et les perspectives expressionnistes.

La Française Edith Jehanne est une charmante Jeanne Ney. Brigitte Helm a un rôle émouvant, très loin des vamps pour lesquels on se souvient d'elle aujourd'hui. Et Fritz Rasp dans le rôle du méchant a le physique de l'emploi (c'est lui qui abuse de Louise Brooks dans Journal d'une fille perdue).


Le film sera disponible en ligne sur Arte+7 du 4 septembre au 3 décembre 2017.

Ce soir-là, Arte diffusera plusieurs autres productions de la UFA, la célèbre firme allemande de cinéma : On a arrêté Sherlock Holmes de Karl Hartl (1937) à 20h50 et Viktor Viktoria de Reinhold Schünzel (1933) à 22h40.
Byrrh
 
Message(s) : 129
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Une curiosité : "L'amour de Jeanne Ney" (film de G.W. Pa

Message par Byrrh » 13 Sep 2017, 19:20

Vu sur le replay d'Arte. Pas le meilleur film de Pabst (pas le meilleur écrivain non plus), mais ça se laisse voir, et puis c'est plutôt rare, dans un film non soviétique, qu'un personnage de bolchévik soit présenté positivement. À noter : au moment où Andreas reçoit la mission de se rendre à Paris, on distingue à l'arrière-plan un portrait de Trotsky. ;)
Byrrh
 
Message(s) : 129
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35


Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité