Des bouquins sur la révolution d'octobre

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par Olac2013 » 05 Nov 2017, 15:04

Nouvelles lueurs sur Octobre (épisode 1)
par Jean-Jacques Marie
https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017 ... obre-17-1/
Alors que l’on célèbre le centenaire de la révolution d’Octobre, paraissent un grand nombre d’ouvrages qui en explorent tous les aspects. En attendant Nadeau, après avoir mis en avant l’ouvrage de Yuri Slezkine et celui de Tariq Ali, s’attarde sur des livres, très différents par leurs sujets, leur valeur ou leur manière d’aborder cet événement historique essentiel : La révolution russe. Une histoire française d’Éric Aunoble (La Fabrique) ; Les bolcheviks prennent le pouvoir d’Alexander Rabinowitch (La Fabrique) ; La révolution russe vue par une Française de Marylie Markovitch (Pocket) ; 1917, l’année qui a changé le monde de Jean-Christophe Buisson (Perrin) ; La guerre civile russe d’Alexandre Jevakhoff (Perrin) ; Que faire de 1917 ? d’Olivier Besancenot (Autrement).
Olac2013
 
Message(s) : 51
Inscription : 25 Oct 2013, 08:23

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par com_71 » 28 Nov 2017, 10:43

Les "10 jours qui ébranlèrent le monde" de J. Reed, sont en accès libre en ligne, ainsi que "Mexique insurgé".

http://classiques.uqac.ca/classiques/re ... _john.html
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2197
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par Byrrh » 28 Nov 2017, 11:31

Lu dans Convergences révolutionnaires :

Octobre : un récit de la révolution russe

China Miéville

Éditions Amsterdam, 21 euros, 392 pages (à paraître d’ici le 14 novembre 2017)

Ce n’est qu’en arrivant à sa conclusion que le lecteur comprendra pleinement l’étrange épigraphe du livre de China Miéville (traduit de l’anglais) : deux lignes de points de suspension signées Nikolaï Tchernychevski, l’auteur du roman Que Faire ? publié en Russie en 1863, et qui a exercé une influence considérable sur des générations de jeunes révolutionnaires dont Lénine. Ces points de suspension sont une ellipse de la révolution, qui a permis à Tchernychevski d’échapper à la censure, mais une ellipse significative, tant les mots manquent pour saisir pleinement les moments clés d’un tel bouleversement social. Une ellipse que China Miéville rapproche de la fin abrupte de L’État et la Révolution, où Lénine note laconiquement : « Il est plus agréable et plus utile de faire l’“expérience d’une révolution” que d’écrire à son sujet. »

Oui, décrire une révolution sociale en se plaçant à hauteur d’hommes et de femmes, comme un documentaire filmé caméra à l’épaule au plus proche de l’action et dans les conversations les plus intimes, est une gageure. Mais l’auteur y parvient avec brio, tout en s’engageant à ce qu’aucun des événements qu’il décrit, aucune des paroles qu’il rapporte ne soient inventés. La richesse de son ouvrage s’appuie sur une bibliographie gigantesque, de témoignages directs ou d’historiens, de laquelle il tire un nombre incalculable de tranches de vies, qu’il compose en un ensemble qui tient plus du roman que du manuel.

L’auteur affiche ses ambitions dès la préface – et il s’y tient : « Ce livre est une courte introduction pour ceux qui sont curieux à propos de cette étonnante histoire, désireux d’être entraînés par les rythmes de la révolution. L’année 1917 fut une épopée, une somme d’aventures, d’espoirs, de trahisons, de coïncidences improbables, de guerres et d’intrigues ; de bravoure et de lâcheté et de folie, de farce, de défis, de tragédie ; de lumières éblouissantes, d’acier, d’ombres ; de voies et de trains ». Des « voies et des trains » dont les militants révolutionnaires bolcheviks sont les « aiguilleurs », comme le lecteur le découvrira avec plaisir dans l’épilogue…

« Octobre » n’est pas une histoire de la Révolution uniquement pour les spécialistes ou pour ceux qui la connaissent déjà. C’est une histoire pour tous, mais écrite par un militant d’extrême-gauche qui s’assume comme tel. Et si le style littéraire nerveux, vivant et pictural, le rapproche des nombreuses œuvres de science-fiction du même China Miéville, c’est pour mieux mettre la politique au premier plan. Tous les débats, y compris ceux qui ont agité le parti bolchévik en interne, sont passés au crible, décrits suivant les différents points de vue des différents protagonistes. Ce qui permet une lecture critique, y compris de quelques passages où l’auteur introduit un point de vue à la première personne.

La perspective panoramique de l’auteur, qui nous emmène de Saint-Pétersbourg à Moscou, ainsi qu’au front et dans de petits villages reculés de différentes nations de l’empire russe, restitue pleinement la contingence et l’étrangeté des événements. Mais l’ensemble que composent ces scènes particulières, ancrées dans leur contexte russe et dans l’année de 1917, devient étonnamment général et universel. La révolution sociale n’est pas seulement russe, ni centenaire, nous dit China Miéville, « mais elle appartenait aussi, et continue d’appartenir à d’autres. Elle pourrait être nôtre. Si ses phrases restent inachevées, c’est à nous qu’il incombe de les finir ».

Raphaël Preston

Un libraire m'a dit qu'il n'allait finalement paraître qu'en janvier 2018.

Image
Byrrh
 
Message(s) : 256
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par com_71 » 28 Nov 2017, 15:53

Présentation du livre par l'éditeur anglais :
https://www.versobooks.com/books/2443-october

Et l'auteur sur Wikipedia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/China_Mi%C3%A9ville
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2197
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par redstar64 » 02 Déc 2017, 15:20

Bonjour,

Octobre 17, une lecture très critique de l'historiographie dominante, avec un choix de textes de Lénine, de Lucien Sève, aux éditions Sociales. Paru en septembre.

http://www.editionssociales.fr/index.ph ... &Itemid=84

Lucien Sève (philosophe, ex-PCF) déconstruit magistralement 30 ans de réécriture orientée de l'histoire, en s'appuyant notamment sur les écrits de Lénine en version originale russe.

Il revient sur les conditions de 1917, la férocité des contre-révolutionnaires dès l'été 1917, la violence subie par les bolchéviks en 1917-18 et le parti pris assumé des historiens (sous prétexte de "dé-idéologisation") de faire de Lénine un pré-Staline en puissance, en dépit de l'existence de textes et de preuves qui démontrent précisément le contraire.
Une lecture stimulante, parfois technique, mais indispensable pour bien comprendre et faire comprendre les enjeux mémoriels.
Avatar de l’utilisateur
redstar64
 
Message(s) : 2
Inscription : 02 Déc 2017, 15:08

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par Pepucho » 28 Déc 2017, 20:42

Six mois rouges en Russie, de Louise Bryant, aux éditions Libertalia. Pour rappel, Louise Bryant, journaliste américaine était l' épouse de John Reed, et comme lui, participa activement à la révolution d' octobre, où elle rapporte ici son expérience militante, son vécu.
Pepucho
 
Message(s) : 26
Inscription : 24 Nov 2013, 18:14

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par com_71 » 28 Déc 2017, 21:24

redstar64 a écrit :Bonjour,

Octobre 17, une lecture très critique de l'historiographie dominante, avec un choix de textes de Lénine, de Lucien Sève, aux éditions Sociales. Paru en septembre...
Une lecture stimulante, parfois technique, mais indispensable pour bien comprendre et faire comprendre les enjeux mémoriels.


Extrait de la présentation de l'éditeur, les Editions Sociales :

Mettant à mal l’image repoussante qui en est donnée, Lucien Sève ne tend cependant pas à faire de la politique léninienne une stratégie révolutionnaire pour aujourd’hui : le léninisme est « totalement périmé », dit-il sans détour, et il montre en quoi. Mais il fait découvrir combien l’œuvre écrite de Lénine, aujourd’hui méconnue, reste une des plus vivantes initiations à la pensée politique, qui mérite lecture ou relecture critique attentive.
Un petit livre d’actualité politique montrant que polémique et rigueur peuvent aller de pair.
Autant être prévenu.
Que de méprisables eunuques ne viennent pas soutenir que l'esclavagiste qui, par la ruse et la violence, enchaîne un esclave est devant la morale l'égal de l'esclave qui, par la ruse et la violence, brise ses chaînes ! Trotsky
Avatar de l’utilisateur
com_71
 
Message(s) : 2197
Inscription : 12 Oct 2002, 00:14

Re: Des bouquins sur la révolution d'octobre

Message par Byrrh » 29 Mai 2018, 22:42

Byrrh a écrit :Lu dans Convergences révolutionnaires :

Octobre : un récit de la révolution russe

China Miéville

Éditions Amsterdam, 21 euros, 392 pages (à paraître d’ici le 14 novembre 2017)

Ce n’est qu’en arrivant à sa conclusion que le lecteur comprendra pleinement l’étrange épigraphe du livre de China Miéville (traduit de l’anglais) : deux lignes de points de suspension signées Nikolaï Tchernychevski, l’auteur du roman Que Faire ? publié en Russie en 1863, et qui a exercé une influence considérable sur des générations de jeunes révolutionnaires dont Lénine. Ces points de suspension sont une ellipse de la révolution, qui a permis à Tchernychevski d’échapper à la censure, mais une ellipse significative, tant les mots manquent pour saisir pleinement les moments clés d’un tel bouleversement social. Une ellipse que China Miéville rapproche de la fin abrupte de L’État et la Révolution, où Lénine note laconiquement : « Il est plus agréable et plus utile de faire l’“expérience d’une révolution” que d’écrire à son sujet. »

Oui, décrire une révolution sociale en se plaçant à hauteur d’hommes et de femmes, comme un documentaire filmé caméra à l’épaule au plus proche de l’action et dans les conversations les plus intimes, est une gageure. Mais l’auteur y parvient avec brio, tout en s’engageant à ce qu’aucun des événements qu’il décrit, aucune des paroles qu’il rapporte ne soient inventés. La richesse de son ouvrage s’appuie sur une bibliographie gigantesque, de témoignages directs ou d’historiens, de laquelle il tire un nombre incalculable de tranches de vies, qu’il compose en un ensemble qui tient plus du roman que du manuel.

L’auteur affiche ses ambitions dès la préface – et il s’y tient : « Ce livre est une courte introduction pour ceux qui sont curieux à propos de cette étonnante histoire, désireux d’être entraînés par les rythmes de la révolution. L’année 1917 fut une épopée, une somme d’aventures, d’espoirs, de trahisons, de coïncidences improbables, de guerres et d’intrigues ; de bravoure et de lâcheté et de folie, de farce, de défis, de tragédie ; de lumières éblouissantes, d’acier, d’ombres ; de voies et de trains ». Des « voies et des trains » dont les militants révolutionnaires bolcheviks sont les « aiguilleurs », comme le lecteur le découvrira avec plaisir dans l’épilogue…

« Octobre » n’est pas une histoire de la Révolution uniquement pour les spécialistes ou pour ceux qui la connaissent déjà. C’est une histoire pour tous, mais écrite par un militant d’extrême-gauche qui s’assume comme tel. Et si le style littéraire nerveux, vivant et pictural, le rapproche des nombreuses œuvres de science-fiction du même China Miéville, c’est pour mieux mettre la politique au premier plan. Tous les débats, y compris ceux qui ont agité le parti bolchévik en interne, sont passés au crible, décrits suivant les différents points de vue des différents protagonistes. Ce qui permet une lecture critique, y compris de quelques passages où l’auteur introduit un point de vue à la première personne.

La perspective panoramique de l’auteur, qui nous emmène de Saint-Pétersbourg à Moscou, ainsi qu’au front et dans de petits villages reculés de différentes nations de l’empire russe, restitue pleinement la contingence et l’étrangeté des événements. Mais l’ensemble que composent ces scènes particulières, ancrées dans leur contexte russe et dans l’année de 1917, devient étonnamment général et universel. La révolution sociale n’est pas seulement russe, ni centenaire, nous dit China Miéville, « mais elle appartenait aussi, et continue d’appartenir à d’autres. Elle pourrait être nôtre. Si ses phrases restent inachevées, c’est à nous qu’il incombe de les finir ».

Raphaël Preston

Un libraire m'a dit qu'il n'allait finalement paraître qu'en janvier 2018.

Image


L'éditeur semble avoir rencontré quelques difficultés... Sur son site, l'ouvrage est annoncé comme paru à la fin du mois de mai, tandis que sur celui de la FNAC, il est annoncé pour octobre.

Du coup, si l'éditeur pouvait préférer le graphisme de la couverture de l'édition anglaise, ce serait cool...
Byrrh
 
Message(s) : 256
Inscription : 10 Avr 2017, 20:35

Précédent

Retour vers Livres, films, musique, télévision, peinture, théâtre...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron