Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Message par artza » 20 Oct 2017, 08:48

... américain Charles Denby en souscription aux éditions Plein-Chant.

http://npnf.eu/IMG/pdf/annoncedenby.pdf
artza
 
Message(s) : 1181
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Message par com_71 » 20 Oct 2017, 11:51

Je l'ai lu il y a X années sur le conseil de camarades. Conseil avisé. La 4ème de couverture est ambiguë, s'agit- il d'une édition couvrant une période plus large que l'originale ?

edit : Ce n'est pas une 4ème de couverture, et la réponse est dans le texte de présentation : cette édition est complétée par rapport à l'originale.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2271
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Message par artza » 22 Oct 2017, 08:02

Une présentation de Charles Denby suivie de trois chapitres de son bouquin:

https://libcom.org/history/testimony-black-worker-charles-denby
artza
 
Message(s) : 1181
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Message par com_71 » 22 Oct 2017, 14:59

Oui, à l'époque de ma lecture, le dernier chapitre cité ci-dessus (le 16), avait particulièrement retenu mon attention... mais attendons la parution en français.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2271
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Message par artza » 15 Nov 2017, 08:38

J'ai reçu le bouquin.

Très belle édition à l'ancienne.

Plein Chant, éditeur-imprimeur et si j'ai bien compris distribue lui-même, travaille à l'ancienne. De la belle ouvrage.
Maintenant j'ai plus qu'à lire le bouquin.

Ah oui, Plein Chant aime à (ré)éditer pas mal d'"écrivains prolétariens" (Poulaille etc...) quelques titres valent le coup.

Tiens par exemple, Passage à niveau de Georges David (1ère édit. Editions sociales internationales -PCF- 1935) est proposé en souscription jusque fin novembre 22017.
http://www.pleinchant.fr/titres/Voixdenbas/David.html

Georges David, horloger à Mirebeau dans le Poitou.
Pour Michel Ragon (les écrivains du peuple 1953) "Passage à niveau" est son meilleur roman.

"...sous la troisième république, on rencontrait dans le peuple plus de gens ayant faim que de citoyens heureux...dans nos régions agricoles à la terre opulente et généreuse, sous le ciel léger, si léger, de Touraine et du Poitou; Temps gueusards..."
artza
 
Message(s) : 1181
Inscription : 22 Sep 2003, 08:22

Re: Cooeur indigné, autobiographie d'un ouvrier afro...

Message par com_71 » 16 Mai 2018, 23:08

Je viens de terminer "Passage à niveau". Le "passage" vers la classe ouvrière d'un gueux qui refuse de devenir valet de ferme...

Depuis le soir où, à la cantine de la « Patte-d'Oie », Josèpha coucha contre un panneau de la cuisine, sur deux bottes de paille, tout ce que j'avais pu lui trouver, elle fut mon amie ardente, mais mon amie, seulement. J'étais riche. La charrette à bras ne me pesait guère. Débauché de la « Patte-d'Oie », je bricolai, garçon livreur, à l'imprimerie à Saurer. Et je partis, sans hargne, faire mon service militaire. Un an, comme fils de veuve, à Beauvais-la-Cathédrale. Nous nous écrivions quand nous avions des sous pour acheter des timbres : moi, des lettres empêtrées de Beauceron, elle, des pages courtes qui m'enchantaient, me brûlaient, et dont j'étais orgueilleux. Misérable, et ne se repentant point d'avoir dépensé 400 francs pour la pierre funéraire du vieux Moracchi, elle gagnait 25 sous par jour dans une maroquinerie, demeurait rue de la Roquette et ne demandait de pain à personne.


http://www.pleinchant.fr/titres/Voixdenbas/David.html
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2271
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14


Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité